Biométhane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Biométhanisation)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le biométhane est un gaz très riche en méthane provenant de l'épuration du biogaz issu de la fermentation de matières organiques.

Stockage-tampon de biométhane d'une unité de production située à Berlin

C'est la version renouvelable non-fossile du gaz naturel ; une source d'énergie qui peut en Europe contribuer à l'objectif du 3x20 et à la transition énergétique, avec moins d'émissions de gaz à effet de serre (il vaut mieux brûler le méthane que le libérer dans l'air, car c'est un puissant gaz à effet de serre), dans une perspective de troisième révolution industrielle ou de développement durable[1]. Ce gaz peut, par exemple, être utilisé dans une chaudière, comme carburant de véhicules ou alimenter des moteurs fixes[2] ou être injecté dans le réseau de transport de gaz naturel (après épuration/purification).

Éléments de définition[modifier | modifier le code]

Séquences de transformation du déchet fermentescible en biogaz puis, après épuration/purification en biométhane
  • Le biométhane est un biogaz épuré pour le rendre utilisable comme carburant ou acceptable pour le réseau de gaz naturel.
    En effet le biogaz issu de la fermentation de matières organiques est énergétiquement pauvre (il ne contient que 40 à 60 % de méthane, et 40 à 60 % de CO2 et quelques traces d'autres composés indésirables dont le H2S). Pour obtenir du biométhane valorisable, le biogaz est épuré pour éliminer, dans la mesure du possible, le CO2 et les autres composés, et ne garder que le méthane qui a alors des qualités similaires à celles du gaz naturel. L'opérateur peut aussi récupérer du CO2 liquéfié issu du raffinage du biogaz et le valoriser en agriculture et dans certains secteurs industriels[3].

Usages[modifier | modifier le code]

Le biométhane peut être valorisé in situ, comme carburant véhicule, ou être valorisé ailleurs après injection dans le réseau de distribution du gaz naturel. Une pré-étude de marché faite en Suède en 2017 estime qu'un prix compétitif par rapport au diesel est possible en Suède, à partir de 50 GWh produits[4].

Il peut aussi permettre de produire de l'électricité[5], éventuellement en cogénération ou trigénération, mais avec moins de rentabilité que pour le solaire ou l'éolien (le rendement de transformation du biogaz en électricité est de 30 % en moyenne, améliorable en valorisant la chaleur fatale mais en restant alors moins intéressant que d'autres sources d'électricité renouvelables[3] .

Du biogaz peut aussi être converti en un carburant de synthèse (via le procédé Fischer-Tropsch) ou encore en ammoniac, en méthanol, ou en diméthyle éther par des moyens opérationnelles maîtrisés depuis des années[6]

D'autres usages devraient se développer dans un futur proche : sur place ou à distance, ce gaz peut aussi être utilisé pour la carbochimie et pour une production de gaz de synthèse (mélange de CO et de H2) par de nouveaux moyens d'activation catalytique du biométhane. Ces opérations (« reformage à sec du méthane » ou « vaporeformage ») pose encore des problèmes de dégradation du catalyseur à cause d'une formation de coke, c'est-à-dire une déposition de carbone sur le catalyseur). De nouveaux catalyseurs sont donc recherchés (ex : ruthénium), y compris pour l’oxydation du monoxyde de carbone et des suies issues du processus.

Comme les futurs gisements de biogaz se trouvent surtout en zones agricoles, moins desservies par le réseau de gaz, et que chaque nouveau km de canalisation est coûteux (environ 90 000 euros en France hors franchissement de rivières ou d'infrastructures de transport qui est à la charge du porteur de projet), le « portage » de biogaz ou de biométhane semble devoir se développer : le gaz est liquéfié (ce qui divise le volume par 600) ou simplement compressé puis collecté et transporté par camion vers un point d'injection[3].
Le producteur bénéficie ainsi du tarif d'achat correspondant à l'injection et d'une certaine souplesse pour sa production en étant moins vulnérable aux contraintes d'acceptabilité de son installation et de proximité d'un réseau de gaz, mais il doit investir dans un système d'installation de compression/liquéfaction, stockage et transport de matières dangereuses soumis en France à la réglementation ADR. Cette contrainte ne rend le projet rentable qu'à partir de 100 à 150 m3/h de production de biométhane. Le camion peut aussi desservir à proximité une station-service de bioGNL qui distribue du gaz naturel pour véhicules (GNV), comprimé (GNC) ou liquide (GNL). Un élargissement du tarif d'achat injection pour une utilisation directe du biométhane en carburant est en réflexion en 2017 en France et existe au Royaume-Uni, en Italie et en Suède[3].

