Bleu de trypan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bleu de trypan
Bleu de trypan
Identification
Nom IUPAC 3,3'-[(3,3'-diméthyl[1,1'-biphényl]-4,4'-diyl)bis(azo)]bis[5-amino-4-hydroxynaphtalène-2,7-disulfonate] de tétrasodium
Synonymes C.I. 23850
C.I. Direct Blue 14
No CAS 72-57-1
No EINECS 200-786-7
PubChem 5904246
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C34H28N6Na4O14S4  [Isomères]
Masse molaire[1] 964,837 ± 0,055 g/mol
C 42,32 %, H 2,93 %, N 8,71 %, Na 9,53 %, O 23,22 %, S 13,29 %,
Propriétés physiques
fusion > 300 °C[2]
Précautions
Directive 67/548/EEC
Toxique
T



Écotoxicologie
DL50 328 mg·kg-1 (souris, i.v.)[3]
267 mg·kg-1 (souris, s.c.)[4]
LogP -0,120[2]
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.


Le bleu de trypan est un colorant vital utilisé pour colorer sélectivement les tissus ou cellules morts. C'est un colorant azoïque.

Le bleu de trypan est aussi connu sous le nom de bleu diamine et de bleu Niagara.

Chimie[modifier | modifier le code]

Le bleu de trypan est dérivé de la ditoluidine (C14H16N2). Le bleu de trypan est ainsi nommé car il tue les trypanosomes, parasites entre autres responsables de la maladie du sommeil. Un analogue du bleu de trypan, la suramine est utilisé en pharmacie contre la trypanosomiase.

Le rouge de trypan et le bleu de trypan furent synthétisés la première fois par le chimiste allemand Paul Ehrlich en 1904.

Coloration au bleu de trypan[modifier | modifier le code]

Principe[modifier | modifier le code]

La coloration au bleu de trypan est une méthode de coloration des cellules mortes.

Chez une cellule vivante, la membrane intacte empêche l'entrée de la coloration dans le cytoplasme, alors qu'au contraire chez une cellule morte, la membrane lésée laisse passer le colorant ce qui aboutit à la coloration de la cellule en bleu.

Cependant, cette molécule étant toxique, elle finit par tuer les cellules qui deviennent alors toutes bleues.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Cette méthode est couramment utilisée lors de numération cellulaire. On utilise alors un hémacytomètre afin de compter les cellules dans un volume précis.

On peut également utiliser cette coloration pour visualiser les cellules mortes et les hyphes de champignon et Stramenopiles.

Cette méthode ne permet pas de distinguer les cellules mortes par apoptose des cellules nécrosées.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a et b (en) « Bleu de trypan » sur NIST/WebBook, consulté le 12/05/2010
  3. Toxicology and Applied Pharmacology. Vol. 23, Pg. 537, 1972. PMID
  4. Naunyn-Schmiedebergs Archiv fuer Pharmakologie. Vol. 267, Pg. 31, 1970. PMID

Source[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :