Bibliothèque d'État et universitaire de Basse-Saxe à Göttingen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bibliothèque d'État et universitaire de Basse-Saxe à Göttingen
Image illustrative de l'article Bibliothèque d'État et universitaire de Basse-Saxe à Göttingen
Informations géographiques
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Basse-Saxe
Ville Göttingen
Coordonnées 51° 32′ 23″ nord, 9° 56′ 11″ est
Informations générales
Date d’inauguration 1734
Collections 8 000 000 de références
Informations visiteurs
Site web Site officiel

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
Bibliothèque d'État et universitaire de Basse-Saxe à Göttingen
Salle Christian Gottlob Heyne (2004)
Bâtiment de la bibliothèque au XVIIIe siècle
Bâtiment de la bibliothèque, construit de 1878 à 1882, dit Prinzenstraßengebäude

La Bibliothèque étatique et universitaire de Basse-Saxe à Göttingen (Niedersächsische Staats- und Universitätsbibliothek Göttingen), abrévié en SUB Göttingen, est la bibliothèque universitaire centrale de l'université de Göttingen, la bibliothèque de l'académie des sciences de Göttingen et la bibliothèque étatique de Basse-Saxe. C'est une des plus grandes bibliothèques scientifiques d'Allemagne. En 2002 elle est distinguée comme la bibliothèque de l'année en Allemagne[1]. Son directeur est Wolfram Horstmann.

Histoire[modifier | modifier le code]

La bibliothèque est fondée en 1734. Elle utilise un nouveau concept pour l'acquisition de ses livres, donnant plus d'importance au contenu qu'à l'apparence des ouvrages. Les acquisitions sont par ailleurs référencées dans un registre.

Le conservateur Gerlach Adolph Freiherr von Münchhausen fait de Johann Matthias Gesner le premier directeur de la bibliothèque. Les ouvrages de la collection privée de Joachim Hinrich von Bülow au complet servent à la remplir. En échange la bibliothèque devait portée le nom de Bibliotheca Buloviana, cet usage s'est à l'évidence perdu. Grâce à son archivage rationalisé, elle devient rapidement une des bibliothèques les plus importantes d'Allemagne et le prototype des bibliothèques universitaires. Un catalogue exhaustif de la collection est créé.

Christian Gottlob Heyne a dirigé la bibliothèque durant de longues années: de 1763 à 1812, tout en étant professeur de philologie classique. Heyne en fait un établissement national et l'organise de manière remarquable. Il crée un système d'emprunts à distance pour les intellectuels ne résidant pas à Göttingen. Il enrichit les collections avec des ouvrages allemands, mais aussi avec des correspondances entre intellectuels étrangers et avec de la littérature aussi bien en français, qu'en anglais, américain, arabe ou en langue orientale. À sa prise de fonction la collection comprend 60 000 ouvrages, à sa mort 200 000. À titre de comparaison la bibliothèque universitaire de Halle possède en 1795 20 000 ouvrages[2].

La bibliothèque a ses locaux dans le premier collège et bâtiment de l'université, au premier étage du bâtiment central et autour de la cour intérieure pour être précis.

Grande salle de la bibliothèque. Dessiné par Friedrich Besemann aux alentours de 1820

Au XIXe siècle le développement de la bibliothèque, devenu avec la création du royaume de Hanovre la bibliothèque universitaire royale (Königliche Universitätsbibliothek), est à l'arrêt à cause du budget insuffisant. Parmi les bibliothécaires célèvre de l'époque, se trouvent entre 1830 et 1837 les frères Jacob et Wilhelm Grimm.

En 1866, le royaume devient prussien. À la fin du siècle, un système national est développé pour faciliter l'échange d'ouvrage. Afin de donner les moyens nécessaires à la réalisation de ce projet, un nouveau bâtiment sur la Prinzenstrasse est érigé de 1878 à 1882. Le style berlinois des édifices se distinguent nettement de celui hanovrien des constructions pré-existantes. Il se trouve encore aujourd'hui à l'emplacement de l'ancien collège et bâtiment de la bibliothèque.

À partir de années 1920 à 2015, la bibliothèque se constitue des collections dans des domaines très précis, sur l'espace culturel anglo-saxon ou les sciences naturelles en particulier.

