Bolet à chair jaune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Xerocomellus chrysenteron

Xerocomellus chrysenteron
Description de cette image, également commentée ci-après
Bolet à chair jaune
Classification
Règne Fungi
Division Basidiomycota
Classe Agaricomycetes
Sous-classe Agaricomycetidae
Ordre Boletales
Famille Boletaceae
Genre Xerocomellus

Espèce

Xerocomellus chrysenteron
(Bull.) Šutara, 2008

Synonymes

  • Xerocomus chrysenteron
Boletus Chrysenteron
Boletus Chrysenteron

Xerocomellus chrysenteron, de ses noms vernaculaires le Bolet à chair jaune ou Bolet chrysentéron, est un champignon de la famille des Bolétacées fort courant que l’on rencontre dans de nombreux bois. Il est comestible, mais sans grand intérêt.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Boletus chrysenteron a été décrit pour la première fois par Pierre Bulliard en 1791[1]. En 1888, Lucien Quélet le renomme Xerocomus chrysenteron[2]. En 2008, Josef Šutara lui donne son nom actuel valide, Xerocomellus chrysenteron[3].

Description du sporophore[modifier | modifier le code]

Hyménophore

Champignon avec un chapeau hémisphérique, 3–8 cm de diam., convexe puis largement convexe à subétalé, sec, subtomenteux, vite craquelé-aréolé, brun olive ou brun-vert foncé, rose-rouge dans les craquelures, à marge unie. Ce bolet se reconnaît par son chapeau brun-vert sur fond rouge, qui devient craquelé-aréolé, et sa chair rougeâtre sous la cuticule.

Hyménium

De longs tubes jaune olive bleuissant en devenant plus vieux et des pores jaune pâle qui bleuissent légèrement lorsqu’on les touche[4], anguleux, irréguliers et plutôt larges à maturité, 1-2 par mm ou jusqu'à 1–2 mm de largeur. Couche de tubes déprimée ou non près du pied, concolore à la face poroïde.

Stipe

Pied grêle jaune à fines côtes, tacheté ou ligné de rouge grenat. 4-8 x 0,5-1,5 cm, subégal à atténué vers la base, plein, sec, subvelouté ou strié, jaunâtre, rouge pourpré vers la base, avec mycélium basal blanc

Chair

La chair est à demi molle et de couleur jaune jonquille. Elle bleuit légèrement lorsqu’on la touche[4]. Il n’a pour ainsi dire pas d’odeur mais est de saveur très douce.

Sporée

brun olive

Spores

oblongues à naviculaires, lisses, parfois avec petit pore germinatif et tronquées à l'apex, ocracées, jaune-brun pâle à brun pâle, 10-14,5 x 4,5-6,5 µm

Habitat[modifier | modifier le code]

Bolet à chair jaune et coriolus pubescens.jpg

Il pousse dans tous les bois (aussi bien dans les bois de conifères, que dans les bois de feuillus), de l’été à la fin de l'automne.

Comestibilité[modifier | modifier le code]

C’est un champignon comestible mais il n’est pas de première qualité par manque de consistance.

L'espèce a une forte capacité de concentration du césium 137[5].

Espèce proche[modifier | modifier le code]

  • Boletus truncatus, dont les spores tronquées résulteraient de périodes de sécheresse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Bulliard, Herbier de la France, vol. 11, (lire en ligne), p. 490
  2. Lucien Quélet, Flore mycologique de la France et des pays limitrophes, Paris, , p. 418
  3. (en) Josef Šutara, « Xerocomus s.l. in the light of the present state of knowledge », Czech Mycology, vol. 60, no 1,‎ , p. 29-62 (lire en ligne)
  4. a et b Ce champignon fait ainsi partie des bolets bleuissants à chair jaune (comme le Bolet indigotier Gyroporus cyanescens et le Bolet bai). Ce bleuissement lorsqu'on les blesse, qu'on les coupe ou les meurtrit, est dû à un chromogène incolore (l'acide variégatique (en) appelé jadis bolétol) qui, au contact de l'air, s'oxyde et se transforme en boletoquinone, de couleur bleue. Cf (en) Jan Velišek & Karel Cejpek, « Pigments of Higher Fungi: A Review », Czech J. Food Sci., vol. 29, no 2,‎ , p. 93 (lire en ligne).
  5. CRIIRAD, « Radioactivité, contamination des champignons », sur www.criirad.org,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Xerocomellus chrysenteron :

Xerocomus chrysenteron :

Boletus chrysenteron :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Titres des livres en français comportant plus de renseignements sur ce champignon :

  • Régis Courtecuisse, Bernard Duhem: Guide des champignons de France et d'Europe (Delachaux & Niestlé, 1994-2000).
  • Marcel Bon: Champignons de France et d'Europe occidentale (Flammarion, 2004)
  • Dr Ewaldt Gerhardt: Guide Vigot des champignons (Vigot, 1999) - (ISBN 2-7114-1413-2)
  • Roger Phillips: Les champignons (Solar, 1981) - (ISBN 2-263-00640-0)
  • Thomas Laessoe, Anna Del Conte: L'Encyclopédie des champignons (Bordas, 1996) - (ISBN 2-04-027177-5)
  • Peter Jordan, Steven Wheeler: Larousse saveurs - Les champignons (Larousse, 1996) - (ISBN 2-03-516003-0)
  • G. Becker, Dr L. Giacomoni, J Nicot, S. Pautot, G. Redeuihl, G. Branchu, D. Hartog, A. Herubel, H. Marxmuller, U. Millot et C. Schaeffner: Le guide des champignons (Reader's Digest, 1982) - (ISBN 2-7098-0031-4)
  • Henri Romagnesi: Petit atlas des champignons (Bordas, 1970) - (ISBN 2-04-007940-8)