Bidasse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un bidasse (voir aussi Pioupiou ou Tourlourou) désigne de façon familière un simple soldat appelé de conscription. Il s’agit à l'origine d'un nom propre tiré de la chanson de comique troupier Avec Bidasse créée par Bach en 1913.

Origine[modifier | modifier le code]

Quand Madelon (spectacle de Bach et Polin), affiche de Léon Pousthomis (1881-1916).
On se boit une bouteille de pinard (illustration 14-18).

La chanson de comique troupier Avec Bidasse est interprétée par Bach en 1913, sur un texte de Louis Bousquet, et une musique d'Henry Mailfait[1] :

« Avec l’ami Bidasse,
On n’se quitte jamais,
Attendu qu’on est,
Tous deux natifs d’Arras,
Chef-lieu du Pas-d’Calais ».

Louis Bousquet était natif de Parignargues dans le Gard occitanophone, il est donc probable que l'étymologie du nom propre Bidasse soit le substantif occitan vidassa (prononcé bidasse) qui signifie vie désagréable, vie pénible[2]. C'est aussi l'étymologie proposée par le linguiste Florian Vernet[3]. Ce dernier nous relate que les méridionaux étaient très nombreux dans les rangs des conscrits durant la Guerre de 14-18 et se plaignaient dans leurs lettres (souvent truffées d'occitan pour contourner la censure) de leur vie très pénible...

Références culturelles[modifier | modifier le code]

Illustration des partitions[modifier | modifier le code]

L'illustration des partitions (petit et grand formats), lithographie signée du dessinateur Léon Pousthomis, montre deux soldats hilares en uniforme observant un gorille[4].

Phonoscène[modifier | modifier le code]

Une phonoscène de Avec Bidasse est diffusée au Gaumont Palace du 27 février au jeudi 5 mars 1914.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Dans les années 70, un grand nombre de comédies ayant pour cadre l'armée contiennent le mot «bidasse» dans leur titre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bertrand Dicale, La chanson française pour les Nuls, First éditions, 2006, (ISBN 2754002871), p.68
  2. « Institut d'Etudes Occitanes », sur site web IEO (consulté le 14 juillet 2012)
  3. Florian Vernet, Que dalle ! Quand l’argot parle occitan, IEO edicions, 2007
  4. Image de la partition grand format sur ISM ; l'illustration du petit format illustré est identique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]