Black Coyote

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Black Coyote était un amérindien Lakota qui refusa de rendre ses armes déclenchant ainsi involontairement le massacre de Wounded Knee le 29 décembre 1890.

Un récit amérindien de Turning Hawk, sympathisant du gouvernement des États-Unis présent sur les lieux présente Black Coyote comme « un homme fou, un jeune homme de très mauvaise influence, en fait un rien du tout[1]. »

Un autre récit du lieutenant James D. Mann détaille le massacre et un supplément (d'origine inconnue) a été ajouté à son récit après sa mort (Mann mourut en effet deux semaines plus tard après l'escarmouche de la Mission Drexel) :

« … Mann a oublié de mentionner …Black Coyote, un jeune qui était connu de son peuple comme un semeur de trouble. Il brandissait son arme, déclarant qu'il l'avait achetée et qu'il ne la rendrait pas tant qu'il ne serait pas payé… »

La mini-série Into the West suggère que Black Coyote était sourd. Cette allégation ne repose sur aucune base fiable. Aucun document connu n'existe qui suggère que Black Coyote ait été réellement sourd.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. New York Times, 12 février 1891 "Les Indiens racontent leur histoire"