Biserka Gall

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gall.
Biserka Gall
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Septembre 2002
Nationalité
Drapeau : Croatie Croate
Activité
Formation
Académie des beaux-arts de l'Université de Zagreb
Mouvement
Influencée par
Conjoint
Kemal Širbegović (1939-2018)
Enfant
Boris Sirbey

Biserka Gall est une artiste peintre, pastelliste, graveur aquafortiste et aquatintiste, lithographe croate née le 23 juillet 1942 à Zagreb (ville alors yougoslave). Elle vécut à Pantin et est morte en septembre 2002.

Biographie[modifier | modifier le code]

Biserka Gall est élève de l'Académie des beaux-arts de l'Université de Zagreb.

Elle participe aux salons parisiens à partir de 1965 et se fixe au 25, rue Auger à Pantin.

Dans sa présentation de l'artiste et de son œuvre, Suzanne de Coninck restitue en 1978 : « après un long travail de pénétration de la technique graphique, constructive, lyrique, du dynamisme de la couleur, Biserka Gall renonce à la toile traditionnelle pour appréhender un nouvel appareillage. Une composition de constructions multiples où peinture et architecture, parfaitement unies dans une vision immédiate, offrent le spectacle de scènes animées en réductions, aux aspects les plus variés, les plus inattendus, pleins d'imprévus, de fantaisie intelligente richement colorée où l'or, du fond ou en surface, à peine perceptible, a une place de choix subtile, soulignée d'humour. Ce ne sont ni des sculptures ni des peintures en relief, mais des retables, des triptyques, des polyptyques »[1].

Le fils de Biserka Gall, Boris Sirbey, associe la disparition de l'artiste en 2002 aux épreuves liées aux guerres de Yougoslavie : « elle est, dit-il, décédée d'un cancer qu'elle a contracté au moment où elle était dans une grande souffrance psychologique »[2].

Contributions bibliophiliques[modifier | modifier le code]

  • Dora Vallier, Dix eaux-fortes originales de Biserka Gall, trente exemplaires sur papier nacré Japon, chacune des gravures est numérotée et signée, cuivre original fixé sur le plat de l'étui-boîte, édité par la Galerie Lia Grambihler, Paris, 1971.
  • Charles Baudelaire, Élévation, poème extrait des Fleurs du mal, le troisième de Spleen et idéal, ouvrant sur un poème de Georges Fall, cinq compositions en couleurs de Biserka Gall, quatre-vingt dix exemplaires numérotés, éditions BKS, Paris, 1980.

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Galerie du Manoir, La Chaux-de-Fonds, janvier-février 1978[1].
  • Galerie Spektar, Novi Zagreb, septembre 1978.
  • Studio Galerije Forum, Zagreb, octobre-novembre 1992.
  • Galerija Klovićevi dvori, Zagreb, octobre-novembre 1999.
  • Galerie d'art d'Orly Sud, juin-juillet 2001.

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Biserka Gall a pleinement conscience des efforts réitérés qu'exige la plaque à graver. Pour elle aussi, il s'agit de surmonter toutes les difficultés, coûte que coûte, afin que la gravure, loin d'être asservie à la peinture, mette en valeur l'infinie richesse du noir et blanc. Ciselure et gravure, dans son cas deviennent synonymes. » - Dora Vallier[5]
  • « Elle mêle dans ses peintures et gravures, aux tons sourds, l'influence constructiviste avec une figuration lyrique. Les formes - cube, rectangle, parallélogramme -, les plans en projection, planent au cœur de l'espace entre ciel et terre. Architectures magiques, villes interstellaires semblent aspirer vers l'infini. » - Dictionnaire Bénézit[3]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b J.-M. N., « Une exposition très drôle à la Galerie du Manoir : Biserka Gall et ses tourbillons de cubes », L'Impartial, n°30705, 24 janvier 1978, page 2
  2. Boris Sirbey, « La vérité sur le cancer », Néosanté, n°20, 1er février 2013
  3. a b c d e f g h et i Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, vol.5, page 820.
  4. sur Kemal (signature d'artiste de Kemal Širbegović), voir Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, vol.7.
  5. Dora Vallier, Dix eaux-fortes originales de Biserka Gall', Galerie Lia Grambihler, 1971.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Suzanne de Coninck, Biserka Gall, Centar za kulturu Novi Zagreb, 1978.
  • Biserka Gall et Kemal, éditions du Musée d'art contemporain de Chamalières, 1986.
  • Perle Gall et Brane Ković, Biserka Gall, éditions Cherry Princes, 1992.
  • Marina Viculin (hr), Jasna Mrakovčić-Grubić et Jagoda Vecerina-Tomaić (textes), Goran Vranić (photographies), Biserka Gall, Galerija Klovićevi dvori, Zagreb, 1999.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.

Liens externes[modifier | modifier le code]