Bibi Ka Maqbara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bibi Ka Maqbara
Bibika.jpg
Vue générale du mausolée Bibi Ka Maqbara
Présentation
Type
Mausolée
Style
moghol
Architecte
Moghol
Construction
XVIIe siècle
Propriétaire
Patrimonialité
Monument d'importance nationale (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Pays
Région
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de l’Inde
voir sur la carte de l’Inde
Red pog.svg

Le Bibi Ka Maqbara (en ourdou : بیبی كا مقبرا, « bibi kā maqbarā », c'est-à-dire « tombe de l'épouse (ou de la Dame) ») est un mausolée (maqbara) construit à la fin XVIIe siècle par un des fils d'Aurangzeb, Azam, en hommage à sa mère, Rabî'a-ud-Daurani, décédée en 1657[1]. Il se trouve à Aurangâbâd, dans l'État du Maharashtra (Inde), et souvent appelé « Taj du Deccan » en raison de sa ressemblance avec le Taj Mahal.

Description[modifier | modifier le code]

Le mausolée se trouve au cœur d'un vaste jardin quadrilatère clôturé, long (du nord au sud) de 458 mètres, et large (d'est en ouest) de 278 mètres[2]. Ce jardin est de dessin typiquement moghol: quatre allées principale divisent l'espace en quatre parties, avec le monument au centre, le tout agrémenté de bassins, de fontaines et de jets d'eau. Les nombres huit et neuf , qui étaient considérés comme auspicieux, se retrouvent à plusieurs endroits, par exemple l'octogone qui donne leur forme aux minarets et aux bassins[3].

Par son plan et sa structure générale, le mausolée rappelle le Taj Mahal d'Agra. La plus grande différence entre celui-ci et le Bibi ka Maqbara tient aux matériaux. Si pour le premier on a uniquement utilisé du marbre, le deuxième est essentiellement fait de plâtre. Ce n’est pas là un simple détail mais bien plutôt un signe du déclin que l’empire connaîtra avec les successeurs d'Aurangzeb. À l'intérieur de l'édifice, on découvre la tombe, placée sous le dôme, mais en contrebas du niveau de l'entrée, dans une cavité octoganale. La tombe elle-même est en outre entourée d'une clôture en marbre ajouré, également octogonale. De cette façon, elle peut être vue depuis le rez-de-chaussé du bâtiment[2].

Cependant, la symétrie parfaite de l'ensemble a été parasitée au tournant des 18e et 19e siècles par l'ajout d'une mosquée sur la partie ouest de la plateforme, œuvre des Nizam d’Hyderabad. Bâtie en basalte et en plâtre, cette mosquée est délimitée sur sa façade principale par une arcade, et elle peut accueillir quelque 380 personnes. Les raisons de la construction d’une mosquée à cet endroit sont d'autant moins claires que le site en possédait déjà une, située du même côté le long de l'enceinte de l'ensemble.

Controverses[modifier | modifier le code]

Une plaque à l'entrée du monument indique que le Bibi ka Maqbara a été construit entre 1651 et 1661 par Azam Shah, un des fils de Aurangzeb.

Sur les dates[modifier | modifier le code]

Dirlas Banu Begum, qui fut la première femme d'Aurangzeb, est morte en 1657 à cause de complications qui ont suivi la naissance de son cinquième enfant[1]. Il est donc peu probable que la construction du monument ait commencé en 1651. Il est plus probable que le monument fut construit entre 1657 et 1661.

Sur le commanditaire[modifier | modifier le code]

Azam Shah, le fils d'Aurangzeb, est né en 1653. Si on garde la date de 1651 et même si on admet la date de 1657 pour le début de la construction de ce monument, il est impossible qu'Azam Shah en soit le commanditaire.

D'où vient cette controverse[modifier | modifier le code]

Vue extérieur de la mosquée ajoutée à l'ensemble Bibi Ka Maqbara.

Aurangzeb est un des hommes les plus détestés d'Inde. Il y a donc une volonté de faire disparaître son nom du monument le plus emblématique de la ville, et ce malgré des aberrations historiques[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Audrey Truschke, Aurangzeb, the man and the myth, penguin vikin, , 189 p., p. 52
  2. a et b (en) Archaeological Survey of India, « Bibi-Ka-Maqbara », sur web.archive.org.
  3. George Michell, Splendeurs mogholes: Art et architecture dans l'Inde islamique, Paris, Gallimard, , 288 p. (ISBN 978-2-070-11908-0), p. 68.
  4. « Time of Aurangabad », sur timesofaurangabadfr.com,

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Laura E. Parodi, « The Bibi-ka Maqbara in Aurangabad. A Landmark of Mughal Power in Deccan? », East and West, vol. 48, nos 3/4,‎ , p. 349-383. 
  • (en) Archaeological Survey of India, « Bibi-Ka-Maqbara », sur web.archive.org (consulté le 13 décembre 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Présentation de l'extérieur du monument et des jardins (drone). Vidéo 1'00 - page consultée le ]