BlackBerry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blackberry.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2014).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La mise en forme de cet article est à améliorer (juin 2014).

La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Découvrez comment faire.

La typographie, les liens internes ou externes, les conventions de style, la présentation des sourcesetc. sont autant de points qui peuvent ne pas convenir voire être absents. Les raisons de la pose de ce bandeau sont peut-être précisées sur la page de discussion. Si seules certaines sections de l'article sont à wikifier, pensez à les indiquer en utilisant {{section à wikifier}}.

BlackBerry
logo de BlackBerry

Logo de la marque

Création 1999
Fondateurs Mike Lazaridis
Forme juridique Société par actions simplifiée
Slogan « Serious Mobility for Serious Business »
Siège social Drapeau du Canada Waterloo (Ontario) (Canada)
Direction John Chen - CEO (depuis novembre 2013)
Activité TIC
Produits Téléphones intelligents, tablettes
Société mère BlackBerry (société) (anciennement RIM)
Site web www.blackberry.com
Chiffre d’affaires

•Revenus NON-GAAP : 557 millions de $ en hausse de 14% par rapport au Q2 2016.

                               •Trésorerie et placements à l’équilibre à 2.71 milliards de dollars.
•Revenus GAAP : 548 millions de $
14 % de revenus séquentielle pour le Q3 2016
Résultat net + 51 millions de dollars -Q2 2016

BlackBerry est une ligne de téléphones intelligents, créée et développée par Mike Lazaridis depuis 1999 puis rejoint par Jim Balsillie[1], d'abord sous le nom de RIM Research In Motion, puis du produit dénommé BlackBerry, utilisant le système d'exploitation propriétaire Blackberry OS, puis à partir de janvier 2013 le passage sous le système d'exploitation BlackBerry 10 fait que l'entreprise, dans un but de clarté, a adopté le nom unique de BlackBerry pour l'entreprise et les produits.

À ce propos, le Système d'exploitation BlackBerry 10 est fondé sur le micro noyau QNX, logiciel de la société éponyme rachetée en 2010 par la société canadienne RIM.

Le groupe BlackBerry annonce, le , une proposition pour son éventuel rachat par le fonds d'investissement canadien Fairfax, premier actionnaire du groupe avec 10 % des parts pour un montant d'environ 4,7 milliards de dollars. Finalement cette offre est abandonnée le [2]. BlackBerry s'est depuis relancé avec une levée de fonds de 1 Milliard de dollars auprès de Fairfax Holdings, a restructuré l'entreprise en remerciant 40% des effectifs, en vendant la majorité de son parc immobilier de Waterloo afin de se procurer des liquidités[3]. Sous l'impulsion de son nouveau CEO John Chen, BlackBerry se recentre plutôt sur le monde professionnel, délègue la partie entrée de gamme de sa production de smartphone à Foxconn tout en gardant le milieu et haut de gamme en interne.

À la surprise générale, le groupe annonce par un communiqué le le lancement d'ici à la fin de l'année de son premier appareil sous Android baptisé Priv[4]. Le BlackBerry Priv [5] est disponible en précommande chez Orange et Sosh depuis début 2016 et également SFR depuis février 2016.

Le , le groupe annonce la fin du Blackberry classic pour se concentrer sur ses smartphones sous Android[6] n'excluant pas de se retirer du marché des smartphones pour se concentrer sur les logiciels. En effet le groupe a accumulé les pertes au printemps 2016 (670 millions de dollars), n'arrivant à vendre qu'un demi million de smartphones[7].

Utilisation[modifier | modifier le code]

La technique BlackBerry, permettant à l'origine de recevoir et envoyer des courriels, est utilisée pour recevoir tous types de notifications en mode push, c'est-à-dire en temps réel, sans avoir besoin d'aller se connecter à un serveur, en étant constamment connecté sur le réseau Blackberry : pour les e-mails sur 1 à 10 comptes de messagerie différents, mais aussi pour la messagerie instantanée BlackBerry Messenger (BBM) ou les notifications des réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter. Le mode de compression réduit la taille du mail, ce qui facilite la synchronisation de ses courriels avec le serveur de messagerie électronique via le réseau de téléphonie mobile sur lequel l'appareil est connecté (GSM, GPRS, UMTS, etc.). Ainsi, envoyer un courriel est aussi simple que d'envoyer un SMS ou un MMS.