Pour des véhicules le biométhane est facilement adapté aux motorisations à allumage commandé et pollue bien moins que le diesel et l'essence (pas de particules). Un renforcement des infrastructures de distribution et prévue dans la directive européenne 2014/94, qui vise un maillage du territoire, avec à terme un point de charge au minimum tous les 150 km pour le gaz naturel comprimé (GNC) et 400 km pour le gaz naturel liquéfié (GNL)[7].

Origines[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Biogaz.

Le biogaz utilisé pour produire le biométhane provient des digesteurs d'unité de méthanisation, c'est-à-dire d'une dégradation biologique de la matière organique contenue dans des « substrats » fermentescibles. Ces derniers ont plusieurs types d'origines :

Vers des standards de qualité de gaz[modifier | modifier le code]

Selon leur mode de production et de la variété de la nature et qualité des matériaux fermentescible utilisés (boues urbaines, boues de papeterie, effluents agricoles, biodéchets des ménages...), il existe une « variabilité de la composition microbiologique et chimique des biogaz » (sulfure d'hydrogène, oxygène et azote et potentiellement « 250 autres composés chimiques... susceptibles d’être présents ») qui peuvent représenter jusqu'à 5 % du biogaz brut avant épuration et injection.

En France Gaz de France (GDF) l'opérateur historique du réseau de gaz naturel a édicté des spécifications techniques et un décret [14], préconise que « les transporteurs et distributeurs élaborent les prescriptions techniques que doivent respecter les opérateurs et les fournisseurs de gaz pour l’injection de gaz autre que le gaz naturel ». Son article 3 précise cependant que « dans le cas où est prévue l'injection dans un réseau de gaz autre que du gaz naturel, le ministre de l'énergie peut confier à un organisme agréé une expertise destinée à établir que cette injection ne présente pas de risque pour la santé publique, la protection de l'environnement et la sécurité des installations ».

Sécurité sanitaire[modifier | modifier le code]

Les Ministères français de la Santé et de l'Écologie ont en septembre 2006 conjointement commandé à l'Afsset une « évaluation des risques liés à l’exposition à des composés toxiques entraînés par l’injection de biogaz dans le réseau pour les usagers à leur domicile, en vue de déterminer les caractéristiques, notamment en termes de composition, qui permettront de considérer qu’un biogaz est apte à l’injection dans le réseau de distribution, au regard des risques sanitaires pour l’usager », avec 4 demandes distinctes :

  1. Recueil et analyse de la bibliographie et des retours d'expérience disponibles[15]
  2. composition des biogaz dont en composés potentiellement toxiques (par rapport au gaz naturel tels que distribué)[15]
  3. Évaluation des risques sanitaires induits par l'exposition à des agents toxiques, avant et après la combustion du gaz (par rapport au gaz naturel actuellement distribué), en distinguant donc « une phase d’exposition à du biogaz non brûlé (phase d’allumage), pour laquelle une composition a été déterminée pour différents types de biogaz (cf. contexte) à partir des données disponibles (biogaz bruts essentiellement et biogaz épurés) »[15] ;
  4. Déterminer les caractéristiques de composition d'un biogaz[15]

Aspects sanitaires :
Il n'existe pas encore de standards internationaux de « qualité toxicologique » pour l'injection de biogaz dans les réseaux[15]. Mais quelques pays injectant du biogaz dans leur réseau ont adopté des spécifications techniques conçues pour préserver l'intégrité du réseau de distribution (C'était le cas en Europe en 2008 pour l’Allemagne, l’Autriche, les Pays-Bas, la Suède et la Suisse)[15].

En 2008 les données concernant la qualité du gaz épuré étaient encore lacunaires selon l'AFSSET[15]. Ces gaz secondaire ou particules indésirables peuvent notamment être « des organohalogénés, des hydrocarbures aromatiques polycycliques et monocycliques, des métaux, des aldéhydes, des alcanes, des alcools, des cétones, des esters, des alcènes, des composés soufrés et des éthers... »[15].
Un avis de l'Afsset a été rendu le 8 octobre 2008[15].
Il a porté sur deux phases :

  • Phase d'allumage : Sur la base des données disponibles (lacunaires), l'AFSSET n'a pas mis en évidence de risques sanitaires pour une exposition aigüe au domicile au biogaz épuré, alors qu'un rique pourrait selon l'AFSSET exister pour le biogaz brut.
    Une exposition chronique au domicile correspond à un risque potentiel lié à l'hydrogène sulfuré, l’acétaldéhyde, le formaldéhyde, certains dérivés organochlorés, au benzène et au chrome, mais les méthodes actuelles de tri, la réglementation sur le traitement des déchets, puis l'épuration du biogaz devraient atténuer ce risque.
  • Phase de cuisson : Si le biogaz a été correctement épuré, ses effets ne diffèrent a priori pas beaucoup de ceux du gaz naturel classique : les principaux polluants sont des oxydes d’azote, du monoxyde de carbone et des imbrûlés (composés organiques volatiles, microparticules et nanoparticules…). Des métaux et métalloïdes toxiques (arsenic, chrome, nickel, cadmium...), du formaldéhyde et du benzène sont libérés dans l'air à la combustion, et peuvent poser problème en cas d'exposition chronique, mais pas plus que dans le cas du gaz naturel qui en contient des proportions comparables[15].

Le rapport s'est intéressé à plusieurs problèmes :

  • Le fluor : Concernant le fluor total, il ne dépasse pas les spécifications édictées pour le gaz naturel fossile [15].
  • Le soufre : Une partie du soufre total est apportée par l'ajout réglementé de tétrahydrothiophène (qui donne son odeur au gaz du réseau[15].
  • Le risque microbiologique : Les données disponibles portent surtout le biogaz brut ; elles sont rares pour le biogaz épuré (et le gaz naturel)[15]. La microflore du biogaz n'est pas exactement celle du digesteur dont il provient, suite à une « aérosolisation différentielle favorisant certaines bactéries » et une grande diversité d'espèces de bactérie (« >180 espèces différentes selon l'AFSSET ») est encore présente dans le biogaz brut (avant épuration), avec une densité de bactéries (mesurée par dénombrement au microscope) comparable à celle de l'air. Les résultats d'analyses par mise en culture de microorganismes cultivables trouvés dans le biogaz épuré avant entrée dans le réseau et au brûleur sont comparables. Une partie de ces organismes ne sont pas pathogènes, et selon l'AFSSET (voir p6/9 de l'avis 2008), même avec quelques litres de gaz imbrûlé au moment de l'allumage, par effet de dilution l'apport en pathogène serait très faible[15]. D'autres microorganismes pourraient être disséminés par le flux de gaz à partir de biofilms microbiens formés dans les tuyaux, mais ils ne semblent pas alors différents pour le biogaz et pour le gaz naturel[15].

Cette expertise collective de 2008 (à partir des informations disponibles) a conclu qu'un biogaz épuré de manière à répondre aux spécifications de GDF, et issu de fermentation de « déchets non dangereux »[16] ne posait a priori pas de problèmes spécifiques (par rapport au gaz naturel géologique)[15]. faute de données, cette expertise n'a pas permis de conclure sur les biogaz issus de boues de station d’épuration et des déchets industriels autres que les déchets organiques fermentescibles de l’industrie agro-alimentaire.

Face au « manque de données disponibles sur les compositions chimique et microbiologique des biogaz épurés, du gaz naturel ainsi que de leurs résidus de combustions » l'AFSSET suggère :

  • d'améliorer la recherche d'éléments traces et de biocontaminants dans les biogaz et le gaz naturel avant et après injection dans le réseau, et après combustion[15] ;
  • d'étudier l’« efficacité des systèmes d'épuration actuels et au fur et à mesure du développement de nouveaux procédés de production et d’épuration du biogaz »[15] ;
  • de « produire des outils analytiques tenant compte des spécificités de la matrice biogaz et des considérations techniques, en vue de la mise en place d’analyses de routine dans les installations de production de biogaz » ;
  • de produire des indicateurs de suivi de la qualité du biogaz ;
  • de mieux documenter l'exposition (budgets espace-temps ainsi que les comportements des usagers à leur domicile.

Historique du développement en Europe[modifier | modifier le code]

En 2013, l'Italie a produit en biogaz 1815 Ktep, et l'Europe 14400 Ktep (1Ktep = 1 000 tonnes d'équivalent pétrole), selon le baromètre Eurobserv’er/Biogaz de 2014[17].

En 2015 l'Allemagne est loin en tête du classement européen des pays producteurs de biométhane avec 10 000 GWh injectés en 2015 dans les réseaux de gaz par 190 unités de production de biométhane selon le deuxième observatoire réalisé par le cabinet Sia Partners pour le think tank France Biométhane[18] ; loin derrière arrive le Royaume-Uni en 2e position avec 51 unités injectant 2 000 GWh, puis les Pays-Bas avec 25 unités injectant 900 GWh, le Danemark avec 14 unités injectant 360 GWh, la Suède avec 60 unités injectant 290 GWh, l'Autriche avec 13 unités injectant 240 GWh, la Suisse avec 25 unités injectant 130 GWh, la France avec 20 unités injectant 82 GWh et la Finlande avec 10 unités injectant 76 GWh.

L'avance de l'Allemagne et du Royaume-Uni s'explique surtout par le fait que ces pays autorisent ou ont autorisé des « cultures dédiées » à la production de biogaz (y compris de denrées alimentaires comme le maïs), alors que la France n'autorise que l'utilisation de déchets[19], sauf cas particuliers comme les récoltes perdues et invendables pour cause de grêle ou de maladie.

GreenGasGrids (GGG) est un programme européen financé par le programme « Énergie Intelligente en Europe ». Dans ce programme, l'ADEME a participé à un groupe de travail national sur l'injection de biogaz dans le réseau, ainsi qu'à l'écriture de deux scénarii pour « une vision pour le biométhane en France pour 2030 » (où dans le scénario le plus optimiste, le biométhane (issu de la méthanisation des déchets et de résidus de cultures) atteint 30 TWh/an (soit presque 10 % du gaz naturel consommé en France en 2030[20].

En France[modifier | modifier le code]

Historique et approche française : Années 1970 : La méthanisation de boues d'épuration communales et industrielles ou de déchets agricoles a commencé à se développer dans les années 1970-80 (avec une centaine d’installations, mais pour rapidement décliner durant vingt ans alors que les aides publiques favorisaient d'autres sources d'énergies et d'autres modes de gestion des déchets[21]. Elle est ensuite relancée dans les années 1980, à Cholet par exemple[22] puis l'injection dans le réseau est également expérimentée. En 2010 du biogaz était ainsi produit par 71 des 301 sites de stockage des déchets non dangereux et par 6 usines de traitement des déchets[23].
Peu à peu l'idée d'injecter ce gaz après l'avoir épuré[24], dans le réseau se développe[25]. Une valorisation en biométhane-biocarburant est également encouragée, par l'Europe notamment[26], ce qui implique une épuration encore plus poussée sinon sa combustion entraine des « dépôts solides abrasifs, en particulier sur les pistons, les parois des cylindres, les bougies et les sièges de soupapes »[23] notamment à cause des siloxanes qui sont des composés organiques volatils du Silicium ou « COVSi »[23] et des composés soufrés acides et corrosifs, sulfure d'hydrogène (H2S) notamment)[23].

Années 2010 : Une étude publiée en 2009 a estimé que 5 à 10 % du gaz naturel distribué pourrait être substitué par le biométhane avant 2020[27]. Mi-avril 2014, un quatrième site d'injection de biométhane dans le réseau de GrDF est mis en service (à Mortagne-sur-Sèvre en Vendée) valorisant le biométhane produit par une dizaine d'agriculteurs[28].
Cette même année (mi-2014), la législation française évolue, avec un décret[29] et deux arrêtés permettant aux collectivités territoriales françaises de plus facilement valoriser (par injection, dans les réseaux de gaz) le biométhane issu de stations d'épuration. Ségolène Royal espère qu’avant 2020 plus de 60 stations d'épuration injecteront un total de 500 GWh/an en biométhane (de quoi alimenter en énergie 40.000 ménages), ce qui implique environ 25 millions d'euros par an de charges de service public de 2014 à 2020 selon la CRE[30].
Un arrêté[31] inclut désormais "les matières, telles que boues, graisses, liquides organiques, résultant du traitement des eaux usées, traitées en digesteur" dans les substances méthanisables et l’autre arrêté[32] concerne le tarif d'obligation d'achat (antérieurement fixé par l'arrêté du 23 novembre 2011) offrant aux stations d'épuration produisant du biométhane une nouvelle prime "intrant" et d'une modulation tarifaire propre[30].

2014, seule une vingtaine de stations d'épuration bénéficient d'un tarif d'obligation d'achat, selon la CRE[33] et selon GrDF, 28 autres pourraient être intéressées par l’injection de leur méthane dans le réseau, pour aussi de réduire de 15 à 40 % de matière sèche de leurs déchets et la rendre plus « propre » bactériologiquement, ou au regard des impacts climatiques. Le Synteau estime en 2014 que « le potentiel énergétique de ce biométhane à partir de boues d’épuration est estimé 1530 GWh/an, soit l’équivalent de plus de 350 éoliennes », rappelant que les seules « boues d'une ville de 100.000 habitants permettent d'alimenter 20 bus ou 20 bennes à ordures ménagères ou 100 véhicules légers » ; il loue les avancées réglementaires mais considère « que le dispositif financier sera insuffisant pour inciter les 350 collectivités de plus de 30 000 habitants qui ne disposent pas encore de méthanisation (...) Sur la base d’une étude de rentabilité réalisée par le Synteau, ces subventions devraient être de l’ordre de 25 % »[34].
Début 2014, selon près de 400 projets sont l'étude dont 15 pourraient démarrer en 2014 ; mais six mois de retard sont constatés en moyenne, les projets s'avérant complexes ; les déboires de nombreux projets de méthanisation classique en cogénération ayant rendu des banques réticentes ; GRDF attendait une dizaine de nouveaux sites en 2015[35]
En 2014, le rythme de création de méthaniseurs agricoles a chuté (de 70 à 40 par an) compromettant l'objectif du ministère de l’Agriculture de 1 000 méthaniseurs en 2020 et 1 500 en 2025 ; leur nombre au début de 2015 n'étant que de 180. La France s’est inspirée de l’expérience allemande où douze ans une véritable filière d’énergie verte à la ferme s'est bien développée[36], avec 8 000 méthaniseurs ; mais les méthaniseurs allemands ont été conçus pour ne recevoir que des végétaux (maïs, betteraves), alors qu'en France, on y met des effluents d’élevage, dont les excédents posent des problèmes de pollution ; choix qui diminue la rentabilité par des problèmes de corrosion, de difficultés de réglage et de besoins plus importants en main-d’œuvre[37].

2015 En mars deux nouveaux méthaniseurs injectent leur biométhane dans le réseau GRDF : à Méry-sur-Seine (Aube), pour alimenter à terme 1 500 foyers, et à Wannehain (Nord) avec 6 000 mégawattheures par an injectés. Ils s'ajoutent aux six méthaniseurs produisant déjà (68 gigawattheures par an (équivalent de la consommation de 3.500 foyers). La ministre de l'Énergie vise 10 % de gaz renouvelable dans le réseau en 2030. Le tarif d'achat instauré en 2011 (entre 50 et 150 €/mégawattheure), auquel les fournisseurs rachètent le gaz, est revalorisé[38], des subventions de l'Ademe venant compléter le dispositif[35].
La première injection de biométhane dans le réseau de transport de GRTgaz date de septembre 2015 à Chagny depuis l'usine de triméthanisation-compostage du Smet71 (Syndicat mixte d'élimination et de traitement des déchets de Saône-et-Loire), nommée Ecocea, qui traite 73 000 tonnes de déchets par an et produit 2,6 millions de Nm3 de biométhane par an, soit 28 GWh/an. Ce gaz est distribué à l’usine Terreal, qui fabrique des tuiles en terre cuite, dont il couvre 30 % des besoins de chaleur. En 2016, 26 sites ont injecté 215 GWh de méthane dans le réseau français, soit 0,05 % de la consommation nationale ; l'objectif est alors d'atteindre 8 TWh en 2023[39]. Onze unité ont été raccordées en 2015.

