Blücher (1937)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blücher.

Blücher
Image illustrative de l’article Blücher (1937)
Type Croiseur lourd
Classe Admiral Hipper
Histoire
A servi dans War Ensign of Germany (1938–1945).svg Kriegsmarine
Chantier naval Deutsche Werke - Kiel Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Quille posée
Lancement
Armé
Statut coulé le 9 avril 1940 lors de la bataille du détroit de Drøbak en Norvège
Équipage
Équipage 1 600 (officiers, officiers mariniers, quartiers maîtres et matelots)
Caractéristiques techniques
Longueur 212,50 mètres
Maître-bau 21,30 mètres
Tirant d'eau 5,90 à 7,70 mètres
Déplacement 14 680 tonnes (18 750 pleine charge)
Propulsion 3 turbines à vapeur (12 chaudières)
Puissance 132 000 cv
Vitesse 32.5 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage ceinture = 70 à 80 mm
pont= 30 mm
tourelle = 70 à 105 mm
casemate = 70 mm
kiosque = 150 mm
Armement
(4×2) × 203 mm
(6×2) × 105 mm
(6 × 2) canons anti-aérien de 37 mm (SK C/30)
8 × 20 mm (20 × 20 mm en 1945)
(4 × 40 mm Bofors en 1945)
(4×3) tubes lance-torpilles (533 mm)
Rayon d'action 8 000 miles à 20 nœuds (4,250 tonnes de mazout)
Aéronefs 2 Arado Ar 196 sur catapulte
Localisation
Coordonnées 59° 42′ 03″ nord, 10° 35′ 34″ est

Géolocalisation sur la carte : Akershus

(Voir situation sur carte : Akershus)
Blücher
Blücher

Le Blücher était un croiseur lourd, le second de la classe Admiral Hipper de la marine allemande. Celui-ci fut construit sur le chantier naval Deutsche Werke de Kiel (Allemagne) avant la Seconde Guerre mondiale. Il porte le nom du maréchal de camp prussien Gebhard Leberecht von Blücher (1742-1819).

Construction[modifier | modifier le code]

Le Blucher a été commandé par la Kriegsmarine au chantier naval Deutsche Werke à Kiel. Sa quille a été posée le 15 août 1936. Le navire a été lancé le 8 juin 1937, et complété jusqu'au 20 septembre, jour où il a été réceptionné dans la flotte allemande.

Le Blücher faisait 202,8 m de long, 21,3 m de large et un tirant d'eau maximal de 7,74 m. Le bateau avait un déplacement à sa conception de 16 170 tonnes et un déplacement à pleine charge de 18 500 tonnes. Il était actionné par trois ensembles de turbines à vapeur, vapeur fournie par douze chaudières au mazout à ultra-haute-pression. La vitesse de pointe du bateau était de 32 nœuds (59 km/h), à la puissance de 132 000 chevaux-vapeur (98 000 kW). À son lancement, son équipage consistait au départ en 42 officiers et 1 340 militaires du rang.

La ceinture blindée du Blücher était épaisse de 70 à 80 mm ; son pont supérieur était épais de 12 à 30 mm tandis que le pont blindé principal était épais de 20 à 50 mm. Les tourelles principales avaient une épaisseur de 105 mm sur la face avant et 70 mm d'épaisseur sur les côtés.

L'armement principal du Blücher était huit canons de 203 mm SK C/34 (en) montés en quatre tourelles doubles, superposées par paires à l'avant et à l'arrière. Ses batteries anti-aériennes consistaient en douze canons de 105 mm en tourelles doubles, douze 37 mm en six affuts doubles, et huit 20 mm en affut simple. Le navire était aussi doté de quatre plateformes lance-torpilles triples de 533 mm, deux sur chaque flanc. Il n'a jamais transporté plus de deux hydravions Arado Ar 196 et était doté d'une catapulte.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Blücher en route pour la Norvège, vu depuis le croiseur léger Emden
Un des canons de 280 mm de la forteresse d'Oscarsborg
Parcours du Blücher dans le fjord d'Oslo

Le Blücher commence sa carrière comme navire-école dans la mer Baltique. Sa première et dernière mission de combat, fut lors de l'invasion de la Norvège le 9 avril 1940 pendant l'opération Weserübung qui se termine par sa perte.

Le 9 avril 1940 à h 40, le Blücher entre dans l'Oslofjord.

À h 40 il est éclairé par des projecteurs norvégiens.

À h 21, il est touché par les obus de 280 mm de la forteresse d'Oscarsborg. Les impacts tombent sur le poste de contrôle de tir avant, rendant les canons inutilisables.

À h 25, le Blücher est touché par les canons de 280 mm de Drøbak. Ce second tir touche le hangar de l'hydravion. Le combustible de l'Arado Ar 196 se répand et provoque un incendie.

À h 30, le croiseur lourd est touché par deux torpilles, lancées de la forteresse de Kaholm Nord. Ce troisième tir est fatal. Les torpilles atteignent la salle des machines provoquant la perte de contrôle du navire qui part à la dérive.

À h 22, le Blücher coule à proximité d'Askholmen (no).

L'épave, à 90 mètres de fond, renferme encore les corps de nombreux marins.

Galerie[modifier | modifier le code]

Risque écologique actuel[1][modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

L'épave gisant à une profondeur d'environ 90 m, a été vendue par le gouvernement norvégien en 1949 à Einar Hövding pour 10 000 couronnes (soit 3 000 euros). Hövding avait acheté la plupart des épaves dans les eaux norvégiennes, afin de les exploiter (le Tirpitz inclus). Afin de récupérer le navire, diverses initiatives ont été lancées mais elles ont toutes échoué.

Au début des années 1990, une quantité de pétrole d'environ 50 litres par jour fuyait du navire. Une action a été alors lancée en 1994 pour pomper au moins une partie du pétrole de l'épave. Des réservoirs de carburant ont été percé et le pétrole extrait. 1 600 tonnes de fuel ont été pompées, deux ancres, une hélice en bronze et l'hydravion de reconnaissance Arado Ar 196, intact, sur sa catapulte ont été remontés. L'hydravion, l'un des rares exemplaires qui restent, est au Musée de l'aviation de Stavanger en Norvège. Les trous percés ont ensuite été scellés de sorte que les résidus ne puissent pas s'échapper. Néanmoins 47 réservoirs demeurent remplis, la présence de roches rendant l'aspiration du pétrole impossible. De plus, la poupe repose sur un rocher, environ cinq mètres plus haut que le reste du navire. Il est inévitable que la structure du navire cède à ce niveau à un moment ou à un autre, rendant le risque écologique inévitable.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]