Big L

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Big L
Description de cette image, également commentée ci-après
Big L (gauche) et Rakim (droite).
Informations générales
Nom de naissance Lamont Coleman
Naissance
Harlem, New York, Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès (à 24 ans)
Harlem, New York, États-Unis
Activité principale Rappeur
Genre musical Hip-hop,rap East Coast, rap hardcore
Années actives 19901999
Labels Columbia, Sony, Rawkus, Flamboyant Records
Site officiel biglonline.com/

Big L, né Lamont Coleman le à Harlem et décédé le à Harlem, est un rappeur américain. Il a grandi à l'intersection de Lenox Avenue et de la 139th West, quartier à majorité afro-américaine de Harlem à New York, longtemps appelé « The Danger Zone ». Coleman publie son premier album, Lifestylez ov da Poor and Dangerous, en 1995 et contribue significativement à la scène hip-hop underground. En 1998, il fonde Flamboyant Entertainment, son propre label indépendant, dans lequel il publie l'un de ses célèbres singles, Ebonics en 1998.

Le 15 février 1999, Coleman est assassiné lors d'un drive-by shooting à Harlem. Son deuxième album, The Big Picture, est publié par le manager de Coleman, Rich King, à titre posthume l'année suivante. Il est finalement certifié disque d'or par la Recording Industry Association of America (RIAA). Trois albums posthumes sont depuis publiés par Rich King et son frère, Donald.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né Lamont Coleman à Harlem, New York, le 30 mai 1974[1], il est le troisième et plus jeune fils de Gilda Terry (décédée en 2008[2]) et Charles Davis[3]. Son père quitte le foyer familial lorsque Coleman est enfant[4]. Il a deux frères, Donald et Leroy Phinazee (décédé en 2002[2]), qui étaient les enfants de Gilda Terry and Mr. Phinazee[3]. Enfant, Coleman est surnommé Little L et « 'mont 'mont »[5],[6]. À 12 ans, Coleman devient un adepte du hip-hop et se lance dans le freestyle dans son quartier[3],[6]. Il fonde le groupe Three the Hard Way en 1990, mais est rapidement dissous par manque d'enthousiasme[7]. Il se composait de Coleman, d'un « Doc Reem », et d'un « Rodney »[8]. Le groupe ne compte aucun album, et se renomme par la suite Two Hard Motherfuckers après le départ de Rodney[8]. À cette période, ses voisins commencent à le surnommer « Big L »[3]. Durant l'été 1990, Coleman fait la rencontre de Lord Finesse lors d'une séance d'autographes au 125th Street[9],[10]. Après avoir effectué un freestyle, Finesse et Coleman s'échangent leurs numéros[10].

Jeune, Coleman étudie à la Julia Richman High School[3]. Au lycée, Coleman fait des battles dans sa ville[11]. Il obtient son diplôme en 1992[3].

Débuts et signature (1991–1993)[modifier | modifier le code]

Coleman se lance dans l'écriture en 1990[12]. En 1991, il enregistre quelques démos, dont certaines seront incluses dans son premier album Lifestylez ov da Poor and Dangerous ; il fonde également le groupe de rap Children of the Corn (COC) avec Killa Cam, Murda Mase, et Bloodshed[7],[13]. Le 11 février, Coleman participe au Yo! MTV Raps avec Lord Finesse en soutien au premier album de ce dernier, Return of the Funky Man[14]. La première apparition professionnelle de Coleman s'effectue sur le titre Yes You May (Remix), la face B de Party Over Here (1992) de Lord Finesse[13], et sa première apparition sur un album s'effectue sur le titre Represent de l'album Runaway Slave de Showbiz and A.G. (1992)[9]. La même année, il remporte une battle amateur de près de 2 000participants, organisée par Nubian Productions. En 1993, Coleman signe avec le label Columbia Records[7]. En ce temps, L se joint au collectif hip-hop de Lord Finesse, Diggin' in the Crates Crew (DITC) qui se composait de Lord Finesse, Diamond D, O.C., Fat Joe, Buckwild, Showbiz, et A.G.

Quelque part en 1993, Coleman publie son premier single promotionnel, Devil Son, et l'auto-proclame premier titre mondial orienté horrorcore[9]. Il explique avoir écrit cette chanson selon ses termes : « J'ai toujours aimé les films d'horreur. En plus, les trucs que je voyais à Harlem étaient très flippants. Alors j'ai tout regroupé dans un titre[9]. » Le 18 février 1993, Coleman joue sur scène à l'Uptown Lord Finesse Birthday Bash aux côtés de Fat Joe, Nas, et Diamond D[3].

Lifestylez ov da Poor and Dangerous (1994–1995)[modifier | modifier le code]

En 1994, il publie son second single promotionnel Clinic. Le 11 juillet 1994, Coleman publie la version radio de Put It On, et publie trois mois plus tard la vidéo[3]. En 1995, la vidéo du single No Endz, No Skinz, réalisée par Brian Luvar, est publiée[15]. Son premier album, Lifestylez ov da Poor and Dangerous, est publié en mars 1995. L'album débute 149e du classement Billboard 200[16], et 22e des Top R&B/Hip-Hop Albums[17]. Lifestylez compte 200 000exemplaires écoulés en 2000[18]. Trois singles extraits de l'album sont publiés ; les deux premiers Put It On et M.V.P., atteignent le top 25 des Billboard Hot Rap Tracks, et le troisième No Endz, No Skinz n'atteint aucun classement[19],[20]. Il est noté de trois étoiles par AllMusic[21].

Renvoi de Columbia (1996–1997)[modifier | modifier le code]

En 1996, Coleman est renvoyé du label Columbia principalement à cause de débats houleux entre son style de rap et l'équipe de production du label[22]. Il explique : « j'étais là avec des gens qui ne connaissaient rien à ma musique[23]. » En 1997, il se lance dans son deuxième album, The Big Picture[24]. COC est dissout après le décès de Bloodshed dans un accident de voiture le 2 mars 1997[25]. DITC fait la couverture du magazine On The Go en juillet[3]. Coleman participe au single Dangerous d'O.C. issu de son deuxième album Jewelz[26]. En novembre, il joue à la tournée European Jewlez Tour d'O.C[3]. Aux alentours de 1998, Coleman lance son propre label indépendant, Flamboyant Entertainment[27]. Selon The Village Voice, il « devait rendre hommage au hip-hop qui était publié sans sample ou hook RnB issu du top 40[28]. » Il publie le single Ebonics en 1998[29]. DITC publie son premier single, Dignified Soldiers, cette année[1].

Coleman attire l'attention de Damon Dash, le CEO du label Roc-A-Fella Records, après la publication d'Ebonics. Dash tente de le recruter chez Lamont to Roc-A-Fella, mais Coleman cherche d'abord à faire signer son groupe[30]. Le 8 février 1999, Coleman, Herb McGruff, C-Town, et Jay-Z signent avec Roc-A-Fella Records en tant que groupe appelé The Wolfpack[3],[31].

Décès[modifier | modifier le code]

Le 15 février 1999, Big L est tué au 45 West 139th Street, dans son quartier natal d'Harlem, après avoir reçu neuf balles dans la tête et dans la poitrine lors d'un drive-by shooting[32],[33],[34]. Gerard Woodley, un ami d'enfance de Big L, est appréhendé en mai cette même année[35]. « Il est possible que cela soit une sorte de vengeance pour quelque chose que son frère Leroy [celui de Big L] aurait fait, ou qu'il [Woodley] accuse d'avoir fait », explique un porte-parole du New York City Police Department[36]. Woodley est ensuite libéré, sa libération faisant polémique, et l'affaire reste non élucidée[37]. Le 24 juin 2016, ce dernier est à son tour assassiné par balle dans les rues de Harlem sans qu'aucun liens entre sa mort et celle de Big L n'ait pu être établie[38]. Big L est enterré au George Washington Memorial Park de Paramus, dans le New Jersey.

Parcours posthume[modifier | modifier le code]

Les titres Get Yours, Way of Life, et Shyheim's Manchild b/w Furious Anger sont publiés dans l'album homonyme de D.I.T.C. en 2000, distribué par le label Tommy Boy Records[3],[39]. L'album atteint la 31e place des R&B/Hip-Hop Albums, et la 141e place du Billboard 200[40]. Le premier single posthume de Coleman s'intitule Flamboyant b/w On The Mic, publié le 30 mai 2000[41]. Le single atteint la 35e des Billboard Hot R&B/Hip-Hop Songs[42], et la première place des Hot Rap Tracks[20].

Le deuxième et dernier album de Coleman, The Big Picture, est publié le 1er août 2000 et fait participer Fat Joe, Guru de Gang Starr, Kool G Rap, et Big Daddy Kane. The Big Picture est publié par son manager et partenaire de Flamboyant Entertainment, Rich King. Il contient les chansons instrumentales et a cappella jamais publiées[3]. The Big Picture débute à la 30e place du Billboard 200, deuxième des Top R&B/Hip-Hop Albums, et compte 72 549exemplaires vendus[18]. L'album est certifié disque d'or par la RIAA pour 500 000exemplaires écoulés[43]. The Big Picture est le seul titre de Big L à atteindre les classements internationaux (122e de l'UK Albums Chart)[44].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Album live[modifier | modifier le code]

Albums posthumes[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

  • Fall Back (feat. Kool G. Rap)
  • Ebonics
  • Flamboyant
  • The Enemy (feat. Fat Joe)
  • Platinum Plus (feat. Big Daddy Kane)
  • Holdin It Down
  • The Heist
  • Put It On
  • The Triboro (feat. OC, Fat Joe, & Remy Martin)
  • 5 Fingas of Death, by D.I.T.C (Big L, Lord Finesse, Fat Joe, AG & Diamond D)
  • School Dayz
  • 7 Minute Freestyle (ft. Jay Z)
  • Da Graveyard (ft. Lord Finesse, Mic Nut, Jay-Z, Party Arty, Y.U.)
  • The Devils Son
  • MVP
  • Street Struck

Titres non commercialisés[modifier | modifier le code]

  • Clinic (Should of Wore A Rubber)
  • Times Is Hard on the Boulevard
  • Holdin It Down (Album Cut)
  • Devil's Son
  • Work Is Never Done
  • Life Or Death
  • Stretch & Bobbito '95 Freestyle (feat. Jay-Z)
  • Children of the Corn (Big L, Killa Cam aka Cam'ron, Murda Mase aka Ma$e, Herb Mc Gruff & Bloodshed)
  • The Corn (w/ Cam'ron, Mase & Bloodshed)
  • Down & Out (w/ Bloodshed, Cam'ron and Mase)
  • Doin' It (w/ Cam'ron, Bloodshed & Mase)
  • Harlem USA (w/ Cam'ron & Bloodshed)
  • Don't Sleep (w/ Cam'ron and Bloodshed)
  • Biscuits And Bangers (w/ Cam'ron & Bloodshed)
  • Give Up The Game (w/ Cam'ron & Bloodshed)
  • I Remember When (w/ Cam'ron & Bloodshed)
  • Hard To Get By (w/ Cam'ron & Bloodshed)
  • Don't Sleep (w/ Cam'ron and Bloodshed)

Clips[modifier | modifier le code]

  • Put It On
  • MVP
  • No Endz No Skinz
  • Holdin It Down (posthumous)
  • Fat Beats Radio DVD Freestyle
  • 1997 Croatia Freestyle

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Big L Overview », AllMusic, Rovi Corporation (consulté le 5 novembre 2011).
  2. a et b (en) Jake Paine, « Big L's Mother Passes Away », HipHopDX, Cheri Media Group, (consulté le 6 novembre 2011).
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m The Big Sleep, « Lamont 'Big L' Coleman Timeline », Big L Online, (consulté le 28 septembre 2011).
  4. (en) Paul Arnold, « Lord Finesse Says There Will 'Never' Be Another Big L Album », HipHopDX, Cheri Media Group, (consulté le 9 février 2012).
  5. (nl) David Ovalle, « Rapper, 23, Was on the Verge of Stardom When He Was Gunned Down in Harlem », The Miami Herald, , p. 1E.
  6. a et b (en) Brett Johnson, « Donald Phinazee on the life of Big L », Crave Online, .
  7. a, b et c (en) Meka Udoh, « Remembering Lamont 'Big L' Coleman », HipHopDX, (consulté le 29 septembre 2011).
  8. a et b (en) Soobax, « Donald Phinazee's Q&A – Part Two! », Big L Online, .
  9. a, b, c et d Jamila Daniel, « Uptown Renaissance: Big L », The Source, no 67,‎ , p. 36 (ISSN 1063-2085).
  10. a et b « Big L: Big L », Rawkus Records, .
  11. Lamont Coleman. Interview. Big L's last interview (Oxygen FM in Amsterdam '98). Oxygen FM. Amsterdam. 1998..
  12. (en) Yo! MTV Raps. MTV Networks. 1995.
  13. a et b (en) Hess (2010), page 40.
  14. (en) Yo! MTV Raps. MTV. 11 février 1991.
  15. (en) « No Endz, No Skinz – Big L », Vevo (consulté le 7 novembre 2011).
  16. « Billboard 200 », Billboard, Nielsen Business Media, vol. 107, no 15,‎ , p. 78 (ISSN 0006-2510, lire en ligne).
  17. « Billboard Top R&B Albums », Billboard, Nielsen Business Media, vol. 107, no 15,‎ , p. 22 (ISSN 0006-2510, lire en ligne).
  18. a et b Jahna Berry, « Street Buzz, Duets Fuel Sales of Big L's The Big Picture », Vh1, MTV Networks, (consulté le 30 octobre 2011).
  19. (en) Sowmya Krishnamurthy, « Hip-Hop Remembers Big L on the Anniversary of His Death », MTV, MTV Networks, (consulté le 19 février 2012).
  20. a et b (en) Big L > Charts & Awards > Billboard Singles. AllMusic. Rovi Corporation, consulté le 10 février 2011.
  21. (en) M.F DiBella, « Lifestylez ov da Poor and Dangerous – Big L Review », AllMusic, Rovi Corporation (consulté le 31 octobre 2011).
  22. (en) M.F DiBella, « The Big Picture – Big L Review », AllMusic, Rovi Corporation (consulté le 31 octobre 2011).
  23. Mike Lewis, « The Crate & The Good », Hip Hop Connection,‎ (ISSN 1465-4407).
  24. (en) Ismael Salaam, « Rapper Big L Remembered 10 Years Later », AllHipHop, (consulté le 11 février 2012).
  25. « About Cam'ron: », Hot 97FM (consulté le 3 août 2012).
  26. « Dangerous: O.C. », AllMusic, Rovi Corporation (consulté le 9 novembre 2011).
  27. April Park, « Big L: The Big Picture (Rawkus/Flamboyant) », Riverfront Times,‎ (lire en ligne).
  28. Jasper (1999), page 2.
  29. (en) Jahna Berry, « Big L's Second Album Due, More Than A Year After His Death », Viacom, .
  30. Hess (2010), page 41.
  31. (en) Mikey T, « Herb McGruff Jay Z & Big L Deal », YouTube, .
  32. (en) Will Romano, « Slain Rapper Big L's Posthumous Album Due », Vh1, Viacom, (consulté le 8 février 2012).
  33. (en) « Fat Joe Associate Big L Dead at 22 », MTV, MTV Networks, (consulté le 2 novembre 2011).
  34. (en) « Violence and Hip Hop », BBC News, (consulté le 2 novembre 2011).
  35. (en) « Suspect Arrested in Big L Shooting », MTV, MTV Networks, (consulté le 2 novembre 2011).
  36. (en) « Arrest Made in Big L Case », Rolling Stone, .
  37. (en) Madison Gray, « Big L – Top 10 Unsolved Hip-Hop Murders », Time, (consulté le 13 novembre 2011).
  38. (en) « Two men shot, killed in Harlem, including suspect in hip-hop slay », NY Daily News,‎ (lire en ligne)
  39. (en) « D.I.T.C. – D.I.T.C. Overview », AllMusic, Rovi Corporation (consulté le 2 novembre 2011).
  40. (en) « D.I.T.C. – D.I.T.C. > Charts @ Awards > Billboard Albums », AllMusic, Rovi Corporation (consulté le 5 novembre 2011).
  41. (en) John Gill, « Big L's First Posthumous Single Arrives », MTV, MTV Networks, (consulté le 5 novembre 2011).
  42. (en) « Hot R&B/Hip-Hop Songs » [XML], Billboard, Prometheus Global Media, (consulté le 7 novembre 2011).
  43. « États-Unis album certifications », Recording Industry Association of America, If necessary, click Advanced, then click Format, then select Album, then click SEARCH.
  44. Tobias Zywietz, « Chart Log UK: Darren B – David Byrne », zobbel.de, (consulté le 8 avril 2012).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]