Bibliothérapie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Book-2973662 1920.jpg

La bibliothérapie désigne en premier lieu les vertus thérapeutiques de la lecture[1]. C'est à partir des années 1960 que l'on a commencé à définir la bibliothérapie comme étant « l’utilisation d’un ensemble de lectures sélectionnées en tant qu’outils thérapeutiques en médecine et en psychiatrie ; et un moyen pour résoudre des problèmes personnels par l’intermédiaire d’une lecture dirigée »[2] ; plusieurs définitions sont apparues par la suite : quelques-unes sont reliées à la littérature et à la philosophie, que ce soit à des fins de lecture ou de soin de l’esprit. D’autres sont plutôt centrées sur un usage médical, par exemple, la définition proposée par Overstad qui désignait la bibliothérapie comme étant « l’utilisation des livres pour promouvoir la santé mentale »[3].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme « bibliothérapie », qui ne se trouve pas dans les dictionnaires de la langue française, est un néologisme du XXe siècle — le Centre national de ressources textuelles et lexicales n'en relève qu'une seule occurrence en 1970[4] — composé de deux termes d’origine grecque : Βιβλιο « livre » et Θεραπία « thérapie »[5]. Le mot « thérapie » désigne essentiellement un sens curatif tant en français qu’en anglais[6]. On peut donc interpréter la signification générale de ce néologisme comme thérapie par le livre ou par la lecture.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’histoire de la bibliothérapie remonte à la Grèce antique, comme en témoigne l’inscription « La poitrine médicinale de l’âme », qui se trouve au-dessus de la porte de la bibliothèque de Thèbes. Au XVe siècle en France, Christine de Pizan relate dans ses écrits des expériences bibliothérapeutiques qui lui permettent de se perfectionner intellectuellement et moralement, ainsi que de faciliter le veuvage de son défunt mari, à qui elle restera fidèle jusqu'à la mort[7]. On a connu des pratiques reliées à ce type de traitement au milieu des années 1800, alors que des médecins incorporent des livres dans les plans de traitement de leurs patients[8]. Au début du XXe siècle, Marcel Proust dans son texte Sur la lecture donne un indice sur le concept de bibliothérapie lorsqu’il parle du rapport entre lecture et thérapie, il suggère la lecture comme un soin psychothérapeutique[9]. Cependant, ce n’est qu’en 1916[10], durant la Première Guerre mondiale que la bibliothérapie connaît ses premières expériences concrètes. En effet, c’est Sadie Peterson Delaney, bibliothécaire en chef de l'Hôpital des anciens combattants des États-Unis, qui utilise des livres afin d’aider les anciens combattants afro-américains qui sont traumatisés par les horreurs de la Première Guerre mondiale[11]. Dans les années 1930, Le Dr William C. Menninger, un psychiatre renommé, a également aidé à établir la bibliothérapie comme forme de traitement dans sa clinique du Kansas. Depuis sa création, la bibliothérapie a été étudiée par des personnes intéressées par la santé mentale afin de mieux comprendre ses utilisations et son efficacité[8].

En 1946, en France, Lucie Guillet incitait le patient souffrant d’une maladie mentale, à lire des vers afin de se laisser gagner par ce « fluide poétique » bénéfique. En 1973, on parle aussi de la théâtrothérapie, une méthode ressemble à celle de la bibliothérapie où se cherche une collaboration entre le psychiatre qui suit le malade et le moniteur[12]. C’est à partir des années 2000 que la bibliothérapie commence à être reconnue et mise en pratique, notamment en Angleterre, ainsi qu’au Canada (Québec) où la bibliothérapie a commencé à être intégrée aux différentes thérapies psychologiques pour les enfants souffrant d’hyperactivité, de dépression, de phobie sociale, etc.[13].

Approche de la bibliothérapie[modifier | modifier le code]

Pour certains, la lecture est considérée comme « un événement solitaire, un rendez-vous privé avec un autre monde, seul à seul avec le livre, seul à seul avec soi-même »[14]. C’est pourtant la lecture qui a aidé à surmonter certaines étapes difficiles dans l’histoire de l’humanité. À cet égard, l’anthropologue Michèle Petit mentionne le rôle de la lecture dans la reconstruction de soi en faisant le constat « que les livres aident quelquefois à tenir la douleur ou la peur à distance, à transformer des chagrins en idées et retrouver la joie »[15].