Le BlackBerry permet la lecture des pièces jointes aux formats .ppt, .pdf, wpd, .html, .txt, .zip, .jpg .bmp, .png, .gif et .tiff. Deux méthodes de lecture sont possibles :

  • présentation de la table des matières du document sur le BlackBerry : chargement au choix de la partie désirée ;
  • chargement du contenu au format texte et image pour optimiser l'affichage et le temps de chargement.

L'avantage de cette technique est qu'elle permet de lire rapidement les pièces jointes de grande taille (doc, xls, ppt, pdf, txt, images, etc.) grâce à la compression de l'information. Les pièces jointes peuvent voir leur taille divisée par 200. Par exemple, un courriel reçu avec une photo de 3 Mo sera transmis sur le BlackBerry avec la même image réduite à 20 ko environ (soit une taille divisée par 150).

Cette technique permet également de naviguer sur Internet. L'interface Web permet d'accéder à ses comptes courriel BlackBerry et de les gérer (ajout, suppression, etc.)

Parc d'utilisateurs[modifier | modifier le code]

D'après Research In Motion, en juin 2010, le BlackBerry comptait environ 46 millions d'utilisateurs de par le monde. Certains[Qui ?] estiment qu'un million de fonctionnaires des États-Unis l'utilisent régulièrement, dont plusieurs décideurs importants.

En France, SFR a été le premier opérateur à commercialiser les solutions BlackBerry, dès 2001-2002 ; l’opérateur de téléphonie mobile Orange et RIM ont lancé le , le BlackBerry 8700f. Disponible pour les clients Entreprises d’Orange en France, ce terminal est le premier BlackBerry compatible avec le réseau EDGE d’Orange disponible en Europe.

La société canadienne Research In Motion, qui collabore étroitement avec l'Université de Waterloo en Ontario, a elle-même développé sa gamme de terminaux BlackBerry. De plus, Siemens a intégré cette technique à son modèle SK65.

En Algérie, l'opérateur privé Djezzy, en partenariat avec RIM, a lancé en avant-première au Maghreb, le 15 novembre 2006, la première offre BlackBerry. L'opérateur Djezzy (Orascom Télécom Algérie) a lancé le BlackBerry en 2007 suivi par l'opérateur historique Mobilis (Algérie Télécom).

Au Maroc, l'opérateur historique Maroc Telecom a lancé le BlackBerry à la fin de février 2007, suivi par son concurrent direct Meditel quelques jours plus tard, le .

Au Sénégal, La société Tigo, concurrent de l'opérateur historique Orange a lancé l'offre BlackBerry en septembre 2007.

À Madagascar, la société Airtel a lancé l'offre BlackBerry en février 2008.

Au Cameroun, la société MTN a lancé l'offre BlackBerry en août 2008.

Au Burkina Faso, Celtel Burkina Faso, devenue Zain Burkina, a été le premier opérateur à lancer l'offre BlackBerry en février 2009.

En Tunisie, l'opérateur global multiservices, Tunisie Télécom, annonce le lancement commercial des solutions mobiles BlackBerry® en Tunisie le .

En Côte d'Ivoire, la société MTN a été le premier opérateur à lancer l'offre BlackBerry en 2008, puis ont suivi deux autres opérateurs que sont ORANGE et MOOV.

Concurrence[modifier | modifier le code]

Malgré la concurrence directe de Nokia et Microsoft, RIM a su garder des parts de marché importantes dans le secteur des PDA principalement au sein des entreprises. Une étude de Gartner du 6 juin 2008[8] indique que la part de RIM sur le marché mondial du smartphone est alors de 13 %, derrière Nokia qui en possède 45, 2 % et devant Apple qui est à la troisième place avec 5 %. Aux États-Unis, RIM est leader du marché au premier trimestre 2008, avec 42 % et Apple est second avec 20 %[8].

Au premier trimestre 2010, BlackBerry avait chuté à la cinquième place du marché des mobiles, cédant la quatrième place à Apple[9]. Début 2012, Research In Motion (RIM) commence à connaitre des difficultés financières après avoir essuyé une perte de 125 millions de dollars lors du dernier trimestre 2011[10].

Malgré une forte concurrence, BlackBerry juge que le clavier, identité forte de son produit, est un élément clé de productivité et prévoit la sortie de nouveaux modèles pour se démarquer des autres marques[11].

Problèmes[modifier | modifier le code]

Sécurité[modifier | modifier le code]

Les courriels envoyés à l'aide d'un BlackBerry transitent par des serveurs situés au Canada et aux États-Unis pour l'Amérique du Nord et au Royaume-Uni pour l'Europe. Révélé par les documents de Snowden, la NSA avec l'aide du GCHQ ont réussi à intercepter les messages envoyés à l'aide d'un Blackberry [12].

Le gouvernement français estimant que cela peut présenter des risques de sécurité et d'espionnage industriel pour la France, une circulaire du secrétariat général de la défense nationale, interdit l'utilisation de terminaux BlackBerry dans les cabinets ministériels français et dans les entreprises certifiées par le ministère de la Défense. Il existe cependant des solutions permettant de sous-chiffrer les informations (chiffrement à l'intérieur du protocole BlackBerry) rendant impossible l'exploitation des messages en cas d'interception (ex. Solution KYPLE® de Cassidian CyberSecurity ou Option clé de cryptage de SFR).

Le , Research in Motion a obtenu deux certifications internationales de sûreté, lors de la huitième conférence internationale des Critères communs, composée de vingt-cinq pays, qui assurent au moins une certaine garantie contre les attaques — mais uniquement extérieures.

En mars 2014, le département de la défense américain délivre une nouvelle certification pour le système bb10 : le "Full Operational Capability". L'entreprise est la première à recevoir cette certification pour un système d'exploitation mobile[13]

D'après le site Vice[14] qui a analysé plusieurs comptes rendus de procès, la police canadienne aurait depuis 2011 une clé maitre de déchiffrement. Les informations contenues et échangées par tous les smartphones BlackBerry et donc n'importe quel message transmis par les canaux de BBM. Le constructeur serait parfaitement au courant et aurait même tenté d'éviter que la situation s'ébruite, avec l'aide des autorités canadiennes.

Panne généralisée[modifier | modifier le code]

Du 10 au , à la suite d'une panne de serveur, les services connectés BlackBerry ont connu des délais plus ou moins importants selon les régions du monde, provoquant le mécontentement de ses usagers[15] et alimentant les rumeurs de cession ou de rachat du groupe[16]. En outre, la société RIM doit rembourser les opérateurs qui ont eux-mêmes remboursé leurs clients, pour une somme estimée à 100 millions de dollars[17].

Cela reste cependant, la seule panne du réseau depuis son lancement en 1999.

Captif du réseau Blackberry[modifier | modifier le code]

BlackBerry ne commercialise pas seulement des téléphones avec un système d'exploitation, BB attribue lui-même l'adresse IP à chaque téléphone BlackBerry à la place des opérateurs téléphoniques. L'adresse IP est localisée pour les opérateurs français en Grande-Bretagne (sauf OS 10). Ceci explique pourquoi BlackBerry peut ainsi monétiser les fonctionnalités (push mail entre autres) disponibles depuis leurs téléphones auprès des opérateurs.

Synchronisation[modifier | modifier le code]

Push[modifier | modifier le code]

Le mode push permet de mettre à jour son client de messagerie électronique sur le terminal mobile, par la réception en temps réel de notifications et des nouveaux courriers entrant.

La technologie BlackBerry est une technologie concurrente de Microsoft ActiveSync pour le serveur de messagerie Microsoft Exchange, initialement déployée sur les terminaux Windows Mobile, mais compatible avec les terminaux BlackBerry sous certaines conditions.

L'avantage initial du BlackBerry sur Windows Mobile était la visibilité instantanée des courriels grâce à la technique du push. Microsoft a alors introduit Exchange ActiveSync qui offrait le même avantage. Il reste cependant au BlackBerry une meilleure compression des pièces jointes, point moins probant chez Microsoft. Cette bonne compression réduit d'autant les coûts liés à la facturation des données sur l'abonnement chez l'opérateur mobile. L'accès aux serveurs de messagerie Microsoft Exchange se fait par installation d'un logiciel de navigation ou de mail sur les mobiles (OWA, emoze).

Le mode push du BlackBerry peut être géré en interne à l'entreprise ou proposé comme un service :

  • En mode interne : il faut installer en interne à l'entreprise un serveur BlackBerry interfacé avec le serveur de messagerie Microsoft Exchange. Le coût de la licence côté serveur dépend du nombre d'utilisateurs de BlackBerry.
  • En mode externe : les serveurs utilisés sont les serveurs BIS (BlackBerry Internet Service) de RIM qui offrent moins de fonctionnalités que les solutions internes.

Dans les deux cas, l'utilisateur peut avoir à supporter un surcoût auprès de son opérateur de téléphonie mobile, qui lui propose parfois de souscrire à une Push Mail.

Les comptes de messagerie Yahoo Mail et Google GMail sont compatibles avec le push mail BlackBerry. Des sociétés comme izimail, SFR (mobileemail.vodafone.fr) proposent des services pour disposer de la messagerie Microsoft hotmail en mode push sur son téléphone BlackBerry.

BlackBerry Desktop Software[modifier | modifier le code]

Ce logiciel à installer sur ordinateur (Mac ou Windows) permet de synchroniser et gérer données, applications, organiseur provenant de Outlook et Yahoo! (calendrier, bloc notes, carnet d'adresses, tâches) ainsi que fichiers multimédia (musiques, images, vidéos) entre son ordinateur et son BlackBerry. La connexion en mode bluetooth permet comme la connexion par câble (d'après le manuel fourni par RIM) la gestion des applications et l'accès au système de fichier du BlackBerry. Toutefois la connexion USB est plus sûre et souvent plus performante.

BlackBerry Link[modifier | modifier le code]

Sur les nouveaux smartphones sous bb10, le desktop software est remplacé par Blackberry link qui offre les mêmes fonctionnalités que l'ancien logiciel mais qui permet en plus d'extraire les données d'un ancien téléphone BlackBerry (tournant sur un os antérieur à bb10) pour les sauvegarder ou les recopier sur un nouveau téléphone.

BlackBerry Blend [modifier | modifier le code]

Ce nouveau logiciel permet une plus grande intégration entre terminaux Blackberry et autres appareils électronique utilisateurs.  Il permet d'accéder aux messages et contenus ( documents, calendrier, contacts, contenus multimédia ...) depuis un BlackBerry sur ordinateur ou tablette.

Programmation[modifier | modifier le code]

Depuis l'arrivée des grands concurrents de RIM (iOS, Bada et Android), les plates-formes de programmation pour le BlackBerry se sont mises en place.

Les applications du BlackBerry étant programmées en Java, RIM a proposé en téléchargement une bibliothèque de composants créés spécialement pour le développement d'applications sur la plate-forme de développement Eclipse.

La JavaDoc de l'API BlackBerry JDE 7.0.0 est disponible[18].

Les terminaux BlackBerry acceptent de nombreux langages de programmation pour développer des applications : Pour Blackberry OS 7 et antérieures, il est possible d'utiliser au choix du java ou du HTML5. pour bb10, le choix du langage s'élargit au c/c++, HTML5, Adobe AIR ou même Java Android[19],[20]. Ainsi, les applications android sont compatibles avec bb10[21].

Avenir[modifier | modifier le code]

Le lancement de Blackberry 10 a été effectif le 30 janvier 2013 . On trouve deux sortes de terminaux  : tactile (Z10 et Z30) et clavier physique (Q10 et Q5). L'architecture a été revue et est basée sur QNX, ce qui promet un niveau de performance sans égal dans le monde de la téléphonie mobile.

Afin de promouvoir sa marque dans un nouveau cadre, BlackBerry a noué le 4 février 2013 un accord avec l'équipe de Formule 1 Mercedes Grand Prix, qui va conduire à la création d'applications communes et la présence du logo de la marque sur les monoplaces et combinaisons de Lewis Hamilton et de Nico Rosberg[22].

Produits[modifier | modifier le code]

Research In Motion (RIM) produit des téléphones intelligents (ou smartphones) comme quelques exemples ci-dessous :

BlackBerry 10[modifier | modifier le code]

  • Blackberry Z10 (Premier modèle sous Blackberry 10), sorti le 30 janvier 2013.
  • BlackBerry Q10 (Premier modèle avec un clavier sous Blackberry 10), sorti en avril 2013.
  • BlackBerry Q5 (modèle sous BlackBerry 10, est un modèle comme le Q10 se trouvant en gamme inférieure), sorti en juin/juillet 2013.
  • BlackBerry Z30 (modèle sous BlackBerry 10.2), sorti fin octobre 2013.
  • BlackBerry Z3 (modèle sous BlackBerry 10.2.1). Il est destiné aux pays émergent, sorti en avril/mai 2014.
  • BlackBerry Passport (modèle sous BlackBerry 10.3, est le modèle le plus puissant à ce jour pour BlackBerry), sorti début octobre 2014.
  • BlackBerry Classic (modèle sous BlackBerry 10.3.1, est une version améliorée du Bold 9900), sorti le 17 décembre 2014.
  • BlackBerry Leap (modèle sous BlackBerry 10.3.1). Évolution du BlackBerry Z3, avec de meilleures spécificités, sorti fin avril 2015.
  • - Modèles en collaboration avec Porsche Design: P9982 P9983 sur la base respective du z10 et du Q10

BlackBerry Curve[modifier | modifier le code]

  • BlackBerry Curve 8520 et 8530,
  • BlackBerry Curve 8900,
  • BlackBerry Curve 9300, 9320, 9330, 9350, 9360, 9370, 9380 et 9390.

BlackBerry Bold[modifier | modifier le code]

  • BlackBerry Bold 9000,
  • BlackBerry Bold 9650,
  • BlackBerry Bold 9700,
  • Blackberry Bold 9720,
  • BlackBerry Bold 9780 et 9790,
  • BlackBerry Bold 9900,
  • - Un modèle en collaboration avec Porsche Design: P9981 sur la base du bold 9900

BlackBerry Torch[modifier | modifier le code]

  • BlackBerry Torch 9800 et 9810,
  • BlackBerry Torch 9850 et 9860,

BlackBerry Priv[modifier | modifier le code]

  • En BlackBerry lance son premier smartphone sous android, baptisé Priv. Il dispose d'un clavier coulissant sensitif et d'un écran incurvé de 5,4 pouces[23].

BlackBerry Vienna[modifier | modifier le code]

  • Si le BlackBerry Priv est le premier smartphone sous Android de la marque, il ne sera pas le dernier[24]. En effet, le CEO de BlackBerry, John Chen, indiqué en Novembre 2015 : « Nous avons une gamme de produits après celui-ci[24] ». Depuis, des fuites ont commencé sur le nouveau smartphone "Vienna"[25] et la présentation devrait être faite lors du MWC 2016[26]

Autres Blackberry[modifier | modifier le code]

  • Blackberry Smartphone 3G, CDMA 9630,
  • BlackBerry Pearl 3G (ou 9100),
  • BlackBerry Storm 9500 (tout tactile),
  • BlackBerry Storm2 9520 (tout tactile).
  • Blackberry 8700

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « About Research In Motion », www.blackberry.com (consulté le 13 mai 2012)
  2. BlackBerry n’est plus à vendre, l’avenir s’assombrit, Libération, 4 novembre 2013
  3. BlackBerry vend la majorité de son parc immobilier. Les Affaires
  4. (en) « Reports Fiscal 2016 Second Quarter Results », Marketwired,‎
  5. Clubic, « BlackBerry PRIV : que vaut le premier smartphone Android de BlackBerry ? »,‎
  6. (en) « Change is Only Natural: A Classic Model Makes Way »,‎
  7. « BlackBerry abandonne son smartphone Classic », Le Monde,‎
  8. a et b (en) Nokia ranks at top globally in Q1 smart phone sales - ComputerWorld, 6 juin 2008
  9. Apple devient le quatrième vendeur de téléphones au monde grâce à son iPhone - Zone-Numerique.com, 31 octobre 2010
  10. Blackberry à nouveau dans la tourmente - Le Monde, 30 mars 2012
  11. http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2014/01/08/01007-20140108ARTFIG00308-blackberry-croit-toujours-fort-dans-les-smartphones-a-clavier.php
  12. (en) « iSpy: How the NSA Accesses Smartphone Data », Der Spiegel,‎
  13. http://press.blackberry.com/press/2014/blackberry-first-to-receive-coveted-full-operational-capability-.html
  14. https://news.vice.com/article/exclusive-canada-police-obtained-blackberrys-global-decryption-key-how
  15. la semaine noire de BlackBerry c'est fini
  16. Le black-out mondial du BlackBerry, une aubaine pour l'action de son fabricant, RIM
  17. BlackBerry la panne va couter cher à rim
  18. (en) BlackBerry JDE 7.0.0 API Reference - Site officiel
  19. http://developer.blackberry.com/bbos/
  20. https://developer.blackberry.com/develop/platform_choice/bb10.html
  21. http://developer.blackberry.com/android/files/webinars/BlackBerry_Runtime_for_Android_Apps.pdf
  22. BlackBerry investit chez Mercedes www.businessf1.fr, Matthieu Piccon, 4 février 2013
  23. Le smartphone Android de Blackberry officiellement présenté, JDN, 28/09/2015
  24. a et b (fr) « Le BlackBerry Priv ne sera pas le dernier smartphone de BlackBerry - FrAndroid », sur FrAndroid (consulté le 23 février 2016)
  25. « First look at the BlackBerry "Vienna" - the company's second Android phone! », sur CrackBerry.com (consulté le 23 février 2016)
  26. (fr) « BlackBerry Vienna, le second smartphone Android que l'on attend au MWC - FrAndroid », sur FrAndroid (consulté le 23 février 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]