Björk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bjork)
Björk
Description de cette image, également commentée ci-après
Björk lors d'un concert à Paris en 2022.
Informations générales
Nom de naissance Björk Guðmundsdóttir
Naissance (57 ans)
Reykjavik (Islande)
Nationalité Drapeau de l'Islande Islande
Activité principale Auteure-compositrice-interprète, actrice, productrice
Genre musical Musique électronique, electronica, musique alternative, musique expérimentale, pop, art rock, avant-pop[1], rock alternatif, new wave, trip hop, musique folk, jazz
Années actives Depuis 1977
Labels One Little Indian
Elektra/Atlantic
Polydor
Mother
Smekkleysa
Influences Kate Bush[2]
Karlheinz Stockhausen
Nina Hagen
Zeena Parkins[3][source insuffisante]
Site officiel www.bjork.com Björk signature (don’t crop its composition).svg
Signature de Björk

Björk, de son nom complet Björk Guðmundsdóttir[N 1] (/ˈpjœk ˈkvʏðmʏntsˌtoʊhtɪr/[N 2] Écouter), est une musicienne, chanteuse, auteure-compositrice-interprète et actrice islandaise née le à Reykjavik.

Il est difficile de la faire entrer dans une catégorie musicale précise : électro-pop, pop underground, pop expérimentale, trip hop ou indépendant sont autant de qualificatifs qui peuvent lui être attribués. Elle-même considère son style profondément ancré dans la pop, même si elle a su en repousser les limites et y intégrer de nombreuses influences, dont le punk de ses débuts ou encore le jazz.

Plusieurs albums de Björk ont atteint le top 20 de l'US Billboard 200. En 2019, son total de disques vendus à travers le monde était estimé à plus de 20 millions[4]. Trente-et-un de ses singles ont atteint le top 40 dans les différents pays, dont vingt-deux rien qu'en Angleterre[5], à l'instar de titres comme It's Oh So Quiet, Hyperballad, Venus as a Boy ou encore Bachelorette.

Ses différentes distinctions récoltées au cours de sa carrière incluent l'ordre du Faucon, l'ordre des Arts et des Lettres, cinq Brit Awards et quinze nominations aux Grammy Awards. Par ailleurs, elle fait partie de la liste du Time 100 des cent personnalités les plus influentes au monde en 2015[6]. Cette même année, elle fait l'objet d'une rétrospective au Museum of Modern Art de New York.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et premiers groupes[modifier | modifier le code]

Image d'une ville islandaise avec une grande église grise au bord de la mer
Reykjavik, ville de naissance de la chanteuse.

Björk Guðmundsdóttir est née le à Reykjavík[7] où elle grandit aux côtés de sa mère, la militante Hildur Rúna Hauksdóttir (1946-2018) qui proteste contre le développement de la centrale hydroélectrique islandaise de Kárahnjúkar[8], et de son père Guðmundur Gunnarsson, un dirigeant syndical et électricien. Ses parents divorcent à sa naissance et la jeune Björk déménage avec sa mère dans une communauté intentionelle hippie[9],[10],[11]. Son beau-père est Sævar Árnason, l'ancien guitariste du groupe Pops[11]. Björk déclare « Mon arbre généalogique remonte sur 1 200 ans et on n'y trouve que des Islandais »[9], mais sa mère évoque une lointaine ancêtre irlandaise[12]. À six ans, elle s'inscrit au Barnamúsíkskóli de Reykjavík, une école de musique où elle étudie le piano et la flûte et découvre de grands compositeurs comme Karlheinz Stockhausen, Gustav Mahler et Claude Debussy[7]. Après un récital scolaire au cours duquel elle chante I Love to Love de Tina Charles, ses professeurs décident d'envoyer un enregistrement de la chanson à la station de radio RÚV, alors seule station de radio islandaise. L'enregistrement est diffusé au niveau national et un représentant de la maison de disques Fálkinn, après l'avoir entendu, propose à Björk un contrat d'enregistrement. Elle enregistre à 11 ans son premier album Björk qui sort en Islande en [13]. Il est tiré à 5 000 exemplaires et devient disque d'or dans son pays. Il contient des reprises en islandais (dont une chanson des Beatles, Fool on the Hill, qui devient Alfur Út Úr Hól) et quelques compositions de la jeune chanteuse[14].

Son adolescence est marquée par la diffusion de la musique punk rock en Islande. À ce moment elle forme le groupe punk entièrement féminin Spit and Snot. En 1980, elle forme un groupe de jazz fusion, Exodus, en collaboration avec le group, JAM80, et obtient en même temps son diplôme de l'école de musique[7]. En 1982, elle forme avec le bassiste Jakob Magnússon un autre groupe, Tappi Tíkarrass (qui peut se traduire par « Bouche le cul de la salope » en français), et sortent l'EP Bitið fast í vitið en . Leur album Miranda sort en . Le groupe est présenté dans le cadre du documentaire Rokk í Reykjavík et Björk fait la couverture de la VHS[7],[15]. À peu près à la même époque, Björk rencontre le guitariste Eldon Jónsson et le groupe Medusa, qui comprend également le poète Sjón, avec qui elle entame une très longue collaboration et forme le groupe Rokka Rokka Drum[16]. Elle décrit son passage au sein de Medusa comme « une magnifique université organique D.I.Y. : fertilité extrême ! »[17].

Björk apparaît en tant qu'artiste sur Afi, un morceau du disque Örugglega de Björgvin Gíslason en 1983[11].

Image d'un homme blond avec une chemise à rayure noire et dorée chantant dans un micro
Einar Örn Benediktsson devient le principal collaborateur de Björk durant la période de Kukl et des Sugarcubes.

En raison de l'arrêt imminent de l'émission de radio Áfangar, deux présentateurs, Ásmundur Jónsson et Guðni Rúnar, demandent à des musiciens de jouer en direct pour la dernière radiodiffusion. Björk se joint à Einar Melax (du groupe Fan Houtens Kókó), Einar Örn Benediktsson (de Purrkur Pillnikk), Guðlaugur Kristinn Óttarsson et Sigtryggur Baldursson (de Þeyr), et Birgir Mogensen (de Spilafífl) pour participer au concert[18]. Au cours de cette expérience, le groupe étoffe une musique influencée par le rock gothique et Björk commence à développer sa façon de chanter — ponctuée de hurlements et de cris[7]. La nouvelle formation se produit durant le concert sous le nom de de Gott kvöld, puis décide de continuer sous le nom de Kukl (signifiant « sorcellerie » en islandais)[18]. Une connaissance de Björk leur donne accès à son studio pour enregistrer et sortir leur premier single en 1983[20]. Leur première grande performance a lieu lors d'un festival en Islande où ils sont présentés par le groupe punk anarchiste britannique Crass, dont la maison de disques, Crass Records, leur offre un contrat d'enregistrement. The Eye sort en 1984, suivi d'une tournée de deux mois en Europe, qui comprend une performance au festival Roskilde au Danemark ; faisant de Kukl le premier groupe islandais à jouer au festival[10],[18]. Pendant cette période, Björk publie en 1984 Um Úrnat frá Björk, un livre de poèmes coloriés à la main[7].

