Blindage espacé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Blindage espacé d'un PzKpfw IV
Blindage espacé

Un blindage est dit espacé lorsqu'il est composé de plusieurs plaques séparées par un espace vide.

origine[modifier | modifier le code]

À l'origine prévu pour les chars légers et contre les munitions anti-tank d'infanterie, Il a été employé dès la Première Guerre mondiale, où il a été utilisé sur les chars Schneider CA1 et Saint Chamond. Beaucoup de chars légers et moyens allemands ajoutèrent dès 1942 un blindage espacé Schürzen (jupe), qui leur permettait de rendre leur blindage latéral très mince plus efficace contre les attaques antichars, particulièrement dans l'espace entre les chenilles et la partie supérieure du flanc. les chars soviétiques ont perfectionné encore cette techniques avec la création de caissons creux.

Introduit dès la conception et intégrés au système de protection, ou bien ajouté en usine pour remettre à niveau un char existant, il a pu également être improvisé sur le champ de bataille avec des éléments de récupération. le blindage est alors situé à l'extérieur du char.

principe[modifier | modifier le code]

le principe général est de protéger le blindage principal en ajoutant une couche externe à distance, réalisant un espace creux entre les deux. le fonctionnement particulier est différent selon les projectiles.

obus explosifs[modifier | modifier le code]

le blindage espacé augmente la protection offerte contre les obus explosifs, car ceux-ci explosent avant d'atteindre les plaques principales. en explosant à distance,on réduit l'onde de choc et les dégâts internes particulièrement liés aux éclats de métal projetés ou la concussion.

obus pénetrants[modifier | modifier le code]

Lorsque le blindage espacé est incliné, il réduit le pouvoir de pénétration des obus balistiques : leur pénétration repose sur leur vélocité, sur dureté et leur forme. après avoir pénétré chaque plaque, ceux-ci ont tendance à se renverser, dévier, se déformer ou se désintégrer, réduisant leur efficacité lorsqu'ils atteignent le blindage principal. En alternant les angles des blindages principal et secondaire, on optimise la capacité du blindage à résister à la pénétration, pour un poids donné.

charges creuses[modifier | modifier le code]

L'armure espacée s'est révélé d'autant plus nécessaire avec l'arrivée des projectiles à charges creuses durant la seconde guerre mondiale. Le principe de ces projectiles est une explosion interne projetant un jet de plasma, en général de l'aluminium vaporisé. La pénétration n'est alors plus assurée par la vitesse du projectile mais par la chaleur et la vélocité du jet qui fait fondre le blindage et détruit et enflamme les éléments à l'intérieur du char. Ce principe a permis l'introduction d'armes telles que le panzerfaust allemand ou le bazooka américain: un fantassin seul devenait alors capable de détruire un char lourd. Le blindage espacé faisant exploser l'ogive prématurément, le jet de métal fondu démarre trop loin de l'armure principale, et perds son efficacité.

mise en œuvre[modifier | modifier le code]

Un blindage relativement mince, ou même une grille métallique (blindage cage) peut former un blindage espacé.

On peut considérer que les chenilles forment un blindage espacé en déclenchant l'explosion à distance, ou en détournant et déformant un obus avant son impact sur l'armure principale.

histoire et évolution[modifier | modifier le code]

Le principe a connu de nombreuses améliorations :

Dès la première guerre mondiale, lorsque les chars apparaissent et sont immunisés contre les mitrailleuses et armes légères, des armes et des projectiles plus puissants sont mis en œuvre. Aussitôt, un blindage supplémentaire est appliqué sur les chars ; en ajoutant des couches, pour ajouter de l'épaisseur.

en 1939, les chars sont suffisamment protégés pour leur rôle mais dès 1942[1] les allemands introduisent des schürtzen, ou jupes, pour protéger les flancs trop minces de leurs chars légers et moyens contre les attaques de fusils anti-chars. on peut également voir sur la tourelle de certaines versions du PzKfw IV un ajout de blindage supplémentaire, puis des blindages cages sur les flancs comme sur le Stugg IV, constitués de filets métalliques. Légers et économes, facile à mettre en place, ceux ci sont directement destinés à contrer les charges creuses en les faisant exploser à distance.

Finalement, les soviétiques avec le IS3 en 1945 proposent un blindage espacé intégré dès la conception, avec deux blindages successifs formant un caisson creux, dont les angles contraires dévient les projectiles et dont l'angle augmente l'épaisseur effective de l'armure. (voir blindage incliné)

En réponse aux ogives à charge creuse (HEAT) de plus en plus efficaces, un blindage espacé intégral a été réintroduit dans les années 1960 sur les chars allemands Leopard 1. Il comporte des espaces creux à l'intérieur, ce qui augmente la distance entre l'extérieur du véhicule et l'intérieur pour un poids donné de blindage, et donc réduit la puissance de pénétration de la charge creuse. Parfois, les surfaces intérieures de ces cavités sont inclinées, présentant des angles répondant à la trajectoire prévue de l'obus à charge creuse, afin de continuer à dissiper sa puissance. On peut avoir par exemple, pour un poids donné de blindage, deux couches de 15 mm d'épaisseur plus efficaces qu'une seule de 30 mm.

Aujourd'hui, les véhicules blindés légers sont équipés de blindage cage, et quelques chars de combat principaux (main battle tank) disposent de jupes en caoutchouc pour protéger leurs suspensions relativement fragiles et leur ventre à l'avant.

Le bouclier Whipple utilise le principe du blindage espacé pour protéger les engins spatiaux contre les impacts de micrométéorites hypervéloces. L'impact avec la première paroi fond ou fragmente la particule incidente, dispersant ainsi son impact sur une zone plus large de la paroi intérieure plus épaisse.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Why were Schürzen introduced in WW2? », sur Steven's Balagan,‎ (consulté le 31 mai 2016)