Blue Solutions

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Blue Solutions
Création 11-12-1998
Forme juridique SA à conseil d'administration
Siège social Ergue Gabéric
Direction Vincent Bolloré
Activité Fabrication de piles et d'accumulateurs électriques (code 2720Z)
Effectif 282 en 2017
SIREN 421 090 051
Site web www.blue-solutions.comVoir et modifier les données sur Wikidata

Chiffre d'affaires 111 501 000 € en 2016

80 089 000 € en 2017

Résultat net 7 897 000 € en 2016 (bénéfice)

-3 615 000 € en 2017 (perte)

Blue Solutions est une société du groupe Bolloré, spécialisée dans la fabrication de batteries Lithium Métal Polymère (accumulateur lithium)[1],[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Après plus de 20 années de recherche et développement et 2 milliards d’euros d’investissements, le groupe Bolloré a développé les batteries LMP. En 2001, il crée Blue Solutions, qui marque le lancement de l'activité de production de ces batteries. En 2007, Le groupe Bolloré acquiert les actifs d'Avestor, au Canada, et créé Blue Solutions Canada (anciennement Bathium). En 2011, est lancée une campagne d'investissements importants en vue d'augmenter significativement ses capacités de production et en 2013 a lieu l'inauguration d'une nouvelle usine de production sur le site de Ergué Gabéric (en Bretagne). En ce lieu est produit l'équivalent de 10 000 batteries de 30 kWh. C'est alors que Blue Solutions entre en Bourse. En 2015, c'est l'inauguration d'une usine en Bretagne dédiée à la construction de tramway électrique et le lancement de l'autopartage. En 2016, est inaugurée, toujours en Bretagne, une nouvelle usine pour la construction du Bluebus 12 mètres. Bluetorino, un service italien d'autopartage 100 % électrique, est développé à Turin. Aujourd'hui Blue Solutions compte plus de 300 chercheurs, ingénieurs et techniciens présents sur deux sites de production situés en Bretagne et au Canada. Sa capacité de production annuelle s'élève aujourd'hui à 300 MWh soit 10 000 batteries de 30 kWh. La prédiction pour 2020 est une production d'environ 32 500 batteries[3].

Activités[modifier | modifier le code]

Applications mobiles[modifier | modifier le code]

La société Blue Solutions produit des batteries Lithium Métal Polymère qui équipent des véhicules électriques et hybrides (voitures, bus, tramways, bateaux) ainsi que des systèmes d’autopartage (comme Autolib' en région parisienne). Ces véhicules portent des noms commençant par Blue : les Blueboat, les Blue Car (utilisées à Paris, Lyon[4] et Bordeaux[5]), les Bluetram[6],[7], les Bluebus, etc. En 2015, suite à la COP21 la première ligne de Bluetram est lancée sur les Champs-Élysées. De plus dans les zones réservées aux chefs d'États des pays membres de l'ONU sur le site du Bourget, flotte le BlueBus[8].

Applications stationnaires[modifier | modifier le code]

Blue solutions développe en parallèle, des applications stationnaires comme le stockage d'énergie (pour des particuliers, entreprises ou collectivités), en provenance d'énergies renouvelables comme Bluesun, Bluestorage ou Bluehouse. Ces applications seraient développées et commercialisées par d'autres entités du groupe. Blue Solutions et Blue Applications cherchent à exploiter de nouvelles opportunités pour permettre l'accès à l'énergie dans les zones non connectées. La présence mondiale du Groupe Bolloré est un avantage certain au développement rapide de ses solutions stationnaires. (Guinée, Togo, Niger, Benin, Côte d’Ivoire, Cameroun).

Gouvernance[9][modifier | modifier le code]

Vincent Bolloré - Président du conseil d’administration

Gilles Alix - Directeur Général

Didier Marginèdes - Vice-Président et administrateur

Mi-2017, le groupe Bolloré détient 89 % du capital et 94,17 % des droits de vote de Blue Solutions. Il a déposé un projet d'offre publique d'achat sur les 11 % du capital restant de l'entreprise pour la détenir à 100 %, selon l'Autorité des marchés financiers (AMF)[10]. Ce projet d'offre avait été annoncé le 23 mars 2017 après un recul de 10 % de l'activité de l'entreprise en 2016 (en raison de la concurrence, notamment asiatique, selon le groupe) et la montée en puissance des ventes étant finalement « plus progressive » que prévu[10].

Communication[modifier | modifier le code]

Activités de lobbying[modifier | modifier le code]

Blue Solutions est inscrit depuis 2017 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne. Elle déclare en 2017 pour cette activité des dépenses annuelles d'un montant compris entre 100 000 et 200 000 euros[11].

Pour l'année 2017, Blue Solutions déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France, mais n'a cependant pas déclaré, comme il était légalement tenu de le faire avant le 30 avril 2018, l'ensemble de ses activités[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Batteries, Supercapacités, Films pour condensateurs, site du groupe Bolloré
  2. Blue Solutions, le pari fou de Bolloré, Les Échos, 30 octobre 2013.
  3. « Histoire | Blue Solutions », sur www.blue-solutions.com (consulté le 23 novembre 2016)
  4. http://www.connexiontt.com/lyon-centieme-station-bluely/ Lyon : la centième station Bluely, Connexion
  5. Denis Lherm, « Bordeaux : la voiture électrique en autopartage lancée en novembre », sur sudouest.fr, (consulté le 2 novembre 2016).
  6. Jean-Claude Bourbon, « Le tram, nouveau pari industriel de Vincent Bolloré », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne).
  7. Patrick Désavie, « Bolloré expérimente son Bluetram sur les Champs-Elysées », sur usinenouvelle.com, (consulté le 15 décembre 2015).
  8. « Ambition | Blue Solutions », sur www.blue-solutions.com (consulté le 23 novembre 2016)
  9. « Gouvernance | Blue Solutions », sur www.blue-solutions.com (consulté le 23 novembre 2016)
  10. a et b Connaissance des énergies (2017) [1] Communiqué AFP 20 juin 2017
  11. « Registre de transparence », sur le site de la Commission européenne (consulté le 6 juin 2018)
  12. « Fiche Organisation « Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », sur www.hatvp.fr (consulté le 6 juin 2018)

Lien externe[modifier | modifier le code]