Biljana Plavšić

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Biljana Plavšić
Biljana Plavsic.JPG

Biljana Plavšić

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (86 ans)
TuzlaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Биљана ПлавшићVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Faculté de science de l'université de Zagreb (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Religion
Partis politiques
Parti démocratique serbe (-)
Alliance populaire serbe (en) (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Condamnée pour

Biljana Plavšić (en cyrillique serbe Биљана Плавшић) (née le 7 juillet 1930 à Tuzla, Bosnie-Herzégovine), est l'ancienne présidente de l'entité serbe de Bosnie-Herzégovine, la République serbe de Bosnie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille du directeur du musée des sciences naturelles de Sarajevo, elle est professeur de biologie à l'Université de Sarajevo. Elle se spécialise ensuite en virologie botanique et publie près d'une centaine de travaux et études scientifiques. Elle adhère au parti démocratique serbe et devient un des trois membres de la Présidence de la Bosnie-Herzégovine de 1990 à 1992. En juillet 1996 elle est élue présidente de la République serbe de Bosnie (Republika Srpska).

Accusée en 2001 par le tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) de génocide ou complicité de génocide, crime contre l'humanité et violation des droits et coutumes de la guerre pour la période entre 1992 et 1995, elle plaide dans un premier temps non-coupable puis fin 2002 elle plaide coupable. Sur les huit chefs d'inculpation, le tribunal ne retient pas 7 chefs d'inculpation dont deux pour génocide. Au cours du procès, Madeleine Albright parmi d'autres témoins exhorta le tribunal à prendre en considération dans un sens favorable à la prévenue les aveux de Plavšić[1]. Elle est condamnée le jeudi 27 février 2003 à 11 ans de prison pour crime contre l'humanité pour son rôle dans la guerre, notamment pour avoir visé des civils.

Elle purgeait sa peine à la prison pour femmes d'Hinseberg à Örebro en Suède. Elle a été libérée le 27 octobre 2009, suite à une libération anticipée au terme des deux tiers de sa peine, et a quitté la Suède le même jour. Elle arriva à Belgrade (Serbie), à bord d'un jet privé affrété par le gouvernement serbe et fut accueillie par Milorad Dodik, Premier ministre de la République serbe de Bosnie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carole Rogel The break up of Yougoslavia and its aftermath p. 135 éd. Greenwood Press 2004 (ISBN 0-313-32357-7)

Liens externes[modifier | modifier le code]