Blackburn Velos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Blackburn Velos
Vue de l'avion.
Vue de l'avion.

Constructeur Drapeau : Royaume-Uni Blackburn Aeroplane and Motor Co. Ltd.
Rôle Bombardier-torpilleur
Statut retiré du service
Équipage
3
Motorisation
Moteur Napier Lion IIB ou V
Nombre 1
Type 12 cylindres en W refroidi par liquide
Puissance unitaire 450
Dimensions
Envergure 14,78 m
Longueur 10,82 m
Hauteur 3,73 m
Masses
À vide 1 711 kg
Maximale 2 895 kg
Performances
Vitesse maximale 172 km/h
Plafond 4 300 m
Armement
Interne 1 torpille de 457 mm ou 4 bombes de 104 kg
Externe 1 mitrailleuse Lewis Mark I de 7,7 mm

Le Blackburn T.3 Velos (en grec ː flèche) était un bombardier-torpilleur biplan construit par Blackburn Aircraft durant l'entre-deux-guerres pour la Grèce.

Conception[modifier | modifier le code]

À la fin de la Première Guerre mondiale, le gouvernement grec avait sollicité l’aide de la mission navale britannique à Athènes pour créer des ateliers aéronautiques nationaux en périphérie de la base aéronavale de Phaleron, près d’Athènes. En 1923 le projet n’avait guère avancé. Début 1924, le Ministère de la marine grec invita Robert Blackburn à Athènes pour lui proposer de prendre en main les choses. Aux termes d’un contrat de cinq ans débutant le , Blackburn Aeroplane and Motor Co. Ltd. assura donc le fonctionnement de l’usine de Phaleron, propriété de la Marine grecque. L’usine était administrée par G.W. Cannel, assisté de H.B. Bentley (qui avait dirigé antérieurement l’usine de Brough) pour la partie technique. Elle fut finalement remise aux Grecs en 1938 pour devenir KEA (Usine d’aviation d’État)[1].

Cet accord était d’autant plus opportun que la Marine grecque était à la recherche d’un hydravion de défense côtière, capable d’assurer aussi bien des missions de bombardement que de torpillage, de reconnaissance ou d’entraînement. Le major Frank Arnold Bumpus, chef du bureau d’études de Blackburn, adapta donc le Blackburn T.2 Dart biplace aux besoins de la Grèce :

L’appareil était équipé d’un moteur Napier Lion V et aménagé en double commande. Le lancement de torpille n’était possible qu’en version monoplace. Pour les missions de reconnaissance, deux réservoirs supplémentaires cylindriques de 204 litres chacun venaient se fixer sous le plan inférieur, augmentant l’autonomie de l’appareil de 90 minutes. Un système assez complexe de pompes permettait d’alimenter le réservoir du plan supérieur.

Malgré son allure générale et ses dimensions pratiquement identiques au T.2 Dart, le biplace proposé aux Grecs était une machine sensiblement plus évoluée. Il fut donc rebaptisé Blackburn T.3 Velos[1].

Le projet fut accepté par le gouvernement grec. Tandis que le personnel envoyé en Grèce achevait la construction de l’usine et mettait en place l’outillage, quatre appareils furent construits en Grande-Bretagne. Les deux premiers furent présentés en vol le à Brough devant un parterre d’officiels comprenant les attachés militaires italien et américain, l’Air Vice-Marshal Sir Veyll Vyvyan, et des représentants des marines argentine, australienne, britannique et espagnole. Malgré son poids, l’appareil se révéla aussi maniable que le Dart et très stable à l’hydroplanage[1].

Deux de ces appareils furent envoyés en Grèce comme avions d'entraînement. Un des deux appareils restés en Grande-Bretagne fut utilisé à Brough comme avion expérimental, notamment pour la mise au point de nouveaux flotteurs en aluminium, dessinés par le major Rennie. D’un dessin assez proche de celui des flotteurs originaux, ils furent dotés d’un gouvernail marin et complétés par un chariot destiné aux opérations de mise à l’eau. On s’aperçut que le plan supérieur restreignait le champ de tir de la mitrailleuse. Il fut donc décidé de rehausser le poste arrière. Ainsi modifié, l’appareil prit la désignation T.3A[1].

Engagements[modifier | modifier le code]

Le , le colonel William Forbes-Sempill (en) décollait le premier T.3A construit en Grèce d’un terrain sommairement aménagé derrière l’usine de Phaleron. Réalisé avec un train d'atterrissage terrestre et immatriculé T.11, il se différenciait des avions construits en Grande-Bretagne par un radiateur plus large pour tenir compte des températures plus élevées en Grèce. Forbes-Sempill se posa à Tatoï, de l’autre côté d’Athènes. Dès le lendemain, les essais de réception débutèrent, en présence de Robert Blackburn et du premier ministre grec, le général Pangalos[1].

Deux semaines plus tard, le , Forbes-Sempill fit décoller le second appareil, immatriculé T.12, depuis la baie de Phaleron. En effet l’appareil était en version hydravion avec des flotteurs en bois. Cinq appareils supplémentaires furent livrés avant la fin de l’année 1926[1].

Opérateurs[modifier | modifier le code]

Drapeau de la Grèce Grèce

Au total 12 Velos furent produits à Phaleron. 13 exemplaires furent reconditionnés en 1930 et la plupart étaient toujours en service en 1934. Les derniers Velos grecs ne furent réformés qu’en 1936[1].

Drapeau de l'Espagne Espagne

En juillet 1927, la Marine espagnole fit l’acquisition d’un T.3A. Cet appareil reçut l’immatriculation civile « M-NTAC » et rejoignit les deux Blackburn Swift se trouvant déjà à El Prat de Llobregat. Le , alors que l’appareil avait pour équipage les lieutenants de vaisseau (LV) Rafael Romero Conde et Jesús Núñez Rodríguez, le moteur prit feu en vol. Le pilote parvint à se poser à El Prat de Llobregat et s’en tira avec des blessures sans gravité, mais l’avion fut détruit[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i Jean-Louis Bléneau, « Les torpilleurs Blackburn T.1 Swift, T.2 Dart et T.3 Velos » (consulté le 3 juillet 2018).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :