Big Audio Dynamite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Big Audio Dynamite
Description de cette image, également commentée ci-après
Don Letts et Dan Donovan.
Informations générales
Autre(s) nom(s) Big Audio Dynamite II, Big Audio, BAD
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Post-punk, dance, rock 'n' roll
Années actives 19841998, depuis 2011
Labels CBS Records, Radioactive Records
Composition du groupe
Membres Mick Jones
Don Letts
Leo Williams
Greg Roberts
Dan Donovan
Anciens membres Nick Hawkins
Gary Stonadge
Chris Kavanagh
Andre Shapps
Darryl Fulstow
Bob Wond

Big Audio Dynamite, aussi connu sous les noms de Big Audio Dynamite II et Big Audio et souvent raccourci à BAD, est un groupe de rock britannique, originaire de Londres, en Angleterre. Il est formé en 1984 par l'ex-guitariste et chanteur des Clash, Mick Jones. Le groupe dans sa formation originale, se reforme en début d'année 2011.

Biographie[modifier | modifier le code]

T.R.A.C. (1984)[modifier | modifier le code]

Après son éviction de The Clash en 1983, et un bref passage dans le groupe General Public, Mick Jones forme un nouveau groupe appelé Top Risk Action Company (T.R.A.C.). Il recrute le bassiste Leo « E-Zee Kill » Williams, le saxophoniste John « Boy » Lennard (de Theatre of Hate), et l'ex-batteur de The Clash Nicky « Topper » Headon. Headon est rapidement expulsé à cause de son addiction à l'héroïne, et Lennard part peu de temps après avant la séparation du groupe[1]. Même si le groupe n'a rien publié de concret (seules des démos ont été enregistrées mais jamais publiées), T.R.A.C. peut être perçu comme le précurseur de Big Audio Dynamite de la même manière que London SS peut être perçu comme une première incarnation de The Clash.

Big Audio Dynamite (1984–1990)[modifier | modifier le code]

La première formation du groupe, trouvée par Mick Jones et Don Letts, fait ses débuts avec la sortie de This Is Big Audio Dynamite en 1985. Jones et Don Letts sont accompagnés de Dan Donovan' au clavier, Leo Williams à la guitare basse et de Greg Roberts à la batterie et aux chœurs. Mick Jones était auparavant le chanteur et guitariste de The Clash, qu'il avait fondé avant de se faire virer. De son côté, Don Letts était un réalisateur de cinéma, dont The Punk Rock Movie et divers clip des Clash[2].

En 1986, No. 10, Upping St. réunit Mick Jones et son ancien partenaire des Clash Joe Strummer. Ils coproduisent l'album en coécrivant de nombreux titres mais leur collaboration se termine rapidement. BAD fait la première de U2 sur leur tournée mondiale de 1987.

À la suite de cette série de concerts, Big Audio Dynamite sort Tighten Up, Vol.88 en 1988, enchaine une nouvelle tournée, mais qui est rapidement stoppée. Mick Jones frôle la mort à la suite d'une sévère pneumonie. En soins intensifs pendant 17 jours, il se remettra lentement de son passage à l'hôpital et y perdra sa voix. En 1989, le groupe produit Megatop Phoenix album influencé par De La Soul (les morceaux s'enchainent sans un silence entre les morceaux) et teinté d'acid house. Malgré cet excellent album, le groupe se sépare au tout début de l'année 1990. À l'exception de Mick Jones, les anciens membres de B.A.D. partent former le groupe Screaming Target, et Mick Jones forme BAD II.

Big Audio Dynamite II (1991–1993)[modifier | modifier le code]

Pour The Globe en 1991, seul Mick Jones reste de la formation précédente. Le groupe s'appelle maintenant Big Audio Dynamite II. Cette nouvelle formation, composée de deux guitaristes, a un univers plus proche du style des Clash et joue souvent un son plus lourd, avec des influences de rock alternatif. L'album contient Rush, le plus grand succès commercial du groupe qui atteint la 1re place des charts modern rock américains.

Big Audio (1994)[modifier | modifier le code]

Le groupe recrute plus tard Andre Shapps au clavier (qui coproduit les trois albums de BAD II) et Michael « DJ Zonka » Custance comme DJ. Tous les deux apparaissent sur l'album Higher Power en 1994 que le groupe sort sous le nom de Big Audio. Leurs fans les appellent alors souvent comme cela. Le disque n'est pas aussi bien reçu que The Globe ou que les précédents albums de BAD.

Dernières années (1995–2010)[modifier | modifier le code]

Après avoir signé avec le label Radioactive Records de Gary Kurfirst en 1995, et sorti l'album F-Punk qui connait peu de succès, BAD n'arrive pas à publier son nouvel album, Entering a New Ride[3]. La nouvelle formation compte alors dans ses rangs le chanteur Ranking Roger, un ancien de The Beat et de General Public. En 1998, le groupe lance son nouveau site internet, surtout pour se donner un moyen de distribuer ses chansons de l'album Entering a New Ride.

Au début de 2007, un DVD live intitulé BAD II est publié.

Retour (depuis 2011)[modifier | modifier le code]

Big Audio Dynamite en concert en 2011.

En avril 2010, Don Letts révèle au magazine Billboard que lui et Mick Jones ont dans l'idée de reformer Big Audio Dynamite en 2011[4].

Le groupe dans sa formation originale, se reforme en janvier 2011. Après une mini-tournée en Angleterre[5], B.A.D. enchaine les festivals américain en juillet/août la même année. Le groupe, au-delà de jouer les E=MC², Bottom Line, Medecine Show etc., incorpore un tout nouveau titre nommé Rob Peter, Pay Paul. Leur tournée de neuf dates est bien accueillie par la presse ; leurs performances au Shepherd's Bush Empire sont ntoées d'un 4 sur 5 par The Times, et The Observer accueille chaleureusement le retour de B.A.D[6]. Leur prestation en tête d'affiche du festival Beautiful Days est bien accueillie par le site web musical Louder than War[7].

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

Anciens membres[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 1985 : This Is Big Audio Dynamite (sous Big Audio Dynamite)
  • 1986 : No. 10 Upping St. (sous Big Audio Dynamite)
  • 1988 : Tighten Up, Vol.88 (sous Big Audio Dynamite)
  • 1989 : Megatop Phoenix (sous Big Audio Dynamite)
  • 1990 : Kool-Aid (sous Big Audio Dynamite II)
  • 1991 : The Globe (sous Big Audio Dynamite II)
  • 1994 : Higher Power (sous Big Audio)
  • 1995 : F-Punk (sous Big Audio Dynamite)
  • 1997 : Entering a New Ride (sous Big Audio Dynamite)
  • 2010 : This Is Big Audio Dynamite Legacy Edition (sous Big Audio Dynamite)

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1991 : Ally Pally Paradiso (album live) (sous Big Audio Dynamite II)
  • 1993 : The Lost Treasures of Big Audio Dynamite I and II (compilation d'inédits et de faces B)
  • 1995 : Planet B.A.D. (best of)
  • 1999 : Super Hits (best of)
  • 2009 : The Best of Big Audio Dynamite (compilation)

Singles[modifier | modifier le code]

  • 1986 : The Bottom Line - Album This Is Big Audio Dynamite
  • 1986 : E=MC2 - Album This Is Big Audio Dynamite
  • 1986 : Medicine Show - Album This Is Big Audio Dynamite
  • 1986 : C'Mon Every Beat Box - Album No 10, Upping Street
  • 1987 : V Thirteen - Album No 10, Upping Street
  • 1987 : Sightsee MC - Album No 10, Upping Street
  • 1988 : Just Play Music! - Album Tighten Up, Vol. 88
  • 1988 : Other 99 - Album Tighten Up, Vol. 88
  • 1989 : James Brown - Album Megatop Phoenix
  • 1989 : Contact - Album Megatop Phoenix
  • 1991 : Rush - Album The Globe
  • 1991 : The Globe - Album The Globe
  • 1994 : Looking for a Song - Album Higher Power

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Big Audio Dynamite – "This Is Big Audio Dynamite" (1985) », Beatpatrol.wordpress.com, (consulté le 17 août 2011).
  2. Don Letts a également réalisé le documentaire sur les Clash Westway to the world en 2000
  3. Larkin, Colin., The Encyclopedia of Popular Music., Londres, Music Sales, , 2600 p. (ISBN 0857125958, OCLC 993081261, lire en ligne).
  4. (en) « Big Audio Dynamite Reignited », Billboard, (consulté le 17 août 2011).
  5. « Big Audio Dynamite reform with original line-up », NME, (consulté le 17 août 2011)
  6. (en) Kitty Empire, « The Naked and Famous; Big Audio Dynamite – review », Londres, Guardian, (consulté le 17 août 2011).
  7. (en) « Big Audio Dynamite live at Beautiful Days Festival: review », Louder Than War (consulté le 1er juin 2013).

Liens externes[modifier | modifier le code]