Bolet jonquille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Boletus junquilleus

Boletus junquilleus

Neoboletus luridiformis var. discolor, autrefois Boletus junquilleus, de son nom vernaculaire français, le Bolet jonquille est une espèce de champignons (Fungi) basidiomycètes du genre Boletus dans la famille des Boletaceae.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Nom binomial accepté[modifier | modifier le code]

  • Boletus luridiformis var. discolor (Quél.) Krieglst. 1991[1]
  • Neoboletus luridiformis (Rostk.) Gelardi, Simonini & Vizzini[2]

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Boletus luridiformis var. junquilleus (Quél.) Knudsen (synonyme)
  • Boletus discolor (Quél.) Boud. (synonyme)
  • Boletus erythropus discolor (Quél.) Dermek, Kuthan & Singer 1976 (synonyme)
  • Boletus junquilleus (synonyme) (Quél.) Cost. & Dufour pp. ss. Boud. 1921[3]
  • Boletus luridiformis discolor (Quél.) Rauschert 1987 (synonyme)
  • Boletus queletii var. discolor (Quél.) Alessio 1985 (synonyme)

Description du sporophore[modifier | modifier le code]

Les bolets sont des champignons dont l’hyménium à tubes se sépare facilement de la chair du chapeau, avec un pied central assez épais et une chair compacte. Ils ont un chapeau rond devenant convexe à mesure qu’ils vieillissent.

Le bolet jonquille possède notamment un beau chapeau jaune citron, qui devient jaune d’or et puis parfois est parsemé de taches couleur rouille orangé en devenant plus vieux. Les tubes montrent des pores jaunes vifs. Le pied est ponctué de jaune orange à orange rougeâtre. Tout le champignon bleuit fortement à la coupe.

Habitat[modifier | modifier le code]

Cette espèce rare pousse sous les feuillus, principalement sous les hêtres et les chênes.[Où ?]

Comestibilité[modifier | modifier le code]

Comme le bolet à pied rouge, le bolet jonquille est comestible à condition de prendre la précaution de bien le cuire car il est légèrement toxique s’il est consommé cru. Le pied est fibreux

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Krieglsteiner, G.J., Über neue, seltene, kritische Makromyzeten in Westdeutschland (ehemalige BR Deutschland, Mitteleuropa) XII. Röhrlinge und Blätterpilze in: Beitr. Kenntn. Pilze Mitteleur. 7:61–79 + 1 pl, 1991
  2. (en) Gelardi M, Simonini G, Vizzini A (October 17, 2014). Nomenclatural novelties. Index Fungorum (192).
  3. Brit. Fung. Fl. 1: 25 (1970); fide Checklist of Basidiomycota of Great Britain and Ireland (2005)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :