Bleu de trypan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la biologie image illustrant les composés organiques
Cet article est une ébauche concernant la biologie et les composés organiques.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Bleu de trypan
Bleu de trypan
Identification
Nom UICPA 3,3'-[(3,3'-diméthyl[1,1'-biphényl]-4,4'-diyl)bis(azo)]bis[5-amino-4-hydroxynaphtalène-2,7-disulfonate] de tétrasodium
Synonymes

C.I. 23850
C.I. Direct Blue 14

No CAS 72-57-1
No EINECS 200-786-7
PubChem 5904246
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C34H28N6Na4O14S4  [Isomères]
Masse molaire[1] 964,837 ± 0,055 g/mol
C 42,32 %, H 2,93 %, N 8,71 %, Na 9,53 %, O 23,22 %, S 13,29 %,
Propriétés physiques
fusion > 300 °C[2]
Précautions
Directive 67/548/EEC
Toxique
T



Écotoxicologie
DL50 328 mg·kg-1 (souris, i.v.)[3]
267 mg·kg-1 (souris, s.c.)[4]
LogP -0,120[2]
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.


Le bleu de trypan est un colorant vital utilisé pour colorer sélectivement les tissus ou cellules morts. C'est un colorant azoïque.

Le bleu de trypan est aussi connu sous le nom de bleu diamine et de bleu Niagara.

Chimie[modifier | modifier le code]

Le bleu de trypan est dérivé de la ditoluidine (C14H16N2). Le bleu de trypan est ainsi nommé car il tue les trypanosomes, parasites entre autres responsables de la maladie du sommeil. Un analogue du bleu de trypan, la suramine est utilisé en pharmacie contre la trypanosomiase.

Le rouge de trypan et le bleu de trypan furent synthétisés la première fois par le chimiste allemand Paul Ehrlich en 1904.

Coloration au bleu de trypan[modifier | modifier le code]

Principe[modifier | modifier le code]

La coloration au bleu de trypan est une méthode de coloration des cellules mortes.

Chez une cellule vivante, le bleu trypan rentré est de suite relargué, contrairement aux cellules mortes. Ainsi les cellules mortes sont colorées bleu alors que les cellules vivantes ne le sont pas[5]. À ne pas confondre avec le mode d'action du iodure de propidium qui ne rentre uniquement dans les cellules mortes, du fait que leurs membranes soient altérées.

Outre son effet tératogène[6],[7],[8] dangereux pour l'utilisateur, le bleu trypan est également cytotoxique[9],[10] et finira ainsi par colorer la totalité de la population cellulaire après un délai variable en fonction de la lignée considérée. Aussi, son utilisation pour le dénombrement de cellules tend à être abandonnée puisqu'il conduit fréquemment à une surestimation de la mortalité. L'emploi de méthodes basées sur un marquage spécifique des cellules mortes par fluorescence à l'aide de molécules moins (iodure de propidium) ou non (DAPI) toxiques est désormais privilégié pour le comptage cellulaire précis associé à une mesure de la viabilité.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Cette méthode est couramment utilisée lors de numération cellulaire. On utilise alors un hémocytomètre afin de compter les cellules dans un volume précis.

On peut également utiliser cette coloration pour visualiser les cellules mortes et les hyphes de champignon et Stramenopiles.

Cette méthode ne permet pas de distinguer les cellules mortes par apoptose des cellules nécrosées.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a et b (en) « Bleu de trypan » sur NIST/WebBook, consulté le 12/05/2010
  3. Toxicology and Applied Pharmacology. Vol. 23, Pg. 537, 1972. PMID
  4. Naunyn-Schmiedebergs Archiv fuer Pharmakologie. Vol. 267, Pg. 31, 1970. PMID
  5. http://www.champignons-passion.be/TrypanBleu.pdf
  6. A. N. Barber et J. C. Geer, « STUDIES ON THE TERATOGENIC PROPERTIES OF TRYPAN BLUE AND ITS COMPONENTS IN MICE », Journal of Embryology and Experimental Morphology, vol. 12,‎ , p. 1–14 (ISSN 0022-0752, PMID 14155404, lire en ligne)
  7. F. Beck et J. B. Lloyd, « DOSAGE-RESPONSE CURVES FOR THE TERATOGENIC ACTIVITY OF TRYPAN BLUE », Nature, vol. 201,‎ , p. 1136–1137 (ISSN 0028-0836, PMID 14152802, lire en ligne)
  8. J. G. Wilson, A. R. Beaudoin et H. J. Free, « Studies on the mechanism of teratogenic action of trypan blue », The Anatomical Record, vol. 133,‎ , p. 115–128 (ISSN 0003-276X, PMID 13670433, lire en ligne)
  9. (en) K. Mascotti, J. McCullough et S.r. Burger, « HPC viability measurement: trypan blue versus acridine orange and propidium iodide », Transfusion, vol. 40,‎ , p. 693–696 (ISSN 1537-2995, DOI 10.1046/j.1537-2995.2000.40060693.x, lire en ligne)
  10. (en) K. H. Jones et J. A. Senft, « An improved method to determine cell viability by simultaneous staining with fluorescein diacetate-propidium iodide. », Journal of Histochemistry & Cytochemistry, vol. 33,‎ , p. 77–79 (ISSN 0022-1554 et 1551-5044, PMID 2578146, DOI 10.1177/33.1.2578146, lire en ligne)

Source[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :