Bois-d'Amont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bois (homonymie) et Bois (communes).
Bois-d’Amont
Vue de la partie centrale de Bois-d'Amont.
Vue de la partie centrale de Bois-d'Amont.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Saint-Claude
Canton Morez
Intercommunalité Communauté de communes de la Station des Rousses
Maire
Mandat
François Godin
2014-2020
Code postal 39220
Code commune 39059
Démographie
Gentilé Bois-d'Amoniers
Population
municipale
1 672 hab. (2014)
Densité 139 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 32′ 11″ nord, 6° 08′ 23″ est
Altitude Min. 1 042 m
Max. 1 310 m
Superficie 12,06 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Jura

Voir sur la carte administrative du Département du Jura
City locator 14.svg
Bois-d’Amont

Géolocalisation sur la carte : Jura

Voir sur la carte topographique du Département du Jura
City locator 14.svg
Bois-d’Amont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bois-d’Amont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bois-d’Amont
Liens
Site web http://www.boisdamont.fr

Bois-d'Amont est une commune française située dans le département du Jura en Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont appelés les Bois-d'Amoniers.

Bois-d'Amont est l'un des quatre villages de la Station des Rousses.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village du Haut-Jura, situé sur la frontière suisse, ses maisons sont disséminées le long des rives de l'Orbe.

Bois-d'Amont est un des plus longs villages de France par rapport à son nombre d'habitants, plus de 4 kilomètres de long pour seulement 1 500 habitants.

Bois-d'Amont tire son nom de sa situation en amont[1] de l'abbaye Saint-Claude dont les moines, au Moyen Âge, ont défriché les bois de la région.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Bellefontaine Chapelle-des-Bois (Doubs) Rose des vents
Les Rousses N Le Chenit (CH - Vaud)
O    Bois-d'Amont    E
S
Arzier-Le Muids (CH - Vaud)

Histoire[modifier | modifier le code]

De 1780 à 1850, plusieurs artisans se spécialisent dans la fabrication de caisses pour horloges comtoises. Ces caisses sont faites en bois d'épicéa, puis peintes de motifs floraux[2].

Ces caisses servent à abriter les mécanismes de comtoises fabriqués à Morez ou à Morbier. Les dernières caisses sont fabriquées dans les années 1930.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bois-d'Amont Blason Écartelé : au premier d'azur à la lame de scie circulaire d'or chargée d'un rabot contourné du champ, au deuxième d'or au sapin de sinople, au troisième d'or au clocher naissant couvert à l'impériale de sinople et ajouré du champ, au quatrième d'azur au skieur de fond d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1900 1912 Paul-Maurice Cretin    
1912 1929 Ernest Lacroix    
1929 1935 Louis-Adolphe Cretin    
1935 1941 Ernest Lacroix    
1941 1945 Étienne Cretin-Maitenaz    
1945 1965 Georges Lacroix    
1965 1989 Georges Vandel    
1989 2001 Bernard Reverchon    
2001 en cours François Godin LREM
(ex-UDI)
Administrateur de sociétés
Conseiller général et président de la communauté de communes de la Station des Rousses ;
conseiller général, vice-président de la communauté de communes de la Station des Rousses depuis 2014.
Conseiller départemental depuis 2015
Vice-Président du Conseil Départemental

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 672 habitants, en augmentation de 0,42 % par rapport à 2009 (Jura : -0,23 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
994 1 026 1 011 1 049 1 105 1 189 1 250 1 384 1 511
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 508 1 576 1 595 1 510 1 481 1 442 1 411 1 380 1 366
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 320 1 393 1 401 1 262 1 170 1 122 1 153 1 068 1 072
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 189 1 258 1 254 1 255 1 350 1 517 1 652 1 653 1 672
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Bois-d'Amont fait partie de la station été-hiver des Rousses (avec les communes des Rousses, de Prémanon et de Lamoura).

L'équipementier de ski Grand Chavin était installé sur la commune[7].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église.

Bois-d'Amont possède l'église avec clocher comtois (dit clocher à dôme à impériale) qui soit totalement cylindrique, alors que les autres clochers comtois sont à quatre faces[8] C'est aussi le cas de La chapelle Saint-Léger de La Cluse-et-Mijoux.

