Biozat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Biozat
Chevet de l'église Saint-Symphorien
Chevet de l'église Saint-Symphorien
Blason de Biozat
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Vichy
Canton Gannat
Intercommunalité Communauté de communes Saint-Pourçain Sioule Limagne
Maire
Mandat
Noëlle Seguin
2014-2020
Code postal 03800
Code commune 03030
Démographie
Population
municipale
787 hab. (2014)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 04′ 39″ nord, 3° 16′ 24″ est
Altitude Min. 326 m
Max. 404 m
Superficie 16,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Biozat

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Biozat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Biozat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Biozat

Biozat est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Elle est composée de trois hameaux : le Bourg, les Cluzeaux et Martingues.

Située dans la plaine de la Limagne, proche de grandes agglomérations et des grands axes de communication tout en étant légèrement à l'écart, cette commune offre une qualité de vie à ses habitants grâce aux équipements : école, agence postale, associations qui proposent des activités sportives et festives (nombreuses et variées). De fait, les habitants travaillent essentiellement sur Vichy, Gannat et Clermont-Ferrand. Le village a connu des extensions bâties récentes. Mais à l'intérieur même du village, subsistent des vergers, des jardins et même des prés et des champs, qui lui donnent un caractère champêtre authentique et bien agréable.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Située au sud du département de l'Allier[1], Biozat jouxte cinq communes dont une hors du département.

Communes limitrophes de Biozat
Cognat-Lyonne
Charmes Biozat Serbannes, Brugheas
Effiat

Transports[modifier | modifier le code]

Desserte : RD 36 (vers Monteignet-sur-l'Andelot et Escurolles), RD 119, RD 272 (vers Lyonne au nord, Effiat au sud en RD 437 dans le Puy-de-Dôme), RD 984 à la frontière avec la commune de Brugheas (axe Vichy - Aigueperse).

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et antiquité[modifier | modifier le code]

Les hommes s'installent sur ce territoire dès l'âge du bronze (-1800 à -700).

Après la conquête romaine, la population se fixe à l'emplacement du bourg actuel. Une borne milliaire en l'honneur de l'empereur Hadrien indique la dix-septième lieue à partir de Clermont (capitale des Arvernes).

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Une motte féodale
Exemple de motte féodale.

Au cours du Xe siècle, trois châteaux à motte contrôlent l'espace. Ce type de fortification est assez bien représenté dans la région.

À la fin du XIe siècle, le bourg dénommé Baizac, jouxte l'Auvergne et le Bourbonnais. C'est l'époque de la construction de l'église romane Saint-Symphorien.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Au XVe siècle de nouveaux seigneurs s’installent à Beaulieu et à Fontnoble.

En dépit de la faible diffusion du protestantisme dans le Bourbonnais, se déroule à proximité la seule grande bataille livrée dans la région, celle de Cognat, en 1568. Elle opposa une armée protestante venant du Forez à l’armée du gouverneur d’Auvergne qui voulait lui barrer la route mais n'y parvint pas.

On raconte qu'aurait été creusé un souterrain de l’église de Cognat à Biozat, lieu de refuge en cas d'attaque.

La période révolutionnaire[modifier | modifier le code]

L'avocat Jean-François Gaultier de Biauzat, élu du Tiers de Clermont, eut l'idée de faire imprimer sa correspondance qui devint le journal des débats et des décrets de l'Assemblée constituante.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, la commune se développe fortement grâce à la mécanisation et à la construction d'une école. La polyculture est alors pratiquée sur les sols extrêmement divisés. On y cultivait le froment (rendement de 8 pour 1), le chanvre et la vigne.

Au XXe siècle, les amendements et la poursuite de la mécanisation font de Biozat la première commune céréalière du canton. L'élevage y occupe une place importante, la première en ce qui concerne la volaille.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Une nouvelle maire a été élue à l'issue des élections municipales de 2014. Quatre adjoints ont été désignés. La maire et deux adjoints représentent la commune au conseil communautaire[2].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 avril 2014 Daniel Guétaud SE  
avril 2014 en cours Noëlle Seguin[3]   Retraitée

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 787 habitants, en augmentation de 7,22 % par rapport à 2009 (Allier : 0 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 066 1 120 1 465 1 575 1 539 1 529 1 534 1 575 1 582
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 483 1 525 1 544 1 537 1 517 1 247 1 258 1 122 1 091
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 022 952 932 794 744 746 685 700 744
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
766 680 663 684 716 663 698 754 787
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Biozat dépend de l'académie de Clermont-Ferrand ; elle gère une école élémentaire publique[8].