Le deuxième album de Kukl, Holidays in Europe (The Naughty Nought), sorti en 1986 mais le groupe se sépare peu de temps après en raison de conflits personnels. Björk continue de collaborer avec Guðlaugur dans une formation appelée Elgar Sisters, ou certaines des chansons enregistrées finissent en faces B des singles solos de la chanteuse[7],[19].

The Sugarcubes et projets parallèles[modifier | modifier le code]

Björk en concert avec The Sugarcubes au Japon en 1992.

En 1986, Björk joue son premier rôle dans le film à petit budget Quand nous étions sorcières réalisé par Nietzchka Keene, dont l'histoire s'inspire du conte du genévrier des frères Grimm. Dans le film la chanteuse jour le personnage de Margit, une jeune fille dont la mère a été tuée car elle pratiquait la sorcellerie[7]. La première du film a lieu en 1991 au festival du film de Sundance et ne sort en France qu'en 2019[20],[21].

En 1987, les membres de Kukl fondent un autre groupe plus orienté vers la pop, Sykurmolarnir. Repéré par le label One Little Indian, le groupe sera renommé The Sugarcubes, qui devient vite le groupe islandais le plus célèbre au monde (à l'époque). Ayant produit trois albums (sans compter un album de remixes et une anthologie), The Sugarcubes connaît un succès important (même si le coup de projecteur est assez vite mis sur la personnalité de leur chanteuse, Björk) et part en tournée dans le monde entier. Leur premier album Life's Too Good, reçoit un bon accueil en France. Le mensuel rock le plus important de la fin des 1980 Best met le groupe en couverture et publie un article de plusieurs pages sur eux: « À mi-chemin entre l'Europe et l'Amérique, leur rock sans renier Siouxsie [and the Banshees] et les B-52's, [fait] souffler une incomparable fraîcheur d'alcool de menthe sur nos sens blasés, par la monotonie d'une production techno-uniforme et sans surprise »[22].

Parallèlement, Björk commence à vivre ses premières expériences de collaborations extérieures, enregistrant deux chansons pour 808 State, un groupe de house britannique. Elle sort également Gling-Gló, un album de jazz composé principalement de reprises en islandais de standards du genre.

À ce moment, Björk décide de quitter le groupe pour poursuivre sa carrière solo après avoir réalisé le troisième album, qui sort en sous le nom de Stick Around for Joy, et la tournée promotionnelle que le contrat du groupe prévoyait[23]. Björk participe à deux morceaux de la bande originale du film Remote Control (connu sous le nom de Sódóma Reykjavík en Islande)[11]. Les Sugarcubes se séparent après avoir donné un dernier concert à Reykjavík[23] et le magazine Rolling Stone les qualifie de « plus grand groupe de rock à émerger d'Islande »[24].

Debut et Post[modifier | modifier le code]

Image d'une femme brune habillée de blanc chantant dans un micro
Björk lance sa carrière avec deux premiers albums influencé par la musique pop et éléctronique.

L'année 1992 voit la séparation du groupe, pourtant toujours en plein succès. En 1993, Björk part s'installer à Londres pour y enregistrer son premier album solo, Debut, avec l'aide de Dom T, DJ anglais. Elle travaille en collaboration avec Nellee Hooper, producteur de Massive Attack et le joueur de tablas Talvin Singh. De leur collaboration, naît le titre Human Behaviour, le premier succès international en solo de Björk. L'album est bien reçu, tant par la critique que par le public. Björk obtient des prix dès ce premier album, comme le Brit Award de la meilleure nouvelle artiste internationale féminine. Debut contient plusieurs titres qu'elle avait écrits durant son adolescence. Après la parution de l'album, Björk entame une nouvelle tournée mondiale, lançant ainsi un rythme de travail qu'elle n'a jamais abandonné jusqu'à ce jour : un album, une tournée.

Le succès de ce premier album (350 000 exemplaires vendus en France et 3 millions dans le monde[25]) lui permet de s'adonner immédiatement à sa pratique favorite : la collaboration. Elle se fait au côté de David Arnold pour écrire Play Dead pour le film The Young Americans en 1993, avec Tricky pour deux titres de Nearly God, aux côtés de Plaid pour la chanson Lilith, sur l'album Not For Threes, ou encore écrivant Bedtimes Stories en 1994 pour Madonna.

Dès 1994, Björk retourne en studio pour composer et enregistrer Post en collaboration avec Nelle Hooper, Tricky, Graham Massey (du groupe 808 State) et le producteur de musique électronique Howie Bernstein[26]. Assuré par le succès de Debut, Björk continue à rechercher des sons différents, s'intéressant particulièrement à la danse et à la techno[27]. Les productions de Tricky et Howie B apporte également des sons de type trip hop/électronique sur des morceaux comme Possibly Maybe et Enjoy[27],[28]. C'est l'influence de ces producteurs et de son ami Graham Massey qui inspire Björk à créer des titres aux rythmes industriels comme sur Army of Me. La reprise du titre de Betty Hutton It's Oh So Quiet, devenant le plus grand succès de la chanteuse, a beaucoup participé à stimuler les ventes de l'album. Puis, en , paraît un album de remix des titres de Post, intitulé Telegram, contenant un titre inédit réalisé en collaboration avec Evelyn Glennie : My Spine[29].

Le disque sort le , et rencontre un succès considérable. Il est classé 7e place dans la liste des « 90 meilleurs albums des années 90 » et en 75e place dans la liste des « 100 meilleurs albums entre 1985 et 2005 » du magazine Spin[30],[31],[32]. Post et Homogenic, son successeur, sont placés à la suite dans la liste des « meilleurs albums des années 90 » de Pitchfork Media, respectivement en 21e et 20e place[33],[34]. En 2003, le magazine Rolling Stone classe l'album en 376e place de sa la liste des « 500 plus grands albums de tous les temps »[35]. Pendant cette période, la presse exalte l'excentricité de Björk en créant autour d'elle un personnage de « lutin »[36], un qualificatif qu'elle affronte par la suite avec ses albums suivants[37].

Homogenic et Dancer in the Dark[modifier | modifier le code]

Björk en concert au festival Ruisrock, en 1998 à Ruissalo.

Après avoir échappé à un attentat, grâce à la police londonienne qui intercepte un colis piégé à l'acide qu'un fan lui avait destiné, elle décide de quitter Londres pour s'installer en Espagne, où elle enregistre en grande partie Homogenic, qui voit le jour en 1997[38].

Björk travaille avec les producteurs Mark Bell de LFO et Howie B, ainsi qu'avec Eumir Deodato[39]. Homogenic est considéré comme l'une des œuvres les plus expérimentales et extraverties de Björk, avec des rythmes énormes qui reflètent le paysage de l'Islande, allant des poétiques paysages enneigés aux chaotiques paysages volcaniques, notamment dans la chanson Jóga qui fusionne un ensemble de cordes avec des beats électroniques rock[40]. Björk dit que pour Homogenic, elle n'a gardé que les trois bruits essentiels, les trois bruits qui existent depuis la nuit des temps - les plus forts : la respiration, le cœur qui bat et les nerfs qui frémissent[41]. Pour ses textes Björk commence à écrire de manière plus personnelle, déclarant : « J'ai réalisé que j'étais arrivée au bout de mon extraversion. Je devais rentrer chez moi et me chercher à nouveau »[38].

L'album se certifie disque d'or aux États-Unis en 2001[42]. L'album est soutenu par plusieurs singles, Jóga, Bachelorette, Hunter, Alarm Call et All Is Full of Love , dont les vidéoclips sont diffusés sur MTV. Le clip de Bachelorette est réalisé par Michel Gondry, un de ses fréquents collaborateurs, tandis que All Is Full of Love est réalisé par Chris Cunningham. Cette dernière chanson devient le premier single DVD à sortir aux États-Unis, ce qui ouvre la voie à d'autres artistes dans l'inclusion des vidéos et d'autres éléments multimédia dans leurs singles.

Portrait d'une femme brune souriant parmi une foule
Björk lors de la présentation de Dancer in the Dark au Festival de Cannes 2000.

En 1999, le réalisateur Lars von Trier demande à Björk d'écrire et de produire la musique de son prochain film Dancer in the Dark, un drame musical sur une jeune émigrée tchèque et mère célibataire nommée Selma qui, sur le point de devenir aveugle, s'évertue à réunir les fonds nécessaires afin de payer l'opération qui permettra à son fils, atteint de la même infirmité, d'y échapper. Le réalisateur Lars von Trier lui demande finalement d'envisager de jouer le rôle de Selma, proposition que Björk refuse à plusieurs reprises[43]. Celle-ci finit par accepter car le réalisateur menace de laisser tomber le film et la bande originale déjà entièrement composée par la chanteuse[44],[45]. Le tournage commence début 1999 et le film est présenté en 2000 au 53e Festival de Cannes. Le film reçoit la Palme d'Or et Björk obtient celui de la meilleure actrice pour son rôle[46]. La chanteuse rapporte que le tournage et la vie de plateau lui ont été très désagréable ainsi que fatigant physiquement et émotionnellement au point qu'elle s'est juré de ne plus jamais jouer[47]. En effet, le tournage est marqué par de nombreux conflits entre elle et le réalisateur[48]. L'actrice française Catherine Deneuve, avec qui la chanteuse partage l'affiche, explique que « c'était une épreuve pour elle de se retrouver devant tout ce monde. Björk ne jouait pas, elle se contentait d'être. Parfois, elle ne supportait plus la pression que lui imposait de vivre ainsi son rôle et elle fuguait comme une écolière. Bien sûr, j'étais parfois déroutée, découragée. Je l'ai beaucoup protégée. Elle est unique et, je pense, extrêmement timide, elle est habituée à travailler dans un univers intime »[49]. Malgré les problèmes occasionnés par le tournage Björk déclare plus tard avoir toujours voulu faire une comédie musicale dans sa vie et que cela c'est réalisé avec Dancer in the Dark. La bande originale que Björk a créée pour le film est sortie sous le titre Selmasongs. L'album comprend un duo avec Thom Yorke de Radiohead intitulé I've Seen It All, qui est nommé pour l'Oscar de la meilleure chanson originale et est interprété aux Oscars 2001, sans Yorke, dans la « robe-cygne » conçue par Marjan Pejoski[50].

Vespertine[modifier | modifier le code]

C'est en 2001 que sort l'album Vespertine, qui initialement devait s'appeler Domestica. Dans cet album, Björk crée un univers intimiste et introverti fait de beats légers et fugaces. Accompagné d'un orchestre à cordes et d'un chœur, un chant très doux aborde des thèmes personnels, en particulier celui de la vulnérabilité. Pour cet album, Björk a collaboré avec le groupe expérimental Matmos, le DJ danois Thomas Knak et la harpiste Zeena Parkins. Pour les paroles, la chanteuse prend diverses sources d'inspiration, comme le poète américain E. E. Cummings dans la chanson Sun In My Mouth. L'album constitue un nouveau changement dans sa carrière, car il est très différent des autres. Cet album est beaucoup plus homogène, ce ne sont plus les chansons seules qui comptent, mais l'ensemble, qui crée une atmosphère froide, évocatrice, une fois encore, de l'Islande. C'est après l'expérience de Dancer in the Dark, que la chanteuse dit avoir très mal supporté, qu'elle effectue un retour en Islande, un retour aux origines, qui est un des thèmes de l'album. Pour sa promotion, elle abandonne ses anciennes collaborations, comme avec Michel Gondry, et en commence de toutes nouvelles, notamment avec les graphistes de M/M (Paris), ou le duo de photographes Inez Van Lamsweerde et Vinhood Matadin. L'image médiatique qu'elle s'était créée continue donc sa maturation commencée avec Homogenic, mais maintenant beaucoup plus sombre.

Pour la tournée de l'album, Björk se produira dans plusieurs théâtres, églises et opéras d'Amérique du Nord et d'Europe, accompagnée de Matmos, Zeena Parkins et d'un chœur inuit qu'elle avait rencontré avant la tournée, durant un voyage au Groenland.

Trois singles sont extraits de l'album : Hidden Place, Pagan Poetry et Cocoon. La même année, Björk sort un livre, constitué de photos, de dessins et de quelques textes, laissant la place à plusieurs de ses collaborateurs artistiques, notamment les réalisateurs de ses clips[51].

Greatest Hits, Live Box et Family Tree[modifier | modifier le code]

Björk au Fuji Rock Festival, au Japon, en 2003.

En 2002 sort le coffret Family Tree proposant une sélection de nombreux titres restés inédits (comme Mother Heroïc) ou des titres sélectionnés parmi les albums sortis avant le début de sa carrière solo (comme une version de Birthday des Sugarcubes, chantée en islandais, ce qui donne Ammæli, ou encore Fulgar, un titre qu'elle avait chanté avec Kukl). En parallèle avec ce coffret, a été édité Greatest Hits qui est une rétrospective des singles sortis sur les albums Debut, Post, Homogenic et Vespertine (aucun titre de Selmasongs ne figure sur l'album), à laquelle s'ajoute le titre inédit It's In Our Hands. Ces morceaux furent choisis par les fans eux-mêmes, par le biais d'un vote organisé sur le site Internet de la chanteuse. Greatest Hits sortira aussi en version DVD, sous le titre de Greatest Hits, Volumen 1993-2003. Il s'agira cette fois d'un DVD regroupant l'ensemble de sa vidéographie (et plus seulement les titres préférés des fans). Sur ce DVD figure le clip réalisé par Lynn Fox pour Nature Is Ancient, ainsi que le clip de Spike Jonze pour It's In Our Hands, où elle apparaît enceinte. Enfin, en 2003, sort un autre coffret appelé Live Box, contenant une sélection des meilleurs concerts de chaque tournée, pour chaque album, et accompagné d'un DVD contenant des vidéos. Par la suite, chacun de ces albums seront vendus séparément. Ce coffret, avec Family Tree, Greatest Hits CD/DVD, s'inscrit donc dans une rétrospective des 10 années précédentes de sa carrière solo.

Björk s'installe à New York en compagnie de son nouveau compagnon, l'artiste contemporain Matthew Barney et donne naissance à son deuxième enfant, Ísadóra, le .

Medúlla[modifier | modifier le code]

Björk en 2003 lors d'un concert en Allemagne.

En 2004 Björk enregistre Medúlla, un album entièrement consacré à la voix humaine, pour lequel elle s'entoure de plusieurs chanteurs et collaborateurs venus du monde entier.

Cet album constitue une rupture dans la carrière d'une chanteuse qui jusque-là s'accompagnait toujours de formations musicales petites ou grandes, allant de l'octuor à l'orchestre symphonique. La chanteuse a avoué lors de diverses interviews s'attendre à un refus du public face à ce changement radical. Au contraire, son album s'est finalement beaucoup vendu.

La quasi-totalité des sons de l'album sont créés par des voix humaines (bien que parfois manipulées et déformées). On y retrouve les voix de Tanya Tagaq Gillis, du human beat-box Rahzel, de Dokaka, de Mike Patton, de Robert Wyatt de Soft Machine. Une fois de plus, elle s'appropria des textes du poète E. E. Cummings, pour la chanson Sonnets/Unrealities XI.

En , la chanteuse est invitée à participer à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'Athènes, où elle interprète Oceania, titre extrait de Medúlla. Elle porte pour ce concert une robe longue de 900 mètres recouvrant tout le stade et évoquant les vagues dans ses mouvements. Des images du clip, réalisé par Lynn Fox, sont diffusées sur écran géant.

En dehors de quelques performances, aucune tournée ne fut organisée pour Medúlla. Björk déclara que c'était pour continuer immédiatement l'écriture de l'album suivant. En elle déclara dans une interview pour le magazine Rolling Stone : « À chaque album que j'ai fait, au moment où je le terminais, j'étais encore très inspirée, et je pensais pouvoir réaliser encore un album en cinq minutes ; alors, je voulais juste savoir si c'était seulement une fantaisie ou si c'était vrai ».

Army of Me Remixes and Covers[modifier | modifier le code]

C'est après le désastre du tsunami dans l'océan Indien fin 2004 que commença le projet Army of Mixes. Ce projet avait pour but de recruter par concours des musiciens pour remixer le titre Army of Me (1995), de commercialiser ensuite une sélection des 20 meilleurs remixes, afin de récolter des fonds pour aider l'Unicef. Mis sur le marché au début de 2006, l'album récolta 250 000 £. Dans la continuité de ce projet, Björk effectua en février 2006, un voyage à Banda Aceh, pour se rendre compte du travail effectué par l'Unicef, auprès des enfants affectés par le tsunami.

Drawing Restraint 9[modifier | modifier le code]

En , sort Drawing Restraint 9, bande originale que Björk compose pour le film homonyme. Dans ce film, elle joue l'un des rôles principaux, aux côtés de son mari, Matthew Barney, qui en est aussi le réalisateur. Le film est réalisé à l'occasion du 60e anniversaire commémorant les bombardements atomiques d'Hiroshima et Nagasaki. Björk y utilise des instruments traditionnels japonais, en rapport avec le thème du film, le Japon.

On peut considérer que cet opus constitue un nouveau tournant dans sa carrière, puisque transparaît ici l'influence de la musique japonaise, mais aussi l'utilisation des cuivres. Ces deux éléments, qui jusque-là n'étaient utilisés que de manière fugace dans ses compositions, prendront une place importante dans l'album suivant, Volta. Dans Drawing Restraint 9, est enfin reprise la chanson qu'elle avait chantée de nombreuses fois en concert, sans lui avoir donné d'autre titre que Nameless, et désormais nommée Storm dans l'album.

Voices of Europe[modifier | modifier le code]

Björk participe au projet The Voices of Europe, chœur européen créé à l'initiative de l'Islande. Ce projet regroupe des chanteurs et chefs de chœur venus des neuf capitales de la culture européenne de l'année 2000 : Reykjavik, Bruxelles, Helsinki, Tallinn, Cracovie, Avignon, Bologne, Saint-Jacques-de-Compostelle et Bergen.

Le chœur devait se produire lors de deux tournées, accompagné de Björk, lors du millénium en Islande et durant l'été à travers toute l'Europe. Malheureusement, Björk se ravise pour la seconde partie du projet ; certaines villes auraient toutefois abusé de l'image de la chanteuse pour promouvoir les concerts donnés par le chœur.

Le répertoire du chœur allait des chansons islandaises traditionnelles aux onomatopées contemporaines, en passant par les chants de Noël de chaque pays.

(____surrounded)[modifier | modifier le code]

En 2006, sort un nouveau coffret nommé (____surrounded). Ce coffret est une réédition de l'intégralité des albums de sa carrière solo, mais chaque album est réédité en Dolby Digital et DTS 96/24 5.1 surround sound. Les vidéos correspondant à chaque album figurent aussi dans le coffret. Le titre « I Miss You », a même été totalement réenregistré pour l'occasion.

Dans la même période Björk est nommée pour un Brit Awards dans la catégorie « Meilleure artiste solo féminine ». Elle reçoit aussi le prestigieux « Inspiration Awards » du magazine Q.

Le , le premier groupe à succès mondial de la chanteuse, les Sugarcubes, se reforme pour un concert d'un soir, à Reykjavik. Tous les profits du concert sont reversés au label « Smekkleysa ». Selon les dires de Björk dans la presse après ce concert, elle a choisi de ne pas profiter des gains amassés, dans le but d'aider la scène musicale islandaise à émerger. Aucune commercialisation du concert n'est envisagée.

Volta[modifier | modifier le code]

Björk à Rock en Seine en 2007.

En 2006, ses collaborations avec Anohni (du groupe Antony and the Johnsons) et Toumani Diabaté sont enregistrées entre l'Islande et la Jamaïque.

Björk en concert au Deer Lake Park à Vancouver en 2007.

L'album Volta sort en mai 2007. Il contient 10 morceaux, dont Earth Intruders, premier single de l'album, dont le clip est réalisé par Michel Ocelot, issu du cinéma d'animation. Pour cet album, elle reçoit l'aide de Timbaland aux percussions et arrangements musicaux, d'Anohni pour les morceaux The Dull Flame of Desire et My Juvenile, ainsi que de Sigurjón Birgir Sigurðsson (Sjón), et du groupe congolais Konono no 1. Le clip de Innocence, son second single, sera choisi parmi dix clips créés par des fans ou des inconnus, mis en ligne sur son site officiel. Elle renoue avec Michel Gondry, qui réalisera le clip de son troisième single, Declare Independence.

Le , Björk ponctue la fin de sa chanson Declare Independence en criant « Tibet ! Tibet ! » pendant un concert à Shanghai en Chine, ne créant sur le moment qu'un malaise diffus parmi le public[52] dont de nombreux membres exprimeront cependant leur vive indignation sur des forums Internet dans les jours qui suivent[53].

Volta est surtout teinté de cuivres (cor, tuba, trompette, trombone…) et de percussions.

Biophilia[modifier | modifier le code]

Björk effectue avec Biophilia, une résidence pendant trois semaines entre fin et début . Le projet a pour but « d'explorer le fonctionnement du son, l'étendue infinie de l'univers, des systèmes planétaires aux structures atomiques[54] ». Ce projet s'annonce ambitieux et expérimental, utilisant des instruments créés pour l'occasion. Un album, également titré Biophilia, est sorti le 10 octobre 2011. Les musiques ont été en partie composées avec l'aide d'un iPad[55]. Michel Gondry réalise le clip du titre Crystalline[56].

Alors qu'elle s'apprête à publier son nouvel album Biophilia, Björk révèle au magazine britannique Mojo que sa voix avait été mise en danger lors de sa précédente tournée en 2008, qu'elle avait des nodules à la gorge et a dû suivre des exercices pour étirer progressivement les cordes vocales[57]. Elle tourne ensuite pour promouvoir l'album. La liste des instruments conçus pour le projet comprend un orgue contrôlé par électronique, un mélange de gamelan et de célesta, un pendule de neuf mètres utilisant la gravité pour produire des sons et une immense boîte à musique[58]. Elle a fait créer différentes applications disponibles sur plusieurs mobiles permettant à ses fans et aussi aux internautes de se plonger dans une expérience musicale en rapport avec sa musique et la nature.

Björk continue d'explorer le même thème dans un film documentaire intitulé « Attenborough and Bjork: The Nature of Music », qui met en relief les interactions entre l'homme et la musique et l'impact de la technologie sur la musique et son devenir. C'est le producteur Lucas Ochoa, qui a déjà fait des films sur des chanteurs et groupes comme Katy Perry et Blur, qui a proposé ce projet à la chanteuse et au naturaliste et présentateur britannique David Attenborough. « Suite à l'idée révolutionnaire initiée par Björk l'année dernière, nous sommes ravis d'être en mesure de documenter ce voyage incroyable avec elle, elle est indéniablement l'une des figures les plus emblématiques de la culture populaire et fait évoluer les limites comme aucun autre artiste », a déclaré Lucas Ochoa au site NME[59].

Fin 2012, Björk regroupe l'essentiel des titres remixés de son album expérimental en un seul et même album de remix intitulé Bastards[60].

Vulnicura[modifier | modifier le code]

Après avoir fuité sur internet au milieu du mois de , le nouvel album de Björk, intitulé Vulnicura, est publié légalement le 20 du mois sur iTunes. Sa sortie physique a eu lieu le .

Dans cet album, Björk analyse sa rupture avec Matthew Barney, les morceaux prenant la forme d'un récit de 9 mois avant à 11 mois après cette séparation[61].

Utopia et Cornucopia[modifier | modifier le code]

Utopia est le dixième album studio de la chanteuse, sorti le .

Dans cet album, elle met en scène un monde utopique imaginaire et paradisiaque, magique, proche de la nature et débarrassé du patriarcat. La flûte, instrument à vent ancestral de l'humanité, est omniprésente : elle fait référence à celle de Pan et symbolise une reprise de la liberté ainsi qu'un souffle libérateur.

Björk lors de l'Eden Project.

L'opus donne lieu à deux tournées, dont Cornucopia, spectacle théâtral réalisé par la réalisatrice Lucrecia Martel et accompagné d'une chorale islandaise de plus de 50 chœurs, un ensemble de 7 flûtes, un harpiste, une section de percussions, de l'électronique et aussi un certain nombre d'instruments sur mesure, qui ont été mis en œuvre dans la conception d'une scène au son multicanal. L'artiste donne une vingtaine de représentations, entre New York, Mexico, Bruxelles, Londres ou encore Copenhague[62].

Orchestral Tour[modifier | modifier le code]

Dans la continuité de la tournée précédente, Björk annonce le un Orchestral Tour de dix concerts qui passera notamment par Reykjavik, le Blue Dot Festival de Berlin[63] et à la Seine musicale de Boulogne-Billancourt les et [64]. Le , elle annonce le report des deux concerts de sa tournée française aux et , en raison de la pandémie de Covid-19[65]. Le , selon le même motif, la série de concerts est de nouveau reportée, aux et pour les deux dates françaises.

Il s'agit des versions symphoniques des plus grands succès et de titres plus méconnus de la chanteuse.

Fossora[modifier | modifier le code]

Dans une interview au Guardian publiée le , Björk annonce la sortie de son onzième album, intitulé Fossora. L'album est « un retour à la terre » pour la chanteuse, grâce auquel elle « s'enracine vraiment »[66]. Il est précédé d'un premier single, Atopos, sorti en septembre 2022[67].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Relations amoureuses et enfants[modifier | modifier le code]

Björk a un fils, Sindri Thorsson, né le de son union avec Eldon Jónsson (Þór Eldon en islandais), alors guitariste des Sugarcubes, groupe dont elle était la chanteuse.

Après leur séparation, plusieurs de ses relations ont été médiatisées, dont celle avec le compositeur Goldie et celle avec le photographe Stéphane Sednaoui.

Björk a ensuite une fille, Isadora, née le , avec son compagnon Matthew Barney, artiste-réalisateur américain. Ils se sont séparés en 2013.

Attentat déjoué en 1996[modifier | modifier le code]

Le , un fan obsédé, Ricardo López, poste un colis piégé à l'acide à la maison de Björk à Londres puis se suicide, mais le paquet est intercepté par la Metropolitan Police Service[68]. López laisse un film qu'il a réalisé lors du processus de création de la bombe à l'acide qui était destinée à créer de sévères cicatrices sur le visage de la chanteuse ainsi que sur son torse. Les dix-huit premières heures de la bande vidéo exposent l'obsession de López pour Björk, la construction du dispositif, ses idées sur l'amour et d'autres sujets, ainsi que des remarques racistes envers l'ex-petit ami de Björk, Goldie. La vidéo se poursuit après l'envoi de la bombe et se termine avec une vue de López se rasant la tête, appliquant de la peinture sur son visage et se suicidant par balle face à la caméra[69].

Dans ses rares commentaires publics sur cet événement, Björk a dit plus tard qu'il s'agissait d'une épreuve très difficile émotionnellement, et que celle-ci avait bouleversé sa vie et son quotidien à Londres. Selon elle, cela explique également en partie pourquoi elle a finalement choisi de quitter la scène au Royaume-Uni pour de bon, rejeter son image « mignonne » et commencer à écrire de façon plus personnelle avec Homogenic (1997).

Principaux aspects de sa musique[modifier | modifier le code]

La première chose qui frappe en écoutant Björk, outre sa voix puissante, c'est cette façon très étrange de scander les syllabes, particularité qui semble provenir directement de la tradition musicale médiévale islandaise, les fameux « rímur », chorales exclusivement masculines.

Mais il faut aussi tenir compte des influences reggae, roots, dub et rocksteady, qui transparaissent dans ses lignes mélodiques. L'originalité de sa production n'est pas sans rappeler une autre artiste insolite, de notoriété internationale, Kate Bush. À ce sujet, Björk déclare avoir beaucoup écouté sa musique dans sa jeunesse[70].

Le principe que retient Björk est en effet la juxtaposition de références d'origines fortement éloignées. Par exemple, dans Big Time Sensuality, et plus précisément le refrain : « It takes courage / To enjoy it / The hardcore and the gentle / Big time sensuality » (littéralement : il faut du courage / pour en profiter / le radical et le doux / la sensualité du grand moment)

La ligne mélodique de la voix sur le passage « to enjoy » est caractéristiquement inspirée des lignes de Peter Tosh ou de Bob Marley.

Les premières années de Björk se font au sein de groupes punk, ensuite elle passe par Londres et l'Angleterre où la scène ragga, reggae et dub est très active.

Mais la principale caractéristique de son activité musicale est son goût prononcé pour les collaborations extérieures. Björk aime inviter des compositeurs et producteurs provenant des tendances les plus diverses sur ses albums (à l'exception de Debut et, dans une moindre mesure, de Homogenic, qui se veulent profondément inspirés par ses racines islandaises). Cette collaboration se poursuit d'ailleurs au-delà des albums : pour presque chacune de ses chansons, Björk engage une horde hétéroclite de remixeurs pour les réinterpréter. Cette philosophie du remix, à mille lieues des traditionnels « boum boum » prévisibles des remixes pour discothèques, trouve son point culminant dans Telegram, disque entièrement voué à cette forme musicale.

Outre ses propres chansons, Björk participe également aux albums de ses collègues et amis, tels Tricky, Leila, Hector Zazou, A Tribe Called Quest, Evelyn Glennie, ou Plaid.

Enfin, Björk considère le clip comme un prolongement à part entière de son œuvre et s'y implique pleinement. Collaborant fréquemment avec Michel Gondry (réalisateur des clips de Human Behaviour, Army of Me, Isobel, Hyperballad, Jóga, Bachelorette, Declare Independence et Crystalline), elle travaille également avec Jean-Baptiste Mondino, Chris Cunningham ou Spike Jonze.

Björk et l'art[modifier | modifier le code]

Björk poursuit ses recherches artistiques dans d'autres domaines que la musique.

Elle commence sa carrière au cinéma en 1986 avec le rôle principal de The Juniper Tree, film islandais indépendant sorti en 1990. Elle fait ensuite un détour par la télévision dans le téléfilm Glerbrot de Matthias Johannesen où elle incarne une adolescente rebelle. Après une participation anecdotique en 1994 dans Prêt-à-porter de Robert Altman, elle marque les esprits dans le rôle principal de Dancer in the Dark, film réalisé par Lars von Trier pour lequel elle signe également la musique originale. Ce film lui vaut de nombreuses distinctions, dont le prix d'interprétation féminine au festival de Cannes en 2000 et une nomination aux Oscars pour la chanson I've seen it all. Malgré cette réussite, elle déclare avoir trop souffert pour incarner le rôle de Selma et annonce ne plus vouloir jouer dans un film.

Du côté des œuvres audiovisuelles, Björk ne se limite pas au cinéma. Elle collabore avec son conjoint Matthew Barney pour le film expérimental Drawing Restraint 9 en 2005. Pour ses propres vidéo-clips, Björk fait appel à des réalisateurs renommés, notamment Michel Gondry qui a signé sept réalisations, mais aussi Sophie Muller, Stéphane Sednaoui, Spike Jonze, Chris Cunningham, Michel Ocelot ou encore Jean-Baptiste Mondino. Elle fait aussi appel à des artistes qui ne sont pas habitués des vidéo-clips (certains n'avaient d'ailleurs jamais réalisé le moindre film avant) : Alexander McQueen, Nick Knight, M/M (Paris) (graphistes français), Eiko Ishioka (graphiste japonaise), Lynn Fox (collectif de graphistes), John Kricfalusi (animateur), Gabríela Friðriksdóttir, Inez Van Lamsweerde et Vinoodh Matadin (photographes).

Björk en 2001, vêtue de la célèbre « robe-cygne » conçue par Marjan Pejoski.

En photographie, Björk pose pour les photographes les plus en vogue, tels que Jean-Baptiste Mondino.

Enfin, elle met souvent en avant son goût pour la mode d'avant-garde, qu'elle met notamment en avant lors de ses apparitions en concert ou à la télévision mais aussi sur les pochettes de ses albums. Elle a rencontré de nombreux stylistes parmi lesquels Alexander McQueen, qui a signé la pochette d'Homogenic[71] et pour qui elle a collaboré pour une installation intitulée Angel, présentée à Avignon en 2000[72]. De même, sur la pochette de l'album Post et pour la tournée du même album, elle a porté des robes du créateur Hussein Chalayan, lequel a en outre participé au livre Björk[73]. Elle a également rendu culte une « robe-cygne » conçue par la Macédonienne Marjan Pejoski, qu'elle a portée sur la pochette de Vespertine[74], durant la tournée de cet album[74], lors de la projection du film Dancer in the Dark au Festival de Cannes 2000[72] et lors de la 73e cérémonie des Oscars en 2001[74]. Elle a porté d'autres créations de Pejoski, dont une « robe lampion rose » lors de la remise des prix du Festival de Cannes 2000[74]. Au sujet de la mode, Björk clame que « les gens intellectualisent trop les vêtements, les prennent trop au sérieux » et regrette « cette tendance tacite de vouloir se subordonner à une sorte d'uniforme de police, de se conformer à un stéréotype »[72].

Björk a également collaboré avec la marque japonaise Comme des Garçons[71], le duo néerlandais Viktor & Rolf[71], le couturier américain Jeremy Scott[71] ou encore le créateur Bernhard Willhelm, qui a signé la sculpture sur la pochette de l'album Volta[71].

Elle apparaîtra aussi, imité par la drag-queen Katya, dans l'émission Rupaul's Drag Race en 2016.

Engagements et idées politiques[modifier | modifier le code]

Jusqu'aux années 2000, Björk reste discrète voire muette sur ses opinions, notamment politiques, qui n'apparaissent dans son œuvre qu'à partir de Medúlla (2004), dont la fin de la chanson Mouth's Craddle fait référence à George W. Bush et Oussama ben Laden, qu'elle met implicitement dans le même lot.

Dès 1998, elle participe toutefois à une vidéo pour Free Tibet. Dix ans plus tard, le , lors de son unique concert en Chine, à Shanghai, juste après avoir chanté Declare Independence (chanson déjà politisée puisqu'elle y exprime son soutien à l'indépendance des îles Féroé et du Groenland envers le Danemark)[75], et juste avant de quitter la scène, elle s'écrie « Tibet, Tibet, raise your flag! » (soit « Tibet, Tibet, lève ton drapeau ! »). Aucun média chinois ne reprend cette information[76]. De même, Björk scande « Kosovo-Kosovo » lors d'un autre concert à Tokyo, ce qui lui vaut une déprogrammation du festival serbe EXIT[77]. À la suite des remous provoqués en Chine, elle y est interdite de concert[78].

