Bibliothèque Malatestiana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bibliothèque Malatestiana
Image illustrative de l'article Bibliothèque Malatestiana
Façade de la bibliothèque Malatestiana.
Présentation
Coordonnées 44° 08′ 20″ nord, 12° 14′ 38″ est
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Ville Césène
Informations
Site web http://www.comune.cesena.fc.it/malatestiana
Géolocalisation sur la carte : Émilie-Romagne
(Voir situation sur carte : Émilie-Romagne)
Bibliothèque Malatestiana
Géolocalisation sur la carte : Italie/Émilie-Romagne
Bibliothèque Malatestiana

La bibliothèque Malatestiana, en italien biblioteca malatestiana, est une bibliothèque patrimoniale, située à Césène (en ital. Cesena), en Émilie-Romagne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines de la bibliothèque Malatestiana sont profondément liées au nom de Domenico Malatesta Novello, dernier seigneur de la ville de Césène, qui vers le milieu du XVe siècle, pour satisfaire l'exigence des Frères Mineurs de S.Francesco, fit construire une nouvelle bibliothèque dans un pavillon qui séparait les deux cloîtres du monastère. La date précise du début des travaux n'est pas connue, peut-être 1447, mais on sait que leur conclusion remonte à 1452, comme le prouve la plaque à côté de la porte d'entrée, réalisée par Cristofo da San Giovanni in Persiceto, qui y grava son nom et la date du . Son architecte est Matteo Nuti[1].

La bibliothèque est ouverte à tous et placée sous la garde et la surveillance du conseil de ville. Malatesta Novello y organise un atelier d'écriture et d'enluminures qui la pourvoit en superbes manuscrits[1].

Le modèle dont s'inspire la "Malatestiana" de Césène avait déjà acquis sa forme précise à la fin du XIIIe siècle, quand la bibliothèque, qui était un lieu de simple conservation devient l'espace privilégié pour la consultation des livres.

Les bâtiments[modifier | modifier le code]

Intérieur de la bibliothèque.

À l’intérieur de la bibliothèque, deux éléments jouent un rôle particulièrement important : la lumière et la couleur.

La lumière, diffusée par de petites fenêtres latérales et par un oculus au fond assure une luminosité uniforme. Le blanc des colonnes, aux chapiteaux très particuliers, moitié ioniques et moitiés corinthiens[1], disposées en double rangée dans la partie centrale de la salle, le roux du sol en terre cuite et des demi-colonnes latérales, le vert de l'enduit font allusion aux trois couleurs des armoiries des Malatesta.

La salle a 58 pupitres, 29 par nef.

Leur disposition rend possible la conservation ainsi que la consultation : un siège fixe permet de rester commodément assis face au manuscrit ; un dossier orné de petits cordons en bois, légèrement penché en arrière, consent de s'appuyer pendant les moments de pause ; un pupitre soutient, pendant la lecture, les livres qu'une élégante petite chaîne en fer forgé empêche de déplacer.

Nuti établit un compromis entre la bibliothèque laurentienne de Florence, la logique abstraite d'Alberti au Temple Malatesta de Rimini et les pratiques architecturales locales[1].

Collections[modifier | modifier le code]

La formation ainsi du patrimoine de la bibliothèque est étroitement liée à la figure et à la personnalité de son fondateur, Malatesta Novello qui crée, au milieu du XVe siècle un prestigieux atelier d'écriture produisant en vingt ans, plus de 120 manuscrits.

Parmi les "curiosités" de la bibliothèque Malatestiana, il y a une série de volumes de petit format et en particulier ce qu'on appelle le "livre le plus petit du monde lisible sans loupe". Imprimé par les Frères Salmin de Padoue en 1897, il mesure 15 × 9 mm.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Sophie Cassagnes-Brouquet, Bernard Doumerc, Les Condottières, Capitaines, princes et mécènes en Italie, XIIIe-XVIe siècle, Paris, Ellipses, , 551 p. (ISBN 978-2-7298-6345-6), Princes et mécènes (page 433)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Storia della Letteratura Italiana / diretta da Enrico Malato. La ricerca bibliografica / Le istutuzioni culturali, vol. XIII, t. I Le Biblioteche italiane, Rome-Milan, Salerno-Il Sole 24 ore, , 204-209 p.