Bizi !

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir BiZi.
Bizi !
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association loi de 1901
But Construire un monde meilleur en relevant les défis de l’urgence climatique et écologique, et le défi de la justice sociale
Zone d’influence Pays basque français
Fondation
Fondation 2009
Identité
Siège 20, rue des Cordeliers 64100 Bayonne
Méthode Non-violence, désobéissance civile, campagnes de mobilisation, éducation populaire, construction d'alternatives concrètes
Membres 300[réf. nécessaire]
Site web www.bizimugi.eu

Bizi ! (« Vivre ! », en basque) est une association de type loi de 1901 qui s'inscrit dans le mouvement altermondialiste. Ses objectifs sont axés sur la promotion de la justice environnementale et de la justice sociale au niveau mondial[1] comme au niveau local. Créée le 24 juin 2009 en perspective du sommet de Copenhague[2] et avec le soutien de la Fondation Manu Robles-Arangiz, son champ d'action local est le Pays basque français et sa communication est bilingue français/basque.

Bizi ! est une association indépendante et a-partisane qui rejette toute stratégie clandestine ou action violente.

Organisation et principes fondamentaux[modifier | modifier le code]

Selon la charte de Bizi ![3] les six piliers sur lesquels l'association articule son action sont :

  • le diagnostic, la critique et les résistances ;
  • l'élaboration de propositions concrètes ;
  • la lutte pour des alternatives collectives, locales et possibles dès aujourd'hui ;
  • la modification des comportements individuels et la pédagogie de la pratique ;
  • la formation interne et externe ;
  • la participation à la réflexion et à la mobilisation internationales.

Fonctionnant de manière démocratique selon le principe « 1 membre égale 1 voix », les décisions sont prises lors de réunions de coordination ouvertes à tous. L’association est organisée en groupes de travail thématiques et en groupes locaux géographiques.

Champs d’action[modifier | modifier le code]

Bizi ! s’engage plus largement pour la mise en œuvre de la transition sociale et écologique (consommation responsable, banques éthiques[4], gestion des déchets, réduction de l’empreinte écologique, transition énergétique…) par l’organisation d’événements, d’actions de visibilité et un travail avec les élus locaux. Par des cycles de conférences organisés de façon permanente (Hervé Kempf, Paul Ariès, José Bové, Geneviève Azam, Hervé Le Treut…), Bizi ! contribue à donner aux citoyens des outils de compréhension des enjeux actuels.

L’association s’est notamment fait connaître par :

  • la mise en valeur des alternatives concrètes et porteuses de valeurs au niveau écologique et social par l’organisation de l’événement Alternatiba[5], le village des alternatives ;
  • sa participation à la mise en place d’une monnaie locale et solidaire[6] ;
  • sa campagne en faveur du développement de l’utilisation du vélo et des voies de bus en sites propres[7] ;
  • son opposition à la nouvelle ligne à grande vitesse Bordeaux–Hendaye[8] et son soutien au développement des transports en commun de proximité[9] ;
  • des actions médiatiques comme l'enterrement du Grenelle de l'environnement à l'occasion de l'abandon de la taxe carbone par le gouvernement de François Fillon, des campagnes contre des banques critiquées pour leurs investissements écologiquement irresponsables[10] ou impliquées dans des scandales liés à l'évasion fiscale[11], des actions spectaculaires contre l'ouverture des grandes surfaces le dimanche.

Bizi ! à l’international[modifier | modifier le code]

Bizi ! s’associe régulièrement à des événements de dimension internationale :

Collectifs[modifier | modifier le code]

Depuis sa fondation, Bizi ! s’est impliqué dans différents collectifs :

Événements[modifier | modifier le code]

Le « Village des alternatives » Alternatiba est un événement accueillant un large public autour d'alternatives concrètes au changement climatique et à la crise écologique[20].

En 2013, l’événement qui devait être parrainée par Stéphane Hessel s'est déroulé les samedi 5 et dimanche 6 octobre dans le centre-ville de Bayonne[21]. À la suite d'une grande campagne de communication et des soutiens de nombreuses organisations et diverses personnalités[22], plus de 10 000 personnes y ont participé[23]. Un appel à multiplier les villages des alternatives en Europe a conclu le rassemblement[24]. Depuis, plusieurs Alternatiba ont eu lieu à Agen, Nantes[25], Gonesse[26], Lille[27], Bordeaux[28], et bientôt à Tahiti. De nombreux Alternatiba sont en cours de préparation pour 2015.

Depuis février 2014, le mouvement s'est développé et, sous l'impulsion d'Alternatiba Bayonne, une coordination européenne réunissant plus de 45 villages des alternatives s'est mise en place et s'est réunie successivement à Nantes[29], Bayonne, Paris à la fin de l'Université d'été des Attac d'Europe, puis à Lille. Un projet de tour de France en tandem 4 places est prévu en 2015 pour sensibiliser l'opinion publique sur l'importance du réchauffement climatique et donc de la Conférence de Paris (COP21) qui devrait prendre des décisions importantes au Bourget en décembre 2015 pour maîtriser les émissions mondiales de gaz à effet de serre[30].

