Binali Yıldırım

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Binali Yildirim)
Aller à : navigation, rechercher
Binali Yıldırım
Binali Yıldırım en 2016.
Binali Yıldırım en 2016.
Fonctions
Premier ministre de Turquie
En fonction depuis le
(1 an, 2 mois et 1 jour)
Président Recep Tayyip Erdoğan
Gouvernement Yıldırım
Législature 26e
Coalition AKP
Prédécesseur Ahmet Davutoğlu
Président général du Parti de la justice et du développement

(11 mois et 29 jours)
Prédécesseur Ahmet Davutoğlu
Successeur Recep Tayyip Erdoğan
Ministre des Transports, de la Mer et
des Communications

(6 mois)
Premier ministre Ahmet Davutoğlu
Gouvernement Davutoğlu III
Prédécesseur Feridun Bilgin
Successeur Ahmet Arslan
[N 1]
(2 ans, 5 mois et 19 jours)
Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan
Gouvernement Erdoğan III
Prédécesseur Habip Soluk
Successeur Lütfi Elvan
Ministre des Transports et
des Communications

(3 ans, 6 mois et 7 jours)
Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan
Gouvernement Erdoğan II
Prédécesseur İsmet Yılmaz
Successeur Habip Soluk

(3 ans, 6 mois et 7 jours)
Premier ministre Abdullah Gül
Recep Tayyip Erdoğan
Gouvernement Gül
Erdoğan I
Prédécesseur Naci Kınacıoğlu
Successeur İsmet Yılmaz
Député de la Grande Assemblée nationale de Turquie
En fonction depuis le
(1 an, 8 mois et 24 jours)
Élection 1er novembre 2015
Législature 26e
Groupe politique AKP

(12 ans, 7 mois et 4 jours)
Élection 3 novembre 2002
Réélection 22 juillet 2007
12 juin 2011
Législature 22e, 23e et 24e
Groupe politique AKP
Biographie
Date de naissance (61 ans)
Lieu de naissance Refahiye (Turquie)
Parti politique AKP
Diplômé de Université technique d'Istanbul
Profession Entrepreneur
Religion Islam sunnite
Résidence Palais de Çankaya
Site web binaliyildirim.com.tr

Signature de Binali Yıldırım

Binali Yıldırım
Premiers ministres de la Turquie

Binali Yıldırım (prononcé [bi.na.li jɯɫ.dɯ.'ɾɯm]), né le à Refahiye, est un homme d'État turc membre du Parti de la justice et du développement (AKP). Il est président de l'AKP du au et Premier ministre de Turquie depuis le .

Président du conseil d'administration d'une compagnie maritime, il est élu député à la Grande Assemblée nationale de Turquie sous les couleurs de l'AKP, à l'issue des élections législatives de 2002, largement remportées par son parti.

Il est nommé ministre des Transports dans le gouvernement d'Abdullah Gül et conserve ce portefeuille stratégique dans le cabinet dirigé par Recep Tayyip Erdoğan, fondateur et dirigeant de l'AKP dont il est l'un des plus fidèles. Comme ministre des Transports, il est le responsable des grands projets d'aménagement des infrastructures décidés par le Premier ministre comme l'expansion des aéroports et des lignes à grande vitesse.

À l'exception des périodes pré-électorales, il conserve cette responsabilité jusqu'en 2013, quand un scandale de corruption le contraint à se retirer. Il est cependant rappelé après les élections de 2015 par Ahmet Davutoğlu. En 2016, ce dernier annonce le 5 mai son retrait de la présidence de l'AKP et de son poste de Premier ministre à la suit de désaccords avec le président[1]. Lors de sa démission effective le 22 mai, le président Erdoğan choisit alors Yıldırım comme nouveau chef de l'exécutif.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Né le , à Refahiye dans la province d'Erzincan en Turquie, Binali Yıldırım est le benjamin d'une famille de sept enfants[2]. Il passe son enfance dans un village nommé Kayı, en hommage à la tribu Kayı dont est issue la dynastie ottomane. Son père, Dursun Yıldırım, fermier, l'envoie à Istanbul après l'école élémentaire décelant en lui un potentiel pour les études. Sa mère, Bahar Yıldırım, femme au foyer, est morte lorsqu'il avait 16 ans[3].

Formation et vie active[modifier | modifier le code]

Yıldırım suit des études supérieures de génie maritime à l’université technique d’Istanbul (« İstanbul Teknik Üniversitesi », ITÜ), puis de sécurité maritime et de protection environnementale à la World Maritime University de Malmö.

Il devient peu après directeur de la compagnie de ferries İstanbul Deniz Otobüsleri (IDO) qui assure des navettes entre des villes de la mer de Marmara et Istanbul, alors gouvernée par Recep Tayyip Erdoğan.

Politique[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Il entre en politique en en aidant Erdoğan à fonder un parti islamiste conservateur modéré, l'AKP. Il se présente ensuite aux élections législatives du dans la première circonscription d'Istanbul et se trouve élu à la Grande Assemblée nationale.

Ministre des Transports[modifier | modifier le code]

Le , Binali Yıldırım est nommé ministre des Transports et des Communications dans le gouvernement que forme Abdullah Gül. Il est confirmé dans cette fonction quand Recep Tayyip Erdoğan prend la direction du cabinet, l'année suivante.

Élu député d'Erzincan en 2007, puis d'İzmir-2 en 2011, il est systématiquement maintenu à la tête de son ministère, rebaptisé « ministère des Transports, de la Mer et des Communications » en 2011. Au cours de chaque période pré-électorale et conformément à la Constitution turque, il est relevé de ses responsabilités.

Passage au second plan et conseiller d'Erdoğan[modifier | modifier le code]

Il quitte le gouvernement au cours du remaniement ministériel orchestré le par Erdoğan et qui suit un important scandale de corruption. Aussitôt Erdoğan le nomme conseiller spécial à la présidence générale du Parti de la justice et du développement.

Il est alors approché par le Premier ministre pour postuler au poste de maire de la métropole d'İzmir aux élections locales du . Il obtient 947 108 voix, soit 35,9 % des suffrages exprimés. Il est devancé de 900 000 bulletins par le sortant social-démocrate Aziz Kocaoğlu. En suivant, Erdoğan est élu président de la République et conserve Yıldırım comme conseiller officieux, puisque sa nomination officielle le contraindrait à renoncer à son mandat parlementaire.

En vertu des statuts de l'AKP, il n'est pas éligible aux élections législatives de . Après ce scrutin, qui ne dégage aucune majorité, il est formellement nommé conseiller spécial du chef de l'État.

Un nouveau scrutin étant convoqué en novembre, il postule à nouveau dans İzmir-2, retrouve un mandat parlementaire, puis son poste de ministre des Transports dans le troisième gouvernement d'Ahmet Davutoğlu.

Premier ministre[modifier | modifier le code]

Il est désigné candidat unique à la présidence du Parti de la justice et du développement (AKP) à l'occasion du congrès exceptionnel qui se tient le [4],[5],[6],[7]. Finalement, il est élu à l'unanimité comme le nouveau président du parti et est chargé de former un nouveau gouvernement[8].

Le , il prend ses fonctions de Premier ministre et présente son gouvernement[9]. Ami de longue date de Recep Tayyip Erdoğan, il défend ouvertement le projet de présidentialisation de la Turquie avec le remplacement de la Constitution de 1982, et assure qu'il mettra tout en œuvre pour lutter contre le terrorisme en se référant à l'organisation État islamique et plus particulièrement au Parti des travailleurs du Kurdistan[10].

Le , son gouvernement remporte le vote de confiance par 315 voix pour et 138 voix contre[11].

Les et , il est visé, avec le président Recep Tayyip Erdoğan, par une tentative de coup d'État, qui échoue[12]. L'un de ses principaux conseillers est arrêté en juin 2017 avec son épouse, soupçonné d'avoir soutenu le réseau du prédicateur Fethullah Gülen[13].

Le , Erdoğan lui succède à tête du parti[14].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié à Semiha Yıldırım, institutrice retraitée, et est père de trois enfants[15] : deux fils, Erkan et Ahmet Yıldırım, et une fille, Büşra Köylübay[3],[16]. Sa famille serait à la tête de 17 entreprises et posséderait au total 28 bateaux et 2 yachts, selon le quotidien turc Cumhuriyet[17],[18]. Plus de 140 millions d'euros seraient détenus dans des paradis fiscaux selon des document révélés par le Malta Files[19].

Selon sa biographie officielle, il parle couramment l'anglais et le français[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ministre des Transports et des Communications jusqu'au .

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Turquie: pas de nouveau mandat pour Davutoglu, Erdogan consolide son pouvoir », sur www.rfi.fr, .
  2. (tr) « 24 ayar adam 'Binali yıldırım' », sur memurlar.net, (consulté le 26 mai 2016)
  3. a et b (en) « Binali Yıldırım: Projecting the new Turkey », sur dailysabah.com, (consulté le 26 mai 2016)
  4. (fr) « Turquie : Binali Yildirim, candidat unique pour le poste de Premier ministre », France 24,
  5. (fr) « Turquie: Binali Yildirim devient le nouveau Premier ministre », Aujourd'hui la Turquie,
  6. (fr) « Turquie : le ministre des Transports en passe de devenir Premier ministre », Euronews,
  7. (fr) « Turquie-Yildirim va devenir chef de l'AKP et du gouvernement », Reuters via Boursorama,
  8. « Turquie: Binali Yildirim, allié d’Erdogan, consacré Premier ministre », sur liberation.fr, (consulté le 25 mai 2016)
  9. « Turquie: Binali Yildirim forme un gouvernement de fidèles à Erdogan », sur rfi.fr, (consulté le 25 mai 2016)
  10. « Le nouveau Premier ministre turc prône un régime présidentiel », sur tempsreel.nouvelobs.com, (consulté le 25 mai 2016)
  11. LeFigaro.fr avec AFP, « Turquie: le Parlement vote la confiance », sur Le Figaro (consulté le 29 mai 2016)
  12. Le soir du 16 juillet 2016
  13. « Turquie: un conseiller du Premier ministre arrêté dans une opération anti-Gülen », AFP,‎ (lire en ligne)
  14. « Turquie: Erdogan réélu à la tête du parti au pouvoir », sur 20minutes.fr (consulté le 21 mai 2017)
  15. (tr) « Binali Yıldırım'ın eşi Semiha Yıldırım kimdir? », sur haberturk.com, (consulté le 25 mai 2016)
  16. (tr) « Binali Yıldırım kızını evlendirdi », sur denizhaber.com.tr (consulté le 26 mai 2016)
  17. (tr) « 17 şirketi, 28 gemisi ve 2 süperyatı... Binali Yıldırım kimdir? », sur cumhuriyet.com.tr, (consulté le 26 mai 2016)
  18. « Cinq choses à savoir sur Binali Yildirim, nouveau Premier ministre turc », sur liberation.fr, (consulté le 26 mai 2016)
  19. « L'incroyable fortune offshore du premier ministre turc: 140 millions d'euros », Mediapart,‎ (lire en ligne)
  20. (tr) « Erdoğan'ın 22 yıllık mesai arkadaşı: Binali Yıldırım », sur bbc.com, (consulté le 25 mai 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]