Bois-d'Haine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bois-d'Haine
Bois-d'Haine
Église de Bois-d'Haine
Blason de Bois-d'Haine
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Charleroi
Commune Manage
Code postal 7170
Zone téléphonique 064
Démographie
Gentilé Bois-d'Hainois(es)
Population 3 978 hab.
Densité 1 304 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 30′ nord, 4° 13′ est
Superficie 305 ha = 3,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hainaut

Voir sur la carte administrative du Hainaut
City locator 14.svg
Bois-d'Haine

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Bois-d'Haine

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Bois-d'Haine
Liens
Site officiel via le site de Manage[1]

Bois-d'Haine (en wallon et picard El Botinne) est un village belge de la commune de Manage situé dans la province de Hainaut en Région wallonne. C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Bois d'Haine (Bosca Hanica en latin) doit son nom aux bois qui s'étendaient autrefois le long de la Haine (avec les villages de Haine-Saint-Pierre, Haine-Saint-Paul, Ville-sur-Haine, etc). Ceux-ci s'étant individualisés, la partie restante garda le nom du bois.

Divers historiens expliquent l'origine du nom "Bois-d'Haine" par sa situation géographique : "le bois proche de la Haine". Pourtant une autre possibilité existe : Bois-d'Haine signifierait le bois de Haine (Saint Paul). En effet, Bois-d'Haine dépendait à l'origine de la paroisse de "Haina" (qui en 1163, par l'existence de deux oratoires, se divisa en Haine-Saint-Pierre et Haine-Saint-Paul).

L’orthographe de cette appellation a subi au cours des siècles antérieurs de nombreuses altérations. C’est ainsi que nous retrouvons successivement :

An Appellation
1010 Bois-d'Haigne / Bos de Haïgne
1263 Bos-d'Haine
1314 Bos de Hayne / Bos de Haÿne
XVe Bois de Haisne
1563 Bois d'Hayne / Bos d'Hayne
1749 Bois d'Hesne
1775 Bois-d'Haine

Armoiries[modifier | modifier le code]

La commune de Bois d'Haine possédait des armoiries, faisait usage d'un sceau " à un écu, à un aigle impérial timbré d'une couronne royale " Ayant comme légende inscrite "Eschevins Bois d'Haine" dont les armoiries étaient les mêmes que celles du Saint Empire germanique qui était "d'or à l'aigle bicéphale de sable"

Folklore[modifier | modifier le code]

La fête du Caudia (ou chaudeau) : Fête célébrée à Bois d’Haine le mardi qui suit le dernier dimanche du mois de juin[1].

La fête aux origines très anciennes se perpétue encore aujourd'hui. Elle comprend des dignitaires, un maître de cérémonie, des musiciens, tous costumés. Le caudia est une sorte de lait de poule apprécié en Hainaut, mais produit ici à partir de lait, sucre et mastelles obtenues par la jeunesse qui, jadis, allait quêter jusqu'au crépuscule de ferme en ferme au son d'une musique et de tambours. La quête terminée, une dizaine de cavaliers aux montures ornées de banderoles multicolores vont chercher les quêteurs et les amènent sous un vénérable marronnier où l'on suspend trois chaudrons au moyen d'un joug par-dessus un feu de fagots. Les quêteurs s'habillent alors en marmitons, produisent le chaudeau, en portent un pot au curé, puis chacun se précipite avec un récipient vers le breuvage apprécié. Un comité en sarrau, un char de jeunes filles costumées en paysannes, de la musique et des chants agrémentent cette célébration dont une légende fait remonter l’origine à 1411.

Personnalité[modifier | modifier le code]

  • Louise Lateau (1850 – 1883). Née à Bois-d’Haine dans une famille pauvre, rapidement orpheline de père, Louise Lateau fut confrontée dès son jeune âge à la maladie et à l’indigence. Encore gamine, elle s’occupa des malades de son village et montra une grande capacité de service, de dévouement et de compassion. Sans instruction, profondément croyante et proche du curé de la paroisse, elle tomba gravement malade à 18 ans et son corps fut le siège de phénomènes mystérieux. L’apparition des stigmates, à partir de 1868, engendra une vive émotion parmi la population et entraîna, dans les années qui suivirent, une vague de spéculations tant scientifiques que religieuses, non dépourvues d’aspects polémiques. Louise Lateau attira aussi, souvent malgré elle, de nombreux visiteurs dans sa modeste maison de Bois-d’Haine, village qui, grâce à elle, connut la notoriété nationale et même internationale. Sa cause de canonisation a été introduite.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]