Dans Proses philosophiques Victor Hugo dit : « Un livre est un engrenage. Prenez garde à ces lignes noires sur du papier blanc ; ce sont des forces ; elles se combinent, se composent, se décomposent, entrent l’une dans l’autre, pivotent l’une sur l’autre, se dévident, se nouent, s’accouplent, travaillent. Telle ligne mord, telle ligne serre et presse, telle ligne entraîne, telle ligne subjugue. Les idées sont un rouage. Vous vous sentez tiré par le livre. Il ne vous lâchera qu’après avoir donné une façon à votre esprit. Quelquefois les lecteurs sortent du livre tout à fait transformés. Homère et la Bible font des miracles. »[16].

De la même manière, d’autres auteurs décrivent les premiers efforts pour étudier la bibliothérapie comme un ensemble d’actions, en prenant la lecture comme un outil, qui mène à un changement d'attitude en réduisant les peurs et le stress chez les enfants et les jeunes[17].

En 2013 paraissait le livre très original d'Ella Berthoud et de Susan Elderkin "The Novel Cure" où les auteures présentent leur conseils de lecture sous forme de "remèdes littéraires". L'ouvrage, très sérieux par ailleurs est présenté de façon humoristique comme un index des différents maux de l'âme, avec à chaque fois des recommandations de lecture. À noter qu'il s'agit uniquement de romans, ce qui différencie de façon intéressante l'approche de la bibliothérapie et la rend accessible à tous.

Approche thérapeutique[modifier | modifier le code]

Le pouvoir thérapeutique du livre consiste à rendre accessible au grand public une littérature propre aux sentiments. Certains utilisent cette méthode thérapeutique afin de permettre au patient de sortir de l’enfermement, de la lassitude, pour se réinventer, vivre et renaître à chaque instant dans la dynamique d’un langage en mouvement[18]. On peut ainsi considérer que la bibliothérapie fait partie de «l’art-thérapie», en soulignant que « la lecture à haute voix est aussi un acte de création ». Autrement dit, c’est un des moyens par lesquels les personnes en difficulté (psychologique, physique, sociale ou existentielle) mettent en œuvre le traitement par lui-même à travers la lecture[19].

D'autre part, le livre peut être un vecteur d'analyse existentielle. Créée par le bibliothérapeute Erwin Julliard, la bibliothérapie existentiale[20] utilise la littérature et la Daseinsanalyse pour traiter les troubles psychologiques tels que la dépression, l'angoisse, le burn-out... Inspirée par les travaux d'Heidegger et de Gadamer, la bibliothérapie existentiale tend à passer de l'art-thérapie et de la recherche de bien-être à une véritable psychothérapie.

Dans son ouvrage La littérature peut-elle soigner ?, la psychiatre et psychanalyste Isabelle Blondiaux résume l’approche thérapeutique de la bibliothérapie : « Inséparablement technique de soin et méthode de développement personnel, sa double vocation médicale et existentielle en fait un ensemble de pratiques qui visent autant le traitement des maladies somatiques et psychiques que l’amélioration de la santé et le mieux-être[21]».

Il existe alors deux modèles de bibliothérapie, soit la bibliothérapie informative et la bibliothérapie créative. Dans le cadre de la thérapie cognitivo-comportementale, la première consiste à éduquer et à informer les personnes ayant des troubles diagnostiqués. La deuxième consiste en une littérature imaginative distrayant le lecteur de ses préoccupations quotidiennes[22].

Bibliothérapie informative[modifier | modifier le code]

Ancrée dans la culture anglaise, la bibliothérapie informative est caractérisée par une relation soignant-client et non selon un rapport soignant-patient comme c’est le cas dans la tradition française. On considère alors que le patient est autonome et qu’il a le droit à l’information[23]. Suivant les pratiques anglo-saxonnes, la bibliothérapie informative (aussi connue sous le nom de cognitive) se fraie progressivement un chemin dans le monde francophone, c’est-à-dire en France et au Québec. De plus en plus, les professionnels de la santé qui reconnaissent la complémentarité de la bibliothérapie à leurs pratiques mettent à profit les vertus thérapeutiques de la lecture en prescrivant des livres à leurs patients [24].