2016, 26 sites d'injection dans le réseaux portent la capacité maximale installée à 410 GWh/an (+47 %) (avec une file d'attente cumulée de 5 000 GWh supplémentaires pour 241 projets sont en phase avancée)[40]. Ce gaz renouvelable ne représente toutefois encore que 0,05 % de la consommation française[40]. En juillet 2016, un décret sur "l'utilisation des cultures principales dans les méthaniseurs" impose un seuil de 15 % à ne pas dépasser, mais calculé sur 3 ans, et sans plafond pour les cultures intermédiaires « afin de prendre en compte la variabilité des approvisionnements et les aléas climatiques ». Environ 40 000 tonnes de rejet de CO2 auraient ainsi été évités dans l'atmosphère (amélioration de +269 %)[40]. 9 unités ont été raccordées en 2016[41].

2017 En mars 29 unités produisent 0,44 terawattheure par an (TWh/an)[42] selon France Biométhane et SIA Partners, et 241 projets sont en file d'attente de raccordement aux réseaux de GRDF et GRTgaz. L'injection de biométhane dans les réseaux progresse[41]. La PPE prévoit 1,7 TWh installés en 2018 et 8,0 TWh 2023, Rt le gouvernement Hollande a fixé l'objectif de 10 % de biométhane dans le gaz naturel consommé en France en 2030[41].
En juin, l’injection atteint +123 GWh/an (soit + 30 % en 6 mois) passant à 533 GWh/an mi 2017 (au 30 juin), grâce à 9 installations nouvelles (portant à 35 le nombre d’installations françaises). C’est deux fois plus qu’au 1er semestre 2016 ; et 297 projets sont en file d’attente (capacité de 6.501 GWh/an).
Les régions Grand-Est (sept installations), Hauts-de-France (sept installations) et Île-de-France, avec 5 installations comptent pour 50 % des capacités installées au 30 juin 2017 et 54 % des injections depuis le début de l’année. Auvergne-Rhône-Alpes a aussi 5 installations. PACA, Occitanie et Normandie au 30 juin 2017 n’en ont aucune[43].
Pour aider les projets situés en zones rurales éloignées des réseaux de distribution, un Arrêté (du 30 novembre 2017) prévoit que 40 % du coût du raccordement (à certains réseaux publics) des installations de biométhane à injecter dans le réseau de gaz et de production d'électricité renouvelable sera désormais pris en charge par le gestionnaire du réseau[44].

Septembre 2017 : Mise en service de la première station de distribution de gaz vert (biométhane) pour poids lourds et voitures, à Mortagne sur Sèvres en Vendée[45]. C'est un groupement d'agriculteurs, producteur du gaz vert distribué, qui a financé le projet[46],[47].

Prospective[modifier | modifier le code]

En 2020, 3 000 GWh/an issu du méthane économiseront peut-être 560,000 tonnes de gaz à effet de serre (équivalent de 250.000 logements)[40]. La filière estime pouvoir générer (de 2017 à 2020) 2000 à 3000 emplois non délocalisables et environ 10.000 à 15.000 autres emplois en exploitation-maintenance[40].

L'objectif 2030 est de 56 TWh (en méthanisant 130 millions de tonnes de boues et lisiers, effluents, déchets de cultures), pour passer en 2050 à 400-550 TWh afin que tout le gaz consommé en France soit issu de la méthanisation (210 TWh), la gazéification de la biomasse (160-280 TWh), la méthanation (20-35 TWh) et l'utilisation des micro-algues (10-25 TWh)[40].

Biosynthèse du méthane[modifier | modifier le code]

Du méthane pur est produit par quelques espèces microbiennes dites « méthanogènes ». Cette biosynthèse est l'objet de recherches en 2017 (biomimétique éventuellement), pour une application dans les énergies renouvelables notamment.

La biogenèse du méthane est permise par la méthyl-coenzyme M réductase, une enzyme qui est aussi responsable de l'utilisation du méthane comme source d'énergie (par oxydation anaérobie)[48].
Cette enzyme utilise un facteur auxiliaire appelé « coenzyme F430 », un tétrapyrrole modifié contenant du nickel qui favorise la catalyse à travers un intermédiaire méthyle radical/Ni(II)-thiolate intermédiaire. On ignore encore comment la coenzyme F430 est synthétisée (à partir d'une composé commun, le uroporphyrinogène III), mais on sait que la voie de synthèse implique une chélation, une amidation, une réduction d'anneau macrocyclique, une lactamisation et la formation d'anneau carbocyclique[48].
Les protéines catalysant la biosynthèse de la coenzyme F430 (à partir de sirohydrochlorine, appelée CfbA-CfbE) ont été identifiées, ce qui ouvre la porte au développement de systèmes recombinants basés sur ces groupes métalloprothétiques[48]. Cette meilleure compréhension de la biosynthèse d'un coenzyme de la production de méthane par les microbes complète les voies biosynthétiques connues pour une famille des composés importants incluant la chlorophylle, l'hème et la vitamine B12[49],[48].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Saidi, A., & Abada, B. (2007). La biométhanisation : une solution pour un développement durable. Revue des Énergies Renouvelables, 31-35.
  2. ADEME, É., AFGNV, A., SUEZ, G., & IFP, M. (2008) État des lieux et potentiel du biométhane carburant. Rapport de synthèse.
  3. a b c et d Florence Roussel (2017) Avec le biométhane porté, on s'affranchit de la proximité au réseau de gaz naturel ” ; Pour développer la méthanisation en milieu agricole, plusieurs projets de biométhane porté sont en train de se monter en France. Détails avec Simon Clodic, directeur commercial chez Cryo Pur, spécialiste de la liquéfaction. 05 janvier 2017 , Actu-Environnement.
  4. Energikontor Sydost (2017) Flytande biogas till land och till sjöss Förstudie - Sammanställning av resultaten (sv)
  5. Couturier C (2009) Techniques de production d'électricité à partir de biogaz et de gaz de synthèse
  6. H. Miao, W. G. Wang, T. S. Li, T. Chen, S. S. Sun, C. Xu. s.l. : Journal of Power Sources, 2010, Vol. 195, p. 2230, cité par Nawfal, M. (2015, January). Valorisation catalytique du biogaz pour une énergie propre et renouvelable. Université du Littoral Côte d'Opale.
  7. Ademe (2017) Actualisation du scénario Énergie Climat ADEME 2035-2050 , voir aussi : Ademe (2017) Propositions de mesures de politiques publiques pour un scénario bas carbone
  8. R. Moletta, « La digestion anaérobie des déchets municipaux », , L'eau, l'industrie, les nuisances, 257, 75-82.
  9. A. Heduit et J.-P. Tabuchi, Vers une plus grande autonomie énergétique des stations d’épuration ?, .
  10. S. Berger et C. Couturier, « La méthanisation en milieu rural », dans La méthanisation, (présentation en ligne), p. 231.
  11. Modèle:Nom1=Béline.
  12. Moletta R (2011) Technologies de traitement des effluents industriels par la méthanisation. La méthanisation (2e ed.), 133.
  13. Frederic S & Lugardon A. (2007). Méthanisation des effluents industriels liquides. Techniques de l'ingénieur. Génie des procédés, (J3943)
  14. Décret no 2004-555 du 15 juin 2004 relatif aux prescriptions techniques applicables aux canalisations et raccordements des installations de transport, de distribution et de stockage de gaz
  15. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r Afsset (2008) AVIS et rapport de l'Afsset relatifs à : L’évaluation des risques sanitaires liés à l’injection de biogaz dans le réseau de gaz naturel Avis produit avec un groupe de travail (GT) « Biogaz » dans le respect de la norme NF X 50-110 « Qualité en expertise – Prescriptions générales de compétence pour une expertise (mai 2003) », mais sans recherche de nouvelles données de composition chimiques et microbiologiques « compte tenu de l’absence d’installation opérationnelle en France et des délais imposés par la saisine » ; Avis signé le 08/10/2008 (PDF, 185 pages)
  16. Décret no 2002-540 du 18-04-2002, relatif à la classification des déchets (transposition de la Décision 2001-573-CE qui établit la liste des déchets et de la Directive 91-689-CE qui définit un déchet dangereux)
  17. Biogas barometer. 2014. Technical report Eurobserv’er www.eurobserv-er.org
