Boisgervilly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Boisgervilly
L'église de la Sainte-Trinité.
L'église de la Sainte-Trinité.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Canton Montauban-de-Bretagne
Intercommunalité Communauté de communes de Saint-Méen Montauban
Maire
Mandat
Bernard Piedvache
2014-2020
Code postal 35360
Code commune 35027
Démographie
Gentilé Boisgervillien
Population
municipale
1 562 hab. (2012)
Densité 78 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 10′ 04″ N 2° 03′ 46″ O / 48.1677777778, -2.0627777777848° 10′ 04″ Nord 2° 03′ 46″ Ouest / 48.1677777778, -2.06277777778
Altitude 91 m (min. : 58 m) (max. : 111 m)
Superficie 20 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Boisgervilly

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Boisgervilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Boisgervilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Boisgervilly

Boisgervilly est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en Région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

  • A 30 minutes de Rennes, 2 heures 30 de Paris en TGV, 10 minutes de la gare de Montauban-de-Bretagne au centre du triangle Montfort, Saint-Méen, Montauban à l'orée de la forêt de Brocéliande, Boisgervilly commune de 1996 hectares, compte 1562 habitants en 2012.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La paroisse est notée de Bosco Jarvili et de Nemore Gervili au XIIe siècle. La forme « Boisgervilly » est attestée au XVIe siècle[1].

Le nom de la commune est composé de « bois », issu du latin boscus dérivé lui-même du germanique bosk signifiant buisson ou bois, et de « Gervilly », qui peut être la déformation romane d'un anthroponyme breton IarnBilli. Cette forme bretonne n'est pas confirmée[2].

Comme toutes les communes de la partie gallèse de la Bretagne, Boisgervilly a reçu au XXe siècle un nom breton, basé sur la toponymie originelle supposée : Koad-Yarnvili (koad signifiant « bois » en breton)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Il n'a pas été retrouvé de trace de l'origine du Bois-Gervily.

En 1427, la réformation de la noblesse faite en cette paroisse enregistre le nom de treize nobles et de douze manoirs, dont Le Bouays - ou Bois Picard- et La Morandaye. Le Bois-Gervily était couvert d'arbres, de landes et de quelques bonnes terres sur un sol de schiste argileux. Cela explique les noms de lieux-dits ayant un rapport avec des arbres ou des plantes, parmi lesquels la Thusnais, le Couchay, la Boulais, Launay, le Fouteau, les Fougerais. Boisgervilly s'est développé sur l'ancienne route royale 164 bis, menant de Rennes à Brest[3].

Économie[modifier | modifier le code]

  • Au cœur d'une région verdoyante, calme et accueillante, Boisgervilly abrite plus de quarante entreprises industrielles et artisanales.
  • C'est dans ce terroir authentique que s'est implantée la Crêpe de Brocéliande spécialisée dans la fabrication de crêpes fraîches de froment, sucrées, salées et de galettes de blé noir. De même s'est installée « les Cerfs de Brocéliande » transformant leur production en produits élaborés.
  • Le taux de chômage dans la commune est de 6,5 %.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 mars 2001 Pierre Duault   Instituteur
mars 2001 en cours Bernard Piedvache[4],[5]   Gérant de société
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 1 562 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
949 1 004 1 026 1 080 1 055 1 068 1 062 1 127 1 156
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 183 1 173 1 227 1 283 1 307 1 345 1 404 1 369 1 405
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 316 1 311 1 272 1 150 1 086 1 014 1 002 959 976
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
936 936 921 1 074 1 174 1 215 1 325 1 369 1 486
2012 - - - - - - - -
1 562 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune ne compte aucun monument historique mais dispose de quelques monuments notables :

  • Une galerie à pans de bois restaurée en 1995 située près de l'église, édifiée au XVe siècle comme l'hôtel de Boisgervilly est possession à l'époque de Guillaume de Quédillac.
  • Une église reconstruite en 1852 dotée d'un autel du XVIIe siècle en bois sculpté, de style gothique.
  • On peut noter également d'autres sites privés comme le manoir du Coudray (maison forte), le manoir de la Ville-Chauvin ainsi que la chapelle Saint-Antoine datant de 1427.

Événements[modifier | modifier le code]

  • Tous les deux ans a lieu la fête des fleurs à la Pentecôte. Pendant cet événement, a lieu un grand défilé de chars qui sont construits sur un thème qui change à chaque édition.
  • Tous les ans le Comité des fêtes local organise la Fête de la bière
  • En plus de ces deux manifestations, il faut signaler l'organisation d'un tournoi de football et un autre de tennis de table, tous deux très courus par les clubs des environs.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b KerOfis, base de données de l'office public de la langue bretonne (consulté le 26 avril 2015)
  2. Jean-Yves Le Moing, Noms de lieux de Bretagne : plus de 1200 noms expliqués, Christine Bonneton Éditeur,‎ , 231 p. (ISBN 2-86253-283-5), p. 138-139
  3. Le Patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine, Flohic Editions
  4. « Les maires élu du 1er tour », Dimanche Ouest-France, no 534,‎ , p. 10-11 (ISSN 1285-7688)
  5. « Le maire et ses adjoints reconduits dans leurs fonctions », Ouest-France, 1er avril 2014.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]