Les élèves poursuivent leur scolarité au collège de Gannat[9] puis au lycée de Presles, à Cusset[10] (celui-ci ayant été renommé lycée Albert-Londres) ou à Saint-Pourçain-sur-Sioule[10].

Sports[modifier | modifier le code]

Il existe un club sportif à Biozat, un club de tennis de table : l'Amicale laïque de Biozat, section tennis de table. Il y a également un club de pétanque, recréé en 2007.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Symphorien du XIIe siècle, classée Monument Historique en 1862. En visite libre. L'église, construite sur une motte fossoyée, se situait dans l'enclave du château (incendié en 1369), dont les seigneurs étaient les premiers vassaux des ducs de Montpensier. Des vestiges trouvés au cours des fouilles de la façade au XIXe siècle, permettent de supposer qu'elle était attenante au château. La construction de l'église remonte à 1140. Édifice pur roman auvergnat avec nef élevée et obscure, transept à peine saillant, abside et petites absidioles en hémicycle et clocher octogonal. Au XIXe siècle, des peintures murales du XVe siècle ont été retrouvées sous les badigeons, représentant des saints (martyres de saint Sébastien et de saint Étienne) et diverses ornementations. Annonciation et Visitation en bois sculpté XVIIe siècle, bénitier XVIe siècle. Vitrail du baptême du Christ : orne le tympan d’une ouverture en plein cintre ; vient des ateliers de Clermont. Statue (XVIe siècle) de saint Symphorien, patron de la paroisse (sa fête est célébrée le 22 août ; la fête patronale de Biozat se tient autour de cette date).
Vue du château des Versannes
Vue du château des Versannes en février 2007.
  • Ferme de Fontnoble XVe siècle-XVIIIe siècle. Cet ensemble, constitué d'une maison de maître XVIIIe siècle et d'une exploitation rurale attenante, remplace une ancienne maison forte du XVe siècle dont il subsiste une tour ronde. Une porte moulurée à accolade remonte à la fin du XVe siècle. Le logis actuel est un pavillon carré, attenant aux communs[11]. Classé aux monuments historiques par arrêté du 17 septembre 2007 avec ses communs et son parc, y compris les piliers d'entrée et les décors intérieurs du logis (salle à manger aux peintures murales, salon au papier peint panoramique, salon-chapelle, chambre à dessus-de-porte peints) et des communs (salon du rez-de-chaussée, chambre de l'étage).
  • Château des Versannes (dit de Biozat) [12], du XIXe siècle, néo-gothique. A servi d'ancienne maison de repos A. Fourny. Actuellement à l'abandon, en partie ruiné et pillé (2006-2007).
  • Borne milliaire romaine et pierre celtique (120 av. J.-C). Inscription aux monuments historiques par arrêté du 20 décembre 1946. Borne romaine trouvée en 1841 lors d'une plantation d'arbres au pied du monticule sur lequel s'élève l'église. Le châtelain fit transporter la borne dans son parc pour servir de barrage au ruisseau de sa pêcherie. Le bloc, dit celtique, a été trouvé au même endroit. La borne milliaire est constituée d'un bloc hémicylindrique creux portant l'inscription : « L'empereur César, fils du divin Trajan le Parthique, petit-fils du divin Nerva, Trajan Hadrien Auguste, grand pontife, revêtu cinq fois de la puissance tribunitienne, deux fois consul, père de la patrie. Clermont, cité des Arvernes, XVIIe lieue. » Une excavation et l'orifice du bas laisseraient envisager une utilisation postérieure comme cercueil.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Patrimoine fruitier[modifier | modifier le code]

La variété de pomme « Reinette blanche de Biozat » est, comme son nom l'indique, originaire de la commune. Variété très vigoureuse, elle a le grand avantage d'être peu sensible aux maladies (tavelure). Le fruit est moyennement juteux, parfumé et goûteux. La cueillette est tardive (octobre) et sa durée de conservation est longue (début du printemps). Cette variété de pomme est conservée au Verger conservatoire du Vernet.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Biozat », sur Lion 1906.
  2. « L'écharpe tricolore à Noëlle Seguin », La Montagne, Vichy,‎ , p. 20.
  3. Liste des maires de l'Allier sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 3 juin 2014).
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. « Annuaire : Résultats de recherche », Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 9 octobre 2016).
  9. « Sectorisation des collèges du département de l'Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, (consulté le 9 octobre 2016).
  10. a et b « Sectorisation des lycées - 2GT - Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, (consulté le 9 octobre 2016).
  11. JORF n°0069 du 21 mars 2008.
  12. Antoine Cariol aîné, chargé de l'application du décret du 12 pluviôse an II (31 janvier 1794) relatif à la destruction des signes de féodalité, s'est intéressé au lieu ou monument dont il s'agit.