Bibliothèque rose

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Bibliothèque rose est une collection française de livres pour la jeunesse créée en 1856 par les éditions Hachette et destinée aux enfants de six à douze ans. La collection est toujours éditée de nos jours.

Initialement Bibliothèque rose illustrée, le nom de la collection devient Nouvelle Bibliothèque rose en 1958, puis Bibliothèque rose en 1971. En 1962, est créée une sous-collection, Minirose, destinée aux plus petits.

La collection atteint son apogée entre 1955 et 1987. Après une crise des ventes depuis le début des années 1990, la Bibliothèque rose renoue avec le succès depuis les années 2000.

Historique[modifier | modifier le code]

Illustration des Petites Filles modèles de la comtesse de Ségur (1857)

L'ancêtre de la Bibliothèque rose est la série Livres illustrés pour les enfants, à couverture rose, de la Bibliothèque des Chemins de fer lancée par Louis Hachette en 1853[1].

D'abord spécialisé dans les manuels scolaires, Louis Hachette investit l'édition de loisir à partir de 1850. C'est le développement des voyages qui lui donne l'idée d'implanter des kiosques dans les gares, dans lesquels il vendra, à partir de 1853, sept collections destinées aux voyageurs dont une seule, à couverture rose, durera, avec des auteurs tels que la comtesse de Ségur ou Zénaïde Fleuriot.

La collection est créée après un voyage en train de Louis Hachette en compagnie de Napoléon III et du comte Eugène de Ségur, administrateur de la Compagnie des chemins de fer de l'Est. L'idée germe lorsque ce dernier lui parle des histoires que sa femme, la comtesse de Ségur, invente pour leurs enfants. C'est donc elle qui inaugure la collection (qui n'acquiert sa couleur rose que quatre ans plus tard) avec Les Nouveaux Contes de fées ; le contrat est signé en octobre 1855.

Depuis la création de séries, les livres les plus célèbres de la Bibliothèque rose sont ceux écrits par Enid Blyton : Le Club des Cinq, Oui-Oui, Jojo Lapin, et par Georges Chaulet (Fantômette).

Une autre collection des éditions Hachette, la Bibliothèque verte, verra le jour en 1923 et connaîtra un succès égal. Destinée à un lectorat de plus de douze ans, elle s'adresse dans un premier temps aux garçons, puis se recentre sur un public adolescent mixte après la Seconde Guerre mondiale.

La Bibliothèque rose aujourd’hui[modifier | modifier le code]

Depuis les années 2000, la Bibliothèque rose est essentiellement centrée sur la novélisation des séries télévisées et films. Les nouveautés se concentrent sur les licences des héros phares de la nouvelle génération : Winx Club, Titeuf, les personnages Disney, etc.

Les anciennes séries sont toujours éditées, mais dans une version remaniée et modernisée par rapport au texte d'origine, au point que les nouvelles versions des séries telles que Le Club des Cinq suscitent la polémique auprès des parents dont beaucoup considèrent que la traduction originale a été par trop dénaturée et le niveau de langage, trop affaibli[2].

Segmentation[modifier | modifier le code]

Note : la collection est segmentée par thème et par tranche d'âge.

La Bibliothèque rose regroupe les séries d'humour et d'émotions, et est divisée en trois segments :

  • Première Bibliothèque Rose (pour les 6-8 ans)
  • Bibliothèque Rose (pour les 8-10 ans)
  • Bibliothèque Rose Plus (pour les 10-12 ans)

La Bibliothèque verte regroupe les séries d'action et d'aventure, et est divisée en trois segments :

  • Première Bibliothèque verte (pour les 6-8 ans)
  • Bibliothèque verte (pour les 8-10 ans)
  • Bibliothèque verte Plus (pour les 10-12 ans)

Un segment est consacré aux séries anciennes :

  • Les Classiques de la Bibliothèque rose.

Le label "Pop!" a été créé en 2011, pour accueillir Titeuf et les autres héros de Tchô!.

