Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc
(ar) المكتبة الوطنية للمملكة المغربية

ⵜⴰⵙⴷⵍⵉⵙⵜ ⵜⴰⵏⴰⵎⵓⵔⵜ ⵏ ⵜⴳⵍⴷⵉⵜ ⵏ ⵍⵎⵖⵔⵉⴱ

Image illustrative de l'article Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc
Image illustrative de l'article Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc
Informations géographiques
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Ville Rabat
Adresse Avenue Ibn Khaldoun, Agdal, Rabat
Coordonnées 34° 00′ 30″ nord, 6° 50′ 33″ ouest
Informations générales
Date d’inauguration 1926
Superficie 20 832 m2
Informations visiteurs
Nb. de visiteurs/an 109 500 (2009)[réf. nécessaire]
Site web www.bnrm.ma

La Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc (BNRM) est une bibliothèque nationale créée en 1926 en tant qu'établissement public doté de la personnalité morale et de l'autonomie financière. Située au cœur de Rabat dans le quartier de l'Agdal, elle est sous la tutelle du ministère de la Culture. Son actuel directeur est Driss Khrouz.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

La conception d'une bibliothèque moderne au Maroc remonterait au tout début du protectorat français dans le pays (1912)[1]. Elle aurait commencé à se matérialiser en 1919 avec la construction de locaux près de l’Institut des hautes études marocaines (IHEM)[2] et la constitution de ses collections à partir, essentiellement, des fonds documentaires de l'IHEM, qui comprenaient des manuscrits et imprimés[1]. En 1924, la bibliothèque, dite « Bibliothèque générale » (BG), s'est établie dans ses locaux définitifs[1], puis par le dahir du 1er novembre 1926, est devenue un établissement public doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière[3].

Histoire récente[modifier | modifier le code]

Près de 90 ans plus tard, par la loi no 76-99 promulguée par le dahir no 01-03-200 du 11 novembre 2003, elle a été rebaptisée « Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc » et son statut d'établissement public a été reconduit[3], sa tutelle étant assurée par le ministère de la Culture, conformément au décret no 2-99-1028 pris en application de ladite loi[4]. Parallèlement, le professeur Driss Khrouz en est devenu le directeur.

Statut et missions[modifier | modifier le code]

La BNRM a une mission de collecte, d’archivage et d’entretien (conservation, restauration), en particulier de tout ce qui se touche au patrimoine du Maroc mais aussi des activités de recherche et de diffusion de la culture grâce notamment à l’organisation régulière d’expositions ou de conférences à destination du grand public.

Pour ce faire, elle emploie aujourd'hui 200[réf. nécessaire] personnes.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

La BNRM renferme environ un million d’ouvrages.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Article du Matin, 24 juillet 2003
  2. En 1957, peu après l'indépendance, l'Institut des hautes études marocaines est devenu la Faculté des lettres et des sciences humaines de l'université Mohammed V (qui s'est par la suite scindée en deux universités, la nouvelle s'étant installée dans le quartier du Souissi).
  3. a et b Dahir no 1-03-200 du 11 novembre 2003
  4. Décret no 2-99 du 27 décembre 2004

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Marcel Lajeunesse (compilation des données), « Maroc », dans Les Bibliothèques nationales de la francophonie : Répertoire des bibliothèques nationales des États et gouvernements membres des sommets francophones, Montréal, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, , 174 p. (lire en ligne [PDF]), p. 75-79
Textes officiels
Articles de presse
  • « Bibliothèque nationale du Royaume : un joyau pour abriter les trésors culturels du Maroc », Le Matin,‎ (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Nadia Belkhayat, « 400 000 ouvrages à la Bibliothèque nationale », L'Économiste,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]