Billet de 5 euros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ». Wikipédia:Bons thèmes Il fait partie d'un « bon thème ».
Cinq euros
Pays officiellement utilisateurs
Valeur 5 €
Largeur 120[3] mm
Hauteur 62[3] mm
Caractéristiques de sécurité
Type de papier 100 % pure fibre de coton[7]
Années de circulation depuis 2002[9]

Recto

Cinq euros, Face recto
Design Arche d'architecture classique[3]
Créateur Robert Kalina[10]
Date de création 2 mai 2013[10]

Verso

Cinq euros, Face verso
Design Pont d'architecture classique et carte de l'Europe[3]
Créateur Robert Kalina[10]
Date de création 2 mai 2013[10]

Le billet de 5 euros (5 €) est le billet avec la valeur la plus basse, utilisé depuis l'introduction réelle de l'euro en 2002. Il est utilisé dans les 24 pays[1],[11] qui utilisent l'euro comme monnaie unique (dont 22 pays qui l'ont adopté officiellement). Ces 24 pays représentent plus de 340 millions d'utilisateurs.

Il est le plus petit billet d'euro, mesurant 120 millimètres sur 62, et est de couleur grise. Il représente une arche d'architecture classique sur le recto et un pont d'architecture classique sur le verso (à partir du Ier siècle).

Il possède de nombreuses caractéristiques de sécurité telles qu'un filigrane, de l'encre ultra-violette, un hologramme et des micro-impressions, qui certifient de son authenticité.

Au , il y a 1 761 487 885 billets de 5 euros en circulation au sein de la zone euro[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant l'introduction[modifier | modifier le code]

L'euro est mis en place le [2]. L'euro devient alors la monnaie de plus de 300 millions de personnes en Europe[2]. Pendant les trois premières années de son existence, l'euro est une monnaie « invisible », uniquement utilisée en comptabilité[2]. L'euro liquide est officiellement introduit le 1er janvier 2002[13], remplaçant alors les pièces et les billets des monnaies nationales de la zone euro (12 membres à l'époque[1]), à des taux fixes[2]. L'euro se substitue à des monnaies telles que le franc français, le Deutsche Mark, la livre irlandaise, la lire italienne ou le florin néerlandais[2].

Après l'introduction[modifier | modifier le code]

La période de double-circulation, durant laquelle les billets et pièces des monnaies nationales et de l'euro étaient acceptés, dura deux mois, jusqu'au 28 février 2002. Date officielle à laquelle les monnaies nationales cessèrent d'avoir un cours légal. Cette date varia cependant de quelques semaines selon les pays[2] : c'est en Allemagne où la monnaie nationale cessa d'avoir un cours légal la première, à la date du 31 décembre 2001. La période de double-circulation y durera cependant également deux mois. Même une fois le cours des anciennes monnaies devenu illégal, ces dernières continuèrent d'être acceptées par les banques centrales durant une période allant de 10 ans, voire sans limite dans le temps, selon les pays[2],[14].

Différentes séries de billets de 5 euros[modifier | modifier le code]

Première série[modifier | modifier le code]

Du , date de leur introduction, au , il y a eu une série de billets de 5 euros gardant les mêmes signes de sécurité et portant trois signatures. Le tirage initial porte la signature du président de la Banque centrale européenne, Wim Duisenberg, remplacé par Jean-Claude Trichet le 1er novembre 2003, lui-même remplacé par Mario Draghi le 1er novembre 2011. Il y a donc trois billets différents de 5 euros avec trois signatures différentes[15], en fonction de leur date d'impression[15]. Toutefois, tous les billets sont estampillés 2002, date à laquelle la première série a été introduite.

Cependant, il n'y a pas trace de coupures de la première série avec la signature de M. Mario Draghi.

Après mai 2013, les billets de 5 euros de la première série continuent de circuler, mais ils ne sont plus imprimés et sont progressivement remplacés par ceux de la deuxième série.

Signatures des présidents de la BCE

Deuxième série[modifier | modifier le code]

La mise en circulation de la deuxième série, appelée série « Europe », débute le par le billet de 5 euros[16]. Les autres valeurs de cette nouvelle série seront introduites à intervalles réguliers jusqu’au remplacement total de la précédente[17]. Ils comportent eux aussi des éléments graphiques inspirés du thème « Époques et styles architecturaux européens »[18], ce qui permet aux utilisateurs de les reconnaître aisément[17]. La nouvelle série est estampillée d'une année plus récente, en l'occurrence 2013 pour le billet de 5 euros.

Le design de cette deuxième série est rendu public le 10 janvier 2013 au Musée archéologique de Francfort (Allemagne). Bien que similaire à la première version, les nouveaux billets présentent des chiffres plus gros, une carte mise à jour, et sont à l'effigie de la princesse Europe (appartenant à la mythologie grecque) ayant donné son nom au continent européen[18],[19]. Par ailleurs, les nouveaux billets reflètent l'expansion de l'Union Européenne, en incluant Chypre et Malte[20]. C'est également le premier billet en euros sur lequel figurent des caractères de l'alphabet cyrillique bulgare, à la suite de l'adhésion de la Bulgarie à l'Union européenne en 2007. Ainsi, cette nouvelle série comporte le mot EBPO, qui est l'orthographe bulgare du mot EURO, ainsi que l'abréviation ЕЦБ (pour Европейска централна банка, « Banque centrale européenne »)[21],[22].

Comparaison visuelle[modifier | modifier le code]


Avers du premier billet de 5 €.
Revers du premier billet de 5 €.
Avers du second billet de 5 €.
Revers du second billet de 5 €.

Design[modifier | modifier le code]

Billet de 5 euros sous lumière fluorescente (UV-A)
Billet de 5 euros sous lumière UV (Recto)
Recto
Billet de 5 euros sous lumière UV (Verso)
Verso

Le billet de 5 euros est le billet en euro avec la valeur la plus faible, mesurant 120 sur 62 millimètres et de couleur grise[3]. Tous les billets de banque en euro représentent des ponts et des arches dans des styles historiques européens différents. Celui de 5 euros dépeint l'ère classique (à partir du Ier siècle)[3]. Les dessins initiaux de Robert Kalina devaient représenter de vrais monuments existants, mais pour des raisons politiques, le pont et l'arche sont juste des exemples hypothétiques de l'ère architecturale classique[23].

Comme sur tous les billets en euro, on peut observer la dénomination du billet (5 EURO/ΕΥΡΩ/ЕВРО)[15], le drapeau de l'UE[15], la signature du président de la BCE[15], les initiales de la BCE dans toutes les langues officielles de l'UE au moment de la création de chaque série (1re série : BCE, ECB, EZB, EKP, EKT ; 2e série : BCE, ECB, EЦБ, EZB, EKP, EKT, EKB, BĆE et EBC)[15], une carte de l'Europe[15], une représentation des territoires d'outre-mer de l'UE (on peut observer, en bas au centre, les îles Canaries et d'autres territoires français utilisant l'euro)[15] et les étoiles du drapeau de l'UE[15].

Caractéristiques de sécurité[modifier | modifier le code]

Les billets de 5 euros sont protégés par une bande holographique[4], une bande de couleur dorée[4], une constellation EURion[5], un filigrane[6], des micro-impressions[5], de l'encre ultra-violette[5], une impression en relief[7], un fil de sécurité[6], des micro-perforations[6], un traitement infrarouge[24], un nombre incomplet[6] (visible par transparence), et un numéro de série[15].

Vue de près et inclinée d'un billet de 5 euros. On peut y observer la bande de couleur dorée.

Identification des billets[modifier | modifier le code]

Première série[modifier | modifier le code]

Chaque coupure de 5 euros possède un numéro de série commençant par une lettre qui correspond à la banque centrale à laquelle il est destiné[15]. L'imprimeur est signalé par une lettre dans l'étoile du recto. Cette lettre est suivie par une série de chiffres désignant la matrice utilisée à l'impression puis par un code (une lettre et un chiffre) correspondant à la position du billet sur la planche.

Deuxième série[modifier | modifier le code]

Chaque billet de la deuxième série possède un numéro de série qui commence par deux lettres. La première correspondant à l'imprimeur, dont les codes diffèrent des précédents, en partie inspirés par les anciens codes d'identification de la banque centrale destinataire des billets. La seconde varie séquentiellement en suivant l'alphabet, en parallèle avec la séquence numérique. La mention de la banque centrale destinataire disparaît donc.

Liste des codes[modifier | modifier le code]

La page "détail des codes d'identification" reprend l'ensemble des codes pour les deux séries.

Production et stockage des billets[modifier | modifier le code]

Bande holographique sur un billet de 5 euros.

En avril 2001, la BCE a décidé qu’après l'introduction de l’euro, la production des billets serait décentralisée et mise en commun (pooling). Dès lors, depuis 2002, chaque banque centrale nationale de chaque État membre de la zone euro fournit une partie de la production annuelle totale de certains billets. La banque centrale concernée prend en charge les coûts de production au titre de la part qui lui a été indiquée[17].