  18. Sia Partners (2016) L'observatoire France Biométhane présente son benchmark européen,05/07/2016, et lien de téléchargement (PDF, 26 p)
  19. Gaz vert : la France en retard sur ses voisins, Les Échos, 4 juillet 2016.
  20. GNT Biogaz, ADEME (2014) dépliant intitulé Green Gas Grids, une vision pour le biométhane en France pour 2030, octobre 2014 - 8 p. - Réf. 8355
  21. Béline F, Girault R, Peu P, Trémier A, Téglia C & Dabert P (2012). Enjeux et perspectives pour le développement de la méthanisation agricole en France. Sciences Eaux & Territoires, (2), 34-43.
  22. Coutant P (1985) La valorisation énergétique du biogaz à la station d'épuration de Cholet. L'Eau, l'industrie, les nuisances, (95), 102-104
  23. a b c et d Chottier, C. (2011). Composés Organiques Volatils du Silicium et sulfure d'hydrogène-Analyse-Traitement-Impact sur la valorisation des biogaz (Doctoral dissertation, INSA de Lyon).
  24. Aubry, C. (2010). Qualité du biométhane pour l'injection dans le réseau de distribution. In Colloque Traitement du Biogaz (p. 1).
  25. Delgenes, J. P. (2007, May). Production décentralisée d’énergie par méthanisation de produits résiduaires organiques et de biomasses. In Institut National de la Recherche Agronomique (INRA). 2e Conférence International DERBI (Vol. 31) (résumé).
  26. Directive européenne 2003/30/CE sur les biocarburants [Parlement européen et conseil de l'Union Européenne 2003], visant 10 % des carburants d'origine renouvelable en 2020. Voir aussi le projet Biogasmax
  27. étude ministérielle groupe de travail biométhane 2009
  28. La lettre des énergies renouvelables ; Newsletter 14 mai 2014
  29. Décret no 2014-672 du 24 juin 2014 modifiant le décret n° 2011-1597 du 21 novembre 2011 relatif aux conditions de contractualisation entre producteurs de biométhane et fournisseurs de gaz naturel, Légifrance
  30. a et b Philie Marcangelo-Leos (201) Injection du biogaz : un nouveau cadre juridique pour les stations d'épuration, article du Journal des communes, 02 juillet 2014
  31. Arrêté du 24 juin 2014 modifiant l'arrêté du 23 novembre 2011 fixant la nature des intrants dans la production de biométhane pour l'injection dans les réseaux de gaz naturel, Légifrance
  32. Arrêté du 23 novembre 2011 fixant les conditions d'achat du biométhane injecté dans les réseaux de gaz naturel, Légifrance
  33. CRE, délibération du 16 janvier 2014
  34. Communiqué de presse du Synteau, daté 27 JUIN 2014
  35. a et b Gaz : la filière biométhane démarre doucement, Les Échos, 3 mars 2015.
  36. Weiland P (2013) Production de biogaz par les exploitations agricoles en Allemagne. Sciences Eaux & Territoires (3), 14-23.
  37. La méthanisation agricole ne tient pas ses promesses, Les Échos, 3 mars 2015.
  38. Batiactu (2015) Les énergies renouvelables au chevet de la filière élevage, publié le 24/07/2015 et modifié le 02/09/2015
  39. Dorothée Laperche, « Panorama du gaz renouvelable en 2016 », sur actu-environnement.com, (consulté le 23 février 2017).
  40. a b c d e et f Batiactu (2017) La méthanisation, une priorité de la transition énergétique G.N., le 27/02/2017, consulté 28/02/2017
  41. a b et c L'essor du biométhane « est encore très lent », Environnement magazine le 27/04/2017
  42. Bilan, L’observatoire biométhane
  43. Gomez E(2017): Biométhane ; la capacité d’injection augmente de 30 % au premier semestre 2017 (d'après le tableau de bord du MTES (ministère de la transition écologique et solidaire) « Copie archivée » (version du 6 août 2018 sur l'Internet Archive) | Environnement-Magazine |04/09/2017
  44. Arrêté du 30 novembre 2017, sur Légifrance
  45. http://www.agribiomethane.fr/index.php/station-carburant/station-carburant
  46. https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/mortagne-sur-sevre-85290/mortagne-sur-sevre-le-biogaz-alimente-des-camions-moins-polluants-5262021
  47. http://www.courrierdelouest.fr/actualite/mortagne-sur-sevre-une-station-de-distribution-gaz-unique-en-france-22-09-2017-333099
  48. a b c et d (en) Simon J. Moore, Sven T. Sowa, Christopher Schuchardt, Evelyne Deery, Andrew D. Lawrence et al., « Elucidation of the biosynthesis of the methane catalyst coenzyme F430 », Nature,‎ (DOI 10.1038/nature21427, lire en ligne).
  49. (en) Tadhg P. Begley, « Biochemistry: Origin of a key player in methane biosynthesis », Nature,‎ (DOI 10.1038/nature21507, lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Guides[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]