Bold Eagle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bold Eagle
Race Trotteur français
Père Ready Cash
Mère Reethi Rah Jet
Père de mère Love You
Sexe M
Naissance 2011
Pays de naissance Drapeau de la France France
Pays d'entraînement Drapeau de la France France
Éleveur Jean-Étienne Dubois
Propriétaire Pierre Pilarski
Entraîneur Sébastien Guarato
Driver Franck Nivard
Record 1'08"4
Nombre de courses 42
Nombre de victoires 36
Gains en courses 3 339 620 €
Principales victoires Prix d’Amérique
Prix de France
Prix de Paris
Prix René Ballière
Critérium des 3 ans
Critérium Continental
Critérium des 5 ans
Prix de Sélection
Grand Prix de l'UET
Championnat européen des 5 ans

Bold Eagle est un cheval de course trotteur français né le 22 mars 2011, fils de Ready Cash et Reethi Rah Jet, par Love You. Élevé par Jean-Étienne Dubois, qui fut son premier propriétaire-entraîneur-driver, il intègre ensuite l'écurie Pierre Pilarski où il est entraîné par Sébastien Guarato et drivé en course par Franck Nivard.

Carrière de courses[modifier | modifier le code]

Sous la férule de Jean-Étienne Dubois, Bold Eagle fait ses premiers pas en compétition sur l'hippodrome de Laval quelques semaines après sa qualification, en septembre de ses deux ans. Débuts peu convaincants, puisque le poulain termine en queue de peloton, mais il s'impose dès la sortie suivante et, n'était une cinquième place pour ses débuts à Vincennes, enchaîne les victoires, progressant rapidement vers l'élite de sa génération, qu'il rejoint avec sa première victoire de groupe dans le Prix de Gien (Gr.3) en juin 2014. Il acquiert ses galons de semi-classique fin août, dans le Prix Victor Régis (Gr.2), sa sixième victoire consécutive, la huitième en dix sorties. C'est le moment que choisit Jean-Étienne Dubois pour opérer une réduction d'effectif. Son jeune champion est acquis à l'amiable par un consortium regroupant Pierre Pilarski (50 %), la famille Bernereau (30 %) et l'écurie Fouquette (20 %)[1]. Confié à l'entraîneur Sébastien Guarato et au driver Franck Nivard, il court sous les couleurs de l'écurie Pilarski.

Sous ses nouvelles couleurs, Bold Eagle continue d'aligner les succès et aborde le meeting d'hiver invaincu à 3 ans, avec deux autres semi-classiques en poche, les Prix Abel Bassigny et Jacques de Vaulogé. Immense favori du Critérium des 3 ans, il s'impose en crack, puis s'adjuge en fin de meeting un autre classique, le Prix de Sélection, devant sa compagne d'écurie Billie de Montfort, meilleure femelle de sa génération, appelée à devenir régulièrement sa dauphine au plus haut niveau. La litanie de succès se poursuit, jusqu'en avril et le Prix Gaston Brunet, préparatoire au Critérium des 4 ans. Alors qu'il vient d'aligner douze victoires et qu'il est invaincu depuis un an et demi, Bold Eagle échoue complètement et cette déconvenue, due à un léger problème de santé, le prive d'un nouveau sacre dans un Critérium et le met au repos forcé.

Bold Eagle effectue une rentrée victorieuse dans le Prix Jules Thibault, fin août, avant d'étendre sa domination au niveau européen en s'adjugeant, aux dépens de Billie de Montfort, le Grand Prix de l'UET, disputée en 2015 à Wolvega aux Pays-Bas. Il entame son meeting d'hiver par une victoire très facile dans le Prix Octave Douesnel, dans un temps remarquable (1'12"9 sur 2 700 mètres), puis obtient un nouveau sacre dans le Critérium Continental, où il abaisse son record à 1'10"5 et se voit automatiquement qualifié pour le Prix d'Amérique, dans lequel sa participation annoncée suscite un grand engouement. Avant la grande course, Bold Eagle s'aligne au départ du Prix de Belgique, qu'il remporte en quelques foulées, pour sa première confrontation avec les chevaux d'âge. Grandissime favori de la 95e édition de l'épreuve-reine, remportée seulement 14 fois par des 5 ans (la dernière fois en 2007 avec Offshore Dream), on lui oppose le champion Timoko, en pleine forme, le tenant du titre Up and Quick, ou encore les Norvégiens Lionel et Support Justice. Mais prenant la tête assez tôt, il contrôle magistralement l'épreuve, ne se laissant jamais approcher par Timoko (2e) et consorts, gagnant de toute une classe en pulvérisant le record de l'épreuve et des 2 700 mètres de Vincennes : 1'11"4 au kilomètre, soit près d'une demi seconde de mieux sur le parcours que le précédent record (1'11"9 par Royal Dream en 2013). Quinze jours plus tard, il affronte de nouveau Timoko pour une revanche dans le Prix de France. Nanti d'un numéro à l'extérieur derrière l'autostart, comme son rival, Bold Eagle prend la tête avant le dernier tournant et s'échappe en compagnie de son dauphin de l'Amérique, pour une passe d'armes dans la dernière ligne droite dont il sort une nouvelle fois vainqueur. Bold Eagle devient le sixième 5 ans à remporter le Prix de France, et le deuxième cheval de 5 ans à réussir le doublé Amérique/France après Jamin en 1958[2]. En revanche il échoue quinze jours plus tard dans sa tentative de s'adjuger la triple couronne du meeting d'hiver (Prix d'Amérique / de France / de Paris), exploit qui n'a été réalisé que par trois chevaux, et aucun 5 ans (Gélinotte en 1956 et 1957, Jamin en 1959 et Bellino II en 1976) : malgré une bonne course, il doit baisser pavillon face au Norvégien Lionel, un cheval plus frais que lui, n'ayant pas puisé dans ses réserves lors des épreuves précédentes, puisqu'il fut distancé dans les prix d'Amérique et de France[2],[3].

En juin 2016, Bold Eagle fait une rentrée victorieuse dans le Prix Louis Jariel, en prélude à une nouvelle victoire de groupe 1 face aux chevaux d'âge dans le Prix René Ballière, où il domine très facilement la Suédoise Your Highness, qui venait d'aligner trois victoires de groupe 1 en Scandinavie. À cette occasion, il est drivé par Éric Raffin, en remplacement de Franck Nivard, sous le coup d'une suspension. Il poursuit sa moisson de victoires avec le Prix Jockey, préparatoire au Critérium des 5 ans dans lequel il s'impose sans coup férir. Il ajoute ensuite un nouveau classique à son palmarès avec le Championnat européen des 5 ans. Bold Eagle entame son meeting d'hiver 2016-17 par une courte défaite, battu à la lutte par son cadet d'origine italienne Traders, dans le Prix Marcel Laurent, couru dans un chrono remarquable qui lui permet d'abaisser son record à 1'10"1. Mais il retrouve le chemin du succès dans les deux préparatoires au Prix d'Amérique, les Prix du Bourbonnais et de Bourgogne, dans lequel il devance Timoko. L'un et l'autre se retrouvent au départ du Prix d'Amérique 2017, Bold Eagle s'élançant avec le statut de grand favori. Hésitant au départ, le champion de Pierre Pilarski se retrouve un peu éloigné de la tête de course et de Timoko qui, ne visant que la victoire, joue son va-tout en contrant toutes les attaques pour mener seul la danse. Mené avec sang-froid et patience par Franck Nivard, Bold Eagle prend le sillage de la jument Bellina Josselyn dans la montée, et tous deux déposent Timoko à l'entrée de la ligne droite. La suite n'est qu'une formalité, Bold Eagle sort du dos de Bellina Josselyn dans la ligne droite et s'en va conquérir une deuxième fois l'Amérique, battant son propre record en 1'11"2, Bellina Josselyn gardant l'accessit d'honneur devant Lionel, auteur d'une bonne fin de course, Timoko terminant loin. Quinze jours plus tard, il devance Timoko pour réaliser pour la deuxième fois le doublé Prix d'Amérique/Prix de France, un exploit qui n'avait plus été réalisé depuis Ourasi qui lui avait réalisé le triplé en 1986, 1987 et 1988. Le 26 février, il ajoute une nouvelle ligne à sa légende naissante en remportant le Prix de Paris : ce faisant il imite Jamin, Gélinotte et Bellino II qui, en 1976, fut le dernier cheval à conquérir la Triple Couronne de Vincennes - Prix d'Amérique, de France, de Paris.

