Bohan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bohan
Bohan
Photo prise à Bohan
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Namur Province de Namur
Arrondissement Dinant
Commune Vresse-sur-Semois
Code postal 5550
Zone téléphonique 061
Démographie
Gentilé Bohan(n)ais(e)
Population 348 hab. (31/12/2007)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 51′ nord, 4° 53′ est
Superficie 1 400 ha = 14,00 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : province de Namur
Voir sur la carte administrative de province de Namur
City locator 14.svg
Bohan
Géolocalisation sur la carte : Région wallonne
Voir sur la carte administrative de Région wallonne
City locator 14.svg
Bohan
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Bohan
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Bohan

Bohan est une section de la commune belge de Vresse-sur-Semois située en Région wallonne dans la province de Namur.

La langue traditionnelle est le champenois[1]. Cette langue y bénéficie d'un statut de reconnaissance et de protection[2],[3].

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Édifices remarquables[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale Saint-Léger (1760-1761) est un édifice classique en schiste, grès et pierre de France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant l'été 1944, la forêt de Bohan a abrité un camp organisé par la Mission Marathon pour y cacher des aviateurs alliés jusqu'à la Libération. Le camp, dirigé par Hubert Renault, a été le premier des six camps de Marathon à être libéré par les troupes américaines. De nombreux habitants de la région ont apporté leur aide à la sécurité et au ravitaillement des aviateurs alliés[4].

Curiosités[modifier | modifier le code]

  • La pierre à marier, le long de la Semois : constituée de deux blocs, l'un en schiste et l'autre en quartz. Les mariés devaient s'asseoir dos contre dos sur le bloc en quartz afin d'être fertilisés.
  • Le « pont cassé » : vestiges d'un viaduc emprunté par l'ancienne ligne vicinale Gedinne-Bohan, qui fut dynamité par l'armée française le , afin de ralentir l'avance de l'armée allemande.
  • Nombreux anciens séchoirs à tabac

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Atlas sonore des langues régionales de France et de Belgique », sur https://atlas.limsi.fr/ ; site officiel de l'Atlas sonore des langues régionales de France, Paris, CNRS,
  2. Michel Francard, Wallon, Picard, Gaumais, Champenois. Les langues régionales de Wallonie, De Boeck, Bruxelles, 2013.
  3. Michel Francard, Langues d’oïl en Wallonie, Bruxelles, Bureau européen pour les langues moins répandues, (ISBN 1-870675-17-7)
  4. Maurice PETIT, Marathon en Ardenne. L'audacieuse mission de protection d'aviateurs alliés en 1944, Famenne & Art Museum, avec le soutien d'ARA LUXNAM, 2021