Bodio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bodio
Blason de Bodio
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton du Tessin Tessin
District Léventine
Communes limitrophes Giornico, Personico, Pollegio, Serravalle, Sobrio
NPA 6743
N° OFS 5064
Démographie
Gentilé Bodiesi
Population 1 038 hab. (31 décembre 2016)
Densité 161 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 23′ 00″ nord, 8° 55′ 00″ est
Altitude 321 m
Superficie 644 ha = 6,44 km2
Divers
Langue Italien
Localisation
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.

Géolocalisation sur la carte : canton du Tessin

Voir sur la carte administrative du Canton du Tessin
City locator 14.svg
Bodio

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Bodio

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Bodio
Liens
Site web www.bodio.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Bodio est une commune suisse du canton du Tessin. L'origine du nom de la commune est indéterminée[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen âge, le village de Bodio, situé à 130 km de Milan, dépend du Duché de Milan. À la suite des différentes guerres, la région sera progressivement rattachée à la Suisse. Aux environs de 1700 Siegwart, verrier allemand de la Forêt-Noire, s’installe dans cette région où l’on trouve en abondance du bois, de l’eau et des veines de quartz, indispensables pour fabriquer le verre. Son usine emploie entre 50 et 60 travailleurs, et les conditions de travail y sont difficiles: les fours fonctionnaient l’hiver, le contraste de températures élevé entre les fours et l’extérieur entraîne de nombreuses morts par pneumonie. L’été était consacré au ramassage du bois. Les femmes transportaient sur leur dos le quartz extrait des mines dans des sacoches. La fermeture de l’usine entraine l’émigration massive des vitriers, et si la plus grande partie de l’émigration s’est faite vers l’Italie, les vitriers et les fumistes sont plutôt partis en France. À la fin du XIXe siècle l’émigration se faisait vers la Canada et la Californie

Transports[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Bilan de la population résidente permanente (total) selon les districts et les communes, en 2016 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 5 septembre 2017).
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, A. Dauzat et Ch. Rostaing, Larousse, 1963.

Liens externes[modifier | modifier le code]