Directeurs de la SUB Göttingen[modifier | modifier le code]

Collection actuelle[modifier | modifier le code]

Bibliothèque Centrale de la SUB Göttingen
La Bibliothèque Centrale de nuit

La collection actuelle de la bibliothèque contient 8 millions d'ouvrages, dont 564 000 sont antérieurs à 1900. Elle contient 5.9 millions de livres, 1.6 millions de microformes, 48.000 de périodiques électroniques concédés sous licence et 131.000 d'autres références digitales, 325.000 de cartes et plans, plus de 13,000 manuscripts, 3.100 incunables et 400 testaments (2015)[3]. Elle rassemble les publications du XVIIIe siècle au sein de la Sammlung Deutscher Drucke (collection des imprimés allemands).

Les bâtiments initiaux de la bibliothèque sont des expansions de l'ancien cloître dominicain ( Paulinerkloster) qui ont débuté au XVIIIe siècle. En 1992, la Bibliothèque Centrale conçue par l'architecte Eckhardt Gerber est inaugurée sur le campus de l'université[4]. Le Gemeinsamer Bibliotheksverbund (fédération commune des bibliothèques) est installé dans ce bâtiment. Les bâtiments historiques rassemblent depuis les collections spécialisés, les ouvrages anciens. Dans le détail :

  • Département collections spécialisées et conservation
    • Manuscripts et imprimés rares
    • Vieux imprimés
    • Collection de cartes
    • Atelier de restauration
    • Reliure de livre
    • Salle Christian Gottlob Heyne
  • Centre de digitalisation de Göttingen

L'église Saint Paulin est utilisée pour les expositions. Par ailleurs il y a 6 bibliothèques spécialisées :

  • Forêt (BBF)
  • Médecine (BBM)
  • Physique (BBP)
  • Sciences socio-économique (BBWiSo))
  • Sciences de la culture (BBK)
  • Bibliothèque en Waldweg

Mécénat[modifier | modifier le code]

Le mécénat est essentiel au financement de la bibliothèque. Il débute au XIXe siècle. En 1912, le banquier américain John Pierpont Morgan crée une fondation dotée de 50 000 $, qui permet jusqu'en 1967 d'acheter de la littérature anglo-saxonne[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Margo Bargheer et Klaus Ceynowa (dir.), Tradition und Zukunft - die Niedersächsische Staats und Universitätsbibliothek Göttingen. Eine Leistungsbilanz zum 65. Geburtstag von Elmar Mittler, Göttingen, Universitätsverlag, (ISBN 3-938616-03-2, lire en ligne)
  • (de) Bernhard Fabian (dir.), Handbuch der historischen Buchbestände in Deutschland, t. 2, Hildesheim, 1. Olms-Weidmann, (ISBN 3-487-09575-0), p. 140–266
  • (de) Jan-Jasper Fast et Tobias Möller (dir.), Zukunft mit Tradition. Niedersächsische Staats- und Universitätsbibliothek Göttingen, Bibliothek des Jahres 2002, Göttingen, Niedersächsische Staats- und Univ.-Bibl.,
  • (de) Christiane Kind-Doerne, Die Niedersächsische Staats- und Universitätsbibliothek Göttingen. Ihre Bestände und Einrichtungen in Geschichte und Gegenwart, Wiesbaden, Harrassowitz, (ISBN 3-447-02590-5)
  • (de) Elmar Mittler et Bernd Hagenau, Regionalbibliotheken in Deutschland, Francfort-sur-le-Main, Klostermann, (ISBN 3-465-03085-0), « Niedersächsische Staats- und Universitätsbibliothek Göttingen », p. 187 - 195

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bibliothek des Jahres 2002: Niedersächsische Staats- und Universitätsbibliothek Göttingen.[1]
  2. (de) Erhardt Mauersberger, Handbuch der historischen Buchbestände in Deutschland (lire en ligne), « Universitäts- und Landesbibliothek Sachsen-Anhalt »
  3. Deutsche Bibliotheksstatistik 2015.[2].
  4. (de) « Gerber Architekten: Niedersächsische Staats- und Universitätsbibliothek, Göttingen » (consulté le 18 février 2013)
  5. (de) « Zimelien » (consulté le 18 février 2013)