Binary Domain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Binary Domain
Éditeur Sega
Développeur Yakuza Studio
Devil's Details (PC)
Concepteur Toshihiro Nagoshi
Musique Mitsuharu Fukuyama

Date de sortie 24 février 2012
Genre TPS
Mode de jeu Un joueur, multijoueur
Plate-forme PlayStation 3, Xbox 360, PC
Média Blu-ray Disc, DVD
Contrôle Joystick, manette

Évaluation PEGI : 18
USK :

Binary Domain est un jeu d'action/aventure style TPS développé par Yakuza Studio et édité par Sega, sorti le 24 février 2012 sur PlayStation 3 et Xbox 360 . La version PC est disponible depuis le 27 avril 2012[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'histoire se déroule dans le Japon futuriste, à Tokyo, en 2080. Les robots qui ont pris une grande importance dans le quotidien de cette société autarcique depuis la hausse du niveau des océans qui a causé d'énormes dégâts. Alors que l'entreprise robotique américaine Bergen est la cible d'une attaque d'un androïde extrêmement perfectionné, les soupçons mènent à une entreprise japonaise nommée Amada.

Le joueur incarne Dan Marshall, un ancien soldat des forces spéciales américaines, au sein une équipe de choc multinationale (appelée "casseurs") qui a pour but d'enquêter secrètement au nom de l'IRTA (l'agence internationale de réglementation robotique) sur les agissements de cette société. Ceci ne plait pas au gouverneur japonais qui ne supporte aucune ingérence extérieure car le Japon n'a pas du tout envie que des troupes américaines débarquent sur leur territoire. Le joueur doit donc lutter aussi contre l'armée régulière de droïdes déchaînes.

Histoire du développement[modifier | modifier le code]

Le jeu a été annoncé le 1er décembre 2010 par Toshihiro Nagoshi (créateur de la série Yakuza, ayant également travaillé sur Shenmue, Daytona USA, Super Monkey Ball, F Zero GX…) et partageait son excitation au sujet du dynamisme, de l'intelligence artificielle et du scenario du jeu, qui devrait être selon lui d'un plus haut niveau que les jeux du même genre. À noter qu'une option de jeu en ligne sera également de la partie. La version PC fut annoncée fin mars 2012 et fut disponible aussi bien en téléchargement[2] qu'en boite.

Personnages[modifier | modifier le code]

Dan Marshall : ancien sergent des forces spéciales américaines, il a acquis son surnom de "le Survivant" lors de ses missions risquées. Sert l'IRTA avec ardeur car déteste les robots depuis l'enfance. Vantard, sûr de lui, il s'arrange toujours pour montrer sa maîtrise de la situation dans l'action. Fait partie de la classe "assaut" dans le jeu.

Roy Boadeng : ancien sergent des forces spéciales américaines et équipier de Dan. Véritable colosse, "Big Bo" excelle dans l'appui lourd. Il appartient à la classe "mastodonte".

Charles Gregory : commandant de l'unité multinationale de l'IRTA envoyée pour enquêter. Soldat britannique ayant appartenu au MI6, "Charlie" désapprouve l'attitude et la façon de servir de Dan. Fait partie de la classe "commando".

Rachael Townsend : adjoint de Charlie. Spécialiste britannique des explosifs et du corps à corps. Appartient à la classe "sapeur".

Faye Lee : tireur d'élite de l'armée de libération populaire de Chine. Envoyée avec 2 subordonnées qui périssent avant d'entrer en contact avec l'équipe de l'IRTA. Elle critique souvent les manières déplacées de Dan. Appartient à la classe "éclaireur".

Akira Shundo : Chef de la résistance qui lutte contre le pouvoir japonais en place. Aide l'équipe à atteindre l'usine Amada. Ce personnage de la classe "soldat" disparaît dans la casse de l'usine de robot.

Cain : robot de défense français type CN-7. Accompagne Jean et devient un élément à part entière de l'équipe malgré la méfiance de Dan envers lui. Véritable passe partout et bon tireur, il appartient à la classe "mastodonte".

Jean : chef de l'équipe française. Il décède dés son apparition lors d'une poursuite avec la police japonaise.

Mifune : parrain de la pègre locale Yakusa et contact de Charlie. Il aide l'équipe à accéder à la ville haute moyennant finance. Il disparaît lors d'une attaque des robots contre le QG de la résistance.

Yuki : adolescente travaillant pour Mifune. Elle mènera l'équipe de l'ancienne ville au repaire de son patron. Très espiègle, elle les escortera également jusqu'au égouts menant à la nouvelle ville.

Kurosawa : policier japonais, il traque l'équipe de l'IRTA qui agit illégalement. Fera temporairement partie de l'équipe lors de l'intrusion dans l'usine Amada.

Yoji Amada : génie de la robotique, il fut victime du vol de ses technologie par la société Bergen. Incapable de prouver le vol et ruiné, il s'est isolé du monde pour se consacrer à ses recherches. Il est soupçonné de contrevenir à l'article 21 de la nouvelle convention de Genève en ayant créé des robots d'apparence humaine.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

L'action en escouade s'appuie beaucoup sur la reconnaissance vocale (qui peut être désactivée et remplacée par des touches d'action) pour permettre aux joueurs dotés d'un micro (ou de Kinect sur Xbox 360) de donner des ordres à leurs coéquipiers sur le champ de bataille. Ce procédé a pour but de renforcer le lien virtuel établi entre le joueur et son équipe, ce qui a une incidence directe sur le déroulement des événements. Un arsenal de 30 armes est disponible : fusils d'assaut, pistolets, armes d'appui lourds, fusils mitrailleurs, grenades diverses... Le jeu emprunte une vue à la troisième personne et système de couverture devant les surfaces qui le permettent.

Les dialogues prennent de l'importance dans le jeu par le système de confiance. Chaque coéquipier de Dan possède une jauge de confiance qui se remplie en fonction de ses actions d'éclat et des réponses qu'il fournit lors des dialogues. Au contraire, le tir allié ou une attitude irrespectueuse fera baisser celle-ci. Lorsque la confiance est au plus bas, les coéquipiers se désintéresseront de Dan sur le champs de bataille et l'histoire en sera modifiée.

  • Confiance basse de Roy Boadeng : lors de l'affrontement final, Bo trahira Dan.
  • Confiance basse de Cain : il ne se joindra pas à l'équipe lors de l'affrontement final, ce qui causera la mort de Bo.

Dan peut donner des ordres (bien qu'il ne soit pas le chef d'équipe) : il peut mener un assaut, faire tomber en garde son groupe, faire ouvrir le feu ou bien demander un tir de couverture. Durant les phases sans ennemis, il peut mener un dialogue à base de félicitations ou, au contraire, d'insultes.

À noter que le jeu possède un mode multijoueur mais pas de mode coopératif.

Ennemis[modifier | modifier le code]

Une grande partie de la richesse du jeu réside dans la variété d'ennemis à combattre. De nombreuses classes de robots de combats s'opposent durant tout le jeu à l'équipe. Chaque ennemi gère la localisation des tirs et fait évoluer sa manière de combattre en fonction de ses destructions.

De nombreux "boss" apparaissent régulièrement et ont une manière bien précise d'être défaits.

Inspirations[modifier | modifier le code]

Outre un jeu d'action, Binary Domain pose certaines questions sur la place de la robotique dans la société humaine et les conséquences de ses progrès envers l'éthique et l'avenir de l'humanité.

Le scénario met tout d'abord en scène une entité d'intelligence artificielle forte, c'est-à-dire capable non seulement de produire un comportement intelligent, mais aussi d’éprouver une impression d'une réelle conscience de soi avec de véritables sentiments et une compréhension de ses propres raisonnements. Cette notion, toujours débattue à l'heure actuelle, reste une utopie dans le monde de la robotique et de l'informatique.

L'écrivain de science-fiction Isaac Asimov et son univers sont largement repris et mentionnés dans le jeu. Le "complexe de Frankenstein" y est expliqué, et est la base du scénario. Mais paradoxalement, Les Trois lois de la robotique de ce même auteur n'apparaissent pas de manière évidente et auquel cas, elles seraient bafouées par les nombreuses attaques dont sont la cible les joueurs humains dans le jeu par les robots et plus largement par l'intelligence artificielle qui les contrôle.

Pourtant, la loi Zéro, du même auteur, se retrouve quant à elle au moment où l'intelligence artificielle du jeu annule le tir nucléaire final. L'ordre est modifié car contraire à cette loi qui impose qu'un robot ne peut pas porter atteinte à l'humanité, ni, par son inaction, permettre que l'humanité soit exposée au danger.

D'un auteur différent mais en corrélation avec ce recueil de règles, une allusion à la nouvelle La Quatrième Loi de la robotique peut être trouvée avec les "hybrides" mentionnés à la fin du jeu, puisque le besoin de reproduction de l'intelligence artificielle est clairement mentionné et mise en œuvre.

Référence[modifier | modifier le code]

  1. //http://www.playitlive.fr/blog/2012/04/binary-domain-sur-pc-les-robots-se-rebellent-le-27-avril/.
  2. //http://store.steampowered.com/app/203750/.

Lien externe[modifier | modifier le code]