Cette pratique est très répandue en Angleterre avec le programme Reading Well Books on Prescription où les professionnels de la santé travaillent en étroite collaboration avec les bibliothèques publiques dans le but d’aider les personnes souffrants de dépression, d’anxiété, de phobie ou de désordres alimentaires. Certaines compagnies d’assurances remboursent les livres prescrits par le médecin[25].

Pierre-André Bonnet identifie trois manières différentes de prescrire la bibliothérapie par un médecin généraliste lors d’une consultation : « En premier lieu, le conseil de lecture non spécifique. La lecture est ici conseillée comme un moyen de s’extraire des difficultés, ou pour amener le patient à mieux comprendre son problème […] En deuxième lieu, le conseil orienté sur la résolution d’un problème. […] En inoculant par la lecture des notions théoriques on agit de manière non intrusive, sans surmédicaliser un problème mineur mais en prenant en compte la plainte du patient […] Enfin, lorsque les troubles sont marqués soit par leur gravité soit par leurs conséquences dans la vie quotidienne […] La prise en charge comprend un suivi en consultation classique associé à la lecture d’un livre spécifiquement écrit pour la gestion d’un problème ; pour exemple les phobies spécifiques. »[26]. On peut donc conclure qu’il existe trois catégories de bibliothérapie informative, soit une lecture pour approfondir un problème sans chercher à le guérir de prime à bord, une lecture pour affronter un problème mineur dans le but de le guérir et une lecture associée à de multiples séances thérapeutiques afin d’aider un patient empreint d’un problème majeur à le résoudre.

La popularité de la bibliothérapie informative découle entre autres de sa simplicité autant au niveau de sa mise en application qu’à son évaluation par les professionnels de la santé. De plus, sur le plan économique, elle représente une alternative thérapeutique moins dispendieuse[27].

« Les études présentent la bibliothérapie informative à la fois comme une méthode efficace de prévention et de soins primaires, une manière de suppléer à la déficience de couverture médicale des zones défavorisées et de compléter ou d’élargir aux champs de l’éducation thérapeutique et de la santé mentale les domaines de compétence et les possibilités d’intervention des médecins généralistes »[21].

Les livres de self-help[modifier | modifier le code]

Les professionnels de la santé prescrivent en grand nombre comme outils thérapeutiques les livres d’aide à soi-même, mieux connus sous le nom de Self-Help Books[28]. À la différence de la bibliothérapie créative, ces ressources sont généralement des ouvrages non romanesques qui procurent de l’information afin de résoudre un problème prédéterminé. Les livres d’aide à soi-même peuvent aussi contenir des marches à suivre permettant aux lecteurs d’atteindre les objectifs du traitement [29]. La lecture du livre devient secondaire, laissant plutôt place à la connaissance supportée par celui-ci. Le but des livres d’aide à soi-même est donc d’assimiler des théories et de les reproduire dans notre vie dans le but de l’améliorer[30].

Bibliothérapeutes[modifier | modifier le code]

La bibliothérapie peut aussi être prescrite par un bibliothérapeute. Dans son mémoire de maitrise intitulée La bibliothérapie – Quelles applications en lecture publique ?, Ludivine Blondelle nous offre une excellente définition de la profession de bibliothérapeute : « Le bibliothérapeute est par définition celui qui pratique la bibliothérapie. Il peut l’exercer aussi bien en libéral que dans le cadre ou en parallèle d’une autre profession, qui peut avoir rapport au secteur du livre (bibliothécaire, documentaliste, libraire, éditeur…) ou à d’autres domaines, plus spécifiquement médicaux et sociaux. Il ne s’agit pas d’une profession reconnue en France, et il existe très peu de bibliothérapeutes sur le territoire français actuellement. La première, et jusqu’à récemment seule, formation proposée à ce jour est celle de Régine Detambel dans le sud de la France, à proximité de Montpellier. Cette formation, d’une durée d’une journée, délivre une attestation donnant droit au bénéficiaire d’exercer cette pratique[31]. » Bien que cette profession ne soit pas reconnue, le ou la bibliothérapeute doit posséder certaines caractéristiques essentielles telles que l’amour de la littérature, l’urge d’aider les autres et une stabilité émotionnelle[32].

Bibliothérapie créative[modifier | modifier le code]

The Boofer Lady.jpg

L’objectif de la bibliothérapie créative est d’accompagner le patient dans un processus d’actualisation et de développement. Pour ce faire, le bibliothérapeute emploie la littérature de fiction ou la poésie, qui interpellent alors l’imaginaire du patient[33]. Les images structurées dont est composé l’imaginaire[34] se trouvent à être des ressources auxquelles le patient peut avoir recours de manière intuitive et créative[35]. Ces images proviennent d’histoires et peuvent être intégrées à la vie, de sorte à mieux l’orienter, tel que l'indique le psychologue Bruno Bettelheim[35]. La lecture créatrice qu’implique la bibliothérapie créative confère ainsi de nouveau un « rythme d’existence » grâce à un élément du langage que le philosophe Paul Ricœur nomme l’« innovation sémantique », soit la poésie[36]. La lecture créatrice consiste donc en une expérience existentielle et linguistique, ce qui implique que la lecture et l’interprétation deviennent des réalités non plus extérieures et objectives mais qui appartiennent au lecteur, pouvant dès lors devenir sujet[37]. En bibliothérapie créative, la fonction du bibliothérapeute est par conséquent d’inciter le lecteur à devenir le lecteur de lui-même[38] puisque lire un texte c’est se lire soi-même[39].

Poésie-thérapie[modifier | modifier le code]

La psychothérapeute française Lucie Guillet explique dans son essai sur la poéticothérapie qu’elle soigne des patients par la poésie[40]. La diction poétique, contrairement aux ressassements automatiques de l’autosuggestion, constitue une activité physique et rythmique[41]. Chaque trouble a son traitement poétique correspondant. Autrement dit, la nature du trouble psychologique indique le type de poème qui doit être prescrit au patient. À cet effet, les apports de Jacques Lacan induisent le soin par la métaphore, qui donne accès aux émotions et qui entre en résonance avec des parties de la pensée difficilement accessibles[42]. Paul Ricœur indique que dans un texte, la métaphore « transfigure le réel » et redécrit ainsi la réalité[43]. La métaphore implique donc la capacité de produire un sens nouveau et renvoie au fait que comprendre un texte implique que l’être se comprend devant le texte[39]. En bibliothérapie, la compréhension d'un texte n'est donc pas d'ordre intellectuel. La lecture vise plutôt à susciter une réaction émotive et thérapeutique[44].

Le traitement qu’implique la poésie-thérapie doit être effectué par le patient lui-même puisque seule l’énergie du poème doit pouvoir s’introduire en lui[41]. Lors de ses traitements, Lucie Guillet inculque à ses patients la cure d’isolement par la poésie. Il s’agit, en fait, de réciter mentalement de la poésie. Ce processus d’isolement poétique permet de recouvrer une tranquillité d’esprit lorsqu'une forme d'angoisse surgit[45]

Bibliothèque Apothicaire[modifier | modifier le code]

Katy Roy, dans son ouvrage précité, propose l'expression Bibliothèque Apothicaire, en associant à la bibliothérapie un rôle similaire à l'apothicaire, terme autrefois utilisé pour l'ancêtre du pharmacien. [46]Apothicaire signifiant le responsable de l'entreposage, le rôle du bibliothérapeute serait donc en quelque sorte un gardien des imaginaires.[46]

Le souci de soi[modifier | modifier le code]

La bibliothérapie a affaire avec le soin[47]. Les philosophes stoïciens Sénèque, Épictète et Marc Aurèle ont fait référence aux moments qu’un être doit consacrer à se tourner vers lui-même[48]. Le philosophe français Michel Foucault mentionne que l’être a besoin de discours vrais et raisonnables, qui sont comparés par Plutarque à des médicaments[49]. Cette « médecine de l’âme » doit pouvoir surgir d’elle-même quand cela s’avère nécessaire[49]. Les stoïciens et les épicuriens préconisaient la technique d’« armer le sujet d’une vérité qu’il ne connaissait pas et qui ne résidait pas en lui »[49]. Diverses méthodes peuvent alors être employées telles que la remémoration d’une vérité déjà connue mais que l’être peut s’approprier davantage ainsi que la prise de notes au cours d’une lecture, pouvant ainsi être relues par la suite[49]. L’écrivain Franz Kafka soutient d’ailleurs que les gens ont besoin de livres qui agissent sur eux et qu’« un livre doit être la hache pour la mer gelée en nous »[50].

En bibliothérapie, le livre est un outil qui permet de communiquer des émotions ou des intuitions qui mènent à une meilleure compréhension de soi[44]. Marc-Alain Ouaknin indique que le sens premier du terme thérapeute renvoie au prendre soin[51]. Il conçoit la bibliothérapie telle une médecine préventive puisque le « premier mouvement de la maladie est l’enfermement »[44]. Dans un même ordre d’idée, le théologien Jean-Yves Leloup mentionne qu’il faut soigner particulièrement ce qui n’est pas malade chez l’être[51]. L’être peut donc apprendre à prendre soin de lui à travers les livres[44]. D’ailleurs, soigner par les livres sacrés est également une pratique de l’hindouisme[12].

Recherche[modifier | modifier le code]

Dans le domaine académique, de nombreuses études ont été faites sur l’efficacité de la bibliothérapie comme traitement pour les troubles de santé mentale. Par exemple, une analyse bibliographique de recherches s’étendant sur une période de 27 ans conclut que cette thérapie se montre efficace à long terme pour les adultes dépressifs[52]. Une étude menée par Catherine Éthier en 2018 au Québec présente des résultats qui suggèrent un autre bienfait potentiel de la lecture : évalué dans un contexte de traitement autoadministré, on note une amélioration de la flexibilité psychologique[53]. Malgré ces résultats, ces études mentionnent aussi que des recherches supplémentaires demeurent à être complétées.

La recherche sur la bibliothérapie en milieu scolaire soutient l’intégration de programmes dans les écoles. Par exemple, on propose que cette pratique dans les programmes d’intervention favorise le développement de compétences sociales et intrapersonnelles chez des jeunes[54]. Ces mêmes chercheurs proposent que la bibliothérapie puisse accroître les sentiments d’espoir chez les élèves et par conséquent avoir un impact positif[55]. Par ailleurs, on suggère aussi que la lecture à voix haute favorise l’empathie et le développement académique de l’enfant[56].

Lire pour se faire du bien

Bibliothérapie jeunesse[modifier | modifier le code]

Jean Gervais, spécialiste québécois en psychologie de l'enfant, a révélé, en 2013, les bénéfices de la bibliothérapie jeunesse dans un programme de prévention des troubles anxieux dans le milieu primaire des enfants âgés de 9 à 12 ans. La bibliothérapie fait référence à l'utilisation des livres et des histoires pour fournir des occasions de comprendre des problèmes personnels et pour faciliter la guérison émotionnelle[57],[58]. Les livres peuvent fournir un « filet de sécurité» pour les problèmes émotionnels intenses en les plaçant dans une zone sécuritaire et ils permettent à l'enfant de les analyser et de les résoudre confortablement

Bien que les avantages de la bibliothérapie soient reconnus dans plusieurs recherches, les chercheurs mettent en garde contre certains aspects du processus. Par exemple, un enfant qui considèrerait les livres comme une forme de scolarisation ou de test pourrait donc être effrayé par la suggestion de la lecture.[59]

La bibliothérapeute pour la jeunesse, Aurélie Louvel a mentionné qu’il est important d’accompagner les élèves avec des « activités bibliothérapeutiques ludiques » sans évoquer le mot « thérapie », ce qui est différent d’une démarche destinée aux adultes et cela favorise un bien-être des enfants et des adolescents par la lecture et par l’activité créative qui permet d’identifier et d’extérioriser des émotions et d’accéder à une meilleure compréhension des évènements[60]. Sa méthode se compose de trois éléments principaux: la mise en place d’espaces propices à la pratique de la bibliorelaxation qui utilise des techniques relevant des thérapies cognitives et comportementales (TCC), et la pratique de bibliothérapie ludique et créative qui recourt à la fois aux thérapies créatives et aux thérapies par le jeu[61].

Associations[modifier | modifier le code]

Plusieurs associations reliées à la bibliothérapie existent à l’échelle mondiale. Aux États-Unis, on retrouve notamment la National Association for Poetry Therapy (NAPT), une organisation à but non-lucratif[62]. Toutefois, pour devenir praticien accrédité, il faut passer par l’International Federation for Biblio/Poetry Therapy (IFBPT)[63],[64]. Le site de l’IFBPT contient des ressources, un répertoire de professionnels et des renseignements sur la formation en poésie-thérapie/bibliothérapie. Il y a également l’Association Française de bibliothérapie qui présente de l’information et divers propos au sujet de cette pratique[65]. Au Canada, de 1990 jusqu’à 2011, il y avait l’Association of Bibliotherapy and Applied Literature (ABAL), une organisation qui est par la suite devenue la Canadian Applied Literature Association jusqu’en 2018, après laquelle est devenue inactive[66].

Recommandations[modifier | modifier le code]

Dans  Ces livres qui nous font du bien : invitation à la bibliothérapie[67], Christilla Pellé-Douël propose :

  • En cas de perte du sens de l’humour : Trois hommes dans un bateau de Jerome K. Jerome
  • Pour lutter contre les sensations d’étouffement : Les derniers grizzlys de Rick Bass
  • Contre le désespoir, ou pour retrouver l’espoir : Peter Pan de James Matthew Barrie

Dans son livre La bibliothérapie en médecine générale[68], Pierre-André Bonnet propose une liste de livres qu’il conseille dans le cadre de « self-help books » :

  • Christophe André, Imparfait, libre et heureux, Odile Jacob.
  • Lucien Auger, S’aider soi-même, Éditions de l’Homme.
  • Charly Cungi et Ivan-Druon Note, Faire face à la dépression, Éditions Retz.
  • Laurent Gounelle, L’Homme qui voulait être heureux, Anne Carrière.
  • Rosette Poletti et Barbara Dobbs, L’Estime de soi, Jouvence.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bonnet 2013, p. 23.
  2. Ouaknin 1994, p. 12.
  3. Bonnet 2013, p. 29.
  4. « Bibliothérapie », sur CNTRL, (consulté le 1er octobre 2019).
  5. Ouaknin 1994, p. 11.
  6. Marc-André Ouaknin, Bibliothérapie : Lire, c'est guérir, p. 12.
  7. Andréa Tarnowski, Le chemin de longue étude, Paris, Librairie générale française, , 476 p. (ISBN 2-253-06671-0 et 9782253066712, OCLC 44515152), p. 95.
  8. a et b M.L. McKee et al., « Bibliotherapy », dans S. Goldstein & J. A. Naglieri (Éd.), Encyclopedia of Child Behavior and Development, Boston, MA, Springer, (DOI 10.1007/978-0-387-79061-9_330), p. 237-238.
  9. Marcel Proust, Sur la lecture suivi de, Journées de lecture, Paris, Librio, (présentation en ligne).
  10. Pellé-Douël 2017, p. 26.
  11. Michèle Petit, L’art de lire, ou, Comment résister à l’adversité, Paris, Belin, (ISBN 978-2701146591).
  12. a et b Alptuna 1994.
  13. Pellé-Douël 2017, p. 26-27.
  14. Ouaknin 1994, p. 18.
  15. Marcel Lajeunesse, « Petit, Michèle. L’art de lire ou comment résister à l’adversité. Paris : Belin, 2008. 265 p. (ISBN 978-2-7011-4659-1) », Documentation et bibliothèques, comptes rendus, vol. 56, no 3,‎ , p. 133 (DOI 10.7202/1029125ar).
  16. Detambel 2017, p. 95-96.
  17. Bonnet 2013, p. 46-48.
  18. Detambel 2017, p. 13-33.
  19. Detambel 2017, p. 74-75.
  20. Bibliothérapie existentiale
  21. a et b Blondiaux 2018, p. 7.
  22. (en) Sarah McNicol et Liz Brewster, Bibliotherapy, Londres, Facet Publishing, , 186 p. (ISBN 978-1-78330-341-0), p. 42.
  23. Blondiaux 2018, p. 39.
  24. Myriam de Repentigny, « La bibliothérapie : quand lire fait du bien », Lurelu, vol. 38, no 1,‎ , p. 99 (ISSN 0705-6567 et 1923-2330, lire en ligne, consulté le 11 novembre 2019).
  25. Nathalie Collard, « Bibliothérapie : la thérapie par les livres », sur la presse plus.
  26. Bonnet 2009, p. 45-46.
  27. Blondiaux 2018, p. 39-40.
  28. Bonnet 2009, p. 47.
  29. (en) Linda F. Campbell et Thomas P. Smith, « Integrating self-help books into psychotherapy », Journal of Clinical Psychology, vol. 59, no 2,‎ , p. 179 (ISSN 0021-9762 et 1097-4679, DOI 10.1002/jclp.10140, lire en ligne, consulté le 11 novembre 2019).
  30. Blondiaux 2018, p. 37-38.
  31. Ludivine Blondelle, La bibliothérapie : quelles applications possibles en lecture publique ?, Angers, Université d’Angers, (lire en ligne), p. 7.
  32. (en) Arleen Hynes, « Education of the bibliotherapist », Seminar on bibliotherapy : proceedings of sessions, June 21-23, 1978 in Madison, Wisconsin, Madison, Library School, University of Wisconsin-Madison,‎ , p. 117.
  33. Roy 2018, p. 13.
  34. Antonio R. Damasio (trad. de l'anglais), L'autre moi-même : les nouvelles cartes du cerveau, de la conscience et des émotions, Paris, Odile Jacob, impr. 2010, 415 p. (ISBN 978-2-7381-1940-7 et 2738119409, OCLC 708357445, lire en ligne), p.27.
  35. a et b Roy 2018, p. 17.
  36. Ouaknin 1994, p. 223.
  37. Ouaknin 1994.
  38. Detambel 2017, p. 70.
  39. a et b Detambel 2017, p. 67.
  40. Detambel 2017, p. 29.
  41. a et b Detambel 2017, p. 30.
  42. Detambel 2017, p. 66.
  43. Detambel 2017, p. 66-67.
  44. a b c et d Katy Roy, « Encyclopédie sur la mort | La Bibliothèque Apothicaire et la bibliothérapie », sur Encyclopédie sur la mort (consulté le 9 février 2019).
  45. Detambel 2017, p. 31-32.
  46. a et b Katy Roy 2018, p. 22.
  47. Detambel 2017, p. 87.
  48. Detambel 2017, p. 39.
  49. a b c et d Detambel 2017, p. 40.
  50. Detambel 2017, p. 41.
  51. a et b Roy 2018, p. 18.
  52. (en) M. R. Gualano, F. Bert, M. Martorana et G. Voglino, « The long-term effects of bibliotherapy in depression treatment: Systematic review of randomized clinical trials », Clinical Psychology Review, vol. 58,‎ , p. 49–58 (ISSN 0272-7358, DOI 10.1016/j.cpr.2017.09.006, lire en ligne, consulté le 24 novembre 2020).
  53. Catherine Ethier, Évaluer les effets d'un programme de bibliothérapie basé sur la thérapie d'acceptation et d'engagement dans le traitement de l'anxiété : un protocole à cas uniques (essai de 3e cycle), Trois-Rivières, Université du Québec à Trois-Rivières, , 119 p. (lire en ligne).
