Bloch MB.700

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bloch MB.700
Constructeur Drapeau : France Société des avions Marcel Bloch
Rôle Chasseur léger
Statut Développement stoppé
Premier vol
Nombre construits 1
Équipage
1
Motorisation
Moteur Gnome et Rhône 14M-6
Nombre 1
Type Moteur en étoile
Puissance unitaire 700 ch
Dimensions
Envergure 5,98 m
Longueur 4,93 m
Hauteur 1,67 m
Surface alaire 12,4 m2
Masses
À vide 987 kg
Avec armement 1 850 kg
Performances
Vitesse de croisière 480 km/h
Vitesse maximale 550 km/h
Plafond 8 700 m
Endurance 2 heures
Armement
Interne (prévu) : 2 canons HS-404 de 20 mm et 2 MAC 1934 M-39 de 7,5 mm

Le Bloch MB.700 est un avion de chasse léger monoplace français de la Seconde Guerre mondiale. Développé tardivement, il fut détruit en mai 1940 alors que ses essais venaient juste de débuter.

Un programme de prudence[modifier | modifier le code]

La situation politique se dégradant en Europe le ministère de l'Air français commença au milieu des années 1930 à s’inquiéter d’une possible pénurie d’acier ou d’alliages légers et donc envisagea la réalisation d’avions à partir de matériaux non stratégiques. Émis par le STAé le 12 janvier 1937, le programme A23 portait sur des chasseurs monoplaces légers construits en bois et disposant bien entendu de moteurs moins puissants que les chasseurs lourds classiques[1]. Ce programme donnera aussi naissance aux chasseurs Caudron C.713 et Arsenal VG 30.

André Herbemont, qui avait étudié tous les chasseurs SPAD depuis 1918, connaissait particulièrement bien le mode de construction en bois et ne pouvait laisser passer une telle occasion. Or Blériot Aéronautique, à Suresnes, dont dépendait SPAD, avait été regroupé au sein de la SNCASO avec la Société des avions Marcel Bloch installée à Courbevoie et Marcel Bloch, administrateur délégué de la société nationale, avait maintenu l’indépendance des bureaux d’études après les avoir regroupés sous son nom. C’est donc à Suresnes qu’André Herbemont étudia et fit construire le prototype MB.700[1].

Un prototype qui a peu volé[modifier | modifier le code]

Le prototype, dont les lignes n’étaient pas très éloignées de celles du MB.152, était donc réalisé en bois avec revêtement en contre-plaqué, à l’exception de la partie arrière du fuselage, qui était entoilée. La voilure était bilongeron[2] et recevait la totalité du carburant (326 litres) et un train principal escamotable se relevant vers l’intérieur. Il fut équipé d’un moteur en étoile Gnome et Rhône 14M-6 de 700 ch au décollage entraînant une hélice tripale, mais ne reçut jamais d’armement. Il était prévu d’équiper les appareils de série comme les MB.152, soit de 2 canons HS-404 de 20 mm et de 2 mitrailleuses MAC 1934 M-39 de 7,5 mm ou de 4 mitrailleuses dans les ailes.

Acheminé par route jusqu’à Buc, le prototype effectua un premier vol de 16 minutes le piloté par Daniel Rastel[1]. Il ne reprit l’air que le 13 mai, toujours piloté par Rastel. Au cours de ce vol de 50 minutes il est chronométré à 550 km/h[1], performance remarquable pour la puissance du moteur. Il totalisait 10 h 25 de vol[2] quand le terrain de Buc fut occupé par la Wehrmacht. Il fut rapidement détruit par les soldats allemands qui pensaient que ce prototype, capturé intact, était piégé[2].

Un second prototype ne fut jamais achevé[1]. Il comportait diverses modifications. Une version embarquée était également envisagée (MB-720) mais ne dépassa jamais le stade de la planche à dessins.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • (fr) Le site de Dassault-Aviation
  • William Green et Gordon Swanborough (trad. Mira et Alain Bories), Le grand livre des chasseurs : l'encyclopédie illustrée de tous les avions de chasse et tous les détails de leur fabrication [« The complete book of fighters »], Paris, CELIV, , 608 p. (ISBN 978-2-865-35302-6, OCLC 319871907).
  • (it) William Green, Dimensione cielo no 23/I : Caccia francia p. 27/29. Edizioni Bizzarri, Rome (1974).
  • (fr) Philippe Ricco, "Le Bloch MB-700, dernierdes… SPAD", Le Fana de l'Aviation no 341, avril 1998

Liens externes[modifier | modifier le code]