Blagoje Bersa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Blagoje Bersa
Blagoje Bersa (1).jpg
Blagoje Bersa en 1934.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
ZagrebVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière de Mirogoj (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Blagoje Bersa (né Benito Bersa ; Dubrovnik-Zagreb) est un compositeur croate à l'influence importante[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Bersa naît dans une famille de musiciens amateurs passionnés. Son père Ivan, fonde un quatuor à cordes à Dubrovnik. Il étudie à Zagreb de 1893 à 1896 avec Ivan Zajc[2] le piano et la compositeur, mais également le violoncelle. Il poursuit ses études au Conservatoire de Vienne : la composition avec Robert Fuchs (également professeur de Mahler et Sibelius) et le piano avec Julius Epstein (1896–1899). Son travail de fin d'étude, Andante sostenuto pour orchestre, est joué en public à Vienne en 1899[2]. Durant la saison 1902–1903, il obtient un poste de chef d'orchestre à Graz[2], puis, tout en enseignant la musique et orchestrateur d'opérettes de 1903 à 1919, il est également de 1911 à 1918, conseiller artistique pour l'éditeur Ludwig Doblinger[2].

En 1919, il retourne à Zagreb, et dès 1922, il travaille comme professeur de composition à l'Académie de musique, où il enseigne jusqu'à sa mort[2].

Style[modifier | modifier le code]

L'œuvre de Blagoje Bersa est typique de la musique « fin de siècle » enrichissant la tradition romantique de nouvelles nuances[2]. Sa musique symphonique est essentiellement constituée de poèmes symphoniques à programme et trouve son sommet dans Sunčana polja (« Champs ensoleillés », 1919). Il compose également des opéras dont le plus réussit est Der Eisenhammer (1906–1911). La musique des machines, dans l'acte 3, est un exemple musical futuriste[2]. Il compose également des mélodies sur des textes croates et allemands, de la musique de chambre et des pièces pour piano.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Opéras[modifier | modifier le code]

  • Jelka (1901 ; sans représentation)
  • Der Eisenhammer (Oganj) [Le marteau de fer], opéra, 1911
  • Der Schuster von Delft (Postolar od Delfta) [Le cordonnier de Delft], opéra d'après Hans Christian Andersen, 1914.

Œuvres symphoniques[modifier | modifier le code]

Buste de Blagoje Bersa.
  • Sablasti [Apparitions] & Sunčana paul [Champs ensoleillés], diptyque symphonique
  • Sinfonia tragica « Quattro ricordi della mia vita » (symphonie tragique - Quatre souvenirs de ma vie) en ut mineur
  1. Ouverture drammatique, op. 25a
  2. Idila « Il giorno delle mie noces » (Idylle - Le jour de mon mariage), op. 25b
  3. Capriccio-Scherzo, op. 25c
  4. Finale « Vita nuova », op. 25d (inachevé ; esquisse pour piano orchestrée par son élève Zvonimir Bradić, à qui Bersa donne son approbation exclusive avant de mourir)
  • Hamlet, poème symphonique
  • Andante sostenuto pour orchestre

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • Povero Tonin, élégie pour violon et piano
  • Trio avec piano
  • Quatuor à cordes

Piano[modifier | modifier le code]

  • Ballabile (1894)
  • Bagatelle, op. 16 (1897
  • Sonate pour piano no 2 en fa mineur, op. 20 (1897)
  • Marche triomphale, op. 24 (1898)
  • Fantaisie-Impromptu, op. 27 (1899)
  • Ora triste, op. 37 (1903)
  • Notturno, op. 38 (1903)
  • Na Žalu [Au pays] (1921)
  • Po Nacinu starih [À la manière des vieux] : Airs de ballet (1926) — Fantasia breve : Grave – Andante – Scherzo : Vivo – L’Heure de rêveries : Grave

Discographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Blagoje Bersa » (voir la liste des auteurs).

  1. « réseau de la culture » (version du 7 juin 2007 sur l'Internet Archive)
  2. a, b, c, d, e, f et g Grove 2001.

Liens externes[modifier | modifier le code]