En 2005, elle participe au Live 8, série de concerts organisée pour faire pression sur les dirigeants du G8 pour qu'ils effacent la dette publique des pays les plus pauvres. Björk se produit alors au Japon, accompagnée de Matmos, un octuor japonais et Zeena Parkins, pour jouer 8 titres, dont All Is Full Of Love. Do As Infinity, Good Charlotte et McFly jouaient au même concert.

En , devant le marasme économique subi par l'Islande en raison de la crise financière mondiale, elle prône l'adoption de l'euro par l'Islande, ce qui impliquerait l'adhésion de son pays à l'Union européenne[79]. D'autre part, elle participe à la création d'un fonds d'aide destiné à relancer l'économie islandaise[80].

En 2010, elle s'élève contre la privatisation des ressources géothermiques de son pays, recevant le soutien de l'eurodéputée Eva Joly[80].

En , elle soutient les membres du collectif punk féministe russe Pussy Riot qui ont été arrêtées à Moscou : « En tant que musicienne et mère j'aimerais exprimer mon désaccord féroce concernant leur emprisonnement dû à une protestation pacifique [...] Les autorités russes devraient les laisser rentrer chez elles auprès de leurs familles et de leurs enfants »[81],[82]. Elle leur dédie la chanson Declare Independence lors d'un concert à Helsinki[81],[82].

Discographie[modifier | modifier le code]

Björk avec Anohni en 2007.

Albums studio[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Actrice[modifier | modifier le code]

Compositeur[modifier | modifier le code]

Ce paragraphe répertorie les films pour lesquels Björk a écrit tout ou partie de la bande originale. Il n'inclut pas les nombreux films qui utilisent des chansons préexistantes (comme c'est le cas dans Léon, par exemple)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Björk a reçu de nombreuses récompenses et nominations, dont les plus importantes sont les suivantes :

Documentaires[modifier | modifier le code]

  • Bjork: Inner or Deep Part of an Animal or Plant Structure (2004), documentaire réalisé par Ragnheiður Gestsdóttir
  • Björk ! (2015), documentaire allemand réalisé par Hannes Rossacher et Tita von Hardenberg[N 3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Son nom signifie littéralement « fille de Guðmund ». Voir l'article Nom islandais.
  2. Prononciation en islandais retranscrite selon la norme API.
  3. Disponible jusqu'au 4 juin 2019 sur le site web de la chaîne de télévision Arte.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Sean L. Maloney, « Album review: Your Friend, 'Gumption' », The Boston Globe,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. « Fan de Kate Bush », sur bjork.fr, (consulté le ) : « C'est alors que j'ai trouvé un album de Kate Bush et... vous imaginez la suite »
  3. http://inflooenz.com/?artist=bjork&submit=Search
  4. « Björk racontée par un documentaire visible sur Arte », sur Nova (consulté le )
  5. « Bjork | full Official Chart History | Official Charts Company », sur www.officialcharts.com (consulté le )
  6. Time 100
  7. a b c d e f g et h (en) « SAGA BJARKAR - Marking the years in the history of Björk Guðmundsdóttir », sur unit.bjork.com, (version du 4 octobre 2012 sur l'Internet Archive).
  8. (is) Auður Ösp, « Hildur Rúna er látin », sur dv.is, (consulté le )
  9. a et b JD Beauvallet, Emmanuel Tellier, Neil Hannon, Stéphane Deschamps et Richard Robert, « Champs de l'extase », Les Inrocks 2,‎ (ISSN 0298-3788)
  10. a et b (en) « How it all started... », sur home1.swipnet.se, (version du 25 février 2005 sur l'Internet Archive).
  11. a b c et d (en) Stig R. Kristoffersen, « The secret history of Bjork », sur thomasr.nvg.org (consulté le )
  12. (en) Lucy Siegle, « Björk: 'Even venture capitalists understand our future is in nature' », sur The Guardian, (consulté le )
  13. (en) Martin Schneider, « Down the rabbit hole with Björk’s first album, recorded at the age of eleven », sur dangerousminds.net, (consulté le )
  14. (en) « Official discography », sur unit.bjork.com (consulté le )
  15. (en) Dr. Gunni, « Rokk í Reykjavík! », sur grapevine.is, (version du 5 mars 2014 sur l'Internet Archive).
  16. (en) Björk, « Björk Introduces Sjón », sur fsgworkinprogress.com, (consulté le )
  17. (en-US) Sam Anderson, « Into the Belly of the Whale With Sjón », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne Accès payant, consulté le )
  18. a b et c (en) Dr. Gunni, « The Rise And Fall Of Kukl », sur grapevine.is, (version du 5 mars 2014 sur l'Internet Archive).
  19. (en) Dr. Gunni, « Dr. Gunni's History of Icelandic Rock Part 25 », sur grapevine.is, (version du 5 mars 2014 sur l'Internet Archive).
  20. (en) Mark Pytlik, interview de l'auteur avec Nietzchka Keene (juin 2002), in Björk: Wow and Flutter, Aurum Press, mai 2003, p.33-37 (ISBN 1 85410 960 X)
  21. AlloCiné, « Quand nous étions sorcières », sur allocine.fr (consulté le )
  22. Bar-David, Gérard. « Du sel dans le sucre ». Best, octobre 1989, page 40
  23. a et b (en) Dr. Gunni, « Dr. Gunni's History Of Icelandic Rock / Part 27 », sur grapevine.is, (version du 5 mars 2014 sur l'Internet Archive).
  24. (en) Rolling Stone, « Bjork », sur rollingstone.com, (version du 7 juillet 2011 sur l'Internet Archive).
  25. « Pop, etc: BJÖRK - Debut », sur www.franceinter.fr (consulté le )
  26. (en) Allmusic, « Post - Björk - Credits », sur allmusic.com (consulté le )
  27. a et b (en) Gabriela Tully Claymore, « Bjork album from worst to best », sur stereogum.com/, (consulté le )
  28. (en) Wondering Sound Staff, « Icon: Bjork », sur wonderingsound.com, (version du 26 juillet 2014 sur l'Internet Archive).
  29. (en) Nielsen Business Media, Billboard, Nielsen Business Media, Inc., , 87 p. (ISSN 0006-2510, lire en ligne), p. 29
  30. (en) SPIN Staff, « The 90 Greatest Albums of the '90s », sur spin.com, (consulté le ).
  31. (en) Sia Michel, The 90 Greatest Albums of the '90s: 3 PJ Harvey To Bring You My Love, SPIN Media LLC, , 209 p. (lire en ligne), p. 115.
  32. (en) SPIN, « 125 Best Albums of the Past 25 Years », sur spin.com, (consulté le )
  33. (en) Pitchfork, « Top 100 Albums of the 1990s - Page 9 », sur pitchfork.com (consulté le )
  34. (en) Pitchfork, « Top 100 Albums of the 1990s - Page 8 », sur pitchfork.com (consulté le )
  35. (en) Rolling Stone, « 500 Greatest albums of all time - 376 : Björk, 'Post' », sur rollingstone.com, (version du 19 juin 2012 sur l'Internet Archive).
  36. Roger Morton, « The Last pixie show - Björk grows up », sur www.bjork.fr, (consulté le )
  37. (en) Ted Kessler, « BJORK - Homogenic », sur nme.com, (version du 17 août 2000 sur l'Internet Archive).
  38. a et b (en) Barbara Ellen, « I used to think I'd live forever... », sur theguardian.com, (consulté le )
  39. (en) Allmusic, « Björk - Homogenic », sur allmusic.com (consulté le )
  40. (en) « Bjork : Album : Homogenic », sur bjork.com, (version du 19 mars 2009 sur l'Internet Archive).
  41. « Navigatrice solitaire », Les Inrockuptibles, no 118,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  42. (en) RIAA, « Gold & Platinum », sur riaa.com (consulté le )
  43. (en) Bjork, « why she decided to act », sur bjork.com, (version du 22 décembre 2007 sur l'Internet Archive).
  44. Chloé Valmary, « Dancer in the Dark : le calvaire de Björk sur le tournage », sur cineserie.com, (consulté le )
  45. JD Beauvallet, « Björk et le cinéma : la première et dernière fois - Les Inrocks » Accès limité, sur lesinrocks.com, (consulté le )
  46. (en) « DANCER IN THE DARK », sur festival-cannes.com, (version du 13 novembre 2011 sur l'Internet Archive).
  47. (en) Chris Heath, « Lars von Trier Interview GQ October 2011 », sur gq.com, (consulté le )
  48. Christophe d'Yvoire, « Lars von Trier, « Pourquoi aurais-je peur d'en faire trop?» », L'Express,‎ (lire en ligne).
  49. Laurent Rigoulet, « Lars Von Trier. Réalisateur de «Dancer in the Dark». «Découvrir Björk fut une expérience libératrice». », Libération,‎ (lire en ligne).
  50. (en) Emanuel Levy, All about Oscar: the history and politics of the Academy Awards, Continuum International Publishing Group, (ISBN 978-0-8264-1452-6, lire en ligne), p. 24
  51. (en) Björk, a project by Björk, edited and designed at M/M (Paris), ed. Little-i Ltd./Björk Overseas Ltd., 2001.
  52. (en) Cara Anna (Associated Press), « Bjork declares 'Tibet!' at China concert », sur newsvine.com, (consulté le )
  53. Hélène Chevallier, Un jour sur la toile, « Et pourtant, elle tourne », France Inter, mardi 4 mars 2008, vers 18h50
  54. (en) « Björk and Damon Albarn lead stellar lineup at Manchester international festival », sur The Guardian (consulté le )
  55. (en) « Bjork, Damon Albarn, Snoop Dogg for Manchester International Festival », sur nme.com, (consulté le )
  56. « Gondry, How Are You Doing ?, et Crystalline », sur Clipothèque (consulté le )
  57. « Björk : en pleine tournée, elle a failli perdre sa voix », sur chartsinfrance.net, (consulté le )
  58. « Björk : le projet "Biophilia" mènera la chanteuse jusqu'en 2014 », sur chartsinfrance.net, (consulté le )
  59. http://www.chartsinfrance.net/Bjork/news-81162.html
  60. « Björk publiera l'album Bastards le 19 novembre », sur chartsinfrance.net, (consulté le )
  61. « « Vulnicura » : Björk soigne ses blessures amoureuses » (consulté le ) (attention : cette référence inverse les mois avant/après, par rapport au livret de l'album)
  62. « Tournée Cornucopia 2019 » (consulté le )
  63. « Tournée Björk Orchestral 2021 », sur bjork.fr (consulté le )
  64. « Björk et son Orchestra Tour de passage à Paris pour 2 concerts à la Seine Musicale », sur infoconcert.com, (consulté le )
  65. « Björk reporte ses concerts du Orchestral Tour à la Seine Musicale, à Paris, en juin 2021 ! », sur hey-alex.fr, (consulté le )
  66. « Björk annonce un nouvel album, « Fossora ». », sur Rolling Stone,
  67. Hugo Ducamp, « « Atopos » : passeport d’entrée dans l’univers de Björk », sur nova.fr, (consulté le ).
  68. (en) J. Reid Meloy (coauteurs : Lorraine Sheridan, Jens Hoffmann), Stalking, Threatening, and Attacking Public Figures, Oxford University Press US, (ISBN 0-19-532638-5, lire en ligne), p. 97–101
  69. (en) Chris Colin, « Bj », sur archive.salon.com, (consulté le )
  70. « bjork.fr - Björk About Kate Bush »
  71. a b c d et e Gaëlle Ferval, « La mode selon Björk », sur le-mag.rushcollection.com, (consulté le )
  72. a b et c « Björk: "Quand j'enregistre, je réagis à mes envies" », sur lexpress.fr, (consulté le )
  73. « Hussein Chalayan », sur bjork.fr (consulté le )
  74. a b c et d « Marjan Pejoski », sur bjork.fr (consulté le )
  75. (en) Mahr Krista, « Greenland to World: "Keep Out!" », Time, 21 septembre 2007.
  76. Dépêche de l'agence Xinhua reprise par le China Daily du 7 mars 2008
  77. « Björk censurée après avoir appelé à l'indépendance du Kosovo et du Tibet », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  78. (en) « Banned! 22 Musicians Barred From Stepping Foot In Certain Countries », sur nme.com,
  79. « Björk pour l'adoption de l'euro par l'Islande », in La Libre Belgique, 6 novembre 2008
  80. a et b Gérard Lemarquis, « En Islande, le front Eva Joly-Björk contre une privatisation », Le Monde,‎ , p. 14
  81. a et b Jean-Baptiste Pietra, « Après Madonna, Björk soutient les Pussy Riot », sur chartsinfrance.net, (consulté le ).
  82. a et b Magali Judith et Anne Royer, « Madonna, Björk, Peaches… dix artistes qui soutiennent les Pussy Riot », Les Inrockuptibles, (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Alexandre, Björk, éditions Prélude et Fugue, 1997, 127 p. (ISBN 2-84343-011-9)
  • Jordi Bianciotto, Björk, Editorial La Máscara, Valence (Espagne), collection Images du Rock (no 40), 1998, 64 p. (traduit de l'espagnol) (ISBN 84-7974-566-5)
  • Evelyn McDonnell, Björk, La Fée Septentrion (FR), Édition du Camion Blanc, 2003, 170 p. (ISBN 2-910196-30-5) Army Of She: Icelandic, Iconoclastic, Irrepressible Björk (titre original)
  • (en) Mark Pytlik, Björk: Wow and Flutter., ECW Press, mai 2003, 230 p.
  • Björk une femme islandaise (bande dessinée biographique), scénario de Guillaume Lebeau, dessins de Christelle Pécout, collection Marabulles, Marabout, 2015 (ISBN 978-2501081009)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Björk.

Liens externes[modifier | modifier le code]