Blake Baxter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un musicien image illustrant américain
Cet article est une ébauche concernant un musicien américain.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Blake Baxter
Genre musical Techno de Détroit
Labels Tresor, Underground Resistance

Blake Baxter est un musicien américain de musique électronique originaire de Détroit et établi à Berlin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Aspects de sa musique[modifier | modifier le code]

La musique de Blake Baxter se situe entre la techno de Détroit et des morceaux plus house[1]. L'aspect souvent sensuel voire érotique de certains de ses morceaux puise son influence auprès de musiciens dont l’œuvre se distingue aussi par son côté sexuel, tels Barry White ou Prince[1], tandis qu'il s'inspire de Funkadelic ou Parliament concernant l'utilisation de machines[1].

Point de vue des critiques musicaux[modifier | modifier le code]

Le magazine Tsugi estime que c'est « sûrement le plus sous-estimé de tous les producteurs[2] de la première génération de Détroit, en dépit d’une production discographique foisonnante depuis plus de vingt-cinq ans »[3], rejoignant ainsi l'avis de John Bush dans le All Music Guide To Electronica[1].

Discographie partielle[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Maxis[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) John Bush et Vladimir Bogdanov (dir.), All music guide to electronica : the definitive guide to electronic music, Backbeat Books, , 670 p. (ISBN 0-87930-628-9, lire en ligne), p. 42-43
  2. L'emploi du terme producteur est impropre ici et à comprendre dans son sens anglais, où il désigne plutôt le compositeur qui réalise aussi techniquement ses morceaux. Voir aussi réalisateur artistique.
  3. Benoît Carretier, « Blake Baxter », Tsugi, no 3 (hors-série) « 100 artistes oubliés, maudits, méprisés »,‎ , p. 16

Liens externes[modifier | modifier le code]