Bignan (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le constructeur automobile fondé en 1918. Pour la commune du Morbihan, voir Bignan.
Bignan
Image illustrative de l'article Bignan (entreprise)

Création 1918
Dates clés 1926 : rachat par Henri Précloux
Disparition 1934
Fondateurs Jacques Bignan
Siège social Drapeau de la France Courbevoie et
Levallois-Perret Voir et modifier les données sur Wikidata (France)
Activité Construction automobileVoir et modifier les données sur Wikidata
Produits Automobiles

Bignan est un constructeur d'automobiles français fondé en 1918 par Jacques Bignan. Après une faillite, cette société est rachetée par Henri Précloux en 1926 et arrête définitivement sa production en 1931.

Histoire[modifier | modifier le code]

Photo d'une voiture blanche à carrosserie ouverte exposée dans un musée.
Une Bignan de 1919.

Avant la Première Guerre mondiale, Jacques Bignan était un sous-traitant pour des constructeurs automobiles. Il fabriquait des moteurs et des pièces de précision.

Il commence en 1918 à Courbevoie la production de petites voitures sportives pour la compétition mais ce programme coûteux amène l'entreprise à fabriquer des cyclecars AL sous licence Salmson. Les premiers modèles sont fabriqués dans les ateliers des automobiles Grégoire qui sont en difficulté et trouvent dans les projets de Bignan un espoir de survie. Les premières courses débutent en 1920 avec le Grand Prix des voiturettes du Mans.

À partir de 1921, Bignan se concentre sur des modèles 3,0 et 3,5 litres. C'est un modèle 3 litres qui permet à Albert Guyot de remporter le Grand Prix de Corse. L'année suivante apparaît une particularité des voitures Bignan, la commande desmodromique des soupapes, pour éviter l'utilisation de ressorts qui manquaient à l'époque de fiabilité lorsque la vitesse s'élevait.

En 1923 et 1924, les modèles sont des 2,0 litres et le palmarès de l'équipe s'étoffe avec un podium lors des premières 24 Heures du Mans ou la victoire lors des premières 24 Heures de Spa. Le véhicule phare est une 11 CV qui possédait en modèle compétition quatre cylindres avec quatre soupapes par cylindre. Ce modèle remporta le Rallye automobile Monte-Carlo en 1924.

Face à la crise, Jacques Bignan rachète en 1924 les ateliers Grégoire à Pierre-Joseph Grégoire mais la concurrence rattrape son retard et entraîne la dissolution de l'équipe officielle en 1926. Les moteurs techniquement avancés utilisés en compétition ne trouvent pas d'acheteurs dans le grand public.

En 1926, la société se trouve une première fois en faillite et est reprise par Henri Précloux. Il intègre alors des moteurs Salmson, C.I.M.E., et S.C.A.P. dans les modèles. Mais la production s'arrête en 1931. Cette marque restera dans l'histoire pour avoir fabriqué les premières voitures sportives de grand tourisme françaises.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Photo d'une voiture rouland sur un pont de pierre.
Albert Guyot, vainqueur du circuit de la Corse en 1921 sur sa Bignan 3,0 l.
Photo d'une voiture en course avec, hors de la piste, des spectateurs.
Bignan en course en Belgique (1922).

Montagne[modifier | modifier le code]

  • Course de côte de Poix en 1924 (Ramus)
  • Côte de Gempen (Basel) en 1924 (B. Schriever, en 4 cylindres)[1]

(citons aussi une deuxième place en 1924 à la course de côte du Ballon d'Alsace catégorie tourisme amateurs 2,0 l cette année-là).

Sprint[modifier | modifier le code]

Record du monde[modifier | modifier le code]

  • des 3 000 kilomètres sur l'autodrome de Montlhéry en 1924 (année de sa construction), grâce à Pierre Gros et Pierre Clause, à 124 km/h de moyenne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Hans Etzrodt, « Hill Climb Winners, 1824-1926, part. 3 », sur The Golden Era of Grand Prix Racing

Liens externes[modifier | modifier le code]