Birgit Nilsson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nilsson.
Birgit Nilsson
Description de cette image, également commentée ci-après

Birgit Nilsson en 1948.

Nom de naissance Birgit Märta Svensson
Naissance
Västra Karup, Drapeau de la Suède Suède
Décès (à 87 ans)
Bjärlöv, Suède
Activité principale Artiste lyrique
Soprano
Style Opéra

Birgit Nilsson, de son vrai nom Birgit Märta Svensson, est une soprano dramatique suédoise, née le à Västra Karup et morte le à Bjärlöv (Suède).

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle fait ses études à Stockholm et y débute en 1946 dans le rôle d'Agathe du Freischütz de Weber sous le pseudonyme de Birgit Nilsson, en hommage à la célèbre cantatrice suédoise Christine Nilsson.

Birgit Nilsson a fréquemment été qualifiée de « soprano du siècle », notamment par le magazine allemand Opern Welt. L'exceptionnelle puissance de sa voix, la sonorité acérée de son émission vocale, la puissance du registre aigu, sa technique impeccable et la vigueur de son tempérament en ont fait une interprète d'une polyvalence et d'une longévité exceptionnelles. Birgit Nilsson a interprété les rôles les plus longs ou les plus difficiles du répertoire, jusque vers la fin des années 1970 : Elektra, Brünnhilde, Salomé, Isolde, Léonore, Turandot, Tosca, Aïda.

Carrière[modifier | modifier le code]

Longtemps attachée à l'Opéra de Stockholm où elle aborde un répertoire de plus en plus large de rôles de Verdi et Wagner, elle est Elettra de l'Idoménée de Mozart au Festival de Glyndebourne en 1951. Durant la saison 1954-1955, elle aborde à Stockholm Brünnhilde du Crépuscule des dieux et Salomé de l'œuvre éponyme de Richard Strauss. Elle chante trois Brünnhilde à Munich ce qui marque le début de sa grande carrière internationale. En 1954, elle est Elsa de Lohengrin au Festival de Bayreuth. De 1957 à 1970 elle sera Sieglinde, Isolde, et Brünnhilde à Covent Garden en 1957. En 1958, elle triomphe à la Scala de Milan dans Turandot. Elle chante Isolde au Metropolitan Opera en 1959. En France, en 1955, les Brünnhilde de la Walkyrie et de Siegfried à Toulouse, Isolde à l'Opéra de Paris en 1966, Turandot en 1968, Elektra en 1974, Isolde à Orange en 1973 et 1975. Elle abordera d'autres rôles tels que Lady Macbeth, Amélia et Léonore, et en 1975 la teinturière de la Femme sans ombre de Richard Strauss. Elle fait ses adieux à la scène en 1982 mais se produit encore en concert.

Sa voix d'emblée claire et solide, se développa jusqu'à atteindre dans les années 1960 une puissance et une résistance phénoménales en même temps qu'une égalité parfaite sur toute son étendue. Elle fut la chanteuse wagnérienne la plus reconnue de son époque, mémorable dans le rôle d'Isolde qu'elle avait approfondi avec Wieland Wagner (petit-fils du Maître) et Brünnhilde, qu'elle interpréta pour le premier enregistrement intégral de la Tétralogie entre 1958 et 1965, mais aussi Turandot et Elektra.

Discographie[modifier | modifier le code]

Birgit Nilsson a laissé une discographie très abondante, dont L'Anneau du Nibelung de Richard Wagner, Elektra et Salomé de Richard Strauss dirigés par Georg Solti, Der Ring des Nibelungen enregistré à Bayreuth, Tristan et Isolde de Wagner dirigés par Karl Böhm et Turandot de Giacomo Puccini dirigé par Erich Leinsdorf.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :