Blaues Wunder

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Blaues Wunder
« Miracle bleu »
Image illustrative de l'article Blaues Wunder
Géographie
Pays Allemagne
Länder Saxe
Localité Dresde - Loschwitz / Blasewitz
Coordonnées géographiques 51° 03′ 13″ N 13° 48′ 39″ E / 51.053611, 13.81083351° 03′ 13″ N 13° 48′ 39″ E / 51.053611, 13.810833
Fonction
Franchit Elbe
Fonction Pont routier
Caractéristiques techniques
Type Pont à poutres cantilever
Longueur 280 m
Largeur 12 m
Hauteur 24 m
Matériau(x) Acier
Construction
Construction 1893
Architecte(s) Claus Koepcke
Hans Manfred Krüger

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
Blaues Wunder« Miracle bleu »

Blaues Wunder ou das blaue Wunder (en français : le « Miracle bleu » ou la « Merveille bleue ») est le nom populaire du pont de Loschwitz (Loschwitzer Brücke), à Dresde, Saxe, Allemagne, ouvert en 1893. Ce pont sur l'Elbe, appelé officiellement König-Albert-Brücke (pont du roi Albert) jusqu'en 1912, relie entre eux les quartiers résidentiels de Blasewitz et de Loschwitz.

Construction[modifier | modifier le code]

Le pont a été construit entre 1891 et 1893 par Claus Koepcke et Hans Manfred Krüger. C'est, comme son créateur Claus Koepcke aimait à le dire, « un pont suspendu à trois articulations ». En réalité, c'est, en langage technique rigoureux, un parfait exemple de « pont équilibré » ou « pont à poutres cantilever ».

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

  • Longueur: 280 m
  • Poids : 3 500 tonnes

Les pièces en acier du pont ont été forgées aux ateliers Königin-Marien-Hütte de Cainsdorf, près de Zwickau, devenus depuis lors la Sächsische Anlagen und Maschinenbau GmbH (SAM), jusqu'à leur faillite en 2005.

Le tablier en treillis du pont a une largeur de 12 m et les travées ont respectivement 61,76 m, 146,68 m et 61,76 m de long. Les pylônes à partir du bord supérieur de piles ont environ 24 m de haut.

Coût et péage[modifier | modifier le code]

  • Coût: 2,25 millions de mark-or
  • Peinture: 57 000 mark-or

Le droit de péage était, jusqu'en 1923 de :

  • 2 pfennig pour les piétons, les passagers des tramways, les cyclistes et les automobilistes
  • 10 pfennig pour les animaux de trait
  • 20 pfennig pour les véhicules à moteur

Des abonnements et des régimes particuliers étaient possibles. Ces taxes permirent aussi de financer, peu de temps après, le mur de soutènement de la rue Schiller, à Loschwitz, bientôt appelé « Zwee-Pfeng Mauer » (« mur à deux pfennigs ») dans l'expression populaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Restauration : le 9 avril 1985, la circulation du tramway de Dresde fut interrompue sur le pont pour permettre la réhabilitation complète du chef-d’œuvre technique de 1893.

Le pont a été modifié en 1935 : la chaussée a été élargie et les trottoirs mis en encorbellement à l'extérieur de la structure. Il a échappé aux destructions de 1945 grâce à l'initiative de riverains qui empêchèrent la Wehrmacht de procéder à sa destruction par explosion qui était prévue. Le fait est rappelé par une plaque commémorative sur la rive de Blasewitz.

Jusqu'en 1985, les lignes du tramway de Dresde no 4, vers Pillnitz, et no 15, vers Loschwitz, passaient sur le pont. Il est actuellement réservé aux véhicules routiers de moins de 15 tonnes.

Présent et avenir[modifier | modifier le code]

La circulation sur le pont est importante et sa conservation en l'état pour les besoins des véhicules légers n'apparaît guère envisageable après 2030[1]. Des discussions sont engagées quant à son avenir plus lointain.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Le Miracle bleu, trafic, maintenance, durée de vie

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Klaus Beuchler: Entscheidung im Morgengrauen, Kinderbuchverl., Berlin, 1969
  • Volker Helas: Das Blaue Wunder. Die Geschichte der Elbbrücke zwischen Loschwitz und Blasewitz in Dresden, Fliegenkopf-Verl., Halle, 1995, ISBN 3-930195-07-0
  • Michael Wüstefeld: Blaues Wunder. Dresden wunderlichste Brücke, Be-bra-Verl., Berlin, 2002, ISBN 3-930863-81-2

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]