Une nouvelle édition d'Alternatiba Bayonne se déroule les 6 et 7 octobre 2018. L'arrivée du Tour Alternatiba le 6 octobre 2018 célèbre l'ouverture du prochain village des alternatives de Bayonne, qui marque les cinq ans de la dynamique citoyenne. Cette édition est soutenue par le sociologue et philosophe Edgar Morin et l'anthropologue sénégalaise Mariama Diallo[31]. Le 7 octobre a lieu le village des alternatives au changement climatique. Malgré le temps pluvieux, le week-end rassemble 15 000 visiteurs[32].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Txetx Etcheverry, « Copenhague nous concerne toutes et tous », Reporterre, le quotidien de l 'écologie,‎ (lire en ligne, consulté le 19 février 2018)
  2. Emmanuel Planes, « Le mouvement Bizi ! prend de l’ampleur », SudOuest.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 février 2018)
  3. « Charte de Bizi! », Issuu,‎ (lire en ligne, consulté le 20 février 2018)
  4. « Bizi ! "attaque" le Crédit Agricole d'Anglet - Le Journal du Pays Basque », sur www.lejpb.com (consulté le 20 février 2018)
  5. Pierre Penin, « Bienvenue au village de l’écologie puissance 10 », SudOuest.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 février 2018)
  6. Fanny Avignon, « L’eusko bientôt dans les porte-monnaie », SudOuest.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 février 2018)
  7. Muriel Bonneville, « Didier Borotra promet d’utiliser la Bizi kleta », SudOuest.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 février 2018)
  8. « Pau : les manifestants de Bizi ont décroché leur banderole du Conseil général », SudOuest.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 février 2018)
  9. EiTB Radio Televisión Pública Vasca, « Et si j'allais au travail en bus ou en train? », sur www.eitb.com (consulté le 20 février 2018)
  10. « VIDEO. Bayonne : 1,8 tonne de charbon devant une banque contre un vaste projet minier australien », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 20 février 2018)
  11. Michel Garicoïx, « A Bayonne, l’évasion forcée des sièges de HSBC », sur Le Monde.fr (consulté le 20 février 2018)
  12. http://www.reporterre.net/Copenhague-nous-concerne-toutes-et
  13. Philippe Collet, « Les altermondialistes réunis au contre-sommet de Cancon », Actu-Environnement,‎ (lire en ligne, consulté le 20 février 2018)
  14. « Tunis : un Appel international pour le climat lancé au Forum social mondial », Reporterre, le quotidien de l 'écologie,‎ (lire en ligne, consulté le 20 février 2018)
  15. « Aller à Paris ? Mais pour quoi faire ? par Patrick Piro », Politis.fr,‎ 20150326 08:29 (lire en ligne, consulté le 20 février 2018)
  16. « Jean-Marc Ayrault annule sa venue à Biarritz », Reporterre, le quotidien de l 'écologie,‎ (lire en ligne, consulté le 20 février 2018)
  17. « SNCF : les usagers manifestent à Bayonne - Le Journal du Pays Basque », sur www.lejpb.com (consulté le 20 février 2018)
  18. Sophie Serhani, « Masques blancs contre bonnets rouges », SudOuest.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 février 2018)
  19. Caroline Schaub, « Ecotaxe : les partisans se payent Royal », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 février 2018)
  20. « Carnets de campagne : Les Pyrénées Atlantiques 1/5 du 15 avril 2013 - France Inter », France Inter,‎ (lire en ligne, consulté le 19 février 2018)
  21. Pierre Penin, « A Bayonne, beaucoup auront une pensée pour Stéphane Hessel », SudOuest.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 19 février 2018)
  22. Pierre Larrouturou, Edgar Morin, Pierre Rabhi et Edmond Maire, « «Notre maison brûle et nous regardons ailleurs» », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 19 février 2018)
  23. « 10 000 personnes réunies à Alternatiba contre le réchauffement climatique - Écologie - La Vie », sur www.lavie.fr (consulté le 19 février 2018)
  24. « Alternatiba : Appel à multiplier les villages des alternatives - Pressenza », Pressenza,‎ (lire en ligne, consulté le 19 février 2018)
  25. « Alternatiba a fait le plein au Bouffay », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 19 février 2018)
  26. Eros Sana, « Alternatiba : cet « autre monde » qui vient d'en bas », Basta !,‎ (lire en ligne, consulté le 19 février 2018)
  27. « Lille : un festival d’alternatives pour repenser le monde », sur La Voix du Nord (consulté le 19 février 2018)
  28. « Bordeaux : Alternatiba a pris ses quartiers à Sainte-Croix », SudOuest.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 19 février 2018)
  29. Barnabé Binctin, « Alternatiba grandit et se coordonne », Reporterre, le quotidien de l 'écologie,‎ (lire en ligne, consulté le 19 février 2018)
  30. http://www.politis.fr/Le-mouvement-Alternatiba-grandit,25966.html
  31. P.P., « Climat: le tour Alternatiba repart pour 5 800 km de Paris à Bayonne », Sud-Ouest,‎ (lire en ligne)
  32. Christine Siebert, « Climat: vaste mobilisation à Bayonne pour la sortie du rapport du Giec », rfi.fr,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]