En septembre 2002, la BCE a décidé de mettre en place un stock stratégique de l’Eurosystème (c’est-à-dire la Banque centrale européenne (BCE) et les dix‑sept banques centrales nationales (BCN) de la zone euro). Ce stock est utilisé dans des circonstances exceptionnelles, lorsque les stocks au sein de la zone euro sont insuffisants pour faire face à une hausse inattendue de la demande de billets ou en cas d’interruption inattendue de l’approvisionnement en billets[17]. Les stocks permettent aux banques centrales nationales de gérer à tout moment une variation de la demande de billets. Grâce aux stocks logistiques, il est possible de répondre à la demande de billets dans des circonstances normales. Ces stocks permettent également de remplacer ceux devenus impropres à la circulation, de faire face à une progression inattendue de leur utilisation, de répondre aux fluctuations saisonnières de la demande et d’optimiser le transfert des billets entre les succursales des banques centrales[17].

Émission du billet[modifier | modifier le code]

Légalement, la Banque centrale européenne et les banques nationales de chaque pays membre de la zone euro ont le droit d'émettre les 7 billets différents. En pratique, seules les banques nationales sont dans la capacité d'émettre ces derniers. La Banque centrale européenne ne possède pas de caisses et n'est impliquée dans aucune opération de trésorerie[2].

Circulation[modifier | modifier le code]

En janvier 2017, il y avait 1 761 487 885 billets de 5 euros en circulation au sein de la zone euro, pour une valeur totale de 8 807 439 425 €[12]. La Banque centrale européenne est constamment en train de contrôler la circulation et le stock de pièces et de billets en euro. C'est une tâche effectuée par l'Eurosystème (c’est-à-dire la Banque centrale européenne (BCE) et les dix‑sept banques centrales nationales (BCN) de la zone euro) pour assurer un approvisionnement efficace et sans heurts de l'euro et pour en maintenir son intégrité.

Le lancement des billets de 5 euros de la deuxième série s'est avèré difficile. En effet, certains commerçants refusaient les paiements avec ces nouveaux billets, ignorant qu'ils avaient été mis en circulation depuis le 2 mai 2013. Ces billets ne passaient également pas dans les caisses automatiques et dans tous les détecteurs de fausse monnaie, les machines agréées par la banque centrale n'ayant pas encore été toutes réglées pour ce billet[25].

Statistiques[modifier | modifier le code]

La Banque centrale européenne fournit des statistiques[26] sur le nombre de billets en circulation chaque mois.

Il s’agit d’un nombre net, à savoir du nombre de billets émis, diminué de la somme des billets retirés ou rentrés et des billets en dépôt dans les banques nationales de l’Eurozone.

Outre la date de la mise en circulation de la première série au 1er Janvier 2002, la publication des chiffres est la plus significative à travers le nombre maximum de billets relevé chaque année.

Il convient de noter que c’est en fin d’année que le chiffre est le plus élevé, sauf, pour cette coupure de 5 euros, en 2002.

Au 14 juillet 2017, les chiffres fournis sont les suivants :

Date clé Coupures Montant Date clé Coupures Montant
Janvier 2002 1 919 890 327 9 599 451 635 Décembre 2008 1 475 610 499 7 378 052 495
Décembre 2003 1 218 288 843 6 091 444 215 Décembre 2009 1 497 585 692 7 487 928 460
Décembre 2004 1 246 528 720 6 232 643 600 Décembre 2010 1 522 271 959 7 611 359 795
Décembre 2005 1 284 662 576 6 423 312 880 Décembre 2011 1 545 677 368 7 728 386 840
Décembre 2006 1 345 643 994 6 728 219 970 Décembre 2012 1 613 104 679 8 065 523 395
Décembre 2007 1 421 089 850 7 105 449 250

Le 2 mai 2013, une nouvelle série « Europe » a été émise. Les billets de la première série ont été émis concurremment durant quelques semaines avec ceux de la série « Europe » jusqu’à épuisement des stocks existants, puis progressivement retirés de la circulation. Les deux séries circulent donc parallèlement mais la proportion tend inévitablement vers une forte diminution de la première série.

Date clé Coupures Montant Reliquat coupures 1re série Montant Proportion
Décembre 2013 1 672 391 858 8 361 959 290 829 305 109 4 146 525 545 49,6 %
Décembre 2014 1 715 872 011 8 579 360 055 500 770 403 2 503 852 015 29,2 %
Décembre 2015 1 766 164 560 8 830 822 800 397 807 951 1 989 039 755 22,5 %
Décembre 2016 1 805 152 448 9 025 762 240 342 245 848 1 711 229 240 19,0 %

Les derniers chiffres fournis par la BCE sont les suivants :

Date clé Coupures Montant Reliquat coupures 1re série Montant Proportion
Juin 2017 (14/07/2017) 1 810 190 200 9 050 951 000 326 999 442 1 634 997 210 18,1 %

Suivi des billets[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs sites web et communautés qui permettent de suivre les billets de banque en euro, de savoir où ils voyagent et où ils ont voyagé[27]. Le site web le plus connu est EuroBillTracker[27]. Le but est d'enregistrer le plus de billets possibles afin de connaître les détails de leur propagation, par exemple de où et vers où les billets se déplacent. Ou encore où un billet a été vu, pour générer des statistiques et des classements, par exemple, dans quels pays il y a le plus de billets[27]. EuroBillTracker a enregistré plus de 96 millions de billets en octobre 2011[28], soit plus de 1,876 milliard d'euros[28].

Contrefaçon[modifier | modifier le code]

Selon la BCE, les billets en euro sont difficiles à contrefaire en raison d'un nombre important de signes de sécurité. Le billet de 5 € est le moins contrefait avec celui de 500 €. Il représentait 0,5 % des billets en euro contrefaits au second semestre 2011, soit 1 550 contrefaits[29]. La BCE et les banques centrales nationales recommandent d'être vigilant, et de reconnaître les faux-billets par la méthode simple de Toucher-Regarder-Incliner[29].

Pour lutter contre cette contrefaçon, la BCE utilise des technologies de pointe lors de l'impression et utilise un certain nombre de signes de sécurité qui suffisent à dissuader les faux-monnayeurs. Elle dispose d'un centre d'analyse de la contrefaçon, qui coopère étroitement avec Europol[30]. Ce centre analyse les contrefaçons récupérées par la police afin de mieux les prévenir[30]. La BCE dispose également d'un Groupe de dissuasion de la contrefaçon des banques centrales (CBCDG)[30]. Ce groupe a pour mission de dissuader la contrefaçon numérique et, en empêchant la production de faux billets, de réduire les dommages causés aux particuliers et aux entreprises qui seraient amenés à recevoir de faux-billets[30]. Il utilise des technologies de lutte contre la contrefaçon qui empêchent l’acquisition ou la reproduction, au moyen d’ordinateurs individuels ou d’outils d’imagerie numérique, de l’image d’un billet protégé. Le CBDG a également pour but de prévenir la reproduction non autorisée de billets[30].

Impact environnemental[modifier | modifier le code]

L'UE étant une institution ayant une politique environnementale très stricte, il était important à ses yeux de minimiser l'impact environnemental au sein de la fabrication de coupures en euro. La Banque centrale européenne dit essayer assidûment de faire un usage judicieux des ressources naturelles dans sa fourniture en billets, en gardant la qualité de l'environnement et en garantissant la santé des personnes[31].

Les billets de banque en euro sont sains d'utilisation : des tests indépendants confirment qu'ils satisfont tous les critères imposés par l'Union européenne, y compris ceux sur les substances chimiques utilisées[31]. Toutes les substances utilisées sont dans une concentration en dessous de toute limite[31].

Vers un remplacement par une pièce ?[modifier | modifier le code]

Avec l'inflation, il est probable que le billet de 5 euros sera à terme remplacé par une pièce. Arguant de sa faible durée de vie par rapport aux pièces, certains ateliers de frappe tels que la Monnaie de Paris font campagne pour hâter ce passage[32],[33] mais il n'est pas à l'ordre du jour pour la BCE, comme le montre le lancement de la deuxième série du billet.

Une pièce de 5 euros en métal non précieux destiné à la circulation courante en Allemagne a été mise en circulation le 14 avril 2016 à deux millions d'exemplaires. Vu le faible tirage, et la publicité faite autour de cet événement, il est très probable que cette pièce soit collectionnée et ne circule pas de facto. Il s'agit toutefois d'une étape qui va dans la direction de la création pour toute la zone euro d'une pièce de monnaie de cette valeur faciale.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Carte interactive.
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i BCE - Utilisation des billets.
  3. a, b, c, d, e et f BCE - Format.
  4. a, b, c et d BCE - Incliner.
  5. a, b, c, d, e et f Signes de sécurité supplémentaires.
  6. a, b, c, d, e, f, g et h BCE - Regarder.
  7. a, b et c BCE - Toucher.
  8. BCE - Caractéristiques de sécurité.
  9. Les €Billets.
  10. a, b, c et d BCE - Concours graphique.
  11. a et b « Banknotes and coins circulation », sur ecb.europa.eu (consulté le 14 février 2017).
  12. Young 2002.
  13. Banque d'Italie - avril 2011.
  14. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k BCE - Les billets.
  15. Le nouveau billet de 5 euros donne un visage à l'Europe, Le Figaro, 1er mai 2013.
  16. a, b, c, d et e BCE - production et stocks.
  17. a et b De nouveaux billets en euros à l'effigie de la déesse Europe, Le Figaro, 8 novembre 2012.
  18. (en) ECB Said to Use Greek Myth for Security on New Euro Notes, Bloomberg - 1er septembre 2012.
  19. (en) European Central Bank, « The Euro: Banknotes: Design elements » (consulté le 5 juillet 2009) : « The banknotes show a geographical representation of Europe. It excludes islands of less than 400 square kilometres because high-volume offset printing does not permit the accurate reproduction of small design elements. »
  20. (en) EURO BANKNOTES - COMPARE BOTH €5 BANKNOTES.
  21. (en) A new series of banknotes[PDF].
  22. BBC News - décembre 1996.
  23. Vision en thermographie et ultraviolet du nouveau billet de 5 euros, La librairie de thermographie.
  24. Romain Lescurieux, « Les nouveaux billets de 5 euros refusés par certains commerçants », 20 minutes,‎ (lire en ligne).
  25. « Banknotes and coins circulation », sur ecb.europa.eu (consulté le 14 juillet 2017).
  26. a, b et c Girolami, Johansson et Schilde 2002.
  27. a et b Girolami, Johansson et Schilde - 2002, section Statistique
  28. a et b BCE - 16 janvier 2012, Information sur la contrefaçon.
  29. a, b, c, d et e BCE, Lutte contre la contrefaçon.
  30. a, b et c BCE - 20 décembre 2007.
  31. Une pièce de 5 euros? La Monnaie de Paris défend son idée
  32. Dans un entretien accordé au Monde en mars 2017, Christophe Beaux, PDG de la Monnaie de Paris, déplore à nouveau que le gouvernement français ne soutienne pas sa proposition de créer une pièce de 5 euros qui, selon lui, coûterait « un peu plus cher » qu'un billet mais pour une durée de vie de « quarante à cinquante ans contre quelques mois pour un billet ». Il attribue les réticences de l'État au fait que les banques centrales, qui émettent les billets, auraient un poids économique supérieur à celui des ateliers monétaires, déjà trop nombreux en Europe et fragilisés par le développement de la monnaie électronique (Le Monde n° 22449 daté du 17/03/2017, feuillets Économie et Entreprise, page 4).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Olivier Fournier et Michel Prieur, Euro 3, Monnaies et Billets (1999-2006), Les chevau-légers, (ISBN 2-903629-80-3)
  • L'avènement de l'euro, notre monnaie, Banque centrale européenne, (lire en ligne)
  • Antti Heinonen, The first euros (the creation and issue of the first euro banknotes and the road to the Europa series), Banque centrale européenne, (ISBN 978-92-899-1508-3, lire en ligne)

Conventions monétaires et législation[modifier | modifier le code]

  • Convention monétaire entre le gouvernement de la République française et le gouvernement de Son Altesse sérénissime le prince de Monaco, JOUE, , 15 p. (lire en ligne)
  • Convention monétaire entre la République italienne, au nom de la Communauté européenne, et la République de Saint-Marin, JOUE, , 4 p. (lire en ligne)
  • Convention monétaire entre la République italienne, au nom de la Communauté européenne, et l'État de la Cité du Vatican, représenté par le Saint-Siège, , 4 p. (lire en ligne)
  • (en) Implementing UNMIK Regulation no 1999/4 of 2 september 1999 on the currency permitted to be used in Kosovo, Unmikonline.org, (lire en ligne)

Sites officiels[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 28 mai 2012 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
Bon thème
8 articles
           Bon article Billets de banque en euros
Euro banknotes.png
Bon article Billet de 5 euros
Bon article Billet de 50 euros
Bon article Billet de 500 euros
Bon article Billet de 10 euros
Bon article Billet de 100 euros
Bon article Billet de 20 euros
Bon article Billet de 200 euros