Binač

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Binçë
Бинач, Binač
Administration
Pays Drapeau du Kosovo Kosovo
District Gjilan/Gnjilane (Kosovo)
Kosovo-Pomoravlje (Serbie)
Commune Viti/Vitina
Démographie
Population 1 127 hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 42° 17′ 58″ nord, 21° 21′ 51″ est
Altitude 623 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Serbie

Voir sur la carte administrative de Serbie
City locator 14.svg
Binçë

Géolocalisation sur la carte : Kosovo

Voir sur la carte administrative de la zone Kosovo
City locator 14.svg
Binçë

Binçë en albanais et Binač en serbe latin (en serbe cyrillique : Бинач) est une localité du Kosovo située dans la commune/municipalité de Viti/Vitina, district de Gjilan/Gnjilane (Kosovo) ou district de Kosovo-Pomoravlje (Serbie). Selon le recensement kosovar de 2011, elle compte 1 127 habitants[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Une fois la région faisant partie de l'Empire ottoman (à partir du milieu du milieu du xive siècle), l'islamisation fut lente et progressive[2].
À Binçë comme dans d'autres villages aux alentours, beaucoup d'albanais se déclaraient publiquement de confession musulmane tout en pratiquant toujours en secret les rites chrétiens[2] (catholiques ou orthodoxes selon qu'ils étaient albanais ou serbes). Il existait un phénomène où les hommes (possédant et transmettant les biens) étaient musulmans alors que les femmes (enseignant les rudiments de la foi aux enfants) étaient chrétiennes[2] (cette pratique étant appelée crypto-catholicisme[3]).
Avec l'édit ottoman du Hatt-i Sharif de 1839 (officiellement précurseur d'une certaine « tolérance religieuse » dans l'Empire), beaucoup de villageois de la région de Viti dont ceux de Binçë, jusqu’alors considérés comme musulmans, crurent qu’ils pouvaient désormais professer librement leur catholicisme. Cette apostasie entraîne alors une répression immédiate, et bon nombre d'habitants de Binçë et de Stubla furent déportés en Anatolie[2].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution historique de la population dans la localité[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1948 1953 1961 1971 1981 1991 2011
742 828 914 1 086 1 223 1 300 1 127[1]
Évolution de la population

Répartition de la population par nationalités (2011)[modifier | modifier le code]

En 2011, les Albanais représentaient 97,79 % de la population[4].

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux remarquables[modifier | modifier le code]

Sur le territoire du village, le site de Gradište remonte aux IVe-VIe siècles et au Xe siècle ; mentionné par l'Académie serbe des sciences et des arts[5], il est inscrit sur la liste des monuments culturels du Kosovo[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (sq) « Évolution de la population 1948-2011 », sur http://pop-stat.mashke.org (consulté le 26 janvier 2014)
  2. a, b, c et d Dans les Balkans, le plus vieil islam d’Europe — monde-diplomatique.fr, septembre 2016
  3. CHRISTIANISME ET IDENTITÉ ALBANAISE, Jean-Arnault DÉRENS (Rédacteur en chef du Courrier des Balkans), mai 2007
  4. a et b (sq) « Composition ethnique 2011 », sur http://pop-stat.mashke.org (consulté le 26 janvier 2014)
  5. (sr) « Lokalitet Gradište - Kaljaja, Binač », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 24 janvier 2014)
  6. [PDF] (sq) « Lista e trashëgimisë për mbrojtje të përkohsheme », sur http://www.mei-ks.net, Site du ministère kosovar de l'Intégration européenne (consulté le 26 janvier 2014)