Deux mois après son triomphe à Vincennes, Bold Eagle fait sa rentrée dans le Prix de l'Atlantique, qu'il remporte sans la moindre émotion, montrant qu'il est prêt pour l'un de ses grands objectifs de l'année, l'Elitloppet à Solvalla, l'épreuve reine des courses suédoises. Sa première apparition en terre scandinave est fracassante : le champion survole sa batterie qualificative en pulvérisant le record d'Europe : 1'08"4, devenant ainsi le premier cheval français à descendre sous la barre des 1'09". Pourtant, dans la finale, il ne termine que quatrième et doit s'incliner devant son vieux rival Timoko, qui à la surprise générale remporte pour la deuxième fois l'Elitloppet. Cette défaite inattendue n'entame pas le moral du cheval, qui en appelle un mois plus tard en ajoutant très facilement un deuxième Prix René Ballière à son palmarès.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France France

Groupe 1[modifier | modifier le code]

Groupe 2[modifier | modifier le code]

Europe Europe

Tableau de bord[modifier | modifier le code]

(au 26/06/17)

  • 42 courses, 36 victoires, 2 places[4]
  • Gains : 3 339 620 €[4]
  • Record : 1'08"4 (Solvalla, 1 609 mètres, batterie qualificative de l'Elitloppet le 28 mai 2017), record d'Europe.
  • Record du Prix d'Amérique et du parcours des 2 700 mètres à Vincennes : 1'11"2

Au haras[modifier | modifier le code]

Bold Eagle entame sa première saison de monte dès 2015. Ses services sont proposés à 15 000 €[5].

Origines[modifier | modifier le code]

Bold Eagle ressort de la deuxième génération des produits du grand crack Ready Cash, double lauréat du Prix d'Amérique et cheval le plus riche de l'histoire du trot français, qui s'est avéré très vite comme un étalon exceptionnel : pour s'en tenir à cette seule génération née en 2011, il est aussi le père de Bird Parker (Prix de Vincennes, Critérium des 4 ans) ou Brillantissime (Grand Prix Continental, 2e du Critérium des 3 ans).

Article détaillé : Ready Cash.

Si sa mère n'a guère brillé en course, les origines de Bold Eagle font ressortir les meilleurs croisements franco-américains qui ont profondément bouleversé et amélioré l'élevage français dans les années 90 notamment sous l'impulsion de Jean-Pierre Dubois. Il a pour père de mère l'un des tous meilleurs étalons européen Love You, et on retrouve dans son pedigree d'autres noms très influents comme Coktail Jet, Viking's Way ou l'Américain des Haras Nationaux Workaholic, dont on remarque un inbreeding 4x3. Enfin, on note que sa quatrième mère, Perle du Corta, est la sœur de la grande championne monté Reine du Corta.

Origines de Bold Eagle[6], mâle, bai.
Père
Ready Cash
Indy de Vive Viking's Way Mickey Viking
Josubie
Tekiflore Képi Vert
Morgaflore
Kidea Extreme Dream Quito de Talonay
Tahitienne
Docéanide du Lilas Workaholic
Océanide
Mère
Reethi Rah Jet
Love You Coktail Jet Quouky Williams
Armbro Glamour
Guilty of Love And Arifant
Amour d'Aunou
Hippodamia Workaholic Speedy Crown
Ah So
April Pearl Passionnant
Perle du Corta

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie », sur site officiel de Bold Eagle
  2. a et b Lhermite 2016, p. 54-55
  3. « Bold Eagle second du Prix de Paris, l'Orne à l'honneur quand même », sur Ouest france, (consulté le 9 avril 2016)
  4. a et b « Bold Eagle - fiche cheval », sur Le Trot
  5. « Fiche étalon de Bold Eagle », sur Étalons trotteurs (consulté le 8 avril 2016)
  6. « Origines de Bold Eagle », sur Trot Pedigree (consulté le 7 novembre 2015)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mélina Lhermite, « Bold Eagle, génie désinvolte », Cheval magazine, no 533,‎ , p. 54-55