Bissy (Savoie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bissy
Le panneau signalant l'entrée dans Bissy à Chambéry.
Le panneau signalant l'entrée dans Bissy à Chambéry.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Canton Chambéry-3
Intercommunalité Chambéry métropole - Cœur des Bauges
Code postal 73000
Code commune 73044
Démographie
Gentilé Bisserain/Bisseraine
Population 5 859 hab. (2006)
Densité 1 058 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 34′ 30″ nord, 5° 53′ 53″ est
Altitude Max. 260 m
Superficie 5,54 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Chambéry
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 15.svg
Bissy

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 15.svg
Bissy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Bissy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Bissy

Bissy est une ancienne commune française, située dans le département de la Savoie en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Elle a fusionné le avec la ville de Chambéry, en même temps que Chambéry-le-Vieux[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le plan de Bissy en 1921.

Le quartier de Bissy, d'une superficie de 554 hectares, soit 5,54 km2[2], est situé dans la partie nord-ouest de la commune de Chambéry, à trois kilomètres du centre.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bissy est dérivé du nom médiéval Bissiacum, qui signifiait « Domaine du nommé Bittius »[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières traces connues de Bissy remontent au XIVe siècle, avec le Prieuré de Saint-Valentin.

  • En 1811, le colonel Nicolas de Maistre, (frère de Joseph et Xavier de Maistre), achète en 1811 au Grand Séminaire de Chambéry, la maison forte du Mollard, sur une butte située à 400 mètres de l'église de Bissy. Cette maison forte, édifiée au XIVe siècle, appartenait à Jean du Mollard et elle surveillait la route du Bourget[3]. Elle est désormais connue sous le nom de Château de Maistre. Alphonse de Lamartine y a résidé lors des Cent-Jours et en a fait la description dans ses Mémoires[4].
  • L'une des familles les plus connues de Bissy est l'ancienne famille de Regnauld de Lannoy de Bissy, toujours subsistante, qui reste propriétaire du château de Bissy-Beauregard[5]. Elle est notamment illustrée par le colonel Richard de Regnauld de Lannoy de Bissy.

Le , la commune de Bissy est rattachée à celle de Chambéry sous le régime de la fusion simple[6].

Démographie[modifier | modifier le code]

Les données démographiques les plus anciennes connues sur la paroisse de Bissy remontent au Moyen Âge et sont parfois exprimées en feux fiscaux[Note 1].

Ces données sont les suivantes[2] :

Année Nombre d'habitants
1399 60 feux
1471 60 feux
1551 531
1725 400
1781 500
1806 693
1848 927
1911 978
1936 1228
1954 1614

Après la fusion, le quartier de Bissy s'étend sur 610 ha (soit 29 % du territoire de Chambéry)[7].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Bissy sont appelés les Bisserains. Au recensement de 2006, Bissy comptait une population évaluée à 5 859 habitants[7].

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est située dans l’académie de Grenoble.

Établissements scolaires[modifier | modifier le code]

Elle dispose de deux écoles maternelle et élémentaires, les écoles Jacques Prévert[8],[9] et Jean Rostand[10],[11], sur son territoire.

La commune dispose d’un collège sur son territoire, le collège de Bissy[12].

Enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

Aucun lycée n'est placé sur le territoire de la commune, mais il y a deux lycées dits de secteur situés en centre-ville de Chambéry, les lycées Vaugelas et Monge.

Sports[modifier | modifier le code]

Lieux importants[modifier | modifier le code]

Lieux existants[modifier | modifier le code]

Nom Image Année de construction Localisation
Château de Beauregard Château de Beauregard, Bissy (2015).JPG XIIIe siècle Route de la Labiaz
Église Saint-Valentin Église Saint-Valentin (Chambéry, 2014).JPG Années 1840 Route de Chaloz
Château de Chaloz Château de Challot, Chambéry (2015).JPG XIVe siècle Colline de Chaloz
Château de Maistre Château De Maistre (2014).JPG XIVe siècle Route de Chamoux

Lieux disparus[modifier | modifier le code]

Nom Image Année de construction Localisation
Château du Mas-Barral Parc du Mas-Barral (Chambéry).JPG 1880 Parc du Mas-Barral

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Extrait de la Trente-et-unième Méditation de Lamartine, en séjour à Bissy[modifier | modifier le code]

"En revenant de la Suisse après les Cent-jours, je m'arrêtai dans la vallée de Chambéry, chez l'oncle d'un de mes plus chers amis (Xavier de Vignet): le colonel Nicolas de Maistre...il était le frère cadet du fameux écrivain (Joseph de Maistre), qui a laissé un si grand nom dans la philosophie et dans les Lettres. Je passai quelques jours heureux à Bissy, enseveli sous l'ombre des noyers et des sapins du Mont-du-chat. Je voyais de ma fenêtre la nappe bleue de ce beau lac où je devais aimer et chanter plus tard...L'esprit éminent et original, la bonté, la sérénité de toute cette maison de Maistre, me captivait...Je quittai avec peine cette oasis de paix, d'amitié, de poésie, pour revenir à Beauvais reprendre l'uniforme, le sabre, le cheval, le tumulte de la garnison".

(Les Grands Écrivains de la France - Lamartine : Méditations Poétiques. Vol.II-Paris. Hachette. 1870)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Laurent Dacquin, Daniel Légat et Jean-Luc Million, Bissy autrefois, Fayolle Savoie, , 93 p. (ISBN 2-9519279-0-8) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Michèle Brocard, Lucien Lagier-Bruno, André Palluel-Guillard, Histoire des communes savoyardes : Chambéry et ses environs. Le Petit Bugey (vol. 1), Roanne, Éditions Horvath, , 475 p. (ISBN 978-2-7171-0229-1), p. 126-128. ([PDF] lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le feu fiscal est utilisé au Moyen Âge et désigne le nombre de foyers fiscaux. Pour estimer le nombre d'habitants, il faut appliquer un coefficient multiplicateur d'environ 5.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice communale de Bissy sur le site de l'EHESS.
  2. a, b et c Paillard et al. 1982, p. 123
  3. Michèle Brocard, Les Châteaux de Savoie, réédition Cabédita, collection Sites et Villages, 2004
  4. Émile Magnien, Lamartine en Savoie et en Dauphiné, édition Taillandier, Paris, 1993
  5. Michèle Brocard ibid
  6. Commune de Bissy (73044) sur le site de l'INSEE
  7. a et b Ville de Chambéry, « Quartier de Bissy : présentation », sur www.chambery.fr (consulté le 19 mars 2015)
  8. « École maternelle publique Jacques Prévert Bissy », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 25 avril 2015)
  9. « École élémentaire publique Jacques Prévert Bissy », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 25 avril 2015)
  10. « École maternelle publique Jean Rostand Bissy », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 25 avril 2015)
  11. « École élémentaire publique Jean Rostand Bissy », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 25 avril 2015)
  12. « Collège de Bissy », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 25 avril 2015)
  13. Alphonse de Lamartine, Mémoires inédits, Hachette, Paris, 1905
  14. Poème Adieu