Bobby Orlando

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un musicien image illustrant américain image illustrant un producteur de musique
Cet article est une ébauche concernant un musicien américain et un producteur de musique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Robert Philip Orlando
Surnom Bobby Orlando, Bobby O
Naissance
Westchester, New York
Genre musical Post-disco[1], Hi-NRG[1]
Années actives Années 1980

Robert Philip Orlando (connu aussi sous le nom de Bobby O et Bobby Orlando) est un musicien multi-instrumentiste, auteur-compositeur et producteur de disques de l'ère post-disco né en 1958. Il a connu le succès surtout dans les années 1980.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un instituteur de la banlieue de New York, Bobby Orlando abandonne ses études de musique classique pour se lancer dans le glam rock[1],[2]. À la fin des années 1970, il se tourne vers le disco et, peu de temps après, crée son propre studio d'enregistrement, "O" Records.

Durant les années 1980, il compose, joue et produit des centaines de compositions, publiées chez de nombreux éditeurs : "O" Records, Bobcat Records, Memo Records, Telefon Records, MenoVision Records, Beach Records, Plastic Records, Eurobeat Records, Obscure Records, Beat Box Records, Riovista Records, Intelligent Records, Basic Records, Knowledge Records et bien d'autres. À la fin de la décennie, il arrête soudainement et inexplicablement sa production.

Outre ses propres réalisations, il a aussi produit bon nombre de chanteurs, chanteuses et groupes dont The Flirts "Passion", Roni Griffith "Desire", Pet Shop Boys "West End Girls" (1re version). Sa musique peut être apparentée à l'Italo disco du début des années 80. Il a produit également quelques titres pour le comédien et Drag Queen Divine dont "Shoot Your Shot" et "Love Reaction".

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c [1]
  2. Kimberly Leston, « The Story of O », dans The Face, 1987.