Billy Tipton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tipton.
Billy Tipton
Billy Tipton Memorial Sax Quartet circa 1989.jpg
The Billy Tipton Memorial Saxophone Quartet
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
SpokaneVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Instruments
Genre artistique

Billy Tipton (de son nom de naissance Dorothy Lucille Tipton), né le à Oklahoma City (Oklahoma), et mort le à Spokane (État de Washington), est un joueur de piano et de saxophone jazz américain.

Après une jeunesse où il apprit la musique, afin de pouvoir vivre de sa passion, il vivra en homme et adoptera le prénom de « Billy ».

Carrière[modifier | modifier le code]

Tipton est né en Oklahoma et a grandi à Joplin, dans le Missouri. Il est grièvement blessé à l'âge de 16 mois, dans un accident de voiture qui tue sa grand-mère. Sa mère était pianiste dans les bals, et son père aviateur. Il habite entre l'âge de 14 et 19 ans à Kansas City chez sa tante avec son petit frère Bill, et vit de sa musique à partir de son retour à Oklahoma City en 1933. A l'époque il est interdit aux femmes de toucher des cachets en tant que musicien, il décide alors de se vivre en homme[1].

Tipton a progressivement gagné en succès et a obtenu la reconnaissance en tant que musicien. En 1936, Tipton est devenu le leader d'un orchestre sur KFXR. En 1938, Tipton a rejoint les Louvenie’s Western Swingbillies, un groupe qui a joué sur KTOK et à la Taverne de Brown. En 1940, il était en tournée dans le Midwest en jouant dans les bals avec l'orchestre de Scott Cameron. En 1941, il a joué sur la scène de Joplin, dans le Missouri's Cotton Club pendant deux ans et demi avec l'orchestre de George Meyer, puis s'est engagé dans une tournée avec Ross Carlyle, ensuite il a pu jouer pendant deux ans au Texas.

En 1949, Tipton a commencé à tourner le Pacific Northwest avec George Meyer. Bien que cette tournée ait été loin d'être glamour, les apparitions de la bande à Roseburg à l'Oregon Shalimar Chambre ont été enregistrées par une station de radio locale.

Tipton a commencé à jouer du piano seul au club Elks à Longview, Washington. Dans Longview, il a commencé le Billy Tipton trio, composé de Tipton au piano, Dick O'Neil à la batterie, et Kenny Richards (et plus tard Ron Kilde) à la basse. Richards a déclaré plus tard qu'il n'avait aucune idée que Tipton aurait pu être assigné femme à la naissance.

Au cours d'une tournée au King's Supper Club à Santa Barbara, en Californie, un chasseur de talents les a entendu jouer et a obtenu un contrat. Le Billy Tipton trio enregistre deux albums de jazz pour être publié au début de 1957. Parmi les pièces, ont été réalisées « Can't Help Lovin 'Man Dat », « Willow Weep For Me », « What I'll Do », et « Don't Blame Me ». En 1957, les albums se sont vendus à 17 678 exemplaires. Après le succès des albums, le Billy Tipton Trio s'est vu offrir un poste en tant que groupe maison à l'Hôtel de vacances à Reno, au Nevada.

Dans les années 1970, Tipton doit se retirer de la musique pour cause d'arthrite aggravée. Il meurt 20 ans plus tard[2] d'emphysème et cirrhose hémorragique du foie; il n'allait jamais chez le docteur pour ne pas révéler sa transidentité[1].

Transidentité cachée[modifier | modifier le code]

Peu de personnes étaient au courant de sa transidentité. Ne s'habillant en homme que pour ses spectacles dans un premier temps, il a commencé à vivre pleinement dans son identité masculine vers 1940. Il eut plusieurs compagnes et a été le père adoptif de trois garçons (John, Scott et William). Pour cacher ses seins, il se bandait le torse prétextant un accident dont il aurait été victime dans sa jeunesse. De son vivant, nul ne remit en cause le fait qu'il soit un homme. À sa mort, lorsqu'on découvrit qu'il avait été assigné femme, personne ne remit en cause son identité d'homme (y compris ses compagnes). Kitty, la dernière d'entre elles, avait fait incinérer son corps pour que sa vie privée ne soit pas diffusée mais l'un de leurs fils adoptifs a révélé l'histoire aux médias.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Billy Tipton, la belle histoire queer d'un vieux jazzman assigné femme », sur KOMITID, (consulté le 30 avril 2019)
  2. « Billy Tipton Is Remembered With Love, Even by Those Who Were Deceived », sur archive.nytimes.com (consulté le 30 avril 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]