Billy Bridge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir bridge (homonymie).
Billy Bridge
BillyBridge03.JPG

Billy Bridge en concert (1989).

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Cherbourg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 48 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Jean-Marc BrigeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Billy Bridge, de son vrai nom Jean-Marc Brige, né à Cherbourg (Manche) le et mort à Paris le , est un chanteur français.

Carrière[modifier | modifier le code]

Au tout début des années 1960, Billy Bridge est remarqué par Kurt Mohr, qui travaille pour les disques Odéon. Il publie, sous ce label, son premier disque Surboum en 1962, où il bénéficie de l'apport du guitariste américain Mickey Baker. La même année, il popularise en France la danse américaine le madison. Il connait plusieurs succès avec Le grand M, Madison flirt… Il est surnommé alors « Le Petit Prince du Madison[1]. Il se produit en septembre 1962 à l'Olympia de Paris, avec son groupe Les Mustangs, en première partie du groupe anglais The Shadows. Il apparaît dans un film anglais Just for fun (1963), de Gordon Flemyng.

Billy Bridge connaît une éclipse et disparaît, sous son nom, des hit-parades dès 1964. Il se consacre alors à l'écriture de chansons pour les autres (Karen Cheryl, Stone, J-N Dupré, Cliff Richard, Dick Rivers[1]) et connaît à nouveau le succès, notamment avec Philippe Lavil.

En 1969, sous le pseudonyme de Michel Sorel, il sortit sans succès quelques chansons[1],[2],[3].

Billy Bridge relance sa carrière en Angleterre. En 1971, sous le pseudonyme de Black Swan, il vend un million d'exemplaires de sa chanson Echoes and rainbows. Il termine sa vie en donnant, en France, des concerts qui cultivent la nostalgie de ses débuts.

Discographie[modifier | modifier le code]

45 tours vinyls[modifier | modifier le code]

1962

  • Surboum / Triple twist / Viens twister avec moi / Mon cœur est dans votre main
  • Le grand M (1) / Le grand M (2) / Ca c'est l'madison / En twistant le madison
  • Madison flirt / Ce qui me vient de vous / Quand je suis loin de toi / Petite Catherine
  • Lydia (1re version) / Ne dis plus rien (single)

1963

  • Notre amour renaîtra / Ne compte plus sur moi / N'oublie jamais / Cours mon cœur
  • Les Teen-agers / Lydia (2e version) / On est heureux à seize ans / Gna gna gna

1964

  • Une lettre pour vous / Ne la fais pas souffrir / Fâchée / Donne-moi cette nuit
  • Bye bye Johnny / Demain tu pars en vacances / Quand tu danses contre moi / Si ton cœur a pitié

1971

  • Echoes and Rainbows - Go where the rain goes

1972

  • Da ge de li da - We can do it too

1973

  • Mama Goes - Imagination

1974

  • Naître, mourir et renaître

33 tours vinyls[modifier | modifier le code]

1962 : "Billy Bridge" (album 25 cm)

  • Lydia / Ne dis plus rien / Surboum / Madison flirt / Le grand M / Ce qui me vient de vous / Quand je suis loin de toi / Viens twister avec moi / En twistant le madison / À tout casser

CD[modifier | modifier le code]

  • 2000 :Billy Bridge & Les Mustangs : l'intégrale sixtie (double)
Disque 1 : Surboum / Triple twist / Viens twister avec moi / Mon cœur est dans votre main / Le grand M (1 & 2) / Ça c'est le madison / En twistant le madison / Madison flirt / Ce qui me vient de vous / Quand je suis loin de toi / Petite Catherine / Lydia (I) / Ne dis plus rien / À tout casser / Notre amour renaîtra / Ne compte plus sur moi / N'oublie / Cours mon cœur / Les teenagers / Lydia (II) /
Disque 2 : On est heureux à 16 ans / Gna Gna gna / Une lettre pour vous / Ne la fais pas souffrir / Fâchée / Donne-moi cette nuit / Bue bye Johnny / Demain tu pars en vacances / Quand tu danses contre moi / Si ton cœur a pitié / Bonus Les Mustangs : La main du diable / Rinky dink / Sur la plage / 1-2-3-4 / Drums / Hully gully limonad / Thème du lac des cygnes / Le Neghev /
  • réédition réalisée par "Magic Records"

Notes et références[modifier | modifier le code]