  • Moulin (XVIIe-XVIIIe s), devenu scierie (au XXe s), sis rue des Meuniers, inscrit à l'IGPC depuis 2000[9] ;
  • Fromagerie (XVIIIe s), au lieu-dit "Petits Plats", inscrite à l'IGPC depuis 2000[10] ;
  • Église de la Nativité-de-la-Vierge (XVIIIe-XIXe-XXe s), sise route des Couënneaux, inscrite à l'IGPC depuis 2000[11] ;
  • Fermes (XVIIIe-XIXe s), au lieu-dit « Les Landes d'Aval », inscrites à l'IGPC depuis 2000[12],[13] ;
  • Chalet (XVIIIe-XIXe s), au lieu-dit « Plan de la Fruitière », inscrit à l'IGPC depuis 2000[14] ;
  • Fermes (XVIIIe-XIXe s), inscrites à l'IGPC depuis 2000[15] ;
  • Maisons dites "Les Meuniers" (XIXe-XXe s), sises rue de Franche-Comté, inscrites à l'IGPC depuis 1986[16],[17],[18] ;
  • Scierie (XVIIIe-XIXe s), aujourd'hui maison, au lieu-dit « la Scie Neuve », inscrite à l'IGPC depuis 2000[19] ;
  • Réservoir (XIXe s), sis rue du Vivier, inscrit à l'IGPC depuis 1986[20] ;
  • Boisselleries (XXe s), sises Grande Route, inscrites à l'IGPC depuis 2000[21],[22] ;
  • Musée de la boissellerie, sis rue du Petit Pont, présentant l'histoire des fabrications locales d'horloges comtoises, boîtes à fromage, skis et tavaillons.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Léo Lacroix, skieur alpin, médaillé d'argent en descente aux Jeux olympiques d’Innsbruck (Autriche) en 1964, double médaillé d'argent (descente et combiné) aux championnats de monde de Portillo (Chili) en 1966.
  • Sébastien Lacroix, skieur spécialiste du combiné nordique, actuellement membre de l'équipe de France, il a la réputation d'être un des meilleurs fondeur du circuit mondial.
  • Jason Lamy-Chappuis, skieur spécialiste du combiné nordique, champion olympique 2010, champion du monde 2011 et 2013, triple vainqueur des coupes du monde 2010, 2011 et 2012.
  • Gérard Vandel, skieur de fond handisport.
  • Françoise Macchi, skieuse alpine, y est née.
  • Cyril Miranda, skieur de fond membre de l'équipe de france depuis 2008,il est spécialiste des sprints

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 2 : Formations non-romanes ; formations dialectales, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 194), , 676 p. (ISBN 978-2-600-00133-5, lire en ligne)., p. 1204, notice 22477.
  2. Page 61 De bois en boîtes - Musée de la boissellerie - Bois-d'Amont, musées des techniques et cultures comtoises, 2005, (ISBN 2-911484-11-8).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. http://www.usinenouvelle.com/article/industrie-du-sportgrand-chavin-avale-par-rossignolle-numero-2-francais-du-surf-des-neiges-n-avait-pas-les-moyens-de-rivaliser-avec-les-majors-de-l-industrie-du-ski.N95517
  8. [PDF] « Le clocher de Bois d'Amont », sur site de la station des Rousses (consulté le 1er mars 2013)
  9. « Moulin (XVIIe-XVIIIe s) », notice no IA39000644, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Fromagerie (XVIIIe s) », notice no IA39000646, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Eglise de la Nativité-de-la-Vierge (XVIIIe-XIXe-XXe s) », notice no IA39000627, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Ferme 1 (XVIIIe s) », notice no IA39000640, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Ferme 2 (XVIIIe-XIXe s) », notice no IA39000645, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Chalet (XIXe s) », notice no IA36000641, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Fermes 3, 4, 5, 6 (XVIIIe-XIXe s) », notice no IA39000638, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Maison 1 (XIXe s) », notice no IA39000646, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Maison 2 (XXe s) », notice no IA39000647, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « Maison 2 (XXe s) », notice no IA39000648, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Scierie (XVIII-XIXe s) », notice no IA39000643, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. « Réservoir (XIXe s) », notice no IA39000639, base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Boissellerie 1 (XXe s) », notice no IA39000475, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « Boissellerie 2 (XXe s) », notice no IA39000476, base Mérimée, ministère français de la Culture