Black Christmas (film, 2019)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Cet article concerne le remake de 2019. Pour le film original de Bob Clark, voir Black Christmas (film, 1974). Pour le remake de 2006, voir Black Christmas (film, 2006).
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Black Christmas.
Black Christmas
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo promotionnel du film aux États-Unis.
Titre québécois Noël Tragique
Réalisation Sophia Takal
Scénario Sophia Takal
April Wolfe
Acteurs principaux

Imogen Poots
Aleyse Shannon
Lily Donoghue
Brittany O'Grady
Caleb Eberhardt

Sociétés de production Blumhouse Productions
Divide/Conquer
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Horreur
Slasher
Durée 92 minutes
Sortie 2019

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Black Christmas, ou Noël Tragique au Québec, est un film américain réalisé par Sophia Takal et sorti en 2019.

Il s'agit du second remake du film canadien du même titre, sorti en 1974, qui avait déjà eu droit à une première relecture en 2006. Néanmoins, il reprend uniquement les bases de l'original et en ré-adapte le reste pour offrir une vision différente de l'histoire ainsi que de nouvelles thématiques[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

C'est bientôt le début des vacances de fin d'année à l'université Hawthorne. Parmi les étudiants qui vont rester sur le campus pendant les fêtes, il y a Riley Stone, une jeune femme ayant été victime d'un acte horrible de la part d'un membre de l'une des fraternité les plus puissantes d'Hawthorne lors de sa première année. Depuis, Riley se fait discrète et timide.

Le soir d'un spectacle de fin d'année, Riley affronte ses peurs et chante avec ses amies une chanson satirique pour dénoncer la culture du viol au sein de l'université. Suite à cette performance, elle commence à recevoir des messages anonymes et menaçants. Riley devient de plus en plus méfiante et s'inquiète quand l'une des membres de la sororité ne donne plus signe de vie.

Une nuit, Riley et ses amies deviennent les proies d'un violent tueur. Les filles vont devoir affronter cet intrus pour se défendre et l'empêcher de les éliminer.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Imogen Poots (VFB : Claire Tefnin ; VQ : Stéfanie Dolan) : Riley Stone
  • Aleyse Shannon (VFB : Mélissa Windal ; VQ : Kim Jalabert) : Kris Waterson
  • Lily Donoghue (VFB : Marie Braam ; VQ : Romy Kraushaar-Hébert) : Marty Coolidge
  • Brittany O'Grady (en) (VFB : Ludivine Dewortst ; VQ : Geneviève Bédard) : Jesse Bolton-Sinclair
  • Caleb Eberhardt (VFB : Maxime Van Santfoort ; VQ : Iannicko N'Doua): Landon
  • Cary Elwes (VFB : Nicolas Matthys ; VQ : Antoine Durand) : le professeur Gelson
  • Madeleine Adams (VFB : Audrey d'Hulstère ; VQ : Ludivine Reding) : Helena Rittenhouse
  • Ben Black (VFB : Bruno Mullenaerts ; VQ : Louis Lacombe-Petrowski) : Phil McIllaney
  • Simon Mead (VFB : Arthur Dubois ; VQ : Alexandre Bacon) : Nate
  • Nathalie Morris (VFB : Annaïg Bouguet): Fran Abrams
  • Zoë Robins : Oona
  • Ryan McIntyre : Brian Huntley
  • Mark Neilson (VQ : Sylvain Hétu) : l'agent Gil
  • Lucy Currey : Lindsay Helms

 Source et légende : version québécoise (VQ) sur Doublage.qc.ca[3] et version francophone belge (VFB) sur AlloDoublage[4].

Développement[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

En , il est dévoilé que Jason Blum produirait un second remake du film canadien Black Christmas de Bob Clark. Il est également annoncé que Adam Hendricks du studio Divide/Conquer se joindrait à Blum pour co-produire le film[5].

Quelques jours plus tard, la réalisatrice Sophia Takal rejoint le film en tant que réalisatrice et scénariste. Cela marque sa seconde collaboration avec Blum après sa participation à un épisode de la série télévisée Into the Dark, produite par Blum[6].

En , plusieurs sites spécialisés annonce que le film ne serait pas un remake complet du premier film mais une ré-adaptation moderne reprenant uniquement les bases de l'histoire. Cette version est alors décrite comme féministe par le site Bloody Disgusting qui dévoile qu'elle devrait illustrer une génération de jeunes femmes « qui veulent montrer au tueurs qu'elles ne veulent pas se laisser faire et être de simple victimes »[1].

Peu avant la sortie du film, il est annoncé qu'il sera classé PG-13 par la Motion Picture Association of America aux États-Unis, soit « déconseillé aux moins de 13 ans, accord parental recommandé », une classification assez faible aux États-Unis pour un film d'horreur où ses derniers sont généralement classés R, soit « interdit au moins de 18 ans », comme l'étais les deux précédents Black Christmas[7].

Cette classification inquiète vite les fans d'horreur pour qui le premier Black Christmas est considéré comme culte. La co-scénariste du film, April Wolfe, révélera que le film a été écrit dans l'optique d'être classé R mais que après plusieurs séances tests, il a été décidé de le re-monter de façon à le rendre visible au cinéma par des spectateurs de moins de 18 ans, considèrent cette nouvelle version de l'histoire comme importante en raison des thématiques modernes qu'elle aborde et défend[7].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

En , après l'annonce du projet, Imogen Poots, Aleyse Shannon, Brittany O'Grady, Lily Donoghue et Caleb Eberhardt rejoignent la distribution du film[8]. Quelques jours plus tard, Cary Elwes signe à son tour pour le rôle d'un professeur[9].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage du film a débuté le en Nouvelle-Zélande. Il a duré 27 jours aux alentours des villes de Dunedin et Oamaru ainsi que à l'Université d'Otago. Il s'est officiellement terminé le [10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Black Christmas remake to regift feminism to horror genre 45 years later », Daily Bruin,‎ (lire en ligne)
  2. (en) « Box Office: How Will Cats And Black Christmas Fare Against Star Wars And Jumanji », Forbes,‎ (lire en ligne)
  3. « Fiche du doublage québécois du film », sur Doublage Québec (consulté le 22 décembre 2019).
  4. « Fiche doublage du film (français de France) », sur AlloDoublage
  5. (en) « Blumhouse Announces Black Christmas Remake, Sets 2019 Release Date », Screen Rant,‎ (lire en ligne)
  6. (en) « Blumhouse announces Black Christmas remake directed by Sophia Takal », AV Club,‎ (lire en ligne)
  7. a et b (en) « Blumhouse’s Black Christmas Was Written For R Rating, Then Test Screenings Forced PG-13 », IndieWire,‎ (lire en ligne)
  8. (en) « Blumhouse Remaking Cult Hit Black Christmas With Imogen Poots Set to Star », Variety,‎ (lire en ligne)
  9. (en) « Blumhouse Black Christmas Remake Cast Adds Cary Elwes », SlashFilm,‎ (lire en ligne)
  10. (en) « Dunedin to feature in horror film », Otago Daily Times,‎ (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]