Boisgervilly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Boisgervilly
Boisgervilly
L'église de la Sainte-Trinité.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Intercommunalité Communauté de communes Saint-Méen Montauban
Maire
Mandat
Bernard Piedvache
2020-2026
Code postal 35360
Code commune 35027
Démographie
Gentilé Gervillois
Population
municipale
1 707 hab. (2019 en augmentation de 7,7 % par rapport à 2013)
Densité 86 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 10′ 01″ nord, 2° 03′ 50″ ouest
Altitude 91 m
Min. 58 m
Max. 111 m
Superficie 19,95 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Rennes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Montauban-de-Bretagne
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Boisgervilly
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Boisgervilly
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Boisgervilly
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Boisgervilly
Liens
Site web www.boisgervilly.fr

Boisgervilly [bwaʒɛʁvili] est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne, peuplée de 1 707 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Boisgervilly se trouve au centre du triangle Montfort-sur-Meu, Saint-Méen-le-Grand, Montauban-de-Bretagne et à l'orée de la forêt de Paimpont. La superficie de la commune est de 1996 hectares et la population est de 1707 habitants en 2019.

Carte de la commune.

Transports[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 2]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 11,3 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 12,5 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 4] : 754 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,3 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Caulnes-Edf », sur la commune de Caulnes, mise en service en 1997[7] et qui se trouve à 15 km à vol d'oiseau[8],[Note 5], où la température moyenne annuelle est de 12,1 °C et la hauteur de précipitations de 848,4 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Rennes-Saint-Jacques », sur la commune de Saint-Jacques-de-la-Lande, mise en service en 1945 et à 28 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 11,7 °C pour la période 1971-2000[11], à 12,1 °C pour 1981-2010[12], puis à 12,4 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Boisgervilly est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[14],[15],[16].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Rennes, dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 183 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[17],[18].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (97,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (98,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (53,3 %), zones agricoles hétérogènes (36,2 %), prairies (7,9 %), zones urbanisées (2,5 %)[19].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[20].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La paroisse est notée de Bosco Jarvili et de Nemore Gervili au XIIe siècle. La forme Boisgervilly est attestée au XVIe siècle[21].

Le nom de la commune est composé de « bois », issu du latin boscus dérivé lui-même du germanique bosk signifiant buisson ou bois, et de « Gervilly », qui peut être la déformation romane d'un anthroponyme breton IarnBilli. Cette forme bretonne n'est pas confirmée[22].

Gervili pourrait aussi être une déformation de Gurvili, machtiern de Carentoir, né au IXe siècle et fils de Jarnhitin[réf. nécessaire].

La forme construite Koad-Yarnvili a été proposée comme nom breton de la commune (koad signifiant « bois » en breton)[21].

Le gentilé est Gervillois[23].

Histoire[modifier | modifier le code]

Il n'a pas été retrouvé de trace de l'origine du Bois-Gervily.

En 1427, la réformation de la noblesse faite en cette paroisse enregistre le nom de treize nobles et de douze manoirs, dont Le Bouays - ou Bois Picard- et La Morandaye. Le Bois-Gervily était couvert d'arbres, de landes et de quelques bonnes terres sur un sol de schiste argileux. Cela explique les noms de lieux-dits ayant un rapport avec des arbres ou des plantes, parmi lesquels la Thusnais, le Couchay, la Boulais, Launay, le Fouteau, les Fougerais. Boisgervilly s'est développé sur l'ancienne route royale 164 bis, menant de Rennes à Brest[24].

Économie[modifier | modifier le code]

  • Au cœur d'une région verdoyante, calme et accueillante, Boisgervilly abrite plus de quarante entreprises industrielles et artisanales.
  • C'est dans ce terroir authentique que s'est implantée la Crêpe de Brocéliande spécialisée dans la fabrication de crêpes fraîches de froment, sucrées, salées et de galettes de blé noir. De même s'est installée les Cerfs de Brocéliande transformant leur production en produits élaborés.
  • Le taux de chômage dans la commune est de 6,5 %.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 2001 Pierre Duault   Instituteur
mars 2001 En cours Bernard Piedvache[25],[26] DVG Gérant de société, président de la communauté de communes
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[28].

En 2019, la commune comptait 1 707 habitants[Note 8], en augmentation de 7,7 % par rapport à 2013 (Ille-et-Vilaine : +5,84 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9491 0041 0261 0801 0551 0681 0621 1271 156
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1831 1731 2271 2831 3071 3451 4041 3691 405
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3161 3111 2721 1501 0861 0141 002959976
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
9369369211 0741 1741 2151 3251 3691 486
2014 2019 - - - - - - -
1 6071 707-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Trinité.

La commune ne compte aucun monument historique (ni au titre meuble, ni au titre immeuble) mais dispose de quelques monuments notables :

  • une galerie à pans de bois restaurée en 1995 située près de l'église, édifiée au XVe siècle comme l'hôtel de Boisgervilly est possession à l'époque de Guillaume de Quédillac ;
  • l’église Sainte-Trinité reconstruite entre 1859 et 1862[31] dotée d'un autel du XVIIe siècle en bois sculpté, de style gothique ;
  • d'autres sites privés comme le manoir du Coudray (maison forte), le manoir de la Ville-Chauvin ainsi que la chapelle Saint-Antoine datant de 1427.

Événements[modifier | modifier le code]

  • Tous les deux ans a lieu la fête des fleurs à la Pentecôte. Pendant cet événement a lieu un grand défilé de chars qui sont construits sur un thème qui change à chaque édition.
  • Tous les ans, le comité des fêtes local organise la fête de la bière.
  • En plus de ces deux manifestations, un tournoi de football est organisé et un autre de tennis de table, tous deux très attendus par les clubs des environs.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gilles Fournel (1931-1981), poète français et instituteur à Boisgervilly à la fin des années 1950.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2019, légale en 2022.
  2. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  5. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  7. « Station Météo-France Caulnes-Edf - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Boisgervilly et Caulnes », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Caulnes-Edf - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Boisgervilly et Saint-Jacques-de-la-Lande », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  18. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  20. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  21. a et b KerOfis, base de données de l'office public de la langue bretonne (consulté le ).
  22. Jean-Yves Le Moing, Noms de lieux de Bretagne : plus de 1200 noms expliqués, Paris, Christine Bonneton Éditeur, , 231 p. (ISBN 2-86253-283-5), p. 138-139.
  23. « La country a entraîné les Gervillois », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le )
  24. Le Patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine, Flohic Editions
  25. « Les maires élu du 1er tour », Dimanche Ouest-France, no 534,‎ , p. 10-11 (ISSN 1285-7688).
  26. « Le maire et ses adjoints reconduits dans leurs fonctions », Ouest-France, 1er avril 2014.
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  31. Notice no IA00130906, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]