Aller au contenu

Bienvenue à Marly-Gomont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bienvenue à Marly-Gomont
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du film.
Réalisation Julien Rambaldi
Scénario Julien Rambaldi
Kamini
Benoît Graffin
Acteurs principaux
Sociétés de production E.D.I. Films
Moana Films
Curiosa Films
Pays de production Drapeau de la France France
Drapeau de la Belgique Belgique
Genre Comédie
Durée 96 minutes
Sortie 2016

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution.

Bienvenue à Marly-Gomont est une comédie franco-belge écrite et réalisée par Julien Rambaldi, sortie en 2016. Le film s'inspire de l'histoire du père du chanteur Kamini Zantoko, originaire du Zaïre (l'actuelle République démocratique du Congo). Il traite principalement, sur un ton semi-humoristique, des difficultés d'installation d'un médecin noir dans un petit village reculé de l'Aisne dans les années 1970, malgré le manque de médecin.

L'histoire débute dans les années 1970, venant d'obtenir son diplôme en France des études de médecine, Seyolo saisit l'opportunité de travailler en France à Marly-Gomont, une petite commune où il s'installe avec sa famille. La population voit d'un mauvais œil l'arrivée de cette famille noire dans leur village. À l'ouverture du cabinet de médecin, aucun client ne vient, les Marlysiens préfèrent se rendre dans un autre cabinet à 15 km pour éviter de consulter un médecin noir.

Le médecin (Seyolo), se voit obligé de s'intégrer et de mieux connaître les habitants. Il va se rendre régulièrement au tabac de la ville en jouant aux fléchettes ce qui va lui permettre de sympathiser avec de nombreux habitants et de gagner leur confiance. Cependant, cela ne suffit pas et les rentrées d'argent se font attendre, c'est pourquoi le médecin se voit imposé de travailler chez un habitant pour l'aider à la ferme. Un soir, le médecin se fit interpeller par un habitant dont la femme est en train d'accoucher. Arrivé dans leur maison, la femme n'apprécie pas le médecin du fait de sa couleur de peau, mais se voit dans l'obligation dans une situation extrême de coopérer. Une fois l'accouchement fini, la femme remercie le médecin pour son aide précieuse. L'information de cette nouvelle naissance réussie par le médecin finit par circuler dans tout le village et les patients viennent de plus en plus au cabinet médical. Mais le rival du maire, lui-même en campagne pour se faire élire, va essayer de faire partir la famille Zantoko. Par de fausses accusations, il réussit à faire fermer le cabinet juste avant les élections municipales.

La fille de Seyolo, se fait remarquer dans tout le village par ses talents de footballeuse et permet à l'équipe de la ville de remporter de nombreux matchs. Le docteur Seyolo ne pouvant plus exercer et n'ayant plus de revenus décide donc d'utiliser un stratagème pour récupérer son emploi. Il fait de faux adieux aux villageois qui regrettent fortement le départ de la jeune fille et de ce fait les espoirs de l'équipe de football locale. Cependant, les villageois attristés par ce départ essayent de trouver une solution. Celle-ci fut de voter pour le maire sortant qui les avait accueillis au village et qui leur assurait la réouverture du cabinet, et ainsi garder la fillette. Ce vote se fit en dépit de l'autre candidat, opposé au médecin Seyolo. Le maire sortant est réélu, le docteur Seyolo récupère son cabinet et reçoit la nationalité française qu'il attendait depuis le début.

Fiche technique

[modifier | modifier le code]
Coproduction : Julien Deris, Marc Dujardin, David Gauquié et Etienne Mallet

Distribution

[modifier | modifier le code]

Le tournage a lieu à Steenkerque, un village belge de l'entité de Braine-le-Comte[1].

Le film sort le en Belgique et en France.

La semaine de sa sortie, le film totalise 174 000 entrées en France, se plaçant à la quatrième place des sorties de la semaine[2]. Initialement sorti sur une combinaison de 280 copies, ces bons résultats incitent Mars Films, le distributeur, à augmenter ce nombre à 473 copies au bout de deux semaines[2]. Le film totalise alors 27 % de ses entrées en Île-de-France même s'il était vu à l'origine comme plus destiné à la province[2]. En deux semaines, le film a atteint les 300 000 entrées, son seuil de rentabilité pour son producteur[2]. En France, le film termine son exploitation avec 558 220 entrées[3].

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. « Steenkerque : tournage d'un film », sur le site d'Antenne Centre, .
  2. a b c et d Olivier Aballain, « Box-office: L'été sur la bonne pente pour Bienvenue à Marly-Gomont », sur 20 minutes, (consulté le ).
  3. JP, « Bienvenue à Marly-Gomont (2016)- JPBox-Office », sur Jpbox-office (consulté le ).

Liens externes

[modifier | modifier le code]