Séries actuelles de la Bibliothèque rose[modifier | modifier le code]

Les Classiques de la Rose[modifier | modifier le code]

Ma Première Bibliothèque Rose[modifier | modifier le code]

  • 1,2,3 Histoires de...
  • Les Ballerines Magiques
  • Bijoux de Princesses
  • Camp Rock
  • Chante !
  • Charlotte aux Fraises
  • Les Chefs-d'œuvre Disney
  • Les Copains de la Forêt
  • La Fée Clochette
  • Franklin, d'après la série télévisée d'animation canadienne diffusée en France à partir de 1999.
  • Jojo Lapin, de Enid Blyton d'après les Contes de l'Oncle Rémus de Joel Chandler Harris.
  • Krypto, d'après la série télévisée d'animation américaine diffusée en France à partir de 2005.
  • Magic
  • Ma princesse préférée, d'après les personnages féminins des films de Disney.
  • Mini Loup, de Philippe Matter.
  • Mimi Cracra, petite fille créée par Agnès Rosenstiehl de 1975 à 2005.
  • Monster Buster Club, d'après la série d'animation franco-canadienne diffusée en France à partir de 2008.
  • Oui-Oui, de Enid Blyton.
  • Paddington, d'après le petit ours créé par Michael Bond de 1958 à 2012.
  • Princesse Academy
  • Les Schtroumpfs, d'après la BD créée par Peyo et la série animée américaine Les Schtroumpfs diffusée en France à partir de 1981.
  • Shuriken School, d'après la série d'animation franco-espagnole diffusée en France à partir de 2006.
  • Winnie l'ourson, l'ours créé en 1926 par Alan Alexander Milne.
  • Yakari, d'après la bande dessinée scénarisée écrite par Job et illustrée par Derib.
  • Zoé Kézako, de Véronique Saüquère.

Bibliothèque rose[modifier | modifier le code]

Bibliothèque Rose Plus[modifier | modifier le code]

Anciennes séries de la Bibliothèque rose (avant 2000)[modifier | modifier le code]

Citation[modifier | modifier le code]

« Quand j'étais gosse, je haïssais les romans de la Comtesse de Ségur. [...] Lorsque j'eus atteint l'âge de raison (vers quarante ans) je changeais radicalement d'avis. Je m'aperçus que ce candide écrivain avait dépeint son propre milieu avec une inconscience féroce et que cela ne manquait pas de grandeur. Elle m'apparut comme une sorte de Balzac de la société bien-pensante. Ses romans constituent, sous leur aimable couverture rose, le réquisitoire le plus violent, parce que non voulu, contre la grande bourgeoisie rurale. » (Jean Renoir, Écrits (1926-1971), Éditions Ramsay, 2006 [Belfond, 1974], p. 169)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir le prospectus de la Bibliothèque des chemins de fer à la fin des volumes de la collection, [lire en ligne]
  2. Un article de Libération au sujet de la modernisation des séries de la Bibliothèque rose et verte.
  3. a, b et c A d'abord paru dans la collection Bibliothèque verte jusqu'en 2011.
  4. A également paru dans la collection Bibliothèque verte.
  5. a, b, c, d et e Toujours rééditée en 2013.
  6. Toujours réédités en 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bénédicte Gornouvel et Isabelle Nières-Chevrel, Les 150 ans de la Bibliothèque rose (exposition Les Champs libres, Bibliothèque de Rennes Métropole, 15 décembre 2006-31 mars 2007), Bibliothèque de Rennes métropole, Rennes, 2006, 83 p. (ISBN 2-916168-02-8) (catalogue)
  • Armelle Leroy et Laurent Chollet, Le "Club des cinq", "Fantômette", "Oui-Oui" et les autres : les grands succès des Bibliothèques rose et verte, Paris, Éditions Hors collection, , 109 p. (ISBN 2-258-06753-7)
  • Armelle Leroy, La Saga de la Bibliothèque rose, Hachette Jeunesse, collection Hors série, 2006, 318 pages, (ISBN 2-01-201191-8).

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • La Bibliothèque rose : voyage au cœur de l'enfance, film de Marianne Lamour, Bibliothèque publique d'information, Paris, 2010 (cop. Bel air média, France 5, Centre National du Livre, 2006), 53 min (DVD)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]