Boën-sur-Lignon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Boën)
Aller à : navigation, rechercher
Boën-sur-Lignon
Image illustrative de l'article Boën-sur-Lignon
Blason de Boën-sur-Lignon
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Arrondissement de Montbrison
Canton Boën-sur-Lignon
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Astrée
Maire
Mandat
Pierre-Jean Rochette
2014-2020
Code postal 42130
Code commune 42019
Démographie
Gentilé Boënnais
Population
municipale
3 239 hab. (2013)
Densité 540 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 44′ 47″ nord, 4° 00′ 18″ est
Altitude Min. 374 m – Max. 557 m
Superficie 6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de la Loire
City locator 14.svg
Boën-sur-Lignon

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Boën-sur-Lignon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Boën-sur-Lignon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Boën-sur-Lignon
Liens
Site web http://www.boen.fr/

Boën-sur-Lignon, également désignée par son ancien nom Boën[1], est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Boën-sur-Lignon
Saint-Sixte Arthun
Leigneux Boën-sur-Lignon Sainte-Agathe-la-Bouteresse
Trelins
Boën.

Située dans la plaine du Forez, la ville de Boën-sur-Lignon a vue sur les monts du Lyonnais à l'est et sur les monts du Forez à l'ouest. Commune de plus de 3 000 habitants, la petite ville de Boën occupe la rive gauche du Lignon, à l’endroit où il pénètre dans la plaine, au pied de la côte forézienne. Ce chef-lieu de canton est une ville étape au carrefour de la RN 89 (devenue RD 1089) et de la RD 8. Son économie repose sur la métallurgie, la mécanique, la transformation du bois et l’artisanat. Elle bénéficie de l’implantation de nombreux services publics. La gare de chemin de fer est sur la ligne Saint-Étienne - Clermont-Ferrand.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom est controversée. L’hypothèse de la fondation par le peuple gaulois des Boïens n’est guère fondée. Le nom de Bodenno ou Boenco apparaît dans le cartulaire de Savigny au XIe siècle. L’existence de quelques débris gallo-romains à l’Annet, la Chaux et la Garde suffit-elle à prouver l’existence du site au début de notre ère ? On peut supposer que dès avant l’an mil, une petite bourgade s’est installée sur les collines puis au bord de la rivière Lignon. C’est au XVIIe siècle que la forme Boën avec le tréma apparaît. En 1702, Louis XIV ayant besoin d’argent, Boën-sur-Lignon doit se doter d’un blason, moyennant finances. Il est d’or au chevron de gueules chargé d’une merlette d’or (oiseau sans bec ni pattes). Le chevron symbolise un pont (cf le site au bord d’un cours d’eau).

Gentilé[modifier | modifier le code]

Boënnais, Boënnaises.

Histoire[modifier | modifier le code]

Déjà connu sous l'occupation romaine, ce bourg fut fortifié au XVe siècle. L'essor de Boen, à l'origine simple hameau de la paroisse de La Bouteresse, fut favorisé par ses seigneurs, les Damas de Couzan. Ils octroyèrent une charte de franchise à ses habitants en 1247, transportèrent le tombeau de leur famille dans son église, puis fortifièrent ce qui en 1314 fut l'une des treize villes à envoyer des délégués aux États du Forez.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
11 décembre 1813 Jean Férreol du Bessey de Villechèze    
11 décembre 1813 Muron   Adjoint, maire par intérim
15 février 1828 Jean-Antoine Joseph de Chabert    
15 février 1828 18 avril 1848 Jean-Claude Rivière-Fay    
18 avril 1848 8 novembre 1849 Antoine Jean-Baptiste Grange    
8 novembre 1849 5 mai 1850 Pierre Hermil   Adjoint, maire par intérim
5 mai 1850 23 mars 1859 Jean-Louis de Chabert    
23 mars 1859 21 mars 1863 Claudius Turquais    
21 mars 1863 14 août 1970 Jean-Claude Syveton    
14 août 1870 12 mai 1871 Antoine Jean-Baptiste Grange    
12 mai 1871 2 mai 1876 Charles Emile Paul de Chabert    
2 mai 1876 9 mars 1877 Jacques Mallet    
9 mars 1877 30 août 1877 Gustave Labrosse    
30 août 1877 5 janvier 1878 Hector Recorbet    
5 janvier 1878 30 avril 1882 Gustave Labrosse    
30 avril 1882 15 mai 1892 André Gardan    
15 mai 1892 28 mai 1911 Philippe Raymond    
28 mai 1911 27 février 1924 Jean-Marie Servaud    
27 février 1924 17 avril 1924 Pierre Durand   Adjoint, maire par intérim
17 avril 1924 11 juin 1933 Emile Mandrillon    
11 juin 1933 29 décembre 1940 Joannès Ety    
29 décembre 1940 4 septembre 1943 Louis Gauchon    
4 septembre 1943 9 juillet 1944 André Orelle    
9 juillet 1944 14 mars 1959 Joannès Ety    
14 mars 1959 23 mars 1977 Jean-Pierre Blanchet    
23 mars 1977 18 mars 1989 Lucien Moullier PRG  
18 mars 1989 22 juin 1995 Pierre Giraud    
22 juin 1995 30 mars 2014 Lucien Moullier PRG  
30 mars 2014   Pierre-Jean Rochette SE  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 3 239 habitants, en augmentation de 3,22 % par rapport à 2008 (Loire : 1,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 200 1 220 1 426 1 399 1 438 1 616 1 624 1 849 1 898
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 839 1 895 1 993 2 035 2 399 2 367 2 504 2 558 2 720
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 808 2 853 2 768 2 686 2 933 2 911 2 980 3 032 3 249
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2013
3 410 3 654 3 766 3 603 3 256 3 112 3 129 3 181 3 239
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006 [5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Foire aux vins Produits du terroir (au mois d’avril)
  • Fête du livre et des fleurs (au mois de mai)
  • Fête patronale de la Saint-Jean (au mois de juin)
  • Fête de la truite (au mois de juillet)
  • Fête du boudin d'herbes (au mois de novembre)

Sports[modifier | modifier le code]

  • Terrains de grands et petits jeux
  • Salle de sport
  • Terrain de tennis
  • Gymnase intercommunal
  • Stade Gauchon
  • Stade Giraud

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voies[modifier | modifier le code]

114 odonymes recensés à Boën-sur-Lignon
au 6 avril 2014
Allée Ave. Bld Carr. Chemin Cité Clos Imp. Montée Pass. Place Quai Route Rue Ruelle Sentier Square Autres Total
3 [N 1] 1 [N 2] 5 [N 3] 0 7 [N 4] 0 0 7 [N 5] 2 [N 6] 0 19 [N 7] 0 2 [N 8] 49 [N 9] 0 0 1 [N 10] 18 [N 11] 114
Notes « N »
  1. Allée des Prunus, Allée des Thuyas et Allée du Tilleul.
  2. Avenue de la Gare.
  3. Boulevard Honoré d'Urfe, Boulevard Jean-Henri-Dunant, Boulevard Moizieux, Boulevard Pasteur et Boulevard Salvador-Allende.
  4. Chemin de Giraud, Chemin de Grenaud, Chemin de la Madone, Chemin de la Moresse, Chemin de la Volame, Chemin du Bailly et Chemin Mallards.
  5. Impasse de l'Amandier, Impasse de l'Annet, Impasse des Acacias, Impasse des Cèdres, Impasse des Commerçants, Impasse des Genets et Impasse Joseph Dechelette.
  6. Montée Docteur-Schweitzer et Montée du Guet.
  7. Dont Place du 19-Mars-1962.
  8. Route de Montbrison et Route de Parafin.
  9. Dont Rue du 8-Mai-1945 et Rue du 11-Novembre.
  10. Square de la Résistance.
  11. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, parcs, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & OpenStreetMap

Édifices et sites[modifier | modifier le code]

  • Château de Chabert dit Château de Boën - Musée des Vignerons du Forez. Ce château a été construit au XVIIIe siècle par un architecte italien – Dalgabbio. Classé monument historique, il possède une magnifique et rare rotonde à l’italienne et des salles de réception à décor Louis XVI. Situé aux derniers étages du château, le musée des Vignerons du Forez retrace la vie des vignerons foréziens au début du XXe siècle : le travail de la vigne (la taille, les vendanges, le greffage), la vie quotidienne des vignerons grâce aux reconstitutions d’intérieurs (le bistrot forézien, la cuisine, la chambre à coucher, la loge de vigne)[6].
  • Église Saint-Jean-Baptiste du XIXe siècle.
Église Saint-Jean-Baptiste.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Boën (Loire).svg

Les armoiries de Boën se blasonnent ainsi :

D’or au chevron de gueules chargé en chef d’une merlette de sable.

Attribué par D'Hozier (1702).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]