  54. (en) Carla Vale Lucas et Luísa Soares, « Bibliotherapy: A tool to promote children's psychological well-being », Journal of Poetry Therapy, vol. 26, no 3,‎ , p. 137–147 (ISSN 0889-3675 et 1567-2344, DOI 10.1080/08893675.2013.823310, lire en ligne, consulté le 24 novembre 2020).
  55. (en) Carla Vale Lucas, Décia Teixeira, Luísa Soares et Filipa Oliveira, « Bibliotherapy as a hope-building tool in educational settings », Journal of Poetry Therapy, vol. 32, no 4,‎ , p. 199–213 (ISSN 0889-3675 et 1567-2344, DOI 10.1080/08893675.2019.1639883, lire en ligne, consulté le 24 novembre 2020).
  56. (en) Eleanor Thompson et Shekila Melchior, « Improving Empathy in Children: Interactive Read-Aloud as a Counseling Intervention », Journal of Creativity in Mental Health, vol. 15, no 2,‎ , p. 199–211 (ISSN 1540-1383 et 1540-1391, DOI 10.1080/15401383.2019.1676857, lire en ligne, consulté le 24 novembre 2020).
  57. (en) Health.M.A.,Sheen. D., Leavy, D. Young, E, « Bibliotherapy: A resource to facilitate emotional healing and growth », School Psychology International,‎ .
  58. (en) Schechtman, Z., « The contribution of bibliotherapy to the counseling of aggressive boys », Psychotherapy Research,‎ .
  59. (en) Pehrsson,D.E, « Bibliotherapy evaluation tool:Grounding counseling students in the therapeutic use of literature », The Arts in Psychotherapy,‎ .
  60. Interview avec Aurélie Louvel, « Des livres pour cheminer », sur Bibliothérapie Suisse, .
  61. Mina Bouland et Aurélie Louvel, « <<Lire pour se faire du bien>> tel est le credo de la bibliothérapie », sur Bibliothèque(s), .
  62. (en-US) « About NAPT – National Association for Poetry Therapy » (consulté le 24 novembre 2020).
  63. (en) « International Federation for Biblio/Poetry Therapy » About IFBPT », sur ifbpt.org (consulté le 24 novembre 2020).
  64. (en-US) « Credentialing – National Association for Poetry Therapy » (consulté le 24 novembre 2020).
  65. « Bibliothérapie », sur af.bibliotherapie.free.fr (consulté le 24 novembre 2020).
  66. (en) « Who We Are », sur CALA: Canadian Applied Literature Association, (consulté le 24 novembre 2020).
  67. Pellé-Douël 2017.
  68. Bonnet 2013, p. 69.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P.-A. Bonnet, La bibliothérapie en médecine générale, Montpellier, Sauramps médical, .
  • Pierre-André Bonnet, La bibliothérapie en médecine générale : Médecine humaine et pathologie, Aix-en-Provence, Université de la Méditerranée - Aix-Marseille II, , 99 p. (lire en ligne).
  • M.-A. Ouaknin, M.-A., Bibliothérapie, Paris, Seuil, , 439 p.
  • Régine Detambel, Les livres prennent soin de nous : pour une bibliothérapie créative : essai, Arles, Actes Sud, , 176 p. (ISBN 978-2-330-04851-8, présentation en ligne).
  • Christilla Pellé-Douël, Ces livres qui nous font du bien : invitation à la bibliothérapie, Vanves, Marabout, , 224 p. (ISBN 978-2-501-10464-7 et 2-501-10464-1, présentation en ligne).
  • Katy Roy, La Bibliothérapie : Trésor d'imaginaires, Fides, (ISBN 978-2-7621-4223-5 et 2762142237, OCLC 1077234190, présentation en ligne)
  • Françoise Alptuna, « Qu'est-ce que la bibliothérapie ? », Bulletin des bibliothèques de France, no 4,‎ , p. 94-99 (ISSN 1292-8399, lire en ligne, consulté le 7 octobre 2019).
  • Isabelle Blondiaux, La littérature peut-elle soigner ? : la lecture et ses variations thérapeutiques, Paris, Honoré Champion éditeur, coll. « Unichamp-Essentiel » (no 35), , 199 p. (ISBN 978-2-7453-4878-4).
  • (en) Sarah McNicol et Liz Brewster, Bibliotherapy, Londres, Facet Publishing, , 186 p. (ISBN 978-1-78330-341-0)
  • (en) Arleen Hynes, « Education of the bibliotherapist », Seminar on bibliotherapy : proceedings of sessions, June 21-23, 1978 in Madison, Wisconsin, Madison, Library School, University of Wisconsin-Madison,‎ , p. 115-134
  • Myriam de Repentigny, « La bibliothérapie : quand lire fait du bien », Lurelu, vol. 38, no 1,‎ , p. 99-100 (lire en ligne)
  • (en) Linda F. Campbell et Thomas P. Smith, « Integrating Self-Help Books into Psychotherapy », Journal of Clinical Psychology, vol. 59, no 2,‎ , p. 177–186 (DOI 10.1002/jclp.10140)
  • Ludivine Blondelle, La bibliothérapie : quelles applications possibles en lecture publique ?, Angers, Université d’Angers, , 159 p. (lire en ligne)