Birger Magnusson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Birger de Suède)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Birger et Magnusson.
Birger Magnusson
(sv) Birger Magnusson
Le roi Birger Magnusson
Le roi Birger Magnusson
Titre
Roi de Suède

27 ans 10 mois et 14 jours
Couronnement à Söderköping dans le comté d'Östergötland.
Prédécesseur Magnus Ladulås
Successeur Magnus Eriksson
Biographie
Dynastie Maison de Bjälbo
Date de naissance
Date de décès
Lieu de décès Danemark
Sépulture Église Saint-Bendt à Ringsted.
Nationalité Drapeau de Suède Suédois
Père Magnus Ladulås
Mère Helwig de Holstein
Fratrie Erik Magnusson, Valdemar Magnusson.
Conjoint Marta Eriksdatter
Enfants Magnus Birgersson.
Religion Catholique

Birger Magnusson
Monarque de Suède

Birger (II) Magnusson fut roi de Suède de 1290 à 1318.

Origine[modifier | modifier le code]

Birger Magnusson parfois nommé Birger II [1], fils aîné de Magnus Ladulas petit-fils de Birger Jarl, fut reconnu roi de Suède en 1290 sous la régence du « Marsk » (i.e Maréchal) Torgils Knutsson (1290-1303). Il est couronné le à Söderköping dans le comté d'Östergötland. Il avait épousé le 25 novembre précédent Marta Eriksdatter, la fille du roi Éric V de Danemark et d'Agnès de Brandebourg.

Règne[modifier | modifier le code]

En 1298, le roi Birger a été couronné et son frère Erik Magnusson duc de Södermanland se fiance à Noël 1302 avec Ingeborg Hakonsdatter, la fille du roi de Norvège, où il est reçu avec tous les honneurs[2]. Immédiatement après cette période de concorde, le roi se querelle avec ses frères Erik et Valdemar, qui a obtenu en 1302 le duché de Finlande. Les deux ducs prennent le contrôle de l'ouest de la Suède et réussissent à convaincre Birger de faire exécuter au début de 1306 Torgils Knutsson, accusé faussement de trahir le roi.

La même année, le roi Birger est fait prisonnier par ses frères à Håtuna dans l'Uppland et emprisonné dans le château de Nyköping[3]. Cette félonie génère une intervention d'Éric VI de Danemark et d'Hakon de Norvège qui oblige les ducs à libérer leur prisonnier, mais le roi doit prêter un serment humiliant le afin de conserver son royaume qui l’oblige à ne pas chercher à se venger.

Malgré ses serments, il s'allie avec Éric VI de Danemark et la guerre civile se poursuit entre 1308 et 1310. Les deux duc maîtres du royaume doivent lutter contre le Danemark et la Norvège. La paix est conclue avec les deux États voisins.

Birger est toutefois obligé de partager le royaume avec ses deux frères le à la paix de Helsingborg. Le roi conserve l'est du royaume avec le Hälsingland, le Fjädrundaland (en Uppland) le Närke, le Södermanland une partie du Västmanland, l'Östergötland le Smaland, l'île de Gotland et la forteresse de Vyborg en Finlande. Les ducs contrôlent l'ouest du royaume, une importante partie de l'Uppland, la Finlande et les forteresses de Kalmar Borgholm et Stockholm.

Le , les deux princes épousent deux princesses norvégiennes, Erik l'héritière du trône Ingeborg Hakonsdatter, la fille du roi Håkon V de Norvège, et Valdemar Ingeborg Eriksdatter, la fille d'Éric II de Norvège, qui occupait la seconde place dans l'ordre de succession.

Birger décide alors de se débarrasser de ses deux frères et il les fait arrêter au cours d'un banquet en décembre 1317[4] ; ils meurent en prison à Nyköping au début de 1318[5].

Les partisans de ses frères se soulèvent et les troupes du roi Birger sont défaites le en Scanie. Le roi est déposé et se réfugie d'abord à Visby. Mats Kättilmundson est nommé drots et capitaine du royaume les partisans de Birger sont définitivement vaincus et tués. Le roi s'enfuit au Danemark où il meurt le . Il est inhumé dans l’église Saint-Bendt à Ringsted. Son fils Magnus Birgersson, capturé, est exécuté en 1320 à Stockholm.

C'est pendant le règne très troublé du roi Birger qu'en 1317 le collège de Linköping est fondé à Paris.

Postérité[modifier | modifier le code]

Birger épouse le Marthe de Danemark (1277-1341), une fille d'Éric V de Danemark, dont :

Généalogie[modifier | modifier le code]

Birger Jarl
(1210-1266)
 
Ingeborg de Suède
(~1212-~1254)
 
Gérard Ier de Holstein-Itzehoe
(~1232-1290)
 
Elisabeth de Mecklembourg (sv)
(1257-1304)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Magnus III de Suède
(~1240-1290)
 
Helwig de Holstein
(~1254-1324)
 
Éric V de Danemark
(1249-1286)
 
Agnès de Brandebourg
(1257-1304)
 
Håkon V de Norvège
(1270-1319)
 
Euphémie de Rügen
(~1289-1312)
 
Torgils Knutsson
(?-1306)
 
Éric II de Norvège
(1268-1299)
 
Isabel Bruce (en)
(~1272–1358)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ingeburg de Suède
(1277-1319)
 
Éric VI de Danemark
(1274-1319)
 
Birger Magnusson
(1280-1318)
 
Marthe de Danemark
(1277-1341)
 
Erik Magnusson
(1282-1318)
 
Ingeborg Hakonsdatter
(1301-1361)
 
Valdemar Magnusson
(~1285-1318)
 
Kristina Tyrgilsdotter (sv) de 1302 à 1305
puis mariage annulé
 
 
Rikissa Magnusdotter (sv)
(~1285/1287-1348)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Magnus Birgersson
(1300-1320)
 
[6]...
 
Magnus IV de Suède
(1316-1374)
 
Euphémia de Suède (en)
(1317–1370)
 
 
 
 
 
 
Ingeborg Eriksdatter de 1312 à 1318 (mort de son mari)
(1297–1357)
 
 
 

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. bien que son grand-père Birger Jarl ne fut jamais roi, mais régent
  2. Le troisième frère Valdemar avait épousé Kristina, la fille du régent Torgils Knutsson
  3. C’est épisode célèbre de l'histoire de la Suède est connu du nom de Håtunaleken (i.e jeu de Håtuna)
  4. « Vous souvenez vous du coup d'Håtuna » parole par laquelle le roi aurait justifié sa vengeance, fait partie des « phrases historiques » les plus célèbres de Suède
  5. Leur testament commun est daté du
  6. Le nom des autres enfants est inconnu.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ingvar Andersson (trad. Marcel Bouvier, préf. André Chamson), Histoire de la Suède… des origines à nos jours, Roanne, Horvath, , 397 p.
  • Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Birger Magnusson » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, (Wikisource)
  • Lucien Musset, Les Peuples scandinaves au Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France, , 342 p. (OCLC 3005644)
  • Corinne Péneau, Erikskrönika, Publications de la Sorbonne, Paris, 2005 (ISBN 2859445242)
  • Ragnar Svanström et Carl Frédéric Palmstierna, Histoire de Suède, Stock, Paris, 1944