Bleuette Bernon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bleuette Bernon
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Léontine Ernestine Gauché dite Bleuette Bernon, née le dans le 14e arrondissement de Paris[1] et morte en à Saint-Maur-des-Fossés[2], est une artiste lyrique et une actrice française du cinéma muet.

Elle est connue presque uniquement pour ses rôles dans huit des films de Georges Méliès.

Bleuette Bernon est la mère de la comédienne Marianne Cantrelle (1900-1972) et la grand-mère de l'actrice Jacqueline Cantrelle née en 1927.

Biographie[modifier | modifier le code]

On ignore dans quelles circonstances cette brodeuse, fille naturelle d'une modeste fleuriste du boulevard Bonne-Nouvelle, est devenue artiste de café-concert. Ce que l'on sait c'est qu'au moment de son premier mariage en 1898[3], elle exerçait encore son métier et que l'année suivante elle tournait déjà son premier film avec Méliès. Par contre, elle est bien déclarée « artiste lyrique » sur l'acte de naissance de sa fille le [4].

Si Georges Méliès ne l'avait pas repérée un soir de 1899 dans son tour de chant au cabaret l'Enfer, Bleuette Bernon aurait sans doute sombré aujourd'hui dans l'oubli le plus total.

Ce n'est pas bien sûr sa voix qui la fit remarquer puisqu'il s'agissait de tourner dans des films sans paroles, mais plutôt son allure ainsi que sa façon d'évoluer et de s'exprimer sur scène.

Georges Méliès lui réservera des premiers rôles dans huit de ses meilleurs longs-métrages entre 1899 et 1909 date à laquelle elle quittera définitivement les plateaux de cinéma pour retrouver la scène des cafés-concerts parisiens comme l'Eldorado ou la Cigale.

Bleuette Bernon fit donc une apparition au cinéma d'autant plus remarquée qu'elle fut sans lendemain. Elle retomba rapidement dans l'anonymat d'où Méliès l'avait tiré quelques années auparavant. Quand sa fille Marianne Thérèse Lacreuse se marie en 1926, Bleuette Bernon demeure rue Caulaincourt.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Les premiers films dans lesquels elle apparaît sont réalisés à la fin du XIXe siècle. Dénués de scénario, ils ne durent que quelques minutes. Georges Méliès fait évoluer le genre du film de fiction, et Bleuette Bernon devient l'une des premières actrices à interpréter des rôles de personnages historiques ou imaginaires.

Selon Paul Didier (cf. infra), Bleuette Bernon aurait tourné dans quelque 20 films de Georges Méliès. À ce jour, elle n'a été identifiée avec certitude que dans les 8 courts-métrages suivants :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Trois générations d'artistes, article de Paul Didier paru dans le journal Paris-Soir du [5].

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Paris 14e, acte de naissance no 2059, année 1878 avec mention marginale du second mariage de 1919. Le premier mariage de 1898 n'a pas fait l'objet d'une transcription.
  2. « Gauché, Léontine Ernestine - (vue 113/278) dans la table décennale des décès de 1933-1942 de la commune de Saint-Maur-des-Fossés », sur Archives départementales du Val-de-Marne, (consulté le 8 avril 2020) - Note. L'acte de décès a été rédigé le 15 juin 1937 donc elle est morte à cette date ou un peu avant.
  3. Acte de mariage n° 1779 du 1er octobre 1898, registre des mariages du 18e arrondissement. De ce mariage, dissous par jugement de divorce le 7 mai 1917, sont issus 2 enfants : Marianne Thérèse Lacreuse (1900-1972), la future comédienne Marianne Cantrelle, et Charles Lacreuse (1903-1974). Tous deux ont laissé une descendance.
  4. Acte de naissance n° 4234, registre des naissances du 18e arrondissement (p.21/31).
  5. Trois générations d'artistes. Paris-Soir, 13 janvier 1928, p. 5, lire en ligne sur Gallica.

Liens externes[modifier | modifier le code]