Bolet Satan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rubroboletus satanas

Rubroboletus satanas
Description de cette image, également commentée ci-après
Bolet satan
Classification
Règne Fungi
Division Basidiomycota
Classe Agaricomycetes
Sous-classe Agaricomycetidae
Ordre Boletales
Famille Boletaceae
Genre Rubroboletus

Espèce

Synonymes

  • Boletus foetidus Trog[1]
  • Boletus sanguineus subsp. secretan Krombholz[1]
  • Boletus satanas Lenz[1]
  • Boletus satanus (misspelling)[1]
  • Boletus tuberosus Bull.[1]
  • Dyctiopus tuberosus Quélet[1]
  • Suillus satanas Lenz[1]
  • Tubiporus satanas (Lenz) Maire[1]
  • Tubiporus satanas Ricken[1]

Rubroboletus satanas (auparavant Boletus satanas[2] avant son transfert en 2014, dans le nouveau genre Rubroboletus — le latin rubro faisant référence à la rougeur du pied et des tubes — à la suite de nombreuses études phylogénétiques effectuées sur le genre Boletus s.l.), en français le Bolet satan, est une espèce de champignons (Fungi) basidiomycètes, toxique et rare, de la famille des Boletaceae.

Description[modifier | modifier le code]

Le Bolet satan est le plus gros des Bolets d'Europe, son chapeau généralement de 10 à 25 cm de diamètre peut atteindre voire dépasser 30 cm. Blanc pur au départ, il ressemble alors à une boule de neige, il s'étale ensuite en un large dôme aplati et tourne au grisâtre aux reflets verdâtres. Il est le seul bolet à chapeau blanchâtre sans nuance de rose, avec des pores rouge vif, et le pied le plus gros et le plus arrondi qui soit. Il dégage une odeur forte, devenant de plus en plus écœurante avec l'âge, et sa chair blanchâtre est peu bleuissante et facilement véreuse. Le pied court et renflé fait 5 à 15 cm de long pour 4 à 12 cm de large, et est rouge au milieu avec les deux extrémités plus jaunes. Les pores sont au départ orangés, et virent au rouge vif avec l'âge[3].


Habitat[modifier | modifier le code]

Appréciant les sols calcaires, il apparaît en été et au début de l’automne dans les régions méridionales dans les bois de feuillus, sous les hêtres, les chênes, ou les charmes. Assez rare, surtout dans les régions du nord, le bolet ne pousse que pendant les périodes chaudes et ensoleillées.

Toxicité[modifier | modifier le code]

Malgré son nom, le Bolet satan n'est pas réellement dangereux pour un adulte en bonne santé, mais sa consommation entraînera nausées, diarrhées et vomissements et sa toxicité apparaît variable selon les individus. Même cuite, sa chair reste nocive, des intoxications sévères ayant été observées chez des personnes qui ont consommé des sujets jeunes et bien cuits. Ces intoxications sont extrêmement rares, son aspect caractéristique, son odeur repoussante et le fait qu'il devienne très rapidement véreux dissuadant de la consommer[4].

Confusions possibles[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i BioLib, consulté le 11 octobre 2021
  2. Espèce décrite en 1831 par Harald Othmar Lenz (de).
  3. Albert Leclair et Henri Essette, Les Bolets, P. Lechevalier, , p. 55.
  4. René Charles Azéma, « Les champignons catalans », Terra Nostra, no 47,